Adishatz,

Tà la rentrada de la mea cronica sus Radiò País, que voloi parlar deu navèth rapòrt deu GIEC qui estó publicat au bèth miei de las vacanças d'estiu. Mes tà començar, que hasè hrèita balhar quauquas definicions e precisions aus auditors.

DSC02938

Defenicions e precisions :

Que cau purmèr diferenciar l'efeit de sèrra naturau e l'efeit de sèrra forçat per l'òmi, lo qui'ns pausa problèmas de hèit. L'efeit de sèrra naturau qu'ei devut a la preséncia de gas a l'atmosfèr terrestrau (vapor d'aiga, CO2, Ozòna, etc...) La composicion de l'atmosfèr en gas que varia naturaument e shens cès, mes aqueras variacions que's hèn lo mei sovent a petits drins (annadas, decenias, segles, milenaris, ...) de tau mòde que los cambiaments operats suu climat e son lo mei sovent pro lents entà deishar lo temps a la vita de s'adaptar. Ne i estosse pas l'efeit de sèrra naturau arren ne viveré sus Tèrra permor qu'ei un regulator climatic a l'escala deus temps geologics.

L'efeit de sèrra forçat per l'òmi o d'origina antropica qu'ei devut a l'aumentacion de las quantitats de gas a efeit de sèrra (GES) dens l'atmosfèr e sordeish que tot, a la preséncia d'autes gas a efèit de sèrra provocats per las activitats umanas. La reparticion deus gas a efeit de sèrra d'origina antropica qu'ei la seguenta : CO2 76,7%, Metan 14,3%, Protoxide d'azòte 7,9%, Exafluòrure de sofre 1,1%. Qu'avem aciu lo parat de har remarcar tots aqueths gas a efeit de sèrra n'an pas lo medish poder com lo CO2, ni la quita durada de vita acerà-haut. Atau lo metan qu'ei 20 còps mei poderós au par deu CO2, lo protoxide d'azòte 200 còps e l'Exafluòrure 2000 còps.

L'arrecauhament climatic dit "d'origina antropica" qu'ei ua pujada pro regulara de las temperaturas, shens estar lineara, obervada per las màgers estacions meteò apuish mesurada per satelliti tanlèu lo començar deu segle vintau e qui la corba segueish chic o mic fidèument la de las emissions de GES, CO2 mei que tot.

La nocion de "consens scientific", hòrt espandida uei dens lo debat public (mediàs, politicaires, militants), que demanda tanben precisions permor qu'ei sovent utilizada peus uns es autes tà manautejar lo monde. Parlar de consens scientific qu'ei har apèu a un argument d'autoritat dens ua societat modèrna, racionau, on los ciutadans e son estats acostumats a créder que los "scientifics" serén forçadament planvolents e portaires d'objectivitat en un debat. En realitat que parlan de consens quan la màger part deus especialistes d'un subjecte e son d'acòrd sus ua problematica.

Per çò de l'arrecauhament climatic que podem datar lo quasi consens scientific a las annadas 1987 - 1988. Qu'ei ad aqueth moment qui la novela estó revelada au public peus mediàs e qui los miaires comencèn de'n parlar. Abans aquera epòca que i avè pelejas e lo dobte que demorava.

Digam totun quate mots suu GIEC, (lo Gropament d'experts intergovernamentaus sus l'evolucion deu climat.) Qu'ei un organisme intergovernamentau ubèrt a tots los estats membres de l'ONU (195.) Qu'estó creat en 1988 au darrèr de l'anóncia aus pòples deu quasi consens sus l'arrecauhament climatic. Lo son prètz-hèit, tà díser la soa mission qu'ei de publicar tot an un rapòrt objectiu sus l'anar de las coneishenças (scientificas, tecnicas, socio-economicas, ...) suu compte de l'arrecauhament climatic dab projeccions reactualizadas e biais / pistas d'ateunacion e o d'adaptacion. Ailàs, quauques rapòrts hè, lo GIEC ne parla pas mei d'estancar l'arrecauhament...

Los detractors deu GIEC que l'atacan màgerment en disent qu'ei hera complicat de "prevéder" lo climat. La màger part que con.honen sabudament previsions e modelizacion. Los modèles deu GIEC que son deus mei amenuzats e los lors apèrs a la punta. Totun qu'ei vertat que tribalhan dab los paramètres scientifics de la maquina climatica coneishuts au dia de uei sonque.

Lo rapòrt de 2021 :

Las constatacions :

- Que hè mei anar mei caud globaument. La temperatura deu glòbe qu'a pujat de 1,09 grats despuish 1850. Mei grèu la haussa observada cinquanta ans hè qu'ei shens pariona despuish 2000 ans au mensh. E suus 1,09 grats que sabem adara, peu purmèr còp, 1,07 grats que son lo hèit de l'òmi. Tà díser, shens l'intervencion de l'òmi las temperaturas qu'averén pujat de 0,02 grats depuish 1850, sonque, un bèth non arren.

- L'arrecauhament que s'abriva com jamei e que comença d'afeitar au pregond lo climat de totas las regions deu planeta. Per exemple qu'avem aprés aqueste estiu qui lo Golfe Stream e balhava signes de flaquèr deus màgers. Lo nivèu de las mars qu'a pujat de 20 cm entre 1901 e 2018 e la glaça que hon a huta aus pòles e en hauta montanha.

- Las catastròfas climaticas que son mei numerosas, mei vriulentas, que tornan mei sovent e que tòcan mei de tèrras au briu deus ans. Sonque los estrèms de hred que hèn arrerpè.

- La responsabilitat de l'òmi qu'ei adara establida. Ne i a pas jamei avut autan de CO2 hens l'atmosfèr despuish 2 milions d'annadas e l'òmi que pesa donc 1,07 grats sus un arrecauhament gobau de 1,09 grats.

L'aviéner

- Quina que sia la responsa / politica de l'òmi que harà enqüèra mei caud au par de uei en 2050 sus Tèrra.

- Que cau a tot hòrt travar la haussa permor cada miei grat de mei au termomètre globau qu'ei corelat a l'intensitat e a la frequéncia deus fenomènes deu climat avenidor.

- Lo GIEC que balhè quauquas declinasons de crànher : Las temperaturas que pujarén hòrt a las regions temperadas (a noste) en estiu. Aus pòles las temperaturas mei baishas que pujarén reddament en ivèrn. Tà cada grat de mei au termomètre planetari qu'averem 7% de precipitacions de mei en mejana suu planeta. Los ciclònes tropicaus que serén mei hòrts, mei frequents e qu'anarén mei luenh tanben. Las temporas de sequèra que serén mei tarriblas, mei longas e que tocarén mei de tèrras. De cap a las còstas e a las arribèras qu'averem mei d'aigats e de fenomènes de submersion permor de la haussa deu nivèu de la mar e de las precipitacions.

- D'ací trenta ans tots los parçans deu glòbe que seràn tocats per navèths cambiaments climatics. Dabs 2 grats de mei en 2050 los lindaus critics tà la nosta santat, l'agricultura e autes sectors que seràn sovent passats. Dab 1,5 grat de mei las sasons caudas que seràn mei longas e mei intensas tanben, los ivèrns mei bracs e mensh hreds. Las precipitacions que pujarén en Africa, en America deu Nòrd, en Asia e en Euròpa.

- Ne tornaram pas jamei conéisher lo climat tau com l'avèm coneishut de la nosta vita. Que i ei ua bera inercia au nivèu de tots los mecanismes deu climat mondiau e la natura que demandarà hèra de temps entà ateunar apuish contrabalançar tots los forçatges hèits per l'òmi en quauquas decenias.

- L'aviéner deu climat qu'ei hòrt corelat a las nostas emissions de CO2 e autes GES. Ua politica vertadera d'arreduccion de las emissions adara qu'abastaré tà estar l'arrecauhament e melhorar haut o baish la situacion au delà de 2040.

Las especifitats Gasconas a l'arrecauhament climatic :

Los Gascons qu'èm d'autan mei pertocats per l'ahar de l'arrecauhament climatic qui las temperaturas mejanas e pujan mei hòrt en França au par de l'arrèste deu monde e mei hòrt en Gasconha au par de l'arrèste de França. Permor l'arrecauhament globau ne tòca pas parièr tots los parçans deu monde e la chifra globau de 1,09 grats qu'estuja realitats hòrt desparièras. E que podem estimar a mei de 1,5 grats la haussa de las temperaturas déjà observada a noste. Deu còp lo climat noste que cambia mei viste qu'enlòc mei. Que vam de cap a e qu'avem déjà constatat hèra mei de calor en estiu dab sequèras mei longas e mei intensas, e au contra, mesadas de plojas deluvianas en abòr e en ivèrn dab aigats. Aqueths estrèms de precipitacions que crean d'ara enlà bèths desequilibris tà la vita com tà uns sectors economics. E dab la desaparicion de la nèu en montanha que'ns cau véder la fin de las estacions d'espòrt d'ivèrn mes tanben la perta de resèrvas d'aiga a la prima per las arribèras. Shens desbrombar las nostas costèras e las arribèras que seràn mei anar mei expausadas aus aigats, permor de las plojassas, com a Salias en 2018 e a las submersions permor de la haussa deu nivèu de la mar, de las plojassas e de las tempèstas.

La cridada :

Tà clavar que'm vau expremir com ciutadan e militant ecologiste. Lo GIEC qu'estó creat peus govèrns en 1988, tà díser qu'ei congenitau a la revelacion de l'arrecauhament climatic aus pòples. Jo, qu'avèvi 17 ans en 1988 e tot aquò que'm passionava autan com m'esvarjava. Que comencèi la mea vita d'adulte dab aquera espada de Damòcles en suspart, com totas las generacions seguentas d'aulhors. Adara qu'èi cinquanta ans, be passa lèu lo temps ! E tot an qu'avem dret aus rapòrts deu GIEC, cada còp mei espaurugants. Lo GIEC que compleish la soa mission, urosament que l'avem tà'ns assabentar periodicament de la situacion. N'ei pas la soa legitimitat qui'ns cau questionar. Non ! La question qui'm pausi e qui avem tots de'ns pausar com ciutadans e militants que seré meilèu : A qué serveishen los rapòrts deu GIEC e las grans missas de las "Còps" se los politicaires e los miaires ne gahan pas totun la virada de qui caleré. Un dia, Didier Raoult, questionat com gran scientific francés en un jornau sus l'arrecauhament climatic que responó : "Que sabem lo climat que s'arrecauha, que sabem tanben las activitats umanas que son màgerment a la cauç deu problème. Personaument que n'èi pro deus qui modelizan l'aviéner dab corbas matematicas. Que m'estimi mei los qui tratan." Qu'estó tratat de climatosceptic permor d'aquò. E totun que'm pensi qu'èm un sarròt a pensar com eth e a qui hè mau enterpretar l'inaccion deus govèrns. A mensh que non sia tà temporejar e har véder que son chepicats e que hèn quauquarren que creèn lo GIEC.

Adishatz !

 

Il y a le ciel, le soleil et... le GIEC !

Adishatz,

Pour la rentrée de ma chronique sur Radio País, j'ai voulu parler du nouveau rapport du GIEC qui a été publié au beau milieu des vacances d'été. Mais pour commencer, il était besoin de donner quelques définitions et précisions aux auditeurs.

Définitions et précisions :

Il convient d'abord de différencier l'effet de serre naturel et l'effet de serre forcé par l'homme, celui qui nous préoccupe en réalité. L'effet de serre naturel est dû à la présence de gaz dans l'atmosphère terrestre (vapeur d'eau, CO2, Ozone, etc...) La composition de l'atmosphère en gaz que varie naturellement et continuellement, mais ces variations se font le plus souvent peu à peu (années, décennies, siècles, millénaires, ...) de telle sorte que les changements opérés sur le climat sont le plus souvent suffisamment lents pour laisser le temps à la vie de s'adapter. Sans l'effet de serre naturel rien ne vivrait sur Terre parce qu'il est un régulateur climatique à l'échelle des temps géologiques.

L'effet de serre forcé par l'homme ou d'origine anthropique est dû à l'augmentation des quantités de gaz à effet de serre (GES) dans l'atmosphère et pire encore, à la présence d'autres gaz à effet de serre générée par les seules activités humaines. La répartition des gaz à effet de serre d'origine anthropique est la suivante : CO2 76,7%, Méthane 14,3%, Protoxyde d'azote 7,9%, Exafluorure de soufre 1,1%. L'occasion de faire remarquer que tous ces gaz à effet de serre n'ont pas le même potentiel que le CO2, ni la même durée de vie dans l'atmosphère. Ainsi le méthane est 20 fois plus impactant que le CO2, le protoxyde d'azote 200 fois et l'Exafluorure 2000 fois.

Le réchauffement climatique dit "d'origine anthropique" se traduit par une hausse assez régulière des températures, sans être linéaire, obervée par les principales stations météo puis mesurée par satellite dès le début du vingtième siècle et dont la courbe suit assez fidèlement celle des émissions de GES, CO2 particulièrement.

La notion de "consensus scientifique", très répandue aujourd'hui dans le débat public (médias, politiciens, militants), appelle également quelques précisions car elle est souvent utilisée par les uns et les autres pour manipuler les gens. Parler de consensus scientifique c'est faire appel à un argument d'autorité dans une société moderne, rationnelle, où les citoyens ont pris l'habitude de croire que les "scientifiques" seraient forcément bienveillants et porteurs d'objectivité dans un débat. En réalité on parle de consensus quand la plupart des spécialistes d'un sujet sont d'accord sur une problématique.

Concernant le réchauffement climatique nous pouvons dater le quasi consensus scientifique dans les années 1987 - 1988. C'est à ce moment-là que la nouvelle fut révélée au public par les médias et que les décideurs ont commencé à en parler. Avant cette époque il y avait des controverses et le doute subsistait.

Disons enfin quelques mots sur le GIEC, (le Groupement d'experts intergouvernamentaux sur l'évolution du climat.) C'est un organisme intergouvernamental ouvert à tous les états membres de l'ONU (195.) il fut créé en 1988 après l'annonce aux peuples du quasi consensus sur le réchauffement climatique. Son objectif, c'est à dire sa mission est de publier chaque année un rapport objectif sur l'évolution des connaissances (scientifiques, techniques, socio-économiques, ...) sur le compte du réchauffement climatique avec des projections réactualisées et des biais / pistes d'atténuation et ou d'adaptation. Hélas, depuis quelques rapports, le GIEC ne parle plus d'arrêter le réchauffement...

Les détracteurs du GIEC l'attaquent principalement en disant qu'il est très difficile de "prévoir" le climat. La plupart confondent volontairement prévisions et modélisation. Les modèles du GIEC sont extrêmement fins et leurs outils à la pointe. Toutefois il est vrai qu'ils fonctionnent uniquement avec les paramètres scientifiques de la machine climatique connus à ce jour

Le rapport 2021 :

Les constatations :

- Il fait de plus en plus chaud globalement. La température du globe est montée de 1,09 degrés depuis 1850. Plus grave la hausse observée depuis cinquante ans est sans équivalent depuis 2000 ans au moins. Et sur les 1,09 degrés nous savons maintenant, pour la première fois, que 1,07 grats sont le fait de l'homme. Autant dire, sans l'intervention de l'homme les températures auraient augmenté de 0,02 degrés depuis 1850, seulement, une broutille.

- Le réchauffement s'accélère comme jamais et commence à impacter sensiblement le climat de toutes les régions de la planète. Par exemple nous avons appris cet été que le Golfe Stream présentait de graves signes d'affaiblissement. Le niveau des mers s'est élevé de 20 cm entre 1901 et 2018 et la glace fond très rapidement aux pôles et en haute montagne.

- Les catastrophes climatiques sont plus nombreuses, plus vriolentes, elles reviennent plus souvent et affectent davantage de terres au fil des années. Seuls les extrêmes de froid sont en recul.

- La responsabilité de l'homme est désormais établie. Il n'y a jamais eu autant de CO2 dans l'atmosphère depuis 2 millions d'années et l'homme pèse donc 1,07 degrés sur un réchauffement global de 1,09 degrés.

L'avenir

- Quelle que soit la réponse / politique de l'homme il fera encore plus chaud qu'aujourd'hui en 2050 sur Terre.

- il faut à tout prix freiner la hausse car chaque demi-degré de plus au thermomètre global est corrélé à l'intensité et à la fréquence des phénomènes du climat futur.

- Le GIEC a proposé quelques déclinaisons inquiétantes : Les températures augmenteraient fortement dans les régions tempérées (chez nous) en été. Aux pôles les températures les plus basses grimperaient vertigineusement en hiver. pour chaque degré de plus au thermomètre planétaire nous aurions 7% de précipitations en plus en moyenne sur la planète. Les cyclones tropicaux seraient plus puissants, plus fréquents et s'étendraient également davantage. Les périodes de sécheresse seraient plus sévères, plus longues et concerneraient davantage de terres. Vers les côtes et les plaines alluviales il y aurait davantage d'inondations et de phénomènes de submersion en raison de la hausse du niveau de la mer et des précipitations.

- D'ici trente ans toutes les régions du globe seront concernées par de nouveaux changements climatiques. Avec 2 degrés de plus en 2050 les seuils critiques pour notre santé, l'agriculture et d'autres secteurs seront souvent dépassés. Avec 1,5 degré en plus les saisons chaudes seront plus longues et également plus intenses, les hivers plus courts et moins froids. Les précipitations augmenteraient en Afrique, en Amérique du Nord, en Asie et en Europe.

- Nous ne connaîtrons plus jamais le climat tel que nous l'avions connu de notre vivant. Il y a une grande inertie au niveau de tous les mécanismes du climat mondial et la nature demandera beaucoup de temps pour atténuer puis contrabalancer tous les forçages causés par l'homme en quelques décennies.

- L'avenir du climat est étroitement corrélé à nos émissions de CO2 et autres GES. Une véritable politique de réduction des émissions dès à présent suffirait pour arrêter le réchauffement et améliorer peu ou prou la situation au delà de 2040.

Les spécificités Gasconnes au réchauffement climatique :

Nousautres Gascons sommes d'autant plus concernés par l'affaire du réchauffement climatique que les températures moyennes montent plus fortement en France que dans le reste du monde et plus fortement en Gascogne que dans le reste de la France. Car le réchauffement global ne touche pas uniformément toutes les régions de la planète et le chiffre global de 1,09 degrés cache des réalités très différentes. Et nous pouvons estimer à plus de 1,5 degrés la hausse des températures déjà observée chez nous. Du coup notre climat change plus vite qu'ailleurs. Nous allons vers et avons déjà constaté beaucoup plus de chaleur en été avec des sécheresses plus longues et plus intenses, et inversément, des mois de pluies diluviennes en automne et en hiver avec des inondations. Ces extrêmes de précipitations créent d'ores et déjà de grands déséquilibres pour la vie comme pour certains secteurs économiques. Et avec la disparition de la neige en montagne il nous faut envisager la fin des stations de sports d'hiver mais aussi la perte de réserves d'eau au printemps dans les plaines. Sans oublier que nos zones littérales et les plaines alluviales seront de plus en plus exposées aux inondations, à cause des pluies torrentielles, comme à Salies en 2018 et aux submersions en raison de la hausse du niveau de la mer, des abats d'eau et des tempêtes.

Le coup de gueule :

Pour terminer je vais m'exprimer en tant que citoyen et militant écologiste. Le GIEC fut créé par les gouvernements en 1988, autant dire qu'il est congénital à la révélation du réchauffement climatique aux peuples. Moi, j'avais 17 ans en 1988 et tout cela me passionnait autant que je m'en effrayais. j'ai commencé ma vie d'adulte avec cette épée de Damoclès sur la tête, comme toutes les générations suivantes d'ailleurs. À présent j'ai cinquante ans, comme le temps passe vite ! Et chaque année nous avons droit aux rapports du GIEC, plus alarmants à chaque fois. Le GIEC remplit sa mission, heureusement que nous l'avons pour nous informer périodiquement de la situation. Ce n'est pas sa légimité qu'il faut remettre en question. Non ! La question que je me pose et que nous avons tous à nous poser en tant que citoyens et militants serait plutôt : À quoi servent les rapports du GIEC et les grands messes des "Còps" si les politiciens et les décideurs ne prennent pas enfin je grand tournant qui s'impose. Un jour, Didier Raoult, interrogé dans un quotidien comme grand scientifique français sur le réchauffement climatique répondit : "On sait que le climat se réchauffe, on sait aussi que les activités humaines sont une bonne partie du problème. Personnellement je préfère à ceux qui modélisent l'avenir avec des courbes mathématiques, ceux qui s'appliquent à traiter." Il fut traité de climatosceptique pour cela. Et pourtant je pense que nous sommes nombreux à penser comme lui et qui ont le plus grand mal à comprendre l'inaction des gouvernements. À moins que ce ne soit pour gagner du temps et faire voir qu'ils sont préoccupés et qu'ils font quelque chose qu'ils ont créé le GIEC.

Adishatz !