baes-01-06-17-62

Adishatz,

Les saisons des cèpes de la décennie en cours, frénétiques de bout en bout et défiant volontiers les périodes les plus contraires de l'été par quelques spécimens improbables, ne connaissent pas véritablement de pause, et tiennent les passionnés en haleine, au sens propre comme au figuré, depuis le mois d'avril parfois jusqu'à Noël et de plus en plus même, au-delà. 2017 ne déroge aucunement à cette tendance lourde.

Après le démarrage relativement tardif, l'apparition des premiers bolets se trouvant repoussée à la mi-mai par les gelées tardives scélérates intervenues en deuxième quinzaine d'avril, quelques doutes subsistaient légitimement dans les esprits que le mois de juin aura brillamment disqualifiés. À vrai dire je n'étais guère inquiet, le premier mois de l'été prenant la relève d'une deuxième quinzaine de mai caractérisée par une progression régulière et assez rapide pour l'époque des effectifs de cèpes d'été.

La fin du premier semestre 2017 n'a pas été marquée par une pousse ponctuelle et significative comme en 2015 ou fin juin 2016, mais plutôt par une éclosion quotidienne de jeunes cèpes à l'unité, n'atteignant jamais la dizaine, avec une légère intensification entre le 12 et le 16 juin, faisant suite à un arrosage plus copieux. C'est aussi le 12 juin que m'apparurent les premiers cèpes noirs, si cette date est dans les normales pour l'espèce mon lecteur trouvera intéressant d'apprendre que le boletus aereus est un peu à la traîne depuis le début de la saison, à l'instar des oronges, tandis que les bolets appendiculés demeurent à l'heure où j'écris extrêmement rares, tout ceci trahissant des sols maintenus un peu froids pour ces espèces par les épisodes pluvio-orageux itératifs, en dépit de la vague de chaleur caniculaire du 20 juin et des pics de chaleurs qui sont encore advenus début juillet. L'été 2017 avantage les girolles (et les cèpes moins thermophiles), qu'on se le dise...

Pour le reste il aura donc fallu que le climat sorte le rouge de surchauffe caniculaire vers le 20 juin pour que très temporairement la très belle dynamique des cèpes 2017 s'enraye, les derniers de la période étaient encore visibles le 22 juin.

Adishatz !