spiranthe-02

Adishatz,

Bera pausa hè que saunejavi d'aperar las orquideas e de har possar cèths dens lo pargue de l'ostau. La partença deu men praube pair a la maison de retirada au mes de mai qu'estó lo parat d'introdusir navèths apèrs e naveras tecnicas d'entertien deu tascat, dab la crompa d'ua tonedera manuau elicoïda e lo recors a las cisalhas contra la chaborra. Au véder deus qui's passejavan davant casa, que passèi per un pèc behida, mes aqueth procediment ecologic qu'èra la via mei segura entà m'i escàder a tèrmi.

Ièr matin a punta d'auba, com solèvi, que varavi hens deu pargue tà préner novelas deus arbos qui gotejavan de la periclada nueitiva, quan l'espiar se'm pausè sus ua cama verdeta qui s'enairava de las agulhas mortas devath deu gran picea. Que'm hasoi en davant suu pic, mescredent.

Quan estoi mei près, que la detalhèi. Qu'èra ua cameta prendiva, desporvesida de huelhas e caperada d'ua inflorescéncia en borron qui alurava la de las asparragas. Aquera determinacion que m'estrambordè, qu'èra ua espiranta d'abòr, la purmèra orquidea deu pargue, qui la natura avè apitada aquiu, en aquesta fin de mes d'aost melanconiosa e seca, com tà dar man hòrta au men prètzhèit. E n'averí pas jamei pensat qu'aparire autanlèu.

 

Depuis longtemps je rêvais d'attirer les orchidées et de faire pousser des cèpes dans le parc de la maison. Le départ de mon pauvre père à la maison de retraite au mois de mai fut l'occasion d'introduire de nouveaux outils et de nouvelles techniques d'entretien de la pelouse, avec l'achat d'une tondeuse manuelle hélicoïdale et le recours aux cisailles contre les broussailles. Aux yeux de ceux qui se promenaient devant la maison, je suis passé pour un fou, sans doute, mais ce procédé écologique était ma meilleure chance de réussite à terme.

Hier matin à l'aube, comme à mon habitude, je faisais le tour du parc pour prendre des nouvelles des arbres qui dégoulinaient du dernier orage, quand mon regard se posa sur une tige vert clair qui montait des aiguilles mortes sous le grand épicéa. Je m'avançai aussitôt, incrédule.

Quand je fus plus près je la détaillai. C'était une tige frêle et élancée, dépourvue de feuilles et coiffée d'une inflorescence en bouton qui rappelait celle des asperges. Cette détermination me transporta de joie, c'était une spiranthe d'automne, la première orchidée de notre parc, que la nature avait érigée à cet endroit, en cette fin de mois d'août mélancholique et sèche, comme pour prêter main forte à mon projet. Et je n'aurais jamais imaginé que cela adviendrait si vite.

Adishatz !