Le temps de l'année 2021 à Salies de Béarn

 

20210520_163100

Adishatz !

Jusqu'au 21 décembre il y avait un petit espoir que se produise un petit évènement à l'échelle de notre pays et des régions atlantiques de l'Europe de l'ouest, pour la première fois depuis longtemps et sans doute une des rares fois au 21° siècle, une année légèrement plus fraîche que la normale. On connait la suite, la douceur de la dernière décade a tout balayé et quoi qu'en repli par rapport aux années précédentes 2021 a basculé dans le positif.

Il faut dire les premiers jours de l'année, jusqu'au 12 janvier, ont été particulièrement froids. La première décade de janvier fut même la plus froide enregistrée à Biarritz depuis Janvier 1985 et il dut en être de même dans la plupart des localités proches des Pyrénées et de l'Adour. Douze nuits de gel consécutives avec des pointes à -4 degrés le 3, -5 et -7 le 7 et le 8, -6 et -5 degrés le 12. Les températures maximales furent particulièrement basses, comprises entre 1 et 5 degrés ces douze jours durant. Du Jour de l'An au 4 janvier le temps est encore instable, occasionnant des averses mêlées de neige. Après un intermède sec du 5 au 8, l'air froid qui va s'accentuant, rencontre une dépression virulente qui remonte de la Péninsule Ibérique en longeant les Pyrénées. Il en résulte un samedi 9 janvier faiblement neigeux dans une ambiance glaciale. Mais seuls l'intérieur et le sud du Béarn ainsi que les autres départements pyrénéens connaitront un réveil blanc le dimanche matin.

Dans la soirée du 12 janvier la pluie revient par l'ouest, ouvrant la porte à un faible passage perturbé du 13 au 17, dans une ambiance encore fraîche, -2 à 2 degrés le matin, 7 à 9 degrés l'après-midi.

Un répit ensoleillé et plus doux en journée ( -2 à 4 degrés le matin, 8 à 13 degrés l'après-midi) est observé du 18 au 21 janvier.

Mais par la suite c'est un temps beaucoup plus agité qui se met en place, du 22 janvier au 12 février. La période qui court du 22 janvier au 1 er février est très arrosée (près 163 mm de pluie) et encore assez fraîche (8 à 10 degrés les après-midis) hormis quelques valeurs à 12 degrés, une pointe à 15 degrés le 28 et malgré une remontée des températures nocturnes entre 6 et 8 degrés du 27 au 1er après une petite gelée à -1 degré le 26. Le temps est très doux du 2 au 4 février (17 degrés le 2, 15 degrés le 3. Simplement dans les normes par la suite (8 à 13 degrés les après-midis) avec des pluies plus espacées et généralement plus faibles (27 mm les 6 et 7 février tout de même.)

Les conditions météorologiques changent radicalement du 13 février au 7 mars. Pour la troisième année consécutive la seconde moitié du mois de février renoue avec un fort ensoleillement et des températures très douces. La plupart des températures diurnes sont comprises entre 13 et 21 degrés (21 degrés les 19 et 20 février, 19 degrés les 24 février et 2 mars) avec un léger fléchissement en fin de période, à l'approche d'un nouveau changement de temps. Une seule gelée est observée durant ce laps de temps, 0 degré le 28 février et les températures minimales fluctuent entre 2 et 11 degrés. De même, un unique passage pluvieux survient, le 22 février (13,1 mm.)

Le lundi 7 mars marque le début d'une période instable qui nous emmènera jusqu'au vendredi 19. Les pluies restent modérées dans un contexte de sécheresse printanière marquée. Malgré un fléchissement à 10 et 11 degrés les après-midis du 14 et du 15 mars les températures restent douces, 20 degrés le 11 et 17 le 17 mars. Les températures nocturnes fluctuent autour de 5 degrés. Toutefois, les journées du 18 et du 19 mars voient une baisse sensible du thermomètre. On ne dépasse pas 8 degrés le 19.

La sécheresse reprend nettement l'avantage du 20 mars au 24 avril, mais avec une variation extrême des températures. Les nuits sont frisquettes du 20 au 24 mars avec quatre gelées consécutives dont deux à -2 degrés le 20 et le 21. Moins d'une semaine plus tard, du 28 mars au 1er avril c'est une authentique vague de chaleur précoce qui se met en place, quatre journées atteignant ou dépassant 25 degrés avec un pic à 27 le 31 mars. La rechute est sévère entre le 3 et le 8 avril, avec surtout des nuits plus froides et deux gelées à -2 et 0 degrés les 7 et 8. Mais le pire est advenu quelques jours plus tard, après un intermède plus doux (16 à 22 degrés les après-midis) du 9 au 11, et un passage pluvieux copieux (21 mm) ce même 11 avril, une série de nuits très froides et de gelées tardives advient du 12 au 19 avril. Quatre gelées sont enregistrées dont deux valeurs à -2 degrés les 16 et 17. Les températures maximales, moins affectées, oscillant entre 12 et 19 degrés. Finalement, la douceur, et même la chaleur (27 degrés le 24 avril) parviennent à remporter le bras de fer, juste avant le retour de la pluie.

Le printemps 2021 change d'humeur le dimanche 25 avril. Un passage pluvieux et instable sert de hors d'oeuvre jusqu'au samedi 1er mai. 48 mm de pluie font grand bien à la végétation que la sécheresse et les gelées ont particulièrement mis à la peine en avril. Ce changement de temps s'accompagne d'une énième dégringolade des températures. Les derniers jours d'avril et le 1er mai son très frais, les maximales ne dépassant plus 12 à 16 degrés du 26 avril au 1er mai.

Toutefois nous éviterons de peu les gelées. Le thermomètre s'abaisse à 3 puis 2 degrés le 2 et 3 mai avant de remonter jusqu'à 28 degrés le 8 mai, au faîte d'un court intermède le plus souvent sec et ensoleillé.

Puis, une période très instable s'ouvre du 9 au 19 mai avec des précipitations parfois copieuses, un peu de grêle sous les orages le 10 et le 12 et des températures faiblardes pour la période (14 à 22 degrés les après-midis et 5 à 11 degrés en fin de nuit), les journées courant du 14 au 17 mai étant particulièrement frisquettes. 90 mm de pluie sont relevés en une dizaine de jours.

Les journées et passages pluvieux s'espacent nettement entre le 20 et le 31 mai au soir, le beau temps revient même franchement à partir du 25 mai et les températures, jusqu'à cette date bien poussives (5 à 8 degrés le matin), s'orientent sensiblement à la hausse, 28 degrés le 28 mai, 31 degrés le 31, je ne fais pas exprès...

Mais l'orage éclate dans la soirée de ce même 31 mai. Il ouvre la voie à une brève mais forte dégradation orageuse sanctionnée par plus de 35 mm de pluie les 3 et 4 juin. Cette dernière journée est très fraîche, on ne dépasse pas 15 degrés.

Sous un soleil omniprésent les températures remontent sensiblement entre le 5 et le 16 juin. Mais restent raisonnables, entre 22 et 28 degrés, jusqu'au 12. Les journées des 13, 14,15 et 16 juin sont nettement plus chaudes, atteignant 34 degrés le 13, 30 à 32 par la suite.

Et puis, pour la première fois depuis 2014, l'été a dévissé. Une très longue période instable se met en train à partir du 17 juin, qui nous mènera jusqu'au 14 juillet. Les journées sans pluie sont rares même si les précipitations sont beaucoup plus faibles, brèves et assez espacées du 30 juin au 12 juillet. Un bel orage de grêle anéantit mes pieds de tomates dans la soirée du samedi 26 juin. Et si les températures résistent encore à plus de 25 degrés jusqu'au 21 juin, par la suite les journées de chaleur sont ultra minoritaires, un seul 30 degrés est à signaler le 5 juillet. Le plus souvent le mercure se tient entre 16 et 23 degrés. En contrepartie la forte couverture nuageuse favorise des températures nocturnes assez douces, entre 12 et 17 degrés.

Après trois jours à nouveau bien arrosés, le temps se met au beau du 15 au 24 juillet. Et les températures en profitent pour reprendre des couleurs, mais sans excès, culminant entre 30 et 32 degrés du 20 au 22.

La chaleur n'a pas tenu la route, pas plus que le grand beau. Cet été est souvent à la grisaille même lorsqu'il ne pleut pas. La période qui court du 25 juillet au 7 août en est l'illustration parfaite. Un peu de pluie, quelques orages, les journées sèches sont rares, et des températures bien ternes, entre 16 et 27 degrés, les minimales s'abaissant même à 10 degrés le 2 août.

Toutefois, août sera le meilleur mois de l'été. En effet, après les dernières gouttes, le 8 août, le temps se met presque entièrement au sec jusqu'au 3 septembre. Il faudra tout de même en passer par des brouillards matinaux dans une ambiance étrange entre le 9 et le 13 août où les après-midis sont assez chaudes, entre 28 et 30 degrés. De même le temps est globalement plus ensoleillé à partir du 18 sans que les températures atteignent des niveaux exceptionnels (le plus souvent elles oscillent entre 23 et 28 degrés avec un pic à 30 le 26.) Les valeurs nocturnes s'effritent lentement au fil des jours pour s'abaisser à 9 degrés le 29. Les trois premiers jours de septembre sont caractérisés par un faible passage orageux très peu pluvieux.

Un baroud d'honneur de l'été survient du 4 au 8 septembre. En forte hausse les températures atteignent 34 degrés le 6 septembre mais on reste très en deça de certaines bouffées sahariennes des derniers mois de septembre.

Mais l'orage qui éclate dans la soirée du 8 annonce une dégradation qui nous conduira jusqu'au 5 octobre. Peu sensible dans un premier temps, puisqu'il fait à nouveau temporairement beau et chaud les 11 et 12 septembre, avec un pic à 29 degrés le 12. Beaucoup plus nette entre le 13 et le 21 septembre (près de 73 mm de pluie) avec des températures maximales sous les 20 degrés du 18 au 21. Du 22 septembre au 5 octobre les pluies sont parfois fortes (35,5 mm le 3 octobre) mais entrecoupées de périodes et de journées sèches. Les températures sont très fluctuantes, dépassant le plus souvent péniblement les 20 degrés, malgré quelques pics isolés à 26 degrés le 25 septembre et 27 degrés le 2 octobre. En revanche les journées du 3 au 5 octobre sont plus fraîches, plafonnant à 16 ou 17 degrés. Durant toute la période les températures nocturnes sont d'un très bon niveau pour la saison, entre 9 et 17 degrés, elles descendent cependant sous les 10 degrés à partir du 30 septembre.

Le beau temps est revenu à partir du 6 octobre et jusqu'au jeudi 28, malgré une faible dégradation le 21 et le 22. Jusqu'au 17 les températures sont assez fraîches, surtout le matin, 3 à 9 degrés. Les après-midis atteignent une seule fois la barre des 20 degrés, le 10. Une dernière poussée de chaleur est observée les 19 et 20 octobre, 25 et 26 degrés. Un nouveau rafraîchissement intervient à partir du 21, on dépasse péniblement 15 degrés en journée et les températures minimales fluctuent autour de 5 degrés. Toutefois, le vent tourne au sud à partir du 26 octobre, à l'approche d'une dégradation marquée et la douceur l'emporte temporairement, jusqu'à 21 degrés le 28.

Le 29 octobre amorce le grand virage vers l'arrière automne, antichambre de l'hiver. Jusqu'au 4 novembre nous essuyons un passage pluvieux consistant (près de 102 mm). Après un pic de douceur à 22 degrés le 31 octobre les températures dégringolent et pour la première fois depuis l'hiver précédent les températures maximales plafonnent à 10 degrés du 3 au 5 novembre.

Ce même 5 novembre, dans la fraîcheur (2 à 8 degrés) voit le début d'une période plus sèche bien qu'entrecoupée de perturbations atténuées, et qui se maintiendra jusqu'au samedi 20 novembre. Les températures maximales sont inférieures aux normales, assez froides certains jours, oscillant entre 8 et 15 degrés. La première gelée de l'hiver est enregistrée le 10 novembre (0 degré) et les nuits sont généralement frisquettes, 0 à 7 degrés.

Une dégradation beaucoup plus musclée et durable se produit le 21 novembre et jusqu'au 11 décembre. Elle s'accompagne d'un net rafraîchissement entre le 23 et le 28 novembre. Les températures diurnes ne dépassent plus 4 à 8 degrés et les minimales fluctuent entre 0 et 5 degrés. Le samedi 27 novembre, sous les fortes averses, on voit danser les premiers flocons de neige de la saison. Par la suite, sous la pluie qui n'en finit pas, les températures remontent entre 7 et 11 degrés les après-midis et 2 à 6 degrés pour les minimales. Le paroxysme de cette agitation est atteint entre le 1er et le 10 décembre. Des précipitations à caractère exceptionnel se produisent par blocage orographique particulièrement au cours des journées du 7 au 10, causant des crues violentes vers Bayonne mais aussi dans certaines vallées pyrénéennes. Plus de 213 mm de pluie sont relevés en 10 jours.

Le calme et le beau temps reviennent le 12 décembre et un seul passage pluvieux significatif les interrompra encore (11 mm dans la nuit du 26 au 27.) Jusqu'au 20 décembre nous traversons de très belles journées d'hiver débutant par de faibles gelées matinales, -2 à 1 degrés, et culminant entre 8 et 10 degrés les après-midis.

Vous connaissez la suite. À partir du 21 décembre une vague de douceur remarquable voyageant à dos d'anticyclone subtropical envahit la façade atlantique de l'Europe, repoussant très au nord et très à l'est les masses d'air glacial embusquées qui nous promettaient un trêve bien froide. Et l'année se termine sous un soleil radieux avec des températures plus de 5 degrés au-dessus des normales, 5 à 12 degrés pour les minimales, 13 à 18 degrés les après-midis.

Ce retour en force de la douceur, en l'absence de période froide marquée dans les premières semaines, a fait basculer la moyenne de décembre au-dessus des normales de températures et éloigné un peu plus 2021 de ces mêmes normales alors que pour la première fois depuis 2019 et 2020 nous avons connu une majorité de mois légèrement inférieurs aux normales mensuelles. Oui mais, bien que minoritaires en effectifs, les mois dans le rouge étaient très excédentaires en températures. C'est d'autant plus dommage que sur bien des aspects, l'année 2021 telle qu'elle s'est montrée à Salies mais pas seulement, a pu rappeler aux plus anciens le climat qui prévalait chez nous au cours de certaines années médiocres de la fin du 20° siècle. Et je ne suis pas certain qu'une année aussi tempérée se remontrera de sitôt dans la traversée du 21° siècle.

 

Adishatz !