Le Blog de Cristau de Hauguernes

18 septembre 2017

Cèpes 2017, septembre cafouille, les arions patrouillent...

be-16-09-17-03

Adishatz,

Il est des intuitions dont on aimerait qu'elles ne se vérifient jamais. Je me souviens d'un matin de fin juillet où, alors que la belle pousse de cèpes déclinait à vue d'oeil, je me levai avec ce sentiment aussi funeste qu'étrange que la grande roue nous entraînait vers des temps moins favorables. Et l'amateur éclairé sait à quel point un changement de temps très en amont peut faire dérailler une saison bien partie. Dans les faits, ce mauvais pressentiment est en passe de se vérifier au-delà de tout ce que je pouvais imaginer.

Ce dimanche 17 septembre, près de trois semaines ont passé depuis les premières pluies orageuses qui ont rythmé la fin du mois d'août et la perplexité le dispute désormais à l'attente vaine et fébrile. Il faut se rendre à l'évidence, pour l'heure les cèpes sont extrêmement rares dans mes coteaux du nord-Béarn et rien n'indique qu'il s'en trouvera beaucoup ces prochains jours. Cette indigence qui affecte d'autres zones géographiques du grand sud-ouest nous interroge d'autant plus que de ce même grand sud-ouest nous parviennent des photos de cueillettes faramineuses.

Sur les raisons de ces disparités il semble que les cèpes poussent fortement là où l'été 2017 est resté torride et sec jusqu'aux orages de fin-août, débouchant sur un choc thermique considérable. Ce n'est pas le cas par exemple dans mes terres, où le retour d'un flux zonal atténué dès la première décade de juillet, générateur de pluies orageuses assez espacées mais copieuses, et favorisant de nombreuses journées grises, n'a que très temporairement été remis en cause à la marge, par les dernières remontées d'air chaud du mois d'août qui ont accablé l'intérieur du pays, les orages des derniers jours de l'été météorologique survenant alors sur des sols encore humides et insuffisamment réchauffés. À l'absence de stress hydrique et à la faiblesse du choc thermique initial, si choc thermique il y eut, il faut ajouter la récurrence de pluies soutenues et bien froides tout au long d'une première quinzaine de septembre peu ensoleillée. Sans négliger le fait que le mycélium n'aime guère les sols saturés d'eau d'une part, et que ce même mycélium nécessite un bon mois et demi de récupération entre deux pousses majeures..

Et voilà comment tout ce weekend j'ai arpenté des bois vierges de cèpes et où les champignons se comptent d'autant plus que le moindre bouchon est pris en charge illico par des patrouilles d'arions. Les aereus sont rarissimes, les aestivalis à peine plus nombreux, minuscules, tous en quête de lumière et de chaleur hypothétique aux confins de ma propriété, comme ils font en novembre à l'accoutumée. Finalement, la découverte des premiers Marterouëts 2017 dans les rares endroits de mon cru où ils se montrent, fait un peu oublier la disette.

Pour la suite, rien n'est perdu mais le doute a repris du service. Il faudrait que ces douches froides cessent enfin, que le soleil reprenne la main, qu'il assèche un peu puis réchauffe sensiblement les sols, et que s'ouvre une bonne période de beau temps chaud, pour que le mycélium se remette en train. C'est ce scénario qui pourrait se mettre en place en seconde partie de semaine prochaine. Mais encore une fois, rien ne dit que cela suffirait à notre bonheur. C'est que parmi tous les termes complexes de l'équation subsiste une inconnue de taille : on ne peut exclure que le mycélium ait fructifié en quantité satisfaisante au mois de juillet et qu'il n'éprouve plus le besoin de produire beaucoup de cèpes cette année. Nul doute que les prochaines semaines nous permettront d'y voir plus clair.

Adishatz


31 août 2017

La purmèra orquidea / La première orchidée

spiranthe-02

Adishatz,

Bera pausa hè que saunejavi d'aperar las orquideas e de har possar cèths dens lo pargue de l'ostau. La partença deu men praube pair a la maison de retirada au mes de mai qu'estó lo parat d'introdusir navèths apèrs e naveras tecnicas d'entertien deu tascat, dab la crompa d'ua tonedera manuau elicoïda e lo recors a las cisalhas contra la chaborra. Au véder deus qui's passejavan davant casa, que passèi per un pèc behida, mes aqueth procediment ecologic qu'èra la via mei segura entà m'i escàder a tèrmi.

Ièr matin a punta d'auba, com solèvi, que varavi hens deu pargue tà préner novelas deus arbos qui gotejavan de la periclada nueitiva, quan l'espiar se'm pausè sus ua cama verdeta qui s'enairava de las agulhas mortas devath deu gran picea. Que'm hasoi en davant suu pic, mescredent.

Quan estoi mei près, que la detalhèi. Qu'èra ua cameta prendiva, desporvesida de huelhas e caperada d'ua inflorescéncia en borron qui alurava la de las asparragas. Aquera determinacion que m'estrambordè, qu'èra ua espiranta d'abòr, la purmèra orquidea deu pargue, qui la natura avè apitada aquiu, en aquesta fin de mes d'aost melanconiosa e seca, com tà dar man hòrta au men prètzhèit. E n'averí pas jamei pensat qu'aparire autanlèu.

 

Depuis longtemps je rêvais d'attirer les orchidées et de faire pousser des cèpes dans le parc de la maison. Le départ de mon pauvre père à la maison de retraite au mois de mai fut l'occasion d'introduire de nouveaux outils et de nouvelles techniques d'entretien de la pelouse, avec l'achat d'une tondeuse manuelle hélicoïdale et le recours aux cisailles contre les broussailles. Aux yeux de ceux qui se promenaient devant la maison, je suis passé pour un fou, sans doute, mais ce procédé écologique était ma meilleure chance de réussite à terme.

Hier matin à l'aube, comme à mon habitude, je faisais le tour du parc pour prendre des nouvelles des arbres qui dégoulinaient du dernier orage, quand mon regard se posa sur une tige vert clair qui montait des aiguilles mortes sous le grand épicéa. Je m'avançai aussitôt, incrédule.

Quand je fus plus près je la détaillai. C'était une tige frêle et élancée, dépourvue de feuilles et coiffée d'une inflorescence en bouton qui rappelait celle des asperges. Cette détermination me transporta de joie, c'était une spiranthe d'automne, la première orchidée de notre parc, que la nature avait érigée à cet endroit, en cette fin de mois d'août mélancholique et sèche, comme pour prêter main forte à mon projet. Et je n'aurais jamais imaginé que cela adviendrait si vite.

Adishatz !

28 août 2017

Un òmi qui sapia parlar a las hemnas / Un homme qui sache parler aux femmes...

IMG_20151217_124355

Aqueth ser quan arribèi au Garatge, que trobèi un companh men, Sachà, a's béver la pinta de Guinness en tot prosejà's dab ua gojata qui'm pareishó d'aviada mei joena que nosauts, e de quant. Un còp pausada la vèsta au vestiari que hasoi los adishatz aus coneishuts e que prenoi plaça au taulèr on me gahèi a la descarar entant qui'ns parlava. Prendiva, saura e anerada de pèu, qu'èra beròja per estar drin aurelhaquilhada. Que s'aperava Julia, qu'èra annada de 28, qu'èra emplegada dens las admenistracions e que sostienèva Bayrou. Que pretenè los amics dab qui èra vienuda, mei joens qu'era, que l'avèn deishada en plan au sortit deu repéish e de tot biais qu'avè idea de demorar entà encontrar monde. Que's coneishè sustot qu'avè drin cargat a Madiran mes qu'èra agradiva e Sachà qu'aparava lo devís.

Ne sèi pas quin lo prosei n'arribè a la question deu femenisme. Ad aqueth moment Julia qui n'avè dab las Femen, en hant lo gesto dab la paraula, camison desgautalat, qu'espartí los braç e que cridè : "Jo tanben, que poderí amuishar las popas en public mes ne soi pas segura que sia hera eficient com protèsta." Arrids pècs e marmús que s'entenón per l'estanquet.

Adara Julia qu'avè idea de fumar, mes ne volèva pas sortir soleta. Que'ns demandè de'u har tòla. Sachà que n'estó lèu senh. Per çò de men que demorèi au taulèr permor de l'ua part lo fum de las cigaretas ne'm mancava pas e de l'auta n'aví pas idea de floishar tròp lèu, sustot qui començavi d'auburar ençò de la jaubèla un bran de mitomania.

La cigareta acabada los mens companhs que tornèn au taulèr e lo prosei que s'i tornè. Totun, a miejanueit passada, Sachà que prenó conjat e que'm trobèi sol dab Julia tà plegar la serada. A dus pas, un par de vielhs deu pèu sau e péber que siropejava en hant aurelhas.

- Ès casat ? As chins ? ce'm demandè la gojata ? Jo que soi annoviada, ce horní shens demorar la mea responsa.

De hèit que l'escotavi desglarar la soa vita permor n'aví pas idea de desbotoà'm.

... Lo men nòvi que s'apèra Alexis, que volem maridà-ns mes qu'èm tròp independents enqüèra tà víver amassa. Un dia bissé, que'ns i escaderam. E puish, non sèi pas perqué, las nostas familhas e los nostes amics qu'espian d'arréruelh la nosta coneishença. Qu'ei atau Alexis, drin aurèste, e qu'ei çò qui m'agrada.

Julia que sortí tà la dusau cigareta. Contra las soas pregarias ne la seguii pas. Per estar plasenta que la vedí mei anar mei com ua encausa de cuentas.

- Qué pensas deu maridatge ? Qu'ei de compte har lo maridatge ce'm hasó en tornant. Dab Alexis que volem maridà'ns.

E au cap d'ua pausa que s'i tornè :

- L'estanquet qu'ei de cap a barrar, que cau que parti, se vòs viéner béver un còp a casa, que serà sonque tà devisar, pas tà jogar ?

Que i èran tròp d'incoeréncias e de contradiccions enter los dísers e las faiçons. Que m'avisavi d'ua engana. Que'm desenvitèi.

Just quan la gojata e virava lo telon, l'un deus vielhs que's levè e que la vienó de cap.

- A tu que sèi çò qui't cau, ce la hasó...

- Ah e qué çò qui'm cau, ce'u tornè Julia qui n'avè pas paur a la prova.

- Que't cau un òmi qui sapia parlar a las hemnas, ce la digó lo vielh.

- Ah e que sabes tu ?

- Pòts créder que quiò...

- Que vam véder aquò. Que'm saberàs behida díser quant mesuri deu davantcasa puishque coneishes plan las hemnas...

- Quiò mes tad aquò har que cau que'us tòqui, ce digó lo vielh.

Ad aqueth moment que manquèi m'estranglar en horrupant la cervesa mentras qui l'Elena e la Clòè, duas emplegadas deu pub, qui s'espiavan lo manetge en tot bevent e devisant au taulèr, que'n estón estarramosidas. Julia qu'espartí los braç e lo vielh que's gahè a'u paupar lo braguèr longament en public.

- 85b, ce digó de la fin.

- Que t'i ès escadut, ce responó era.

Autanlèu l'Alexis e lo maridatge que passèn per pèrtas e guadanhs. S'existiva lo gojat d'aulhors ? Quan lo Garatge e barrava que podèn véder Julia e lo vielh a dà's lo pòt pregon hens l'estanquet e per carrèra. Non sèi pas quin acabèn la nuèit. Que tornèi tà casa en me'n arrident au pregon de las hèitas deu ser, plan content au hons de m'aver ahirat la cuenta a quauqu'un mei. Çò qui's cau véder uei, mics, e çò qui's cau empassar...

 

Un homme qui sache parler aux femmes...

 

Ce soir-là quand j'arrivais au Garage, je trouvai un de mes acolytes, Sacha, buvant sa pinte de Guinness tout en devisant avec une fille qui me parut d'emblée bien plus jeune que nous. Après avoir posé ma veste au vestiaire je saluai mes connaissances et je pris place au comptoir où je me mis à la dévisager tandis qu'elle nous parlait. Elancée, cheveux blonds et frisés, elle était jolie avec ses oreilles un peu décollées. Elle s'appelait Julie, elle avait 28 ans, elle travaillait dans les bureaux et elle supportait Bayrou. Elle prétendait que les amis avec qui elle était venue, plus jeunes qu'elle, l'avaient laissée en plan après le repas et de toutes façons elle avait envie de rester pour rencontrer du monde. On voyait surtout qu'elle avait un peu bu mais elle était agréable et Sacha entretenait la conversation.

Je ne sais pas comment la question du féminisme arriva sur la table. À ce moment-là Julie qui avait une dent contre les Femen, joignant le geste à la parole, chemisier légèrement déboutonné, écarta les bras et s'exclama : "Moi aussi, je pourrais montrer mes nichons en public mais je ne suis pas sûre que ce soit un moyen de protestation très efficace." On entendit des fous-rires et des chuchotements dans le bar.

À présent Julie avait besoin de fumer, mais elle ne voulait pas sortir seule. Elle nous demanda de lui tenir compagnie. Sacha y consentit vite. Pour ma part je restai au comptoir parce que d'une part la fumée des cigarrettes ne me manquait pas et d'autre part je n'avais pas envie de céder trop facilement, surtout que je commençais à suspecter un brin de mythomanie chez la jeune fille.

La cigarrette consumée mes compagnons revinrent au comptoir et la conversation reprit. Toutefois, après minuit, Sacha prit congé et je me retrouvai seul avec Julie pour terminer la soirée. À deux pas, une paire de vieux, cheveux poivre et sel, sirotait en ouvrant grand les écoutilles.

- Tu es marié ? Tu as des enfants ? me demanda la fille ? Moi je suis fiancée, ajouta-t-elle sans attendre ma réponse.

De fait je l'écoutais raconter sa vie car je n'avais aucune envie de me livrer.

... Mon petit ami s'appelle Alexis, nous voulons nous marier mais nous sommes encore trop indépendants pour nous mettre en ménage. Un jour c'est sûr, nous y parviendrons. Et puis, je ne sais pas pourquoi, nos familles et nos amis voient notre relation d'un très mauvais oeil. Il est comme çà Alexis, un peu sauvage, et c'est ce qui me plaît.

Julie sortit pour la deuxième cigarrette. Malgré ses prières je ne la suivis pas. Bien qu'elle soit sympathique elle me faisait de plus en plus l'effet d'une source d'embrouilles.

- Que penses-tu du mariage ? C'est important le mariage, me fit-elle en revenant. Avec Alexis nous voulons nous marier.

Et l'espace d'un instant elle reprit :

- Le bar va fermer, il faut que je parte, tu viens boire un verre chez moi, juste pour discuter, pas pour coucher ?

Il y avait trop d'incohérences et de contradictions entre ses dires et son attitude. Je flairai une entourloupe. Je déclinai l'invitation.

Juste comme la jeune fille tournait les talons, l'un des vieux se leva et vint vers elle.

- À toi je sais ce qu'il te faut, lui fit-il...

- Ah et qu'est-ce qu'il me faut, lui répondit Julie qui n'avait pas froid aux yeux.

- Il te faut un homme qui sache parler aux femmes, lui dit le vieux.

- Ah et tu sais toi ?

- Pour sûr que oui...

- On va voir çà. Tu sauras sans doute me dire quel est mon tour de poitrine puisque tu connais bien les femmes...

- Oui mais pour ce faire il faut que je les touche, dit le vieux.

À cet instant je manquai m'étouffer avec ma gorgée de bière tandis qu'Hélène et Chloé, deux employées du pub, qui observaient le manège tout en buvant et bavardant au comptoir, en furent estomaquées. Julie écarta les bras et le vieux se mit à lui palper les seins longuement en public.

- 85b, dit-il quand il eut fini.

- Tu as tout juste, répondit-elle.

Sur le champ Alexis et le mariage passèrent par pertes et profits. Le garçon existait-il d'ailleurs ? À la fermeture du Garage on pouvait voir Julie et le vieux se rouler des pelles dans le bar et dans la rue. je ne sais pas jusqu'où la nuit les entraina. Je rentrai chez moi en riant intérieurement des évènements du soir, bien content dans le fond d'avoir refilé la patate chaude à quelqu'un d'autre. Ce qu'il faut voir aujourd'hui, mes amis, et ce qu'il faut avaler...

Posté par cristau à 01:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 août 2017

Cèpes 2017 : Août au régime sec après un juillet somptueux.

baes-14-07-17-13

Adishatz,

L'été qui se meurt peu à peu illustre à merveille l'importance du taux d'humidité de l'air dans l'allant d'une saison fongique, ce facteur étant trop souvent sous-estimé par les amateurs qui préfèrent s'en tenir aux régimes de précipitations et aux températures du sol sans doute plus faciles à mesurer. Et pourtant, une pousse de cèpes est revue à la baisse ou peut avorter sitôt que le taux d'hygrométrie de l'air chute durablement en dessous de 40%, même dans le cas d'hectolitres de pluie tombés les jours précédents. C'est du reste ce qui est advenu en ce mois d'août bien calme où je n'ai trouvé que trois cèpes dans mes bosquets de référence après le 4 malgré les 40 mm de pluie intervenus du 5 au 11. Il convient tout de même de relativiser ce résultat car le mois de juillet, pour sa part, s'est avéré très productif et tout incline à penser que le mycélium nécessite quelques semaines de repos lorsqu'il a beaucoup donné.

Après le stress hydrique généré par l'épisode caniculaire du 19 au 21 juin les 69 mm de pluie tombés entre le 25 juin et le 2 juillet ont déclenché une réaction vitale de grande ampleur du mycélium dans le contexte d'une première décade de juillet souvent nuageuse et pas trop chaude malgré un pic à 35° le 5. Les premiers cèpes sortaient de terre le 6 juillet, la pousse prenant des allures explosives au cours des jours suivants car montant très rapidement en puissance. Et c'est là que le temps a eu l'heureuse idée d'en remettre une louche, et même plusieurs, 47 mm de pluie orageuse se déversant entre le 8 et le 11 juillet alors que la première pousse battait son plein.

S'il ne provoqua pas de deuxième pousse ce second épisode pluvieux permit à la première de voyager confortablement à travers un mois de juillet finalement nuageux, assez humide et tempéré, après qu'elle eut dépassé son maximum d'intensité le 16.

Vous connaissez le scénario de l'été dans les grandes lignes. À la date du 26 juillet le temps est durablement repassé dans le versant sécheresse atmosphérique et les 40 mm du 5 au 11 août n'y auront rien changé. Les cèpes, en perte de vitesse après le 23 juillet ont fait sauter leurs derniers bouchons le 4 août et sont pour l'heure très rares en plaine béarnaise, tandis que les edulis et pinophilus sortent en montagne à la fortune des orages.

Pour la suite, mais ce n'est pas un scoop, tout est désormais suspendu au bon vouloir des conditions météorologiques. Cette période sèche et assez chaude me semble plutôt bienvenue car un été installant l'humidité dans la durée tend à bercer le mycélium dans un certain confort. Lequel nous a déjà joué des mauvais tours par le passé, l'automne venu. Et pour tout dire une période torride ces prochaines semaines, avant que le ciel rouvre ses vannes, ne serait pas forcément superflue.

Adishatz !