La parada

cr

Qu'eram per la fin deu més de julh o au principi deu més d'aost de 1940. Un matin, qu'èri dab la hemna aucupat a desterrar las patatas. Peu torn de las nau, qu'entenom a ua brossida qui s'esperlongava, motors que bronivan de contunh de cap au caminau. De segur, aquò nos estonava mes n'aurem pas pensat de bera pausa çò qui èra de hèit. En aqueras la mair qui èra demorada a casa que'm vienó cercar : "çà-i donc véder los Alemands a passar !" Purmèr qu'avoi l'idea de non pas destorbà'm. Puish que'm pensèi qu'avèvi d'anar rende'm compte e véder dab quins mejans e eram estats vençuts. De la fin que la gahèi tau cant deu caminau qui baisha deu Mont dinc a la termièra d'Espanha per Ortés, Salias, Sent Joan deu Pè deu Pòrt.

Mei d'ua òra avè que passava ua colòna de contunh d'atrunas motorizadas. Ne desfilavan pas com sordats tà díser, mes meilèu com toristas ordinaris. Purmèr qu'anavan a plaser (cinquanta quilomètres per òra au mei har) e que's vedè ne portavan pas armas. Que passavan en silenci, shens un gesto de cap au monde deu país. Mantuns qu'avèn gemèlas, e lavetz los uelhs qu'èran virats de cap a la montanhada deus Pirenèus occidentaus, deu Tron d'Òrri dinc a l'Arruna.

De véder a passar aqueths equipatges disciplinats, carats, de véder aqueths veïcules de tota traca, nets, impecables, qu'èra de bon devinar que s'agiva d'ua parada destinada a récéber un arcuelh, ua impression facultosa peus parçans trubersats. E que s'i escadón.

Quant de monde en vedent l'ordi, la disciplina, e tan vau dise'c, la correccion, qui èran pròpis a las purmèras tropas d'aucupacion, e'n estón susmavuts au pregon. Per drin mei, parodiant los mots prestats a Napoleon, qu'avossent dit : "Ah, lo brave monde !" Vertat qu'ei ne podevam pas prevéder la debanada de l'aucupacion, e lo lonc seguissi, d'arrestacions, de deportacions e de crimis esvarjables. Peu moment, ua tropa que passava davant nosauts, ataisant la mauhidança deu mondòt. Qu'èra lo quite prètz-hèit, e parciaument escadut. Òras de hiu que passèn atrunas de tot ordi, e çò qui's vedè mei, qu'ei entà que sia mei impausant, que i avè un nombre de compte har de veïcules, camions notadament, qui èran presas de guèrra. Sus aqueths camions, que destriavan enquèra las marcas d'origina. De qui-ne-i a qu'èran enquèra flame-naus e mei que semblavan d'aver estat pres purmèr d'estar utilisats per nosauts.

D'après Pèir Camogrand dit "Lo Tòrt" in La vie à Salies sous l'occupation allemande (1939-1944)

 La parade

Nous étions fin juillet - début août 1940. Un matin j'étais avec ma femme occupé à arracher mes pommes de terre. Vers neuf heures, nous entendîmes un bruit prolongé, un ronflement continu de moteurs en direction de la route nationale. Bien sûr cela nous intriguait mais nous étions loin de penser à ce qui se passait. C'est à ce moment que ma mère qui était restée à la maison vint m'appeler : "Viens donc voir passer les Allemands !" Mon premier réflexe, ce fut de ne pas me déranger. Puis je pensais que je devais aller me rendre compte et voir avec quels moyens nous avions été vaincus. Finalement, je me suis rendu sur le bord de la route nationale qui descend de Mont-de-Marsan vers la frontière d'Espagne par Orthez, Salies, Saint-Jean-Pied-de-Port.

Depuis plus d'une heure défilait une colonne ininterrompue d'engins motorisés. Ils défilaient non pas véritablement en soldats mais bien plutôt en simples touristes. D'abord, ils avançaient à une vitesse extrêmement réduite (50 à l'heure peut-être) et manifestement ils n'arboraient pas d'armes. Ils passaient en silence, sans un geste envers les gens du pays. Beaucoup avaient des jumelles, et alors leurs regards étaient tournés sur la chaîne occidentale des Pyrénées, depuis le pic d'Orhy jusqu'à la Rhune.

À voir passer ces équipages disciplinés, silencieux, à voir ces véhicules de toutes sortes, propres, impeccables, on devinait bien qu'il s'agissait d'une parade destinée à recevoir un accueil, une impression favorable auprès des populations traversées. Et ce fut le cas.

Combien de gens en voyant l'ordre, la discipline, et pourquoi ne pas le dire, la correction, qui étaient le propre des premières troupes d'occupation, en furent profondément bouleversés. Pour un peu, parodiant les paroles attribuées à Napoléon, ils eussent dit : "Ah, les braves gens !" C'est vrai qu'on ne pouvait prévoir la suite de l'occupation, et le long cortège d'arrestations, de déportations et de crimes atroces. Pour le moment, une troupe défilait devant nous, endormant la défiance des masses.C'était le but recherché, et en partie réussi. Pendant des heures ont défilé des engins de toute sorte, et le plus visible, c'est que pour que ce soit plus imposant, il y avait un nombre assez considérable d'engins, de camions en particulier, qui étaient des prises de guerre. Sur ces camions, on distinguait encore les marques d'origine. Certains étaient même etièrement neufs et semblaient avoir été pris avant même d'avoir été utilisés par nous.