05 septembre 2016

Un aniversari hestejat de com cau / Un anniversaire dûment célébré

Au perhons de la societat tradicionau biarnesa d'un còp èra, los trèits de caractèr qu'èran mei salhents au par de uei e de quant, çò d'avienut qu'èra avienut e mancar a la paraula balhada, un escarni. Totun la fiertat de cadun, quan passava las hitas, que's trobava a còps ahrescada. Cada cinc de setème que solevam aplegà'ns a Haut-Bernés purmèr d'anar celebrar l'aniversari deu Pèir de Camogran, qui èra a l'encòp lo cap de casa e l'ajòu, de cap tau Bascoat o de la montanha. Rite familhau qui s'avienè lavetz... [Lire la suite]

02 août 2016

Saison des cèpes : 2016 multiplie les prodiges envers et surtout contre tout...

  Adishatz, Le mois de juillet 2016 s'en est allé, laissant derrière lui une végétation exsangue et les paysages de mes coteaux où le vert peu à peu le cède à la paille. Contraste saisissant avec la luxuriance générée par les excès de pluie du printemps et des deux premières décades de juin. La deuxième quinzaine de juillet s'est avérée très sèche, 8 millimètres de pluie seulement en cumulé depuis le 14, dont 5 tombés en moins de 5 minutes sous un orage consécutif à la vague de chaleur torride qui a vu la plupart des... [Lire la suite]
30 juillet 2016

"E lo con, quan ei qui'u pelatz ?" / "Et le c(och)on, quand est-ce que vous le tuez ?"

Qu'èra per l'autonada de 1988, le men ajòu Pèir Camogran, qui avè bon lo cap en hant-se vielh, que's demorè drin a l'espitau d'Ortés, on l'avèn pausat un estimulator cardiac. Au capcèr, Mairòta que'u hasè drin de companhia, a la mòda vielha. De hèit, lo noste òmi ne's seré pas podut avejar hèra. Ua vielhòta que coabitava la crampa, brava hemna per estar hòrt combatièra. E tostemps qu'arreboriva contre lo son marit : "E lo con..." "Aqueth con, aqueth con totun !" Pairòt e Mairòta que se n'arridèn a l'amagat d'aqueth tic de parlar. ... [Lire la suite]
Posté par cristau à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 juillet 2016

Los cucs / les alytes accoucheurs

Que son purmèr uns crits aguts qui pujan de las marlèras, de las cisternas e deus varats, tanlèu plegadas las marcescadas e dinc a las purmèras torradas de Marteror, e qui's conjugan dab los ahupets deus grits e deus sauta-prat entà formar de nueit, just quan descampa lo pericle e deisha de plàver, la mei suau de las polifonias. Tà díser, que s'entenen hèra mei sovent qui non pareishen, e la lor irrupcion dens l'enviroament sonòr, quan ne'us coneishen pas, que pòt esvarjar los mei joens. Quan chin, que'm sovieni deu... [Lire la suite]
Posté par cristau à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 juillet 2016

Saison des cèpes : 2016 joue dans la cour des très grandes...

Adishatz, Nous ne battrons pas chaque année des records de précocité, c'est heureux. Et la tenue du printemps des cèpes 2015, dans un contexte climatique tout autre, risque fort de rester pour très longtemps le mètre étalon, du moins je l'espère... Ceci étant posé, je reviens vers vous nanti d'espoirs pour la saison en cours. Avec 2 ou 3 degrés de moins au thermomètre, des sols itérativement refroidis par des abats d'eau considérables en flux de nord-ouest, le tout sur la lancée d'un hiver désespérément doux qui à priori... [Lire la suite]
13 juin 2016

Salies de béarn, Terre d'Orchidées

Adishatz, Comment peut-on se dire fondu de nature et ne pas s'arrêter un temps devant la beauté singulière des orchidées ! Encore que, en ces temps veules de green washing décomplexé, beaucoup trouvent habile de proclamer urbi et orbi un amour indéfectible et désintéressé de la nature et des fleurs qui lui tiennent lieu de devanture, pour mieux entrer dans le temple et profaner. Pour ma part, mon intérêt pour la botanique s'est affirmé et structuré au tout début des années 2000, à partir de... [Lire la suite]

20 avril 2016

"Jesus"* de Riule e la multiplicacion deus mossarons / "Jésus" de Rioule et la multiplication des mousserons...

Adishatz, Que me'n tornavi dimenge vrèspe peus caminòts deus costalats, d'aver hèit vesita a las paucas maurilhas de l'an. E que'm pensavi dab degrèu aus mossarons qui lhèu non vienoren pas au rende-ve dab la prima peu purmèr còp despuish mei de dètz ans. Just s'avèvi pujat l'arpalhon de Labor, qu'avisèi au "Jesus" de Riule qui m'arribava de cap suu camin, permor qu'èra l'òra de passejar la caniula. Qu'avièm drin de prosei, de bitsègas e de parpalhòus, d'aqueth primtemps qui sap shens que plàver, deu vent hred qui'ns... [Lire la suite]
19 avril 2016

Sale temps pour les ascomycètes printaniers...

Adishatz, Les nouvelles en provenance des ripisylves, à tout le moins celles du sud-ouest à très basse altitude, ne sont pas bonnes, c'est peu de le dire. Fort heureusement un hiver à la douceur gravissime nous avait prévenus du désert fongique. À cette date, et alors que la saison est inéluctablement trainée vers son terme par la marche des jours qui nous rapproche de mai, mes longues déambulations à travers les ripisylves du Nord-Béarn n'auront pas vu l'ébauche d'une verpe ou d'un morillon, juste quelques pézizes veinées beaucoup... [Lire la suite]
Posté par cristau à 12:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 mars 2016

Essai de projection fongique 2016 (au 6 mars 2016...)

Adishatz a tots, La saison 2015 qui m'aura délivré son dernier cèpe d'été le 9 janvier, pulvérisant son propre record du 31 décembre (un edulis) et laissant désormais à plus de 15 jours l'ancien record de 1989 pour l'espèce estivale, a surpris les observateurs de par son démarrage précoce et l'intensité exceptionnelle de son premier semestre, même si la rigueur de l'hiver et la vague de froid de la première décade de février étaient de bons présages. Quoi que la sécheresse qui a prédominé à partir de l'été et... [Lire la suite]
26 février 2016

L'ajòu, (Pèir de Camogran) / Mon grand-père (Pierre Camougrand)

L'ajòu (Pèir de Camogran) Que'u trobavi devath deu hangar au carrinquet de la sega. Lo cèu qu'èra gris, escur, emplogit, de totas parts las tòlas que s'esgotavan en aqueth vrèspe de novème. En bèth escalhar lenha tà har buscalhs peu larèr, Pèir de Camogran, l'ajòu, que'm devisava, en hant lusir l'arnaut, de las berors, de las enigmas e deus enjòcs deu monde. Que sabè suu tèit deu hangar la musica de l'aigat o de la plogina e que m'ensenhava ric per ric los crums e las nublas dab lo nom latin. Au cant que'm disè lo nom deus ausèths... [Lire la suite]