Canalblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog de Cristau de Hauguernes

15 mars 2024

E ns'en.hredèsse lo climat.../Et si le climat jetait un froid...

 

https://soundcloud.com/radio-pais/de-bitsegas-e-de-parpalhous-la-miaca-de-lamoc?in=radio-pais/sets/de-bitsegas-e-de-parpalhous

 

Quan l'ivèrn estó deus mei doç, en linha batenta de l'arrecauhament climatic, uns eslambrecs qu'esperrequèn lo cèu de las certituds deu moment, especiaument las deus climatologistas. Non que questionen la teoria de l'arrecauhament, mes qu'articles recents, pareishuts en revistas seriosas, e tiren tà la lutz tròbas estonablas per çò d'ipoteticas consequéncias esvarjablas a l'escala d'Euròpa e segon ua cronologia apressada.

Lo chepic que vieneré de l'AMÒC (Meridional Overturning Circulation Atlantic,) Circulacion Meridiana de Partvirament Atlantic. L'AMÒC qu'ei un tròç d'un cerquit gigant de corents marins aperat Circulacion Termohalina, qui hè virar las moleculas d'aiga de susfàcia com las de pregondor deus oceans segon ua cronologia estimada de 1000 a 1500 ans en tot regular lo climat de las tèrras emergidas, especiaument lo d'Euròpa qui shens aquò e's semblaré hòrt au de Canadà. La circulacion termohalina qu'ei aviada per las diferéncias de densitat de l'aiga de mar. Aqueras diferéncias que vaden deus escarts de temperatura (termo) e de salinitat (halina) de las massas d'aiga. Totun que parlan meilèu de MÒC, a noste d'AMÒC, que de circulacion termohalina permor que permet aus especialistes d'integrar autes procediments fisics (vent, marejas, vitèssa) qui influencian tanben lo desplaçament d'aqueras massas. Enfin, aqueth AMÒC qu'ei sovent con.honut dab lo Gòlfe Stream, qui n'ei sonque ua componenta pro autonòma.

Las aigas caudas deus tropics que viatjan a la flor de l'Ocean Atlantic de cap tau nòrd en tot se densificar permor deus flumis de calor e de l'evaporacion. En uns endrets que son pro densas au par de las aigas a l'entorn entà càder e alimentar l'aiga pregona nòrd atlantica qui se'n torna de cap tau sud on puja tà la susfàcia au dret de l'Antartic.

Òr, segon estudis recents, la honuda deu conglaç, de la calòta de Groenlàndia e l'aumentèra de las precipitacions devuda a l'arrecauhament que horneishen flumis navèths d'aiga doça qui poderén abaishar la salinitat de l'Atlantic Nòrd. Escaloridas e mensh saladas aqueras aigas que caderén mensh aisidament tà la pregondor. Çò qui poderé provocar un alentiment de l'AMÒC, senon un arrèst. En alentint lo corent que carrejaré mensh d'aiga salada deus tropics e la salinitat de las aigas que baisharé enqüèra au punt de provocar l'ahoniment de l'AMÒC. Autes cercaires qu'averén gahat lo senhau d'aquera gran flaquejada.

Las consequéncias d'un ahoniment de l'AMÒC, qui segon autas cèrcas e poderé aparir abans 2050, que serén esvarjablas en Euròpa qui's poderé pèrder 4 a 10°C de temperatura mejana en un detzenat d'ans sonque e conéisher los ivèrns de Canadà, mes tanben calorassas e sequèr en estiu. Uns scientifics deu GIEC, qui vedè d'ua flaquejada de 10 a 70% de l'AMÒC au delà de 2100, au dret d'un arrecauhament globau de 2,5°C, que's disen questionats per aqueras tròbas quan un sarròt d'especialistes e admeten que coneishem pro mau tots los mecanismes deu demiei marin quan arrepresenta 70% de la susfàcia planetària.

L'embarràs d'uns scientifics que tien tanben a las resultas d'aqueths estudis. Per demandar d'estar ahortidas e precisadas que's desavienen dab lo devis aparat detzenats d'ans hè aus ciutadans. Quin explicar l'arrecauhament actuau que poderé arribar a ua quasi glaciacion a noste ? Dab lo risc d'adaigar lo molin deus climatosceptics. Òr que poderem arribar lèu au punt de basculament deus 2,5°C evocats peus sapients. Segon lo GIEC e l'Organizacion Meteorologica Mondiau que'ns situim enter +1,2 e +1,4°C d'arrecauhament globau e las temperaturas que pujan hòrt.

Fondadas o non, aqueras novelas que'ns pressan d'arredusir hòrt las emetudas de CO2.

 

Remarcas :

1 Per estar sovent con.honut dab lo de la flaquejada e de la horquejada deu Gòlfe Stream de cap tà las còstas nòrd africanas abondosament tratat peus mediàs dab chic o mic d'aunestat e de rigor, lo problèma de la flaquejada e de l'arrèst de l'AMÒC qu'ei un scenarìo coneishut deu demiei deus climatologistes. Uns paleoclimatologistes que trobèn traç d'aqueth fenomèn au conglaç de Groenlàndia, dab a còps cadudas de 5 grats de la temperatura globau mercadas en ua decenia sonque. Totun qu'ei lo purmèr còp qu'avem estudis seriós suu subjècte.

2 Que i a prèssa pressadera entaus cercaires e entaus decidaires d'apregonir las coneishenças sus aqueth mecanisme de l'AMÒC, permor la nosta pena que's poderé cauçar e apressar d'un aute cataclisme en cors. Que n'avèvi déjà parlat en ua cronica. Shens que se n'i parla guaire, l'erupcion deu volcan Hunga Tunga deu mes de genèr de 2022 a las Islas Tongà qui progetè l'equivalent de 67 a 68 000 piscinas olimpicas a l'estratosfèra, aumentant de 13% la quantitat de vapor d'aiga d'aquera estrata hòrt ermetica de l'atmosfèra qu'averé déjà començat de descarar au pregon lo climat deu planeta. Estudis hidables, especiaument un deu CNRS, qu'estimèn a +1,5 grat lo potenciau de forçatge d'aqueth fenomèn sus la temperatura globau. Segon uns especialistes, l'envolada shens pariona de las temperaturas de la flor de las mars e de las tèrras emergidas observada tanlèu lo mes de mai o de junh de 2022 e qui sobra tots los scenariòs deu GIEC e de quant que seré lo hèit d'aqueth volcan. Òr, tà tornar au noste problèma de l'AMÒC, se l'estimacion majoritària d'un punt de partvirament a +2,5°C de temperatura globau ei la bona, tan vau díser qu'ei aqueth fotut volcan qui'ns poderé progetar lèu en ua dimension desconeishuda e esvarjabla deu climat shens qu'i podossim har arren d'ara endavant.

3 Au demorant, quan serén denegadas arron, aqueras naveras ipotèsis que s'escaden non poderén miélher entà arremandar cadun, scientifics com vulgarizators, a la prudéncia e a l'umilitat, qui l'usatge deu condicionau ei l'expression, mòde hòrt maumiat en ua epòca quan mei anar mei de desentenuts plens de glòria e s'estiman mei har córrer proseis e teorias gahats a la volada devant las telas, shens quitament at compréner tot a còps, com si estossen paraulas d'evangèli e la vertat revelada. Tròp de contemporanèus qu'erigeishen la sciéncia en navera religion, lhèu tà seguir los miaires e los lors mediàs segon l'ideologia "progressista", e que trasmudan las vertats màgerment admetudas e coneishudas deu moment en dògmas au subjècte deusquaus e enebeishen aus de mei lo mendre dobte e la quita expression de la mendra nuança au risc de l'escomenge, quin que sia lo maine, climat, medecina, etc ! Créder, desglarà's lo breviari o clavar la, com au temps de l'Inquisicion qui la pensada sola n'ei qu'ua fòrma destraviada e indolòra, au prètz d'un condicionament escusèr e de longaina. Shens desbrombar aqueras faiçons intolerentas e autoritàrias que fabrican hera mei de scepticisme de tot pèu qui non convençen. Òr l'istòria scientifica qu'at amuisha, per estar prodigiosas e sovent la resulta deu tribalh de gènis las tròbas e las "vertats" scientificas que s'apean sus las coneishenças e suus apèrs de cada tempsada e un navèth gèni o navèths apèrs que las pòden tostemps nuançar, questionar, passar, precisar o denegar mei enlà. A l'exemple de la fisica quantica qui au dia de uei e tira drin tà la lutz las hitas de la teoria de la relativitat d'Einstein. Dens lo hèit deu climat, tot çò qui los especialistes renomats e aparan, e qu'ei lo lor dever, que s'apea sus las coneishenças actuaus. Sonque la climatologia qu'ei ua sciéncia pro joena per çò deus apèrs de mesura, d'observacions e de carcul sofisticats, ua sciéncia qui avança pro viste bissè, mes a qui mancan lhèu enqüèra uas claus de compreneson deus mecanismes hèra complèxes deu climat planetari. Las modelizacions, los "scenariòs" de las equipas de cercaires com las deu GIEC, que gesseishen de carculs o simulacions hera sapients hèits dab suberordinators on entran totas las dadas coneishudas. L'existéncia possibla e probabla de factors desconeishuts, se lo cas ei de compte har e qui donc poderén faussar los carculs com las resultas que deveré abastar a justificar l'emplèc sistematic deu condicionau e de tots los torns de lenga de l'ipotetic.

Adishatz !

 

Et si le climat jetait un froid...

Alors que l'hiver fut des plus doux, dans la droite ligne du réchauffement climatique, quelques éclairs ont déchiré le ciel des certitudes du moment, en particulier celles des climatologues. Non qu'ils remettent en question la théorie du réchauffement, mais que des articles récents, parus dans des revues sérieuses, mettent en lumière des découvertes étonnantes concernant d'hypothétiques conséquences effrayantes à l'échelle de l'Europe et selon une chronologie rapprochée.

L'inquiétude viendrait de l'AMOC (Meridional Overturning Circulation Atlantic,) Circulation Méridienne de Retournement Atlantique. L'AMOC est une portion d'un gigantesque circuit de courants marins appelé Circulation Thermohaline, qui fait tourner les mollécules d'eau de surface comme celles des profondeurs des océans selon une chronologie estimée entre 1000 et 1500 ans tout en régulant le climat des terres émergées, notamment celui de l'Europe qui sans cela ressemblerait beaucoup à celui du Canada. La circulation thermohaline est mise en route par les différences de densité de l'eau de mer. Ces différences naissent des écarts de températures (thermo) et de salinité (haline) des masses d'eau. Cependant on parle plutôt de MOC, chez nous d'AMOC, que de circulation thermohaline parce que cela permet aux spécialistes d'intégrer d'autres pocédés physiques (vent, marées, vitesse) qui influencent aussi le déplacement de ces masses. Enfin, cet AMOC est souvent confondu avec le Golfe Stream qui n'en est qu'une branche assez autonome.

Les eaux chaudes des tropiques voyagent à la surface de l'Océan Atlantique vers le nord tout en se densifiant en raison des fluides de chaleur et de l'évaporation. À certains endroits elles sont assez denses par rapport aux eaux environnantes pour plonger et alimenter l'eau profonde nord atlantique qui retourne vers le sud où elle remonte en surface au niveau de l'Antartique.

Or, selon des études récentes, la fonte de la banquise, de la calotte du Groenland et l'augmentation des précipitations due au réchauffement constituent de nouveaux flux d'eau douce qui pourraient diminuer la salinité de l'Atlantique Nord. Réchauffées et moins salées ces eaux plongeraient moins facilement vers les profondeurs. Ce qui pourrait provoquer un ralentissement de l'AMOC, si ce n'est un arrêt. En ralentissant le courant tranporterait moins d'eau salée des tropiques et la salinité des eaux baisserait encore au point de provoquer l'effondrement de l'AMOC. D'autres chercheurs auraient détecté le signal de ce grand affaiblissement.

Les conséquences d'un effondrement de l'AMOC, qui selon d'autres recherches pourrait advenir avant 2050, seraient effroyables en Europe qui pourrait perdre 4 à 10°C de température moyenne en une dizaine d'années seulement et connaître les hivers du Canada, mais aussi des canicules et la sécheresse en été. Certains scientifiques du GIEC, qui envisageait un affaiblissement de 10 à 70% de l'AMOC au delà de 2100, à un niveau de réchauffement global de +2,5°C, se disent interrogés par ces découvertes quand de nombreux spécialistes admettent qu'on connait assez mal tous les mécanismes du milieu marin alors qu'il représente 70% des terres émergées.

L'embarras de certains scientifiques tient aussi aux résultats de ces études. Bien qu'elles demandent à être confirmées et précisées elles vont à l'encontre du discours tenu aux citoyens depuis des décennies. Comment expliquer que le réchauffement actuel pourrait aboutir à une quasi glaciaction chez nous ? Avec le risque d'alimenter le moulin des climatosceptiques. Or nous pourrions arriver vite au point de basculement des 2,5°C évoqués par les savants. Selon le GIEC et l'Organisation Météorologique Mondiale nous nous situons entre +1,2 et +1,4°C de réchauffement global et les températures grimpent fortement.

Fondées ou pas ces nouvelles nous pressent de réduire fortement nos émissions de C02.

 

Remarques :

1 Bien qu'il soit souvent confondu avec celui de l'affaiblissement et de l'inflexion du Golfe Stream vers les côtes nord-africaines par les médias avec plus ou moins d'honnêteté et de rigueur, le problème de l'affaiblissement et de l'arrêt de l'AMOC est un scénario connu du milieu des climatologues. Des paléoclimatologues ont découvert des traces de ce phénomène dans la banquise du Groenland, avec parfois des chutes de 5°C de la température globale enregistrées en une décennie seulement. Cependant c'est la première fois que nous avons des études sérieuses sur le sujet.

2 Il y urgence pour les chercheurs et pour les décideurs à approfondir les connaissances sur ce mécanisme de l'AMOC, parce que notre peine pourrait être aggravée et précipitée par un autre phénomène en cours. J'en avais déjà parlé dans une chronique. Sans qu'on en parle beaucoup, l'éruption du volcan Hunga Tunga du mois de janvier 2022 dans les Îles Tonga qui projeta l'équivalent de 67 à 68 000 piscines olympiques dans la stratosphère, augmentant de 13% la quantité de vapeur d'eau de cette couche particulièrement hermétique de l'atmosphère aurait déjà commencé à changer en profondeur le climat de la planète. Des études fiables, notamment une du CNRS, ont estimé à +1,5°C le potentiel de forçage de ce phénomène sur la température globale. Selon certains spécialistes, l'envolée sans équivalent des températures de la surface des océans et des terres émergées observée dès le mois de mai ou de juin 2022 et qui dépasse de beaucoup tous les scénarios du GIEC, serait le fait de ce volcan. Or, pour en revenir à notre problème de l'AMOC, si l'estimation majoritaire d'un point de retournement à +2,5°C de température globale est la bonne, autant dire que c'est ce fichu volcan qui pourrait rapidement nous projeter dans une dimension inconnue et effroyable du climat sans que nous puissions y changer quoi que ce soit dorénavant.

3 Au demeurant, même si elles venaient à être infirmées par la suite, ces nouvelles hypothèses tombent à point nommé pour rappeler chacun, scientifiques comme vulgarisateurs, à la prudence et à l'humilité, dont l'usage du conditionnel est l'expression, mode fortement malmené à une époque où de plus en plus d'imbéciles infatués préfèrent propager les discours et les théories attrapés au vol devant les écrans, pour certains sans même tout comprendre, comme si c'était paroles d'évangile et la vérité révélée. Trop de contemporains érigent la science en nouvelle religion, peut-être pour se conformer aux dominants et à leurs médias selon l'idéologie "progressiste", et transforment les vérités communément admises et reconnues du moment en dogmes au sujet desquels ils interdisent aux autres le moindre doute et jusqu'à l'expression de la moindre nuance sous peine d'excommunication, quel que soit le domaine, climat, médecine, etc ! Croire, réciter son chapelet ou la boucler, comme au temps de l'Inquisition dont la pensée unique n'est qu'une forme détournée et indolore, au prix d'un conditionnement sournois et de longue haleine. Sans oublier que ces procédés intolérants et autoritaires fabriquent bien plus de scepticisme de toute sorte qu'ils ne convainquent. Or l'histoire des sciences le montre, bien qu'elles soient prodgieuses et souvent le résultat du travail de génies, les découvertes et les "vérités" scientifiques s'appuient sur les connaissances et sur les outils de chaque époque et un nouveau génie ou de nouveaux instruments peuvent toujours les nuancer, questionner, dépasser, préciser ou infirmer par la suite. À l'instar de la physique quantique qui de nos jours met un peu en évidence les limites de la théorie de la relativité d'Einstein. Dans le domaine du climat, tout ce que les spécialistes reconnus avancent, et c'est leur devoir, s'appuie sur les connaissances actuelles. Sauf que la climatologie est une science assez jeune pour ce qui est des instruments de mesure, d'observation et de calcul sophistiqués, une science qui progresse assez vite certes, mais à qui manquent peut-être encore quelques clefs de compréhension des mécanismes très complexes du climat planétaire. Les modélisations, les "scénarios" des équipes de chercheurs comme celles du GIEC, sont issus de calculs ou simulations très savants faits avec des superordinateurs où on entre toutes les données connues. L'existence possible et probable de facteurs inconnus, potentiellement importants et qui donc pourraient fausser les calculs comme les résultats devrait suffire à justifier l'emploi systématique du conditionnel et de toutes les tournures de langue de l'hypothétique.

Adishatz !

Publicité
Publicité
4 février 2024

Le temps de l'année 2024 près de Salies de Béarn (chronique.)

20240131_104837

Adishatz,

Impossible au démarrage de cette chronique annuelle au fil des mois, de ne pas resituer la narration qui suit dans le contexte d'un réchauffement climatique global qui se poursuit et multiplie les signaux de plus en plus inquiétants. En ce début d'année, les températures des eaux de surface des océans et des mers surclassent déjà tous les records de chaleur que l'année 2023 avait pourtant pulvérisés. C'est une très mauvaise nouvelle car jusqu'à présent la température des eaux de surface des océans et des mers, bien qu'en hausse constante, évoluait beaucoup plus lentement que celle des terres émergées. Or les océans et les mers qui représentent 70% de la surface du globe jouent un rôle très important dans la stabilisation du climat.

Sur les 30% restant, plus particulièrement dans l'hémisphère nord, l'anomalie positive de températures atteint des niveaux jamais vus depuis le début des relevés météorologiques, à plus de 1,5°C au-dessus de la moyenne 1979-2000.

Si je prends la peine de publier ces données c'est pour mieux vous convaincre de l'aberration et de l'inconséquence totale d'un funeste projet qui a cours en ce moment par chez nous et qui aboutirait à terme à couper des centaines de milliers d'hectares de bois et de forêts de notre belle Gascogne pour les transformer en "e-kérosène" dans une usine à Lacq, Bio Tjet. Ses promoteurs perfides, arguent qu'il faut couper les essences actuelles car elles seraient inadaptées au réchauffement climatique et promettent de replanter des essences à croissance rapide. Sauf leur menterie enrobée de green washing, cela revient à remplacer des capteurs de CO2 actuellement efficaces par d'hypothétiques capteurs de CO2 (encore faut-il qu'ils poussent) qui ne commenceront à fixer réellement du carbone que dans plusieurs décennies, sans oublier celui que le "e-kérosène" d'une petite élite prête à tout pour pérenniser son mode de vie devenu insoutenable pour les équilibres vitaux de notre planète, ne manquera pas de relâcher d'ici-là... Je vous invite à vous informer sur ce projet en vous rapprochant des associations environnementales locales, notamment la Sepanso. Des collectifs sont en cours de constitution.

Janvier :

Ce premier mois de l'année a vu la fin de la très longue et copieuse séquence de pluie démarrée à la mi-octobre, et qui aura eu l'heur de ramener nos nappes phréatiques à des niveaux satisfaisants. Après trois premières journées presque sèches, un gros passage pluvieux sévit du 4 au 7 janvier (52 mm,) puis un autre plus modeste (18 mm) du 14 au 17. Après le 18 janvier le temps se met au sec (hormis 5 bons millimètres le 22 et le 23.) De sorte que le mois termine en anomalie de précipitations de près de 30%.

Vous n'imaginez pas l'embarras qui est le mien au moment d'aborder le volet températures... Pour l'instant cet hiver est méconnaissable, j'ai beau chercher, il n'y a rien de tel dans mes relevés à Lasbordes depuis 1985. Non pas qu'il fasse très doux par moment en janvier chez nous, mais c'est surtout la quasi disparition des températures "fraîches", de saison comme on dit, autour de 10°C, et qui étaient le liant des hivers naguère entre les périodes froides et les inévitables redoux, qui me laissent dubitatif et inquiet.

Pourtant le froid n'a pas manqué de bravoure et a pu temporairement se montrer incisif. D'abord du 5 au 13 janvier après un début d'année à 13°C. Le thermomètre est resté bloqué sous les 5°C du 8 au 12 avec deux journées particulièrement froides (pas plus de 2°C) les 9 et 10. 7 nuits de gel consécutif avec un pic à -5°C le 9. Salies de Béarn n'aura vu passer que de rares flocons mouillés perdus dans la pluie glaciale le mercredi 10 tandis que le nord de l'Aquitaine faisait des bonhommes de neige.

La deuxième et dernière offensive du froid (après un très net redoux entre 13 et 17°C du 14 au 18 tandis que le nord de la France grelotait dans le froid et sous la neige) est advenue le 19 et le 20 janvier. Elle fut d'autant plus ressentie que la veille il faisait extrêmement doux et que nous avons perdu près de 15°C en quelques heures. Après une journée bloquée à 3°C le 19 il a gelé à -8°C le samedi 20 janvier. Journée de pèlerinage climatique d'une certaine façon, les fossés, talus et portions ombrées de nos paysages restant gelés toute la journée, comme cela advenait plus souvent il y a dix bonnes années.

Après une ultime gelée à -3°C le dimanche 21, le mois de janvier a définitivement basculé dans la grande douceur, 13 à 18°C, les températures nocturnes fluctuant entre 3 et 7°C.

Dans ces conditions on s'estime presque heureux que janvier 2024 termine avec "seulement" un petit peu plus de 1°C d'anomalie thermique positive.

Février :

Il aura fallu attendre la nuit du 27 au 28 février, pour arracher à la douceur d'un mois sans partage la piètre gelée qui nous évite de renouer avec le triste record du mois de février 1990. C'est dire...

Les six premiers jours du mois sont très agréables, presque sans pluie, avec des températures maximales oscillant généralement entre 13 et 15°C mais s'abaissant à 8°C le 5. Les minimales sont douces pour la période, entre 3 et 7°C.

Une très nette dégradation des conditions météorologiques s'opère dans l'après-midi du mercredi 7 et jusqu'au lundi 12. Près de 60 mm de pluie, principalement sur les journées du samedi 10 et du dimanche 11. Les températures sont très douces du 7 au 9 (16 à 17°C les après-midis, 8 à 10°C en cours de nuit,) mais fléchissent quelque peu après le 10 (8 à 9°C pour les maximales.) Dans ce contexte très agité, la journée du lundi 12 est marquée par une tempête virulente baptisée Karlotta. Quelque peu sous-estimée par la plupart des modèles météo elle sévit sans coup férir de 11h30 à 14h30, des dégâts aux toitures sont signalés ici et là, ainsi que des arbres abattus, notamment de vieux fruitiers pourtant aguerris, et des pylônes en bois de télécommunication sortis de terre et sectionnés. Les observations pointent un couloir de vent à plus de 100 km/h en flux tendu depuis la côte jusqu'à l'intérieur du Béarn. La station basque voisine d'Aïcirits enregistre des rafales à 110 km/h, valeur maximale approximative que l'on peut raisonnablement étendre aux secteurs de Sauveterre de Béarn, Navarrenx et Salies de Béarn au vu des dégâts. Orthez plus au nord, n'enregistrera "que" 80 km/h.

Les journées des 13 et 14 février sont beaucoup plus calmes et agréables. Après une nuit à 2°C le 13 la température grimpe à 21°C le 14.

Le jeudi 15 février reproduit cette température mais le temps se dégrade fortement. Un cumul de 27 mm est réalisé le 16 février sur 48 h.

Un intervalle sec plus durable advient du 17 au 21 février avec des températures maximales fluctuant entre 12 et 16°C et des minimales en dents de scie (2 à 9°C.)

Le jeudi 22 février se produit un nouveau changement radical. Précédé par un coup de vent de sud-ouest générant un pic de douceur à 19°C la bascule en vent d'ouest de la tempête Louis s'avère moins violente que redoutée, localement. Il faut dire que les services météo ont sans doute voulu anticiper après avoir été un peu pris de court par Karlotta. On a essuyé deux ou trois grosses rafales sous un gros nuage convectif vers 15 h 30 et le vent s'est très vite calmé. Nonobstant, le passage du front froid associé à cette tempête plus septentrionale avait dans son sillage un temps nettement plus pluvieux mais aussi plus frais et même temporairement assez froid pour terminer le mois. Les journées des 23, 24 et 25 février sont caractérisées par de puissantes giboulées avec grêle et coups de tonnerre. Par la suite ce seront plutôt des pluies continues. Si les températures maximales descendent brièvement jusqu'à 6 ou 7°C (le 24 et le 27,) on évolue généralement entre 9 et 13°C, renouant pour quelques jours avec des normales de fin d'hiver qu'on croyait surannées. Hormis la faible gelée du 28 les minimales ne descendent pas en dessous de 2°C.

Ces huit dernières journées plus fraîches ont quelque peu estompé l'anomalie positive de températures de ce mois de février qui sans cela aurait pu surpasser certains illustres devanciers tels que février 1990. Côté précipitations, avec un cumul dépassant 195 mm les normales mensuelles sont plus que doublées et février 2024 se situe parmi les plus arrosés.

Bilan de l'hiver :

Malgré un fléchissement entre le 17 janvier et le 7 février, l'hiver 2023-2024 s'avère particulièrement pluvieux, 468mm (environ 30% d'excédent,) sur la lancée des mois d'octobre et de novembre. Malgré deux incursions froides assez incisives au cours des deux premières décades de janvier, le niveau des températures moyennes sur décembre-janvier-février présente une anomalie de douceur très forte, très légèrement inférieure à +2°C. Très peu de températures maximales inférieures ou égales à +5°C, un total de 20 gelées depuis le début de la basse saison (c'est très faible,) cet hiver est parmi les plus doux jamais enregistrés, en compagnie de 1989-1990, 2000-2001, 2015-2016 et 2019-2020

Mars :

- Heurèr, heurèris, qu'ès passat e non t'èi vist, ce disè lo paisan au més de heurèr.
E lo més de heurèr que responè en hant un emprunt au més de març :
- Prèsta me'n un, prèsta me'n dus, prèsta me'n tres, prèsta me'n quate ! Que'us te s'i hèi tots pena abater...

- Février, temps de février, tu es passé sans que je te remarque, disait le paysan au mois de février.
Et le mois de février répondait en faisant un emprunt au mois de mars :
- Prête m'en un, prête m'en deux, prête m'en trois, prête m'en quatre, je vais leur faire un temps exécrable...

Les cinq premiers jours du mois furent particulièrement agités et frais dans la lignée de la dernière décade de février. Des températures maximales ne dépassant plus 11 à 13°C et une faible gelée ( 0°C) le 4. Près de 95 mm de précipitations parfois sous forme de giboulées ce qui devient tellement rare qu'on se doit de le signaler. Mention spéciale à la journée du dimanche 3, bien froide, température n'excédant pas 7°C et qui a vu voltiger quelques flocons de neige sous les giboulées les plus froides pour un cumul de 37 mm.

Après une nouvelle faible gelée ( 0°C) le 6 le temps s'assèche et s'éclaircit jusqu'au dimanche 10 à la mi-journée. Malgré un pic à 19°C le jeudi 7 les températures restent dans les normes de la saison, 13 à 15°C.

Dans l'après-midi du dimanche 10 mars une nouvelle dégradation sensible des conditions météorologiques s'opère, débouchant sur une journée du 11 très pluvieuse (près de 31 mm) sous forme de giboulées accompagnées de grêle. Les températures maximales oscillent entre 10 et 13°C. Les averses cessent la nuit suivante pour un cumul approchant 34 mm.

La journée du mardi 12 mars voit donc une très nette amélioration du temps qui tiendra bon jusque dans la soirée du lundi 25 malgré deux ou trois averses isolées. Après deux nuits un peu fraîches les 12 et 13 mars la période qui s'ouvre est caractérisée par une très nette hausse des températures, avec des maximales supérieures à 20°C presque continuellement du 13 au 22 mars, et un pic à 24°C ce même jour et des minimales entre 8 et 11°C du 18 au 22. À partir de la journée du 23 mars, toutefois, les températures dévissent lentement pour rejoindre les normales saisonnières à l'avant d'un nouveau changement de temps.

Les tout derniers jours du mois, de l'après-midi du 25 au dimanche 31 sont extrêmement agités et nettement plus frais, avec des minimales fluctuant entre 1 et 5°C et même une faible gelée (0°C) le 27 mars. Le dernier jour du mois ne dépasse pas 10°C. Sous l'emprise de puissants cumulonimbus les cumuls de précipitation de cette dernière semaine sont impressionnants (84 mm,) notamment la journée du vendredi 29 qui réalise à elle seule 42 mm. Ces mêmes cumulonimbus génèrent de puissantes averses de grêle et favorisent les fortes chutes de températures par isothermie, ce qui explique en grande partie la fraîcheur des soirées et des nuits.

Au bilan, le mois de mars 2024 termine sur un cumul proche de 220 mm de pluie, soit près du double des normales mensuelles. Malgré des minimales assez proches des moyennes attendues le mois termine encore en anomalies positive de températures de près de 1°C, signature de la longue période de très grande douceur survenue en milieu de mois. Nous n'observerons plus de mois en anomalie thermique négative tant que les périodes dites "froides" ou "fraîches" correspondront tout juste à ce que nous appelions les normales il y a encore quinze ou vingt ans tandis que les périodes de grande douceur ou de chaleur nous propulseront sans forcer à 5 voire 10°C au-dessus de ces dernières.

Avril :

Les mois d'avril et de mai sont rarement faciles à résumer pour un chroniqueur climatique et chaque année je peine à trouver un fil conducteur dans ma narration tant les types de temps se bousculent et les températures varient, en attendant que le mois de juin et l'été imposent leur suprématie... Et c'est aussi pour cela que depuis deux ans j'ai opté pour une actualisation tout au long de l'année.

Une fois n'est pas coutume, cette année le mois s'est organisé en deux temps, une première partie chaude, parfois même très chaude et généralement ensoleillée jusqu'au 14, et une seconde, nettement plus fraîche et perturbée du lundi 15 au mardi 30.

Les deux premiers jours du mois sont perturbés et modérément pluvieux ( environ 15 mm ) avec même quelques giboulées de grêle. À partir du 3 le temps s'éclaircit et les températures s'envolent. Un pic à 30°C est enregistré dans mon versant de coteau boisé le 5 avril mais ce sont des valeurs approchant 33 à 34°C qui sont relevées dans les localités voisines. Cet épisode de chaleur très précoce n'est pas sans rappeler celui des premiers jours d'avril 2011.

Dans l'après-midi du 8 et toute la journée du 9 un important passage pluvieux ( cumul de 39 mm ) met fin à cette séquence chaude. Les températures maximales ne dépassent pas 13°C le 9 et 15°C le 10.

Toutefois, avec le retour du beau temps le mercure repart très vite à la hausse et on dépasse à nouveau 25°C du 12 au 14.

La journée du lundi 15 avril, beaucoup plus maussade et très faiblement pluvieuse marque une rupture très nette et saisissante avec les deux semaines précédentes. Les températures maximales descendent progressivement sous les 15°C jusqu'au 18 sous un ciel lâchant des averses bien froides descendant du nord. À la faveur d'une accalmie sèche et plus claire les températures remontent temporairement à 20 et même 21°C le vendredi 19 et le samedi 20 mais les nuits sont très froides, en dessous de 2°C, avec même une faible gelée (0°C) le lundi 22.

À cette date une nouvelle descente froide fait plonger les thermomètres plus nettement et la journée du 24 avril avec des valeurs comprises entre 0 et 10°C est digne d'un mois de Janvier. À noter aussi que cette période fraîche qui reculera lentement après le 26 avril avait dans ses bagages un nouveau train perturbé qui nous survivra à ce mois d'avril.

Bizarrement cette deuxième quinzaine perturbée et fraîche s'est avérée moins pluvieuse quantitativement que la première aux précipitations plus passagères mais aussi plus copieuses. Avril 2024 termine sur un léger déficit pluviométrique qui n'entame en rien les réserves reconstituées tout au long des mois précédents. Et malgré la forte baisse enregistrée en cours de mois on termine encore sur une anomalie positive de températures de près d'1 degrés.

À suivre...

20 janvier 2024

Lo gatòt e l'agent recensaire...

Lo gatòt e l'agent recensaire

 

20210705_124944

L'aute dia, quan davi un torn peu campèstre que vau trobar l'ua de las meas vesias, la Ticià. En m'apressant de la caseta que vau enténer a ua nhaulèra qui arribava de darrèr las topias deus agrumes au devath deu costèr.

La Ticià qu'èra au portalèr. Que m'explica aqueth gatòt gris qui adara se l'atormèra las garras en arronant e en nhaulant tot doç que l'ei arribada au temps de las hèstas. Qu'ei ua abitudassa a noste. Quan existeishen associacions tà vesiar los animalòts qui ne vòlen pas mei o qui ne pòden pas neurir, tròp de monde que s'estiman mei abandonar los gats a descús totun, d'ua veiturada a las estremèras deus camins, de nueit. Shens desbrombar tots los qui s'aiman mei arpastar lo Netflix pumèr d'avitar un gatòt a trucas d'un paquetòt de croquetas lo mes.

La Ticià qu'ei embestiada, despuish qu'ei arribat, que's neureish aqueth animalòt, mes ne'u hè pas entrar a casa e n'a pas tròp idea de'u se préner. Permor, on demora, contra ua rotòta, las autòs que l'an esglaishat tròp de companhs e la loa esperança de vita qu'ei abracada.

En aqueras qu'arriba ua veitura blanca, de foncion, e que'n baisha un gojatet dab un paperòt. Qu'ei l'agent recensaire. A la vesia que la sovienen drin aqueras tacanheras administrativas. Que s'a perdut l'òmi just mei d'un an hè e com hèra de vielhòts ne ved pas mei tròp l'interés de taus formalitats.

  • "S'as dens l'idea de't guardar lo gatòt n'as pas qu'a desglarà'u, ce la hei. Atau los mossurs de Paris que poderàn carcular quant de camions de croquetas e calerà cargar entau Carrefour de Salias per un vintenat d'ans. E se ne'u te vòs pas préner, desglara'c tanben, atau que poderàn carcular las indemnitats caumatge deu conductor."

Drin après que'm tornèi gahar la camada, tad ac tot díser, aqueth gatòt, que'u m'averí plan adoptat. Lhevat que'm pesa mei anar mei de portar gats tròp joens en tèrra...

 

Au men Capdan tant aimat, defuntat suu còp lo 13 d'octobre de 2023...

 

Le chaton et l'agent recenseur...

L'autre jour, alors que je me promenais dans la campagne j'ai rencontré une de mes voisines, la Ticia. En m'approchant de la maisonnette j'entendis un miaulement qui provenait de derrière les grands pots des agrumes sous l'appentis.

La Ticia était sur le pas de la porte. Elle m'explique que ce chaton gris qui maintenant s'enroule autour de ses mollets en ronronnant et en miaulant tout doux lui est arrivé pendant les fêtes. C'est une sale habitude chez nous. Alors qu'ils existent des associations pour prendre soin des animaux de compagnie dont on ne veut plus ou qu'on ne peut pas nourrir, trop de gens préfèrent encore abandonner les chats en cachette, d'un coup de voiture aux confins des chemins, de nuit. Sans oublier tous ceux qui préfèrent engraisser Netflix plutôt que de subvenir aux besoins d'un jeune chat au prix d'un petit paquet de croquettes par mois.

La Ticia est embêté, depuis qu'il est arrivé, elle nourrit ce petit animal, mais elle ne le fait pas rentrer chez elle et elle n'a pas trop envie de le garder. Parce que, où elle habite, tout près d'une petite route, les autos lui ont écrasé trop de compagnons et leur espérance de vie est écourtée.

C'est là qu'arrive une voiture blanche, de fonction, et en descend un jeune homme avec un petit papier. C'est l'agent recenseur. Ma voisine est un peu ébahie par ces tracasseries administratives. Elle a perdu son mari depuis à peine plus d'un an et comme beaucoup de personnes âgées elle ne voit plus trop l'intérêt de telles formalités.

  • "Si tu as l'intention de garder ce chat tu n'as qu'à le déclarer, lui fais-je. Comme ça les messieurs de Paris pourront calculer combien de camions de croquettes il faudra charger pour le Carrefour de Salias pendant une vingtaine d'années. Et si tu ne veux pas l'adopter, déclare-le aussi, comme ça ils pourront calculer les indemnités chômage du conducteur."

Sans trop tarder je repris ma marche, pour tout dire, ce chaton, je l'aurais bien adopté. Sauf qu'il m'est de plus en plus pénible de porter des chats trop jeunes en terre...

 

À mon Capdan tant aimé, décédé brutalement le 13 octobre 2023...

6 janvier 2024

Le temps près de Salies de Béarn en 2023 en chiffres...

Le temps de l'année 2023 à Salies de Béarn (statistiques...)

20230101_174505

*La hauteur de pluie (H pl) et l'épaisseur de neige (E ne) sont exprimées en centimètres.

 

Légende

Températures très nettement inférieures aux normales. écart > 5°

Températures nettement inférieures aux normales. écart > 2°

Températures inférieures aux normales. 0°,5>écart<2°

Températures conformes aux normales. écart<0°,5

Températures supérieures aux normales saisonnières. 0°,5>écart<2°

Températures nettement supérieures aux normales saisonnières. 2°>écart

Précipitations sous forme de pluie, inférieures de plus de 50% à la normale.

Précipitations sous forme de pluie, inférieures de moins de 50% à la normale.

Précipitations sous forme de pluie, supérieures de moins de 50% à la normale.

Précipitations sous forme de pluie, supérieures de plus de 50% à la normale.

 

Janv

Févr

Mars

Avril

Mai

Juin

Juil

Août

Sept

Oct

Nov

Déc

Ann

T mx

8°26

11°,17

17°,12

18°

22°,6

26°,97

26°,71

27°,32

25°,86

21°,83

13°,46

10°,64

19°,16

T my

4°,67

5°,44

11°,18

12°,27

15°,4

20,68

20°,54

21°,1

19°,71

16°,38

9°,66

6°,88

13°,66

T mn

1°,09

-0°,28

5°,25

6°,54

8°,2

14°,4

14°,38

14°,88

13°,56

10°,93

5°,86

3°,12

8°,16

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R ch

19°

19°

28°

27°

30°

31°

35°

37°

33°

30°

21°

15°

37°

R fr

-7°

-6°

-7°

-1°

12°

11°

-1°

-3°

-7°

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Préc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pl

17

4

12

13

17

15

12

10

13

13

23

18

168

Ne

7

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8

Or

4

 

3

2

7

15

6

2

7

 

2

1

49

Gr

2

 

 

2

 

 

1

 

 

 

1

1

7

H pl*

24,62

3,22

9,78

12,61

5,26

12,79

5,76

7,24

9,98

15,34

30,98

17,52

155,1

E ne*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0cm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T mx

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

>25°

 

 

2

2

9

22

22

21

19

12

 

 

109

>30°

 

 

 

 

2

6

6

10

6

1

 

 

31

>35°

 

 

 

 

 

 

1

2

 

 

 

 

3

>40°

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T mx

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

<10°

19

16

5

1

 

 

 

 

 

 

6

17

64

<5°

5

2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7

<0°

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

<0°

15

16

5

2

 

 

 

 

 

 

2

7

47

<-5°

2

3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5

<-10°

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 janvier 2024

La saison des champignons 2023

20231114_154728

Adishatz,

À vivre des saisons haletantes et pleines depuis l'aube de ce siècle, sans connaître les déconvenues des années SANS, on commençait à s'habituer à l'idée que la chose n'adviendrait plus jamais, surtout pas dans la foulée d'un exercice 2022 qui avait pulvérisé tous les records, du moins pour ce qui est des cèpes, et donné pleine satisfaction concernant la plupart des autres espèces populaires. De ce fait c'est en toute confiance qu'au début de l'année j'ai acheté un nouveau carnet afin de remplacer au pied levé celui sur lequel je consigne toutes mes infos de cueillette saison après saison car je considérais que les pages qu'il restait à noircir sur ce dernier ne suffiraient pas à tout contenir...

Les morilles en détresse absolue...

Et pourtant... Malgré un hiver correct, janvier et février caractérisés par de nombreuses gelées parfois sévères et quelques périodes de froid modéré, les morilles ont donné un premier coup de semonce. Apparues plus tardivement que les années précédentes, dans les tout derniers jours de mars, elles furent bien plus rares qu'à l'accoutumée à basse altitude, mon décompte s'arrêtant à 11 spécimens dans ma morillère d'observation le 20 avril tandis qu'elles étaient quasiment introuvables au bord des gaves. En altitude la saison des morilles coniques connut un démarrage plus prometteur en deuxième quinzaine d'avril mais un début de mois de mai plus chaud a rapidement eu raison de ces bonnes résolutions. D'une manière générale, il est à craindre que les morchellacées, dont les effectifs tendent à diminuer au fil des années, n'aiment pas du tout le nouveau climat de plus en plus chaud qui se dessine en France et que les régions de plaine en voient de moins en moins la couleur au fil des prochaines saisons...

20230428_163141

Finalement, des grands printaniers, seul le mousseron s'est fendu d'un millésime honorable, mais moins que l'an dernier, entre la fin du mois de mars et le début du mois de mai.

Les effectifs de cèpes thermophiles en chute libre...

Avec l'arrivée des premières journées de chaleur et des premiers orages dès la fin du mois d'avril, comme il se doit, toutes les attentions des connaisseurs se reportèrent vers les sous-bois, dans l'attente des chapeaux roux. Très vite il fallut déchanter, si la date de trouvaille de mes premiers cèpes d'été, un 24 mai, reste correcte, l'entame de saison fut beaucoup plus laborieuse et pingre que les précédentes malgré des conditions climatiques plus que convenables. L'apparition de quelques beaux cèpes noirs, le 27 juin, souleva un espoir qui retomba bien vite. Sans attendre la fin du mois de juillet il m'apparaissait déjà que sauf retournement de tendance induit par une éventuelle période de sécheresse et de canicule, la grande saison de ces espèces serait au mieux médiocre...

Il y eut bien une ébauche de démarrage de pousse début-septembre ou encore début-octobre, aboutissant de façon extrêmement localisée (un ou deux placiers,) à des formations spectaculaires d'aestivalis, mais curieusement, ces levées de lisières ne gagnèrent jamais les sous-bois, demeurés quasiment francs de cèpes thermophiles à quelques spécimens près, y compris en novembre et début-décembre.

Avec 105 bolets sur mes seuls petits bois historiques 2023 réalise moins de 8% du total faramineux de 2022 et devient la plus piètre saison de ce premier quart de siècle.

20231110_120140

Les girolles méritaient mieux...

Dans ces conditions d'un été modérément chaud et assez pluvieux, les girolles ont bien tenté de redonner un peu de lustre à une saison mal engagée. De juillet à septembre, puis en octobre et novembre, on les a vues se déhancher à la moindre averse pour tenter de prendre un peu de hauteur et de volume. Mais, et ce fut ma grande surprise, sans jamais réellement y parvenir...

Les oronges en service minimum...

D'une manière générale les espèces symbiotiques furent très rares cette saison, plus que les saprophytes. En bonnes amanites les oronges n'ont pas dérogé à cette tendance, encore que j'ai pu observer des populations d'amanites vineuses, d'amanites panthères, d'amanites phalloïdes et de citrines sur le retour en novembre et même début décembre. La favorite de César pour sa part, s'est montré à l'unité avant le 14 juillet, puis un peu plus franchement en août. Mais ce sont surtout les conditions sèches et chaudes du mois de septembre et de la première quinzaine d'octobre qui ont donné à cette espèce délicieuse de s'enhardir quelque peu. Sans qu'on puisse jamais parler de grande pousse contrairement à 2020 par exemple.

Le retour du roi...

Finalement, alors que les fortes pluies intervenues à partir de la mi-octobre n'ont accouché que de très rares cèpes thermophiles, au paroxysme d'une attente d'autant plus fébrile que je misais tout sur lui depuis le mois de juillet, le roi Marteroet dont les saisons 2021 et 2022 avaient été très décevantes, a opéré un retour époustouflant dans les premiers jours du mois de novembre. Jamais je n'aurais imaginé voir un jour autant de cèpes de Bordeaux dans mes terres grandement dévolues aux aereus et aux aestivalis. Surtout en l'absence de ces derniers...

La saison a soigné sa sortie...

Pour si spectaculaire que fût leur pousse, les valeureux Marteroets n'ont pas joué les prolongations, en perte de vitesse rapide après le 20 novembre et chassés de l'avant-scène début-décembre par les précipitations excessives de cette arrière-automne. Fort heureusement, d'autres espèces tardives ont su tirer profit de ces pluies diluviennes et il s'en trouve encore au moment où je rédige cet article, les clitocybes géotropes ou "têtes de moine," les hygrophores des prés et les pieds de mouton qui après un démarrage très poussif sont bien présents actuellement. On m'a également signalé une pousse en cours de trompettes de la mort, mais pour l'heure je n'en ai pas vu une seule...

20231226_173550

La saison 2023 s'achève donc mieux qu'elle n'avait commencé et ces dernières semaines nous ont enfin apporté quelques motifs de satisfaction et d'espérance. Toutefois je ne vous cacherai pas qu'il me tarde d'arriver au mois de mars pour observer le comportement des morilles après ce millésime bien inquiétant, et dans la foulée, en mai où les premiers cèpes d'été seront attendus de pied ferme...

Adishatz !

Publicité
Publicité
30 décembre 2023

Saison des cèpes 2023 : Enfin le Roi marcha sur l'eau...

20231114_154757

Adishatz,

Il fallait être cet infatigable coureur des bois pour espérer encore que quelque heureux dénouement pût advenir au crépuscule de cette saison des champignons 2023 qui nous aura tenus dans la plus parfaite indigence de bout en bout. Enfin presque...

Surtout lorsque, deux bonnes semaines après le retour de la pluie à la mi-octobre, sauf quelques rares spécimens dans les placiers les plus généreux des bois d'excellence, l'hypothèse d'un flop total et définitif de la saison des cèpes thermophiles brillamment validée conduisait la quasi totalité des chercheurs du Nord-Béarn à raccrocher le panier aux poutres du garage, bien au sec jusqu'au printemps suivant.

De mon côté, l'attente fut d'autant plus fébrile que, ainsi que mes plus fidèles lecteurs le savent, depuis mes articles de l'été j'avais quasiment acté la faillite des bolets thermophiles et reporté tous nos espoirs sur le roi Marteroet ou cèpe de Bordeaux, pour ceux qui savent l'identifier et où le trouver, ce qui n'est pas évident dans mes terres du Nord-ouest Béarn. Considérant que cette espèce avait quelque peu terni la sortie de scène des deux saisons précédentes, pourtant caractérisées par une profusion de ses cousines, pour des raisons complexes et tenant à des biologies propres, je voyais en elle la rédemptrice inespérée de toute la présente.

Dans les faits le suspens et l'attente fébrile survécurent une bonne semaine au premier Marteroet, minuscule, trouvé près de mon châtaignier fétiche, le 29 octobre. Un cèpe de Bordeaux ne fait pas le plein panier. Et s'ils boudaient encore une fois...

Comme un soulagement, une délivrance, la pousse du King Boletus dynamita les derniers doutes à partir du 5 novembre, sous les pluies incessantes qui redoublaient d'intensité. Offrant alors, deux bonnes semaines durant, un spectacle bouleversant dans mes terres où ce cèpe passe d'ordinaire si facilement inaperçu... Des étagements, des myriades, des farandoles de cèpes de Bordeaux dans des bois où je soupçonnais sa présence mais où je n'en avais jusqu'à ce mois de novembre jamais rencontré...

20231105_161514

Le séisme causé par le retour fracassant du Roi dans sa cour eut l'heur de sortir quelque peu ses cousins cèpes noirs et cèpes d'été de leur coma dépassé. C'est alors qu'on vit au dernier soleil de novembre et même début décembre, sur les orées, au bord des petites routes et des chemins, quelques rares troupes de cèpes d'été et de cèpes noirs, jusqu'à ces trois improbables oronges que je découvris le 3 décembre au cours d'une promenade vers Orion. Mais ce réveil des thermophiles en lisière ne se hasarda jamais à l'intérieur de nos meilleurs bois et sur toute la période courant d'octobre à novembre mon décompte s'est arrêté à 15 boletus aereus...

Ironie de l'histoire, le Roi a laissé le soin à son cousin, cèpe d'été, de cloturer le bal le 11 décembre. De toute évidence, les pluies intervenues après le 20 novembre étaient de trop et les gelées ont porté le coup de grâce. Sans cela je suis persuadé que nous trouverions encore deux ou trois Marteroets par ci par là, actuellement...

Adishatz !

20231114_154742

3 novembre 2023

Saison des cèpes 2023 : si ce n'était qu'une question de pluviométrie...

baer-13-10-20-02

Adishatz,

Les averses torrentielles froides qui s'abattent sur la Gascogne en ce début novembre ont enterré mes derniers espoirs, certes infimes, de revoir quelques rares cèpes thermophiles en cette année définitivement sinistrée. Depuis mon dernier article bien plus de jours ont passé que je n'ai vu de cèpes dans mes bois. Les 45 mm de pluie tombés entre le 21 et le 23 septembre qui en temps normal auraient déclenché une jolie petite pousse ne m'ont valu qu'une dizaine de bolets tout au plus. Depuis le 14 octobre, malgré tous les efforts déployés et les kilomètres parcourrus il ne m'a plus été donné de trouver le moindre cèpe.

Cette saison d'une indigence rare, et à bien des égards intrigante, affecte la quasi totalité des espèces dans mes terres, les symbiotes comme les saprophytes. Seules les oronges qui se montraient encore un peu avant le 20 octobre et les girolles que l'on peut trouver ces jours-ci à la faveur des pluies abondantes se sont fendues d'un automne honorable.

Autant vous dire que c'est sans trop d'illusion que j'ai accueilli le retour de ces mêmes pluies depuis 15 jours. Car contrairement à une théorie très en vogue dans le petit microcosme des mycophiles, j'ai éprouvé depuis longtemps que l'intensité des pousses de cèpes et même de saisons toutes entières n'était pas indexée sur les quantités de pluie recueillies dans les pluviomètres, certaines années s'étant avérées de bout en bout une véritable foire aux cèpes en dépit d'une pluviométrie modeste. De mon point de vue la quantité d'eau qui tombe avant le déclenchement d'une pousse est un facteur très important, qui pourrait le nier, mais il ne fait pas tout. J'y vois plutôt un coefficient multiplicateur d'un réflexe vital ou stimulus reactio dont la nécessité serait accusée par un parcours plus ou moins semé d'embûches et qui a débuté bien avant. L'occasion m'est donnée ici, de rappeler aux oublieux, à tous ceux qui veulent s'enticher de l'air du temps, que l'abondance des cèpes témoigne avant tout de la souffrance passée et parfois présente du mycélium, leur rareté dans des conditions climatiques favorables attestant plutôt sa quiétude et bonne santé, par temps désespérément sec, son empêchement. Les pluies intervenues dès le début de la dernière décade d'octobre étaient largement suffisantes à faire lever quelques cèpes noirs ou cèpes d'été à l'approche de la Toussaint. Mes sorties terrain, dans un délai raisonnable (6 à 10 jours,) ont très vite établi que rien ne se déroulait comme en temps "normal" : aucun affleurement mycélien précurseur et à fortiori aucun cèpe miniature dans mes meilleurs placiers malgré les 150 mm tombés depuis la mi-octobre. Aucun champignoncule d'ailleurs. Certes, sans les abats d'eau torrentiels et froids de ce début-novembre on pouvait encore raisonnablement espérer trouver deux ou trois aereus et aestivalis miraculés, mais de toute évidence aucune pousse d'ampleur n'était en préparation.

Reste que, et c'est là où réside l'ultime suspens et notre ultime espoir, j'ai bien observé des traces d'affleurement mycélien assez nombreuses... dans mes rares enclaves à cèpe de Bordeaux. Je vous en ai parlé dans mes derniers articles, la biologie de ce cèpe diffère de celle de ses deux cousins de plaine, il est moins thermophile, donc plus tardif, les giboulées de novembre et les gelées blanches ne le rebutent pas, même si point trop n'en faut. En outre ses deux dernières campagnes automnales furent terriblement décevantes dans les plaines gasconnes, aux antipodes de ses confrères. Je reste donc sur l'idée que ce cèpe pourrait sauver l'honneur de la saison 2023, même si pour l'heure je dois avouer qu'il se fait attendre... Après, on peut toujours rêver d'un beau bouquet final des espèces de fin de saison, les pieds de mouton, trompettes, têtes de moine et autres hygrophores des prés.

Adishatz

20 octobre 2023

Un maishant truc de mau entau climat...

 

 

Un maishant truc de mau entau climat...

 

temp-globau-oct-23Adishatz,

(Entaus qui vòlen préner drin lenga que'm publiqui lo document de tribalh tà la mea intervencion deu 20 d'octobre sus Radiò Païs, au subjècte deu desrèglament climatic. Que la podetz har aurelha suu souncloud de l'emission Honha Gasconha deu 20 d'octobre a partir de 1:15:30.)

L'evolucion deu climat a l'escala mondiau qu'inquièta mei anar mei aus especialistes despuish lo mes de junh. Mes purmèr de'n parlar que vau començar per evocar drin la situacion en Gasconha deu purmèr de seteme enlà. Après un estiu drin mei moderat suu plan de las temperaturas e normau per çò de la pluviometria, que notam un tornar de la calorassa e de la sequèra dab lo començar de l'abòr meteorologic.

Contra ua passada de plojadassas e de frescor deu 21 au 24 lo mes de seteme qu'amuisha ua anomalia positiva de temperaturas mejanas de +3°C en Gasconha, mercés a ua purmèra tirada de calorassa e a ua navèra pujada sensiva en fin de mes. Que s'ageish deu mes de seteme mei caud enregistrat en França despuish 1900 a tot lo mensh. Totun, qu'ei la purmèra tirada deu mes d'octobre just acabada qui sòrt de har entrar 2023 a l'istòria de la climatologia gascona. En un contexte de gran sequèra l'anomalia de temperaturas qu'ei de l'ordi de +6 a +7°C sus la màger part deu territòri. La barra deus 35°C qu'ei estada tocada o passada en vint estacions meteorologicas gasconas de Meteo-France a la purmèra decada deu mes, dab un recòrd nacionau absolut tà Navarrèncs a 35,8°C lo 2 d'octobre. Se los purmèrs dias deu mes d'octobre de 1985 éran estats hèra cauds en Gasconha, dab valors a 34°C en Biarn lo 4 e lo 5, jamei nada estacion omologada per la meteorologia nacionau n'èra arribada aus 35°C suu territòri francés sus tota la durada deu segle Vintau.

A l'escala deu continent europèu e de las latituds temperadas las nostas condicions meteorologicas que s'explican mecanicament per la recurréncia e la pujada de cap tau nòrd (carculada a 55 Km per decenia) deus anticiclòns subtropicaus qui regetan mei anar mei de cap tau Pòle Nòrd lo flumi zonau d'oest dab las soas perturbacions e la soa alternança de massas d'aire, en tot establir a noste un corent de sud-oest d'altitud caud e màgerment sec.

Totun, los destorbs esvarjables constatats a noste que son sonque la declinason regionau de las trasmudasons deu climat mondiau e ad aquera escala tanben, las darrèras novelas ne son pas briga de las bonas. Los especialistes qu'an observat ua abrivada sobta de l'arrecauhament globau deu mes de junh enlà. Lo trimèstre junh-julh-aost (estiu meteorologic a l'emisfèra Nòrd) qu'amuisha temperaturas mejanas 0,5°C mei hautas au par de l'ancian recòrd. Sordeish que tot, lo mes de seteme de 2023 que's situeish 1,8 °C au dessús de las temperaturas mejanas a l'edat pre-industriau (sia 0,3°C de mei au par deus prètzhèits deus Acòrds de Paris.) Tà que lo noste compte e sia au plen, la temperatura de l'aiga a la flor de las mars que passa tanben totas las hitas.

Davant aqueth tablèu, los scientifics que s'i hèn a avançar explics :

1 Que i ei segur l'influéncia d'El Niño. El Niño que s'i ei tornat au dusau trimèstre de 2023. Òr que sabem los episòdis d'El Niño, sustot se son pro hòrts, que s'avienen quasi tostemps dab ua haussa de las temperaturas globaus.

2 Los cercaires que i veden tanben los seguissis de l'erupcion deu volcan Hunga Tunga los 14 e 15 de genèr de 2022 a las Islas Tonga au Pacific. Com l'erupcion (de gran endom) èra màgerment sosmarina que s'i progetè l'equivalent de 58 000 piscinas olimpicas com vapor d'aiga a l'estratosfèra. Deu còp la quantitat de vapor d'aiga de l'estratosfèra qu'averé pujat de 13% segon los scientifics. Òr la vapor d'aiga que representa 60% de l'efeit de sèrra mondiau. E, segon estudis recentas taus quantitats de vapor d'aiga en sobras que poderén har pujar la temperatura globau de 1,5°C d'aci dètz ans. Lo parat que ns'ei dat d'aperar l'atencion deus nostes auditors sus çò qui disen aquèras chifras de la poténcia de la natura. 1,5°C qu'ei precisament la valor de l'arrecauhament mesurat despuish lo començar de l'edat industriau. En dètz ans sonque, la natura que's ved via de provocar çò qui demandè dus segles a las activitats umanas. Que seré ua tarribla novela au demorant.

3 De segur, que s'i pòt hèra plan aparar l'ipotèsi d'ua conjugason d'aqueth factor navèth dab los dus autes coneishuts be i a pausas, l'arrecauhament globau e El Niño.

Tà cauçar la nosta pena, l'erupcion deu Hunga Tunga qu'averé tirat deu bufet unhaute problèma qui credèm reglat o quasi, lo deu trauc a l'estrata d'ozòn. La vapor d'aiga emetuda a l'estratosfèra que's seré combinada dab los famós clorò-fluorò-carbòni qui s'i estavan enqüèra tad atacar l'ozòn. De tau mòde que lo trauc d'ozòn en suspart de l'Antartic au sortit de l'ivèrn austrau qu'ei adarra autan bèth com tres Brasius.

19 octobre 2023

La sabor deus cèths

 


 

cn15-07-09-06

La sabor deus ceths (cèps)

Qu'ei l'un deus temas qui hè mei prosejar tot purmèr en abòr. "A jo ne m'agradan pas los de las Lanas, ne son pas tant sabrós com los nostes." "Jo, n'aimi pas tant los de la montanha, que'us manca perhum au paladar..." Tad aqueth numèro que'vs vam har viéner drin l'aiga en boca dab un subjècte sensiu e mei problematic que non sembla : la sabor deus ceths.

A l'exemple deus vins, lo gost deus cèths que vad de factors en covariacion : un terrador au sens geologic, l'espècia dab sosespècias e varietats, un climat qui varia a còps hèra au briu deus ans, e particularitats pròpias au bòsc se lo cas ei : atau los cèths deus sablars de las Lanas o de Gironda ne valen pas los deus sòus hitjuts deus costalats o de montanha. E los cèths de Bordèu blanquishòts qui arriban a carretadas de las plantacions escuranhosas de piceas deu Planèr de Lanamesa o de "l'Èst" n'abastan pas au cavilhar deus qui's cuelhen aus avedars natres e mei clars deus Pirenèus. Enfin, segon las meas observacions, la sabor d'ua espècia que s'adapta au "terrador". Atau los ceths de Bordèu qui'm tròbi a noste que son hèra tanhents deus cèths de mai e deus cèths negres au paladar, quan e'us disen a còps mei fadàs aulhors.

La decepcion que vien purmèr de la mestior e de la soa utilizacion. Au contra de las lecassinas los ceths que son carnuts e que's perden gost e consisténcia en hant-se vielhs. Los subjèctes deus pòres blancs o jaunes, enqüèra hrems e cracants, que son los mei gostós. Perfèits tà un sarròt de recèptas. Los hlaunhècs deus pòres vèrds que's deverén desenmodir a la padèra tà quauqua moleta. Los mei sans n'averén pas lo lor parion, trociquejats, secats, mixats, apuish servats en un bocau tà quauque saussa o velosat. Enfin, las proprietats de cada espècia que son tanben de compte har : atau, lo cèth deus avets (boletus pinophilus,) de la carn espongiva, que demanda ua cueita mei doça au par deus autes, senon los trociquets que van cremar aus entorns shens jamei còser au dehens.

ceth-deus-avets

Lo saber-har qu'ei tanben de compte har. Que'us cau amenudar, com solèva la mair, e virà'us pro regularament dab la paleta tà ua cueita omogenèa. Òr, tròp sovent, lo monde que'us getan a la padèra copats grans e espés com ua lesca de melon e que'us hèn fríser shens jamei arrevirà'us, sonque e'us hacian pro còser...

Au-delà de l'engèni deu cosinèr, los ingredients e la loa quantitat qu'an lo lor mot a díser. Escalonha, alh, perasilh, segon las preferéncias de cadun, que son màgerment utilizats, mes ne'n cau pas abusar, au risc de faussar la sabor deu plat, quan los cèths, a l'exemple de las angòssas, de las lecassinas, deus mossarons e deu honilhs, enterautes, e demandan chic d'adobs tà plàser a la màger part deus taulejaires.

Aquò dit, ne'vs desbrombitz pas las preferéncias que son sovent subjectivas e per tan agradiva que sian la sabor deus cèths e entenut lo cosinèr, la resulta ne harà pas jamei l'unanimitat.

Aquera subjectivitat qui mia un individu a s'estimar mei los cèths de tau o tau endret, que s'avien sovent (pas tostemps) dab lo patriotèr qui abuteish a sacralizar çò deu parçan. Sus aqueth hèit, a trucas d'escotar lo monde, gueitar los gèstes, las mimicas, qui son tostemps l'expression mei fidèu deu pensar, qu'èi dens l'idea aquera postura que tradiré ençò de mantuns la subervivença folclorizada e inconscienta deu racisme segon la defenicion qui'n balhè lo sègle dètz-e-navau : tot creat e tot òmi que son lo produsit unic d'un terrador, badonc, los cèths deu quartièr Lasbòrdas de Salias que son forçadament desparièrs deus deu quartièr Lasbòrdas de Sauvatèrra...

De tot aquò que parlaram lo dimenge 22 d'octobre a la bòrda Prat deu quartièr Lasbòrdas de Sauvatèrra dia de la nosta tresau passejada micologica...

26 septembre 2023

Saison des cèpes 2023 : passage à vide...

20220908_145102

Adishatz,

Suite à mon dernier article sur le sujet, fin-août, le suspens s'en est allé très vite et avec lui, les dernières illusions que les uns et les autres nourrissaient encore se sont envolées. La saison des cèpes 2023 est d'une indigence rare dans de nombreux secteurs de Gascogne dont le mien et je dois même admettre que les plus sombres prévisions que les habitués ont pu lire dès la fin du printemps ici-même sont outrepassées. Dans mon terroir l'effondrement est total par rapport à l'année dernière, certes exceptionnelle, et je ne pense pas que les abats d'eau très froids de la fin de la semaine dernière permettront une appréciation sensible des effectifs, du moins ceux des cèpes thermophiles, dans la mesure où les pluies orageuses modérées du 10 au 17 septembre, n'ont, à l'heure où je rédige, induit aucun soulèvement dans les bois.

En d'autres circonstances les plus de 60 mm de cumul de pluie réalisés entre le 26 août et le 3 septembre, au terme d'une quinzaine très sèche et ponctuellement caniculaire, nous auraient valu une pousse vigoureuse et généralisée de cèpes noirs et de cèpes d'été en première quinzaine de septembre. À ce jour plus de la moitié de mes placiers, pour la plupart très généreux, n'ont pas concédé le moindre bolet depuis le début de la saison. Histoire d'entretenir les rêves de certains un frémissement de pousse s'est bien fait jour le 6 septembre. Principalement sur les bordures et le long des chemins où de façon très localisée et éphémère il me fut même donné de constater un démarrage plus spectaculaire. Il n'en fallait pas davantage pour déclencher la ruée des ramasseurs motorisés, promptement redescendus du grand nuage de la saison précédente aux premières rumeurs des réseaux sociaux et des pages Facebook de la vantardise qu'il convient encore de remercier pour leur contribution indéfectible...

Le ballet des bagnoles a tourné bien court. Cette pousse, d'une faiblesse insondable, s'est éteinte dès les premiers jours de la seconde décade de septembre sans jamais s'aventurer dans les bois. D'une manière générale j'ai observé extrêmement peu de champignons, l'indigence est générale, très peu d'amanites, très peu de bolets, de russules, les oronges qui s'étaient timidement montrées après le 15 août ne sont pas montées en puissance et les girolles, dans de telles conditions, tiennent lieu de valeur-refuge aux arions.

Au moins, ce dénouement malheureux aura permis une simplification des analyses et des hypothèses. Cette saison sans cèpes (du moins sans cèpes thermophiles) je l'ai envisagée dès le printemps et vous en ai prévenus sans pour autant pouvoir l'expliquer ni exclure totalement un infléchissement ou un renversement de tendance à la faveur de l'été météorologique. À ce sujet si la période de grand beau temps et de fortes chaleurs très temporairement caniculaires de la mi-août fut trop brève et peu intense pour autoriser un miracle, les pluies abondantes qui lui ont emboité le pas étaient largement suffisantes pour soutenir une pousse automnale de meilleure facture. L'enchaînement des séquences météorologiques à Salies depuis le mois d'avril échoue à expliquer pourquoi nous avons trouvé si peu de cèpes à ce jour. Les beaux jours ne furent ni trop humides et frais, ni trop chauds et secs pour justifier une telle indigence et des années aux conditions bien plus défavorables nous ont comblés dans la durée. Sans certitude aucune je reste donc sur trois hypothèses pour expliquer ce résultat : 1 le mycélium a considérablement renouvelé ses réserves de spores viables l'an dernier et n'éprouve pas le besoin de remettre le couvert cette année (surtout que cette dernière fut moins extrême que sa devancière,) 2 le mycélium a énormément souffert des canicules de 2022, bien plus que tout ce que nous imaginions, et il lui faudra du temps pour se refaire(j'ai déjà émis cette hypothèse pour les versants sud de mes côteaux,) 3 les arbres qui ont terriblement souffert en 2022 ont sollicité le mycélium bien plus qu'à l'accoutumée pour se requinquer.

Pour la suite et la fin de la présente saison, nous reverrons bien vers le 10 octobre quelques cèpes thermophiles mais je doute fortement que la pousse soit sensiblement plus enthousiasmante que celle de début-septembre, s'il s'agit toutefois d'une pousse. Il appartient désormais au seul Marteroet ou cèpe de Bordeaux de sauver ce qui peut encore l'être et de permettre à 2023 de terminer sur une note moins sèche. Le fait que le King Boletus obéisse à un cycle différent de ses deux cousins et que contrairement à eux, ses campagnes 2021 et 2022 furent des plus ternes dans certains terroirs donnerait plutôt à espérer. Mais rien n'est moins sûr dans ce contexte d'indigence généralisée qui caractèrise notre saison fongique. De toutes façons il faudra que la pluie revienne et que les températures perdent une bonne dizaine de degrés pour rouvrir le tiroir des espérances...

Adishatz

Publicité
Publicité
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>
Publicité
Derniers commentaires
Le Blog de Cristau de Hauguernes
  • L'envie de partager avec vous autour de mes passions et centres d'intérêts, l'écriture, la nature (botanique, mycologie, climatologie), la photographie, mais aussi sur la politique et tout autre sujet de société sont les principales raisons de ce blog.
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Newsletter
Visiteurs
Depuis la création 484 548
Pages
Archives
Publicité