hh-03

Dimerç 6 de junh.

Que me'n tornavi aqueth matin de junh deu tribalh au collegi de Laruntz. Just se viení de passar Biòst que m'aviavi sus la bèra linha batenta e desertica qui mia tau virolet de Gèra. Hicant-se a l'argueit de quauqua tròba los uelhs que se m'espiavan tà dreta e tà esquèrra. E a uns dus cent mètres deu virolet a man esquèrra, un auburi piramidau que se m'aperè, com ua pocejaira vestida de nòça pitada suu terrèr au bèth miei de las margalidas, de las aquileas e de l'erbassa, dab serpentinas ròsas qui'u hasèn de cotilhons. Que travèi, que calè que vedossi.

Au virolet que hasoi arrepè. Que rotlèi a plasers, dens l'idea de m'arrestar. Mes que passavi déjà au son dret quan la tornèi véder. De l'auta part qu'avisèi ua pista qui seguiva lo caminau en contrabaish a l'entrada d'un gran hangar e que la gahèi. Qu'estremèi la veitura a ua crotzada e que seguii a pè. A quauques mètres d'aquiu contra un via sosterrada que's quilhava un escalèr de pèira. Que'u pujèi, que passèi lo parapèc e la cauçada tà m'anar a l'endavant de la flor.

A fin e a mesura qui apressavi, lo dobte que honèva. Aqueth auburi piramidau, aquera pocejaira vestida de nòça pitada suu terrèr au bèth miei de las margalidas, de las aquileas e de l'erbassa, dab serpentinas ròsas qui'u hasèn de cotilhons, qu'èra ua orquidea de las mei rialas en Biarn, l'orchis de l'aulor de boc, himantoglossum hircinum. Que saunejavi de l'encontrar despuish qu'ua gojata d'Engolèime avè postat quauquas fotòs de la planta lo ser abans sus un grop Facebook e jamei n'averí pensat d'abutir tant de pos.

Adishatz !

 

Mercredi 6 juin

Je rentrai ce matin de juin de mon travail au collège de Laruns. À peine venais-je de dépasser Béost je m'engageais sur la longue ligne droite qui mène au rond-point de Gère. Se mettant à l'affût de quelque découverte, mes yeux regardaient à droite et à gauche. Et à environ 200 mètres du rond-point sur ma gauche, une silhouette pyramidale capta mon attention, comme une autostoppeuse en habit de noce perchée sur le talus au beau milieu des marguerites, des achillées et des grandes herbes, avec des serpentins roses lui tenant lieu de cotillons. Je ralentis, il fallait que je visse.

Au rond-point je fis demi-tour, je roulai lentement dans l'intention de m'arrêter. Mais je venais déjà de la dépasser quand je la revis. De l'autre côté je repérai une piste qui longeait la grande route en contrebas à l'entrée d'un grand hangar et je l'empruntai. Je stationnai ma voiture à une bifurcation et de continuai à pied. À quelques mètres de là contre un passage souterrain se dressait un escalier en pierre. Je le gravis, j'enjambai le parapet et traversai la chaussée pour aller à la rencontre de la fleur.

Au fur et à mesure que j'approchais, le doute se dissipait. Cette silhouette pyramidale, cette autostoppeuse en habit de noce perchée sur le talus au beau milieu des marguerites, des achillées et des grandes herbes, avec des serpentins roses lui tenant lieu de cotillons, était une orchidée très rare en Béarn, l'orchis à odeur de bouc, himantoglossum hircinum. Je rêvais de la trouver depuis qu'une jeune fille d'Angoulême avait posté quelques photos de la plante sur un groupe Facebook la veille au soir et jamais je n'aurais pensé aboutir aussi vite.

Adishatz !

hh-05