Numérisation_20160226

L'ajòu (Pèir de Camogran)

Que'u trobavi devath deu hangar au carrinquet de la sega. Lo cèu qu'èra gris, escur, emplogit, de totas parts las tòlas que s'esgotavan en aqueth vrèspe de novème. En bèth escalhar lenha tà har buscalhs peu larèr, Pèir de Camogran, l'ajòu, que'm devisava, en hant lusir l'arnaut, de las berors, de las enigmas e deus enjòcs deu monde. Que sabè suu tèit deu hangar la musica de l'aigat o de la plogina e que m'ensenhava ric per ric los crums e las nublas dab lo nom latin. Au cant que'm disè lo nom deus ausèths dens lo plèish o au bòsc de Hornèu miejancèr. E sobtament, dab mots escricats, las soas pensadas que's viravan de cap tà l'òmi cadut dens los retortelhs de l'istòria e de la destinada, d'aquera vita qui mei que tot e mei que tots aimava.

Qu'èra vadut en 1905, lo cinc de setème, ainat d'ua familha de tres, a Peirotin, ua maisoòta deus costalats de Lasbòrdas. Eretèr d'un endretòt mentavut Haut-Bernés, tota la soa existéncia que s'èra virada cap au tribalh de la tèrra, aquera tèrra excusèca qui l'avè panat lo pair peus combats de Verdun en 1917, e a l'enmelhoracion de la sòrta de l'òmi, lo son hrair. Que l'aperavan Pèir Lo Tòrt e que vadore lo son prèsta-nom com escrivan. En efeit que claudiquejava drin, dempuish qu'ua vielha dolor mau curada deu malh l'avè diminuit. Pr'aquò que hó reformat en 1939 de l'armada en guèrra contra los Alemands e que tornè a Haut-Bernés dab los de casa. Mes au lòc de's contentar d'aqueth truquet de la sòrta, que hiquè las soas conviccions au servici de la Resisténcia locau. D'aqueth temps, la linha de demarcacion que mieipartiva lo bordalat de Lasbòrdas. Ua de las activitats màgers deus Resistents deu parçan que consistiva donc en ajudar los Judius e tots los secutats a passar l'òsca de la libertat a la risca de perir.

Pèir de Camogran qu'avè un sens pregon de l'aunor e deu dever. Militant sindicalista agricòle hòrt de d'òra, que participè a ua de las mei bèras conquistas deu segle vintau entaus paisanòts : l'avalida de l'estatut de meitadèr. Au-darrèr de la guèrra que s'investí dens la politica locau com militant socialista. Mantun còp que hó eslegit conselhèr municipau de Salias. E mei se n'avè pas sabut hà's prevàler las ideas, la soa toleréncia e la soa hidança en l'òmi qu'aperavan amistats de totas parts. Haut-Bernés, ostau de dus solèrs dab la bòrda de l'aute part de la parguia qu'alurava un maine on amics e capulats e's vienèn prosejar dab lo mèste. E com aqueste hicava los mots dab maestria au servici de las soas conviccions las debatudas que podèn tiéner tot lo vrèspe shens vencedor. En hant se vielh, que's retirè drin de la batèsta politica. Mes las soas ideas que demoravan e n'esitè pas jamei a préner la soa pluma entà demandar precisions o díser lo son desacòrd, estosse a un deputat tà qui avè votat.

Cada més d'aost que'm hasè seguir suu triportaire dinc a l'eslanada de Mosqueròs on se debanava enqüèra ua hèira de l'agricultura. Qu'ei aquiu, au miei deus sons parions qui s'estava miélher. Que s'estancava a devisar dab l'un e l'aute de l'anar de l'ostau e deu ben.

A Haut-Bernés, tot dimenge, la familhòta esparrisclada que s'arrenodava. Vielhas rencuras, desavièrs, gelosias, com au perhons de totas las familhas tradicionaus, enter las hilhas e la hemna, aqueth rituau n'anava pas tostemps de liç e lo ton que pujava a còps a fin e a mesura qui las posturas s'encapborrivan. Se la dretura e la dimension deu personatge e sufivan quasi tostemps ad impausar arrespècte e resèrva, que'u vedi enquèra a lhevà's la cana qui avè tostemps a portada de man e trucar dus o tres còps suu canton de la taula quan la peleja passava mesura. Autanlèu las combatièras que's caravan e un silenci escamussat que s'installava on sonque s'audivan a petrilhar los buscalhs contra la cauhapança.

Pèir de Camogrand qu'èra l'anèth darrèr d'ua cadena rompida per la mort de l'ainat Jan deu maishant mau, l'eretèr d'ua vielha civilizacion qui predisèva la plaça e la mission de cadun e qui sacralizava l'idea de la dignitat. Paisan letrat e poèta, quan deishè de har anar l'endret, que's gahè a escríver dus libes. Lo purmèr, Salies au temps des Piquetalos, que pintrava lo víver salièr dens la purmera tirada deu segle vintau. Lo dusau, La vie à Salies de Béarn sous l'occupation allemande, dens loquau tratava màgerment deus hèits de la Resisténcia locau, qu'aperè uas reaccions de las vriulentas permor l'epòca istorica qu'èra mauclara e lo subjècte enquèra sensiu. "Que soi un hilh deu terrador a la memòria de la soa petita patria." Atau qu'arresumiva lo prètz-hèit de la soa òbra. Au demiei de laquau uas peças poeticas intimas e melanconiosas en biarnés, mustra de l'estacament qui avè entad aquesta varienta locau de l'occitan gascon.

Lo 13 de novème de 1991, draperat d'ua dignitat esmiraglanta, que hasó lo darrèr sumsit. Uas òras abans de perir, just quan peus ridèus un arrai de lua e's pausava sus la soa cara, que digó shens flaquir a l'ajòla qui'u tienè la man : "Que soi dab la mea navera companha..."

 

Mon grand-père (Pierre Camougrand)

 

Je le trouvais sous le hangar au grincement de la scie. Le ciel était gris, sombre, pluvieux, de tous côtés les tôles s'égouttaient en cet après-midi de novembre. Tout en fendant du bois pour faire des bûches pour le foyer, Pierre Camougrand, mon grand-père, m'entretenait, l'oeil brillant, des beautés, des énigmes et des enjeux de notre monde. Il reconnaissait sur le toit du hangar la musique de l'averse ou de la bruine et il m'expliquait par le détail les formations nuageuses cumuliformes et stratiformes avec leur nom latin. Au chant il me disait le nom des oiseaux dans la haie ou au bois de Hourneau mitoyen Et soudain, avec des mots choisis, ses pensées se tournaient vers l'homme plongé dans les méandres de l'histoire et du destin, de cette vie que plus que tout et plus que tous il chérissait.

Il était né en 1905, le cinq septembre, ainé de trois enfants, à Pierrotin, une maisonnette des coteaux de Lasbordes. Héritier d'une petite propriété nommée Haut-Bernés, toute son existence s'était tournée vers le travail de la terre, cette terre ombrageuse qui lui avait volé son père dans les combats de Verdun en 1917, et à l'amélioration des conditions de vie de l'homme, son frère. On l'appelait Pierre Le Boiteux et cela deviendrait son prête-nom d'écrivain. En effet il boitait un peu, depuis qu'une vielle douleur mal soignée à la hanche l'avait handicapé. Ce pourquoi il fut réformé en 1939 de l'armée en guerre contre les Allemands et il revint à Haut-Bernés auprès des siens. Mais loin de se contenter de ce coup de pouce du destin, il mit ses convictions au service de la Résistance locale. en ce temps-là, la ligne de démarcation coupait en deux le quartier Lasbordes. Une des principales activités des Résistants de pays consistait donc à aider les Juifs et tous les persécutés à franchir la frontière de la liberté au péril de leur vie.

Pierre Camougrand avait un sens profond de l'honneur et du devoir. Très tôt militant syndicaliste agricole, il participa à une des plus belles conquêtes du vingtième siècle pour la petite paysannerie : l'abolition du statut de métayer. Après la guerre il s'impliqua dans la vie politique locale en tant que militant socialiste. Il fut plusieurs fois élu conseiller municipal de Salies. Même s'il n'avait pas pu faire prévaloir ses idées, sa tolérance et sa foi en l'homme lui valaient des amitiés de tous bords. Haut-Bernés, demeure à deux étages avec sa grange de l'autre côté de la cour avait des allures de manoir où amis et personnalités venaient s'entretenir avec le maître. Et comme celui-ci mettait avec talent les mots au service de ses convictions les débats pouvaient durer tout l'après-midi sans vainqueur. En vieillissant, il se mit un peu en retrait des joutes politiques. Mais ses idées étaient intactes et il n'hésita jamais à prendrer la plume pour demander des précisions ou dire son désaccord, fût-ce à un député pour qui il avait voté.

Chaque mois d'août il m'emmenait sur son triporteur jusqu'à la grande plaine de Mosquéros où se tenait encore une foire de l'agriculture. C'est là, au milieu de ses pairs qu'il se plaisait le plus. il s'arrêtait pour parler avec l'un et l'autre de la tenue de la maison et de l'exploitation.

À Haut-Bernés, chaque dimanche, les enfants éparpillés se retrouvaient. Vieilles rancunes, désaccords, jalousies, comme au sein de toutes les famillles traditionnelles, entre les filles et son épouse, ce rituel n'était pas toujours sans heurt et le ton montait parfois au fur et à mesure que les postures se cabraient. Si la droiture et la dimension du personnage suffisaient presque toujours à imposer respect et retenue, je le vois encore lever la cane qu'il avait toujours à portée de main et frapper deux ou trois coups sur le coin de la table quand la querelle allait trop loin. Aussitôt les débatteuses se taisaient et un silence pincé s'installait où on entendait seulement pétiller les bûches contre la plaque de la cheminée.

Pierre Camougrand était le dernier maillon d'une chaîne rompue par la mort de son fils ainé Jean, du cancer, l'héritier d'une vieille civilisation qui predisait la place et la mission de chacun et qui plaçait au-dessus de tout la notion de dignité. Paysan éclairé et poète, lorsqu'il cessa l'exploitation de ses terres, il s'attâcha à écrire deux livres. Le premier, Salies au temps des Piquetalos, dépeignait le mode de vie salisien dans la première moitié du vigntième siècle. Le second, La vie à Salies de Béarn sous l'occupation allemande, dans lequel il traitait essentiellement des faits de la Résistance locale, lui valut quelques réactions violentes parce que l'époque historique était confuse et le sujet encore sensible. "Je suis un fils du terroir à la mémoire de sa petite patrie." C'est ainsi qu'il synthétisait le propos de son oeuvre. Parmi laquelle quelques pièces poétiques intimes et mélancholiques en béarnais, preuve de l'attachement qu'il avait pour cette variante locale de l'occitan gascon.

Le 13 novembre 1991, drappé d'une dignité admirable, il rendit son dernier soupir. Quelques heures avant de mourir, à l'instant où à travers les rideaux, un rayon de Lune se posait sur son visage, il dit sans flancher à ma grand-mère qui lui tenait la main : "Je suis avec ma nouvelle compagne..."

Adishatz !