DSC_0052

Janvier :

Sur la lancée des derniers jours de décembre, le temps est resté sec quoique particulièrement brumeux ou grisâtre, mais surtout bien froid jusqu'au 9 janvier inclus. Si les niveaux atteints ne sont pas exceptionnels le gel nocturne fut continu sur la période, avec 4 gelées s'abaissant à -5 et -6 degrés du 5 au 9, et des températures maximales généralement comprises entre 2 et 5 degrés, hormi une valeur à 6 degrés le 5 janvier.

Le temps se dégrade temporairement mais sensiblement du 10 au 16 janvier. 75 mm de pluie seront relevés sur cet intervalle, la quasi totalité de la pluviométrie du mois. Les températures sont en légère hausse dans un premier temps, offrant des minimales entre 4 et 8 degrés et des maximales entre 9 et 12. Mais une nouvelle baisse s'amorce à partir du 13, sous les giboulées de grésil. Et la petite gelée à 0 degré du 14 ouvre la voie à ses grandes soeurs.

Froid est le maître-mot de ce mois de janvier 2017 et ce n'est pas la période du 17 au 27 inclus, sèche et assez ensoleillée, qui me démentira. Une vague de froid modérée mais particulièrement sensible sévit même entre le 17 et le 21. Après une gelée à -6 degrés on ne dépasse pas -1 degré le 18 et deux gelées à -7 degrés sont enregistrées les 19 et 20 janvier. Par la suite, avec des maximales entre 3 et 9 degrés le froid est un peu moins mordant en journée mais deux gelées à -5 degrés surviennent à nouveau les 25 et 26 janvier.

Un très faible passage pluvieux délimite un net changement de température les 28 et 29 janvier. Le vent tourne au sud-ouest puis au sud à l'avant des dépressions en approche sur L'Atlantique et si le temps reste globalement ensoleillé du 28 au 31 janvier, les températures minimales remontent entre 3 et 7 degrés et les maximales après avoir atteint 12 degrés le 28, grimpent jusqu'à 18 degrés le 31.

Février :

Une très forte dégradation des conditions météorologiques survient entre le 1er et le 8 février 2017. Si les deux premiers jours du mois où les pluies restent faibles évoquent le printemps avec des températures nocturnes à 6 degrés et des maximales à 17, un temps exécrable à caractère gibouléieux se met en place le jeudi 3 février et atteindra son paroxysme le dimanche 5 lors du passage de la tempête atypique Marcel, générant de très soudaines et puissantes rafales de nord-ouest sous les grains orageux, comme celui qui a frappé la région de Salies vers 16h. Les jours suivants sont moins venteux mais gardent ce caractère très instable qui est le lot des giboulées de mars. Dans ces conditions les températures rejoignent des niveaux de saison avec des minimales entre 3 et 8 degrés et des maximales entre 8 et 13 degrés.

Le froid se rétablit très temporairement du 9 au 11 février, surtout la nuit où il gèle entre -1 et -2 degrés. Mais déjà 13 degrés sont relevés le 10, signe que la douceur est tendance.

Le millésime 2017 illustre le caractère particulièrement versatile du deuxième mois du calendrier dans sa propension à basculer tout entier dans une douceur printanière ou dans les frimas sibériens. Cette fois, sans contestation possible, la douceur l'a emporté du 12 au 27 février inclus. Sous un soleil de plus en plus hardi, rarement interrompu par de très faibles passages pluvieux les 13 et 24 février, les températures minimales, quoique généralement inférieures à 5 degrés, ont oscillé entre 2 et 9 degrés, avec une seule gelée à -1 degré le 26. Quant aux maximales, limitées à 11 degrés le 23, elles connurent une période très douce, entre 18 et 19 degrés du 14 au 18, puis un dernier pic à 19 le 27.

Débuté le 27 au soir, un passage pluvieux plus consistant fait chuter les maximales à 10 degrés le 28 février.

Mars :

Si le temps s'améliore rapidement et les températures remontent fortement du 1er au 3 mars, où on relève 17, 20 puis 22 degrés les après-midi après une petite faiblesse matinale à 2 degrés le 1er, les jours suivants du 4 au 8 mars s'avèrent particulièrement instables et ce ne sont pas les 14 mm de pluie tombés en apéritif ce même 3 mars qui diront le contraire. Sous les passages pluvieux suivis de giboulées on renoue avec des températures plus conformes aux normales de saison, 3 à 7 degrés le matin, 10 à 14 les après-midis. Mais les minimales affichent une hausse sensible et prémonitoire, 9 puis 11 degrés les 7 et 8 mars.

Sous un soleil radieux et au sortir de nuits à peine rafraîchies (6 degrés) les températures s'envolent entre le 9 et le 11 mars, 18, 23, et le seuil des 25 degrés est même atteint pour la première fois de l'année ce même 11 mars... Avant un nouveau changement de temps amorcé en soirée.

Les journées des 12 et 13 mars sont très pluvieuses et sous la couverture nuageuse on observe un net resserrement de l'amplitude thermique entre des nuits à 9 degrés et des maximales à 12 et 13 degrés.

Dégradation aussi sensible que passagère, un intervalle appréciable de beau temps assez doux se mettant en place du 14 au 20 mars inclus. Malgré quelques valeurs à 17 degrés le 19, 18 degrés le 15 et même 24 degrés le 16, ce sont surtout les températures minimales qui affichent un bon niveau pour la saison, oscillant entre 3 et 9 degrés. On note cependant une érosion des maximales à 12 degrés le 20, préfigurant une période suivante relativement moins printanière.

Avec des températures nocturnes en lente érosion, s'abaissant de 8 degrés le 21 à 2 degrés le 24, et des maximales comprises entre 11 et 13 degrés avant une hausse sensible à 20 degrés le 26, la période du 21 au 27 mars s'avère assez fraîche et modérément instable.

Alors que le mois était sur le départ, sous un soleil au meilleur de sa forme, les 28, 29 et 30 mars ont assis le triomphe de la douceur, pour ne pas dire de la chaleur, avec des maximales à 21, 24, puis 27 degrés que ne contrebalançaient en rien des minimales à 7 ou 8 degrés.

Dans ces conditions on pardonnera volontiers au 31 mars d'avoir ouvert la porte aux premiers orages du printemps puis à une forte baisse des températures après une valeur respectable à 21 degrés.

Avril :

Sur la lancée du dernier jour de mars, les 1er et 2 avril sont extrêmement arrosés, générant plus de 60 mm de pluie en 48h. Dans ce contexte, si les températures minimales restent d'un bon niveau (6 et 8 degrés), les maximales plafonnent à 12 et 14 degrés.

Hormi un faible passage pluvieux le 4 et le 5, puis un autre famélique le 15, le mois d'avril 2017 s'écoule sous un soleil vaillant du 3 au 24. Cette longue période de temps sec présente toutefois une forte disparité sur le plan des températures. Malgré quelques petites faiblesses sous les passages nuageux et pluvieux on a des températures très douces jusqu'au 18 avril, dépassant fréquemment les 18 degrés l'après-midi et devenant même chaudes les 8 et 9 avril où l'on culmine à 27 et 28 degrés. Le tout avec des minimales assez homogènes et élevées, oscillant entre 4 et 9 degrés malgré des nuits bien claires. Une advection d'air frais ou froid survient à partir du 19 avril. Si les températures maximales, redescendues à 16 degrés le 19, repartent rapidement en hausse sensible (22 degrés le 21, 24 le 22, 27 le 23 et jusqu'à 28 degrés le 24 avril), la baisse des températures minimales se poursuit au cours des nuits suivantes et une gelée d'autant plus scélérate qu'il n'avait plus gelé depuis fin février survient le 21 avril. Elle nous aura probablement privés d'un démarrage de la saison des cèpes plus précoce.

Précédée de quelques averses, une seconde descente d'air froid tardive, autrement plus sensible, est advenue du 25 avril au soir au 29 en matinée. Les températures maximales s'abaissent temporairement à 12 degrés le 26 et 13 degrés le 27 et deux nouvelles gelées à 0 degrés sont observées les 27 et 28 avril, 2 degrés encore le 29 avant une hausse sensible (21 degrés l'après-midi).

Sous la pluie et les orages, avec une minimale de 6 degrés et une maximales de 18, le 30 avril a mis en train un mois de mai des plus instables.

Mai :

La hausse des températures est la seule constante de la période qui court du 1er au 17 mai. Si les minimales s'abaissent encore à 4 degrés le 1er ou 6 degrés les 7 et 8, elles se stabilisent au-dessus de 10 degrés à partir du 10 et les maximales, limitées à 16 et 13 degrés les 1er et 2 mai sous la pluie remontent presque graduellement tout au long de l'intervalle et deviennent franchement chaudes du 14 au 17 mai, 29 et 31 degrés sont relevés les 15 et 16 mai. Pour le reste, si l'on a connu pire à pareille époque, le temps s'avère bien versatile et des passages de pluies orageuses modérées comme ceux des 5 et 6, ou encore des 10, 11 et 12 mai, empêchent le beau temps de s'installer durablement.

De fortes pluies orageuses (36 mm) accompagnent un nouveau rafraîchissement sensible les 18, 19 et 20 mai 2017. On ne dépasse pas 15 et 16 degrés les 18 et 19 mai et la matinée du 20 est à nouveau bien frisquette avec 6 degrés.

L'été a pris un peu d'avance lors de la dernière décade de mai (du 21 au 28), à peine contrarié par un faible passage orageux dans la soirée et la nuit du 26 au 27. Oscillant entre 22 et 24 degrés du 21 au 23, les maximales atteignent 29 degrés le 24, puis 33 le 25 et même 36 degrés le 26 mai, égalant le record du mois, avant de s'assagir à 30 et 31 degrés en fin de période, tandis que les minimales s'acoquinent avec la barre des 15 degrés.

Le passage orageux intervenus les 29, 30 et 31 mai 2017, n'aura ni fortement arrosé les jardins et cultures (7 mm), ni durablement rafraîchi l'atmosphère, temporairement abaissées à 22 degrés le 30, les maximales remontent à 27 degrés le 31 tandis que les nuits sont très douces pour la saison avec des minimales à 16 degrés.

Juin :

La tendance instable qui est notre lot depuis la dernière décade d'avril persiste du 1er au 9 juin inclus et les fortes pluies survenues les samedi 3 et dimanche 4 (32 mm) ne mettent que très temporairement entre parenthèses le règne de la chaleur. Une maximale à 16 degrés est relevée le 4 mais des minimales entre 12 et 14 degrés sur ce court intermède montrent bien qu'il s'agit plus d'une limitation due à la couverture nuageuse que d'un réel rafraîchissement. Un pic à 29 degrés survient le 1er juin et un autre à 33 degrés le 8. À l'exception d'une petite faiblesse à 8 degrés le 7 les températures minimales ne descendent que très rarement sous les 12 degrés, ce qui est remarquable pour cette époque de l'année.

La longue période qui court du 10 au 27 juin inclus m'a donné à craindre le pire pour le restant de l'été. À n'en pas douter l'intervalle le plus sec mais aussi le plus chaud de l'année en Béarn. Une seule valeur nocturne à 13 degrés est observée le 17 juin, la plupart des températures minimales dépassant 16 degrés et oscillant même entre 18 et 19 degrés du 19 au 23 juin. Après deux premiers pics à 32 puis 33 degrés les 13 et 14 juin, une vague de chaleur se met en place à partir du 17 juin et tourne à la canicule entre le 19 et le 21 juin où des températures maximales à 38, 36 et 37 degrés sont enregistrées.

Toutefois une très sévère dégradation du temps survient avec les orages du 27 et les journées des 28 (où quelques grêlons s'immiscent dans l'orage), 29 et 30 juin sont très pluvieuses (47 mm) et de plus en plus fraîches. Une maximale a 17 degrés est observée le 30 juin.

Juillet :

Dans le prolongement des derniers jours de juin, le 1er juillet se distingue par une forte pluviométrie (20 mm) et une température maximale très fraîche à 16 degrés.

Mais après une dernière averse le beau temps reprend la main entre le 2 et le 7 juillet, et les températures remontent très rapidement, de 12 degrés le 2 à 19 le 7 pour les minimales, et de 27 degrés le 2 à 35 le 5 juillet pour les maximales, un moindre pic à 33 degrés intervenant le 7 juillet.

Un nouveau passage pluvieux et orageux marqué survient les 8, 9 et 10 juillet, avec des températures maximales plus fraîches, oscillant entre 21 et 24 degrés. Si les 47 mm de pluie feront le bonheur des amateurs de cèpes, cet épisode marque un tournant, une rupture durable dans le temps de l'été. En effet, après deux millésimes caractérisés par des vagues de chaleur enchâssées, et alors même que le sud-est, le centre et le grand est de la France suffoquent sous les assauts répétés de masses d'air subsahariennes, toute la façade atlantique du pays est reprise par un flux zonal atténué mais bienveillant, générateur de brises côtières et donc de températures plus respirables.

Aussi, si le beau temps revient très vite du 12 au 15 juillet, les maximales ne remontent que très lentement, de 24 à 27 degrés, les nuits restant d'un bon niveau, entre 13 et 17 degrés.

La chaleur tente de reprendre l'avantge du 16 au 18 juillet, mais après les 31 et 32 degrés des 16 et 17, le pic de chaleur à 39 degrés du 18 juillet à tout d'une victoire à la Pyrrhus, l'orage qui éclate le soi-même ouvrant la voie à un rafraîchissement autrement plus sensible et durable.

Le temps devient très instable du 19 au 25 juillet, et si les températures minimales à la faveur de la couverture nuageuse résistent bien (13 à 16 degrés), les maximales oscillent généralement entre 20 et 22 degrés, nettement en dessous des normales.

Du 26 au 31 juillet le mois s'achève sous un soleil retrouvé, mais si l'on excepte un pic à 32 degrés le 29, les températures maximales restent simplement conformes aux moyennes de saison, entre 26 et 28 degrés.

Août :

Du 1er au 4 le temps est assez ensoleillé et chaud, les températures affichant 31 à 33 degrés au meilleur de la journée.

Du 5 au 11 le temps devient instable, générant 41 mm de pluies souvent orageuses, et surtout beaucoup plus frais du 8 au 12. Si les températures maximales plafonnent à 19 ou 20 degrés les 9, 10 et 11 août, cette fois les minimales accusent le coup, deux valeurs à 10 degrés étant observées les 11 et 12 août.

L'été reprend un tour plus normal entre le 12 et le 26 août, très brièvement contesté par de faibles orages. Toutefois, si les températures affichent assez souvent entre 30 et 34 degrés (à l'instar du 14 août) elles connaissent des décrochages à 22 ou 23 degrés (les 15, 16 et 18 août) et peinent à se stabiliser au-dessus de 25 degrés.

Sur les marches du mois de septembre, une chaleur lourde s'installe du 27 au 31 (31 degrés le 27, 33 le 28 et 30 encore le 29) et les orages qui éclatent tous les soirs, de plus en plus organisés, puissants et arrosés sonnent le glas de l'été.

Septembre :

Les temps reste modérément instable et frais du 1er au 4. Les températures minimales s'abaissent à 10 degrés les 1 et 2 septembre et les maximales fluctuent entre 22 et 24 degrés.

Un court intermède de beau temps survient du 5 au 8 mais les températures ne retrouvent pas leur niveau du mois d'août, plafonnant entre 22 et 26 degrés au meilleur de la journée malgré des minimales encore élevées, entre 10 et 16 degrés.

Une très forte dégradation océanique survient et s'intalle dans la durée entre le 9 et le 18 septembre. 107 mm de pluie sont relevés sur la période. Parallèlement, bien que plafonnées entre 20 et 22 degrés du 9 au 12 pour les maximales, les températures résistent bien dans un premier temps, s'offrant même un pic à 27 degrés le 13 septembre. Mais une baisse beaucoup plus sensible advient à partir du 15, on ne dépassera pas 14 à 16 degrés du 16 au 18 et une température minimale à 7 degrés est relevée le 16.

En amont d'une dernière décade plus agréable le beau temps chasse la nue dès le 19 septembre et on assiste à une lente et chaotique remontée des températures entre le 19 et le 29. Après deux nuits frisquettes à 7 degrés les 20 et 21 septembre les minimales se stabilisent rapidement entre 9 et 13 degrés et les maximales affichent quelques valeurs à 27 degrés les 23 et 29 septembre, 28 le 24 et le 27, et jusqu'à 29 degrés le 28.

Le 30 septembre 2017 fut une journée modérément pluvieuse et assez fraîche (11 et 18 degrés), préfigurant un début de mois d'octobre du même acabit.

Octobre :

Les passages pluvieux et les averses caractérisent la période s'étirant du 1er au 3, mais les températures comprises entre 10 et 17 degrés le 1er jour du mois remontent sensiblement, entre 16 et 22 degrés les deux jours suivants.

Les 4 et 5 octobre 2017 sont deux belles journées dans une bonne douceur, les maximales atteignant 24 degrés après des nuits entre 14 et 15.

Après un faible passage pluvieux le 6 le beau temps revient très rapidement entre le 6 et le 10 mais les températures maximales s'éffritent, oscillant entre 20 et 23 degrés, et les minimales s'abaissent entre 6 et 8 degrés.

Le beau temps prend ses quartiers du 11 au 17 octobre, mais les températures repartent vers des niveaux estivaux qu'elles n'avaient plus affichés depuis le mois d'août. Les minimales fluctuent entre 10 et 14 degrés et les maximales entre 26 et 29 degrés, qu'elles atteignent les 15 et 16 octobre.

La période du 18 au 22 octobre est nettement plus pluvieuse et dans un second temps plus fraîche, les maximales atteignant encore 21 à 23 degrés du 18 au 20, puis dégringolant à 15 et 16 degrés les 21 et 22 octobre.

Après deux nuits relativement fraîches (7 degrés les 23 et 24), les températures remontent nettement entre le 23 et le 28 octobre. Sous un ciel le plus souvent ensoleillé on relève 24 degrés les 24 et 26 octobre, 25 degrés le 25, les minimales repassant nettement au-dessus des 10 degrés.

Un faible passage pluvieux fait baisser le mercure les 29 et 30 octobre. Une valeur à 5 degrés est relevée le 29 tandis que les maximales ne dépassent plus 15 à 16 degrés.

Dans la foulée, la journée du 31 octobre est particulièrement fraîche. Après une valeur à 1 degrés, proche de la gelée blanche, on ne dépasse pas 15 degrés au meilleur d'un après-midi ensoleillé.

Novembre :

Du 1er au 3, le temps est sec, bien ensoleillé et la douceur semble reprendre facilement l'avantage, on relève 23 degrés le premier jour du mois, 22 degrés encore les deux jours suivants après des nuits relativement douces, entre 6 et 9 degrés.

Mais la première très forte dégradation océanique de l'automne s'accompagne d'un flux de nord-ouest dominant nettement plus frais du 4 au 13 novembre. Sous la pluie battante (93 mm) les maximales oscillent entre 9 et 14 degrés, peinant généralement à dépasser les 10 degrés. Sous la couverture nuageuse les minimales résistent mieux mais la première gelée de l'hiver est observée le 7 novembre avec -1 degrés.

Du 14 au 20 novembre, le temps est à nouveau sec et ensoleillé mais l'ambiance reste assez fraîche, 5 faibles gelées sont observées sur la période, les minimales oscillant entre -1 et 4 degrés, tandis que les maximales le plus souvent plafonnées entre 9 et 12 degrés, atteignent poussivement 15 degrés le 16 novembre.

Du 21 au 24 novembre, le temps reste ensoleillé mais la rotation temporaire des vents au sud-sud-ouest fait remonter brusquement les températures. Je relève 20 degrés le 21 novembre, 23 le 22 et 22 degrés encore le 23. Les minimales remontent dans une moindre mesure, entre 3 et 10 degrés.

Un bon passage pluvieux entre le 25 et le 26 novembre (24 mm) accompagne un nouveau rafraîchissement, on ne dépasse plus 10 à 11 degrés les après-midis.

La journée du 27 novembre est même assez froide, -1 à 8 degrés, mais très temporairement sèche.

Après une nouvelle gelée à -1 degré, les journées des 28, 29 et 30 novembre sont très pluvieuses, agitées, et de plus en plus froides, à tel point qu'un peu de neige fondante se mêle aux giboulées de grésil. Une gelée à -2 degrés est observée le 30 novembre tandis que les températures maximales ne dépassent plus 8 à 10 degrés.

Décembre :

Le vendredi 1er décembre est une journée très instable et froide. Un vent de nord à nord-est glacial fait descendre temporairement la neige jusque sur les premiers contreforts des Pyrénées dès 300 mètres, ailleurs de puissantes averses se produisent, on ne dépasse pas 5 degrés.

Les 2 et 3 décembre sont deux journées très froides. Quelques flocons sont observés dans la matinée du 2 où il géle à -3 degrés. Les maximales plafonnent à 3 degrés. Une gelée sévère, jusqu'à -6 degrés, blanchit la campagne au petit matin du 3 décembre. L'après-midi est à peine moins froid avec 4 degrés.

Du 4 au 6 décembre, les nuits restent bien froides, il gèle encore à -2 degrés, et jusqu'à -5 le mercredi 6. Toutefois les après-midis sont un peu moins froids, oscillant entre 9 et 10 degrés.

Du 7 au 18 décembre, la tendance générale reste à la fraîcheur, les températures maximales dépassant rarement et poussivement les 10 degrés et les minimales fluctuant grandemen, entre 9 degrés les 10 et 14 décembre et -1 degré le 17. Mais le temps est à nouveau fortement pluvieux et instable, 130 mm de pluie sont relevés sur la période.

Un intervalle de temps sec, ensoleillé mais bien frais se met en place du 19 au 25 décembre en soirée. Les températures maximales sont comprises entre 7 et 11 degrés et les minimales entre -1 et 4.

Dans le sillage du faible front pluvieux survenu le soir de Noël le temps se dégrade très nettement du 26 au 29 décembre. En fin de nuit et dans la matinée du 27, un très brusque coup de vent prénommé Bruno traverse le sud de l'Aquitaine et coulisse le long des Pyrénées. Beaucoup de bruit mais très peu de dégâts. Le froid résiste fort bien jusqu'au 28 décembre où on ne dépasse pas 6 degrés, mais est balayé par la douceur dans la journée du 29.

(à suivre...)