piaggio-pepe

Au perhons de la societat tradicionau biarnesa d'un còp èra, los trèits de caractèr qu'èran mei salhents au par de uei e de quant, çò d'avienut qu'èra avienut e mancar a la paraula balhada, un escarni. Totun la fiertat de cadun, quan passava las hitas, que's trobava a còps ahrescada.

Cada cinc de setème que solevam aplegà'ns a Haut-Bernés purmèr d'anar celebrar l'aniversari deu Pèir de Camogran, qui èra a l'encòp lo cap de casa e l'ajòu, de cap tau Bascoat o de la montanha. Rite familhau qui s'avienè lavetz dab la fin de las vacanças escolaras.

Per la rentrada de 1985, Pèir de Camogran qu'èra de cap a hestejar los sons ueitanta ans e bera pausa hasè qu'èra avienut qu'anèrem taulejar en un restaurant deu Sen Joan Pè deu Pòrt. Quan, èra lo hèit d'un empaish de l'un o de l'aute, o de quauque peleja enter las hilhas, drin tracassièras e excusècas, lo projecte e mauescadó a uas òras deu tèrmi. Entau cap de casa de Haut-Bernés qu'èra un efront deus grèus e, e la fiertat mancada lèu que cerquè a dar las tornas. Lo cinc de setème, contra la desaprobacion e las suplicas de la hemna, Nancie, qui'n avore un ventèr de paur, e de las hilhas, que's hiquè au volader deu Piaggio Ape iranje qui avè tà baishar en vila, e que la gahè de cap tau Bascoat har passar la malícia.

Au vrèspe, a petits drins, de Bellòc e de Castetarba, las hilhas que s'èran gropadas autorn de l'ajòla. Que s'i devisava en suberditas e sovent a votz hauta.

- Be cau que sia capborrut, ce hasè l'ua...

- Pensatz ! Dab aquesta calor, eth qui n'avè pas jamei passat la plaça deu Bajàa dab lo triportaire entau mercat...

Çò qui lo monde ne s'explicavan pas qu'èra la reaccion d'orgulh hitapassat e capborrut qui avè incitat aqueste òmi senat de tempèri a préner riscs desmesurats tà hà's petar l'idea, solet. Totun, a fin e a mesura qui la pendula e desglarava las secondas, las minutas, las òras, lo ton deus arcasts que s'ataisava e l'inquietèr que ganhava.

Lo sorelh de setème qu'avè gahat la baishada de cap au pè-deu-cèu quan, las sèt deu ser plan passadas, ua vronida e  s'entenó peu camin de Hauguernes. En passant davant lo portau de la nosta maison nava, l'ajòu que's gahè a tutar arsecosament.

- Sho ! Aquiu que l'avem, ce hasó l'ajòla, solaçada...

Quiò, mes Pépé, arreverat, que's manquè lo virapleg de Haut-Bernés, l'Ape que passè a hutas devant los nostes uelhs estranglats e que s'estanquè sonque dab l'ajuda deu higuèr, praubòt, de l'aute part de la parguia.

A quauques dias d'aquiu, Nancie Camogran que vedó arribar a ua letra de Sent Joan Pè deu Pòrt :

"Estimat Monsur,

Que v'escrivi subjecte de la nosta tumada suu parcatge, puishqu'avotz l'aunestat de'm deishar un motet suu viravent..."

 

Un anniversaire dûment célébré :

 

Au sein de la société traditionnelle béarnaise d'autrefois, les traits de caractère étaient autrement plus saillants qu'aujourd'hui, ce qui était convenu était convenu et manquer à la parole donnée, un affront. Cependant, la fierté de chacun, lorsqu'elle passaient les bornes, se trouvait parfois douchée.

Tous les cinq septembre nous avions pour habitude de nous rassembler à Haut-Bernés avant d'aller célébrer l'anniversaire de Pierre Camougrand, qui était tout à la fois le pater familias et le grand-père, du côté du Pays Basque ou de la montagne. Rite familial qui coïncidait alors avec la fin des vacances d'été.

À la rentrée 1985, Pierre Camougrand s'apprêtait à fêter ses 80 ans et il avait été convenu depuis longtemps que nous irions nous attabler dans un restaurant de Saint Jean Pied de Port. Quand, était-ce du fait d'un empêchement de l'un ou de l'autre, ou de quelque chamaillerie entre les filles, assez querelleuses et susceptibles, le projet capota à quelques heures de l'échéance. Pour le maître de maison de Haut-Bernés c'était un sérieux affront, et la blessure narcissique chercha très vite à prendre sa revanche. Le cinq septembre, malgré la désapprobation et les suppliques de son épouse, Nancie, qui en aurait une peur terrible, et de ses filles, il se mit au volant du Piaggio Ape orange qu'il avait pour descendre en ville, et prit la route du Pays Basque pour se faire passer la colère.

Dans le courant de l'après-midi, peu à peu, de Bellocq et de Castétarbe, les filles s'étaient groupées autour de la grand-mère. On devisait en surenchère et souvent à haute voix.

- Faut-il qu'il soit têtu, disait l'une...

- Pensez donc, avec cette chaleur, lui qui n'était jamais allé plus loin que la place du Bayàa avec son triporteur les jours de marché, ajoutait l'autre...

Ce que les gens ne comprenaient pas c'était la réaction d'orgueil démesuré et obstiné qui avait incité cet homme habituellement réfléchi à prendre des risques inconsidérés pour aller au bout d'une idée, en solitaire. Toutefois, au fur et à mesure que la pendule égrenait les secondes, les minutes, les heures, le ton des reproches s'amuissait et l'inquiétude gagnait.

Le soleil de septembre avait commencé sa descente vers l'horizon quand, le coup de sept heures étant passé depuis longtemps, un bruit de moteur se fit entendre dans le chemin de Hauguernes. En passant devant le portail de notre maison neuve, l'aïeul se mit à klaxonner frénétiquement.

- Shou ! Il est là, fit notre grand-mère, soulagée...

Oui, mais Pépé, très éprouvé, négocia mal la courbe de Haut-Bernés, le Piaggio Ape passa à vive allure devant nos yeux stupéfaits et ne s'immobilisa qu'avec l'aide du figuier, malheureux, à l'autre bout de la cour.

Quelques jours plus tard, Nancie Camougrand vit arriver une lettre de Saint Jean Pied de Port :

"Cher Monsieur,

Je vous écris au sujet de notre petit accrochage matériel sur le parking, puisque vous avez eu l'honnêteté de me laisser un petit mot sur le pare-brise..."