dessenh-pelèra

Qu'èra per l'autonada de 1988, le men ajòu Pèir Camogran, qui avè bon lo cap en hant-se vielh, que's demorè drin a l'espitau d'Ortés, on l'avèn pausat un estimulator cardiac. Au capcèr, Mairòta que'u hasè drin de companhia, a la mòda vielha.

De hèit, lo noste òmi ne's seré pas podut avejar hèra. Ua vielhòta que coabitava la crampa, brava hemna per estar hòrt combatièra. E tostemps qu'arreboriva contre lo son marit : "E lo con..." "Aqueth con, aqueth con totun !" Pairòt e Mairòta que se n'arridèn a l'amagat d'aqueth tic de parlar.

Totun, au moment de har los adishatz, lo gran-pair, qui ne s'avè pas desbrombat lo més tuadèr qu'arribava e qui avè tostemps l'esperit au caputh de la lenga que'u demandè : E lo con, quan ei qui'u pelatz ?

"Et le c(och)on, quand est-ce que vous le tuez ?"

C'était dans le courant de l'automne 1988, mon grand-père, Pierre Camougrand, qui gardait toute sa tête en vieillissant, avait séjourné quelque peu à l'Hôpital d'Orthez, où on lui avait posé un pacemaker. À son chevet, Mémé lui tenait un peu compagnie, selon l'usage.

De fait, notre homme n'aurait pas pu beaucoup s'ennuyer. Une petite vieille partageait sa chambre, brave femme bien que très agitée. Et sans cesse elles ruminait contre son mari : "Et le con..." "Ce con, mais ce con !" Pépé et Mémé se cachaient pour rire de ce tic de langage.

Toutefois, au moment de dire au revoir, mon aïeul, qui n'avait pas oublié que le mois des pélères approchait et qui avait toujours l'esprit vif lui demanda : "Et le c(och)on, quand est-ce que vous le tuez ?"

Adishatz,