629px-AlytesObstet

Que son purmèr uns crits aguts qui pujan de las marlèras, de las cisternas e deus varats, tanlèu plegadas las marcescadas e dinc a las purmèras torradas de Marteror, e qui's conjugan dab los ahupets deus grits e deus sauta-prat entà formar de nueit, just quan descampa lo pericle e deisha de plàver, la mei suau de las polifonias.

Tà díser, que s'entenen hèra mei sovent qui non pareishen, e la lor irrupcion dens l'enviroament sonòr, quan ne'us coneishen pas, que pòt esvarjar los mei joens. Quan chin, que'm sovieni deu purmèr encontre dab aquestes danomensòts, a Haut-Bernés, ençò de Pairòt e Mairòta Camogran quan i anavi dromir. Un ser, just se vienèvi de m'ajacar dens lo gran lhèit de la crampa deu miei au solèr qu'un d'aquestes concèrts inesperats e s'entinoè tà celebrar la fin d'un aram de periclada. E Nancie Camogran, maliciosa, que se'n arridè com torçuda de véder la mea cara inquièta. "N'ajis pas paur, que son los cucs, que son graulhas mendretas ce'm digó de la fin..."

De hèit, Mairòta que'n avè rason, lo nom, las mors, ... Manca un detalh de compte har, los cucs que son carpauds menins de l'ordi deus amfibís, çò qui'us diferencia de las graulhas qui son batracís. Aquestes creats qui non passan pas 50 millimètres de long que pòblan los ecosistèmas aigassuts, en tot precisar aquera nocion d'aigassut que pren un sens hòrt eslargit en çò deus naturalistes, las peirèras, las sablèras, las arralhèras, los penents, las arribas, las vielhas parets (bòrdas), los tascats, las lanas, los pargues, los casaus, las rueinas e los cemitèris. Que demoran sovent au ras deus òmis, sosterrats hens la tèrra escarpa, estujats devath pèiras o hens l'entredia de las lausas. Se'us arriba d'escaralhà's que viven sustot au ser e a nueit-hens en caçant mosquits, escarvalhs, limacs, cargolhs, talòssas e pòrcs de Sent Antòni. Se lo nom gascon d'aqueths aujamis ei onomatopeic, en francés que'us baptièn alytes accoucheurs empermor lo mascle que pòrta los uèus au-darrèr de l'acoplament.

Empermor de la lor aparida ciclica e ritualizada que son ua preséncia nueitiva amistosa e rasseguranta entà'us qui'us saben prestar aurelha, enlusida de permanéncia e d'immortalitat contra lo briu deu temps qui'ns atraça e nos maumia. Per çò de men, a las purmèras nòtas de las breçairòlas, que cadi hens las velhadas meravelhosas deu temps mainadèc, qu'audeishi los arrits de l'ajòla e que vedi lo son espiar pendard. Purmèr de m'adromir hens la nueit ataisda.

Adishatz !

Les alytes accoucheurs

Ce sont tout d'abord des cris perçants qui montent des mares, des citernes et des fossés, dès la fin des giboulées et jusqu'aux premières gelées de la Toussaint, et qui se conjuguent avec ceux joyeux des grillons et des sauterelles pour former la nuit, lorsque l'orage met les voiles et que cesse la pluie, la plus douce des polyphonies.

À vrai dire, ils se font entendre bien plus qu'ils ne se montrent, et leur irruption dans l'environnement sonore, quand on ne les connait pas, peut effrayer les plus jeunes. Enfant, je me souviens de ma première mise en présence avec ces petits diables, à Haut-Bernés, chez Pépé et Mémé Camougrand lorsque j'allais y dormir. Un soir, à peine venai-je de me coucher dans le grand lit de la chambre du milieu à l'étage qu'un de ces concerts inattendus s'organisa pour célébrer la fin d'une vague orageuse. Et Nancie Camougrand, malicieuse, se tordait de rire devant ma mine inquiète. "N'aies pas peur ! Ce sont les "Cucs", de toutes petites grenouilles, finit-elle par me dire..."

De fait, Mémé avait tout juste, le nom, les moeurs... À un détail d'importance près, les alytes accoucheurs sont de petits crapauds de l'ordre des amphibiens, ce qui les différencie des grenouilles qui sont des batraciens. Ces créatures qui ne dépassent pas 50 mm de long peuplent les zones humides, tout en précisant que cette notion d'humide est à prendre au sens très élargi chez les naturalistes, les carrières, les sablières, les éboulis, les pentes, les berges, les vieux murs (fermes), les pelouses, les landes, les parcs, les jardins, les ruines et les cimetières. Ils s'établissent souvent près des hommes, enterrés dans le sol meuble, cachés sous des pierres ou dans l'interstice des dalles. Bien qu'il leur arrive de prendre le soleil ils vivent surtout le soir et la nuit en chassant des moustiques, des coléoptères, des limaces, des escargots, des lombrics et des cloportes. Si le nom gascon de ces petits animaux est onomatopéique, en français ils furent dénommés alytes accoucheurs car le mâle porte les oeufs après l'accouplement.

À cause de leur apparition cyclique et ritualisée ils sont une présence nocturne amie et rassurante à ceux qui savent leur prêter oreille, illusion de permanence et d'immortalité contre le cours du temps qui nous traine et nous malmène. Pour ma part, aux premières notes de leurs berçeuses, je replonge dans les veillées merveilleuses de mon enfance, j'entends les rires de mon aïeule et revois son regard malicieux. Avant de m'assoupir dans la nuit apaisée.

Adishatz !