baer-21-07-12-50

 

Los cèths que son ancorats au perhons de la cultura locau e familhau. E la lor aparida qu'èra gueitada de longas per tot l'ahitau. De tira qui la novela e l'arribava, Armand Bourgeois, lo regent, seguint l'escòla panada, que'ns miava capvath los bòscs e los prats deu vesiat, un vrèspe, e la classa unica que s'amassava tot çò qui la sason e auheriva de minjader, castanhas, amoras, cèths...

Un dia, qu'èra per ua autonada de sequèra, Mossur lo regent que s'avè hèit seguir tot çò qui hasè hrèita entà la moleta, lo cauhader dab la charra, la padera e los ueus. Totun, la cuelhuda n'èra pas estada bona. E la nosta decepcion que s'abendava de l'inutilitat deus apèrs aportats per lo mèste en un estrèm de la sala.

L'endedia, just s'entinoavam las activitats deu vrèspe, que truquèn au frinestau...

- Entratz, ce hasó lo regent !

Ad aquestes mots, la pòrta que s'orbí e que vedom a la Maria de Fòrtol, ua hemna deu bordalat, aveudada hòrt de d'òra, e qui susvivè dab ua familha de shèis. Balhosa pr'aquò... Qu'avè entenut a díser lo mèste de l'escòla que volèva har tastar la moleta dab cèths a la soa classa mes l'ahar qu'èra mauvirat permor ne'n avèm pas trobat nat. Autanlèu dab lo peta-hum qu'avè halat tau son bòsc, un deus miélhers plaçars deu parçan, e adara qu'entrava devath los arnilhets deu regent, en parant lo cèth unic qui avè cuelhut, un d'aqueths caps negres pamparruts e qui'ns hasèva lusir los uelhs...

A Armand Bourgeois, lo darrèr regent de l'escòla de Lasbòrdas, frèsc retirat de l'Educacion Nacionau e a la memòria de Maria de Fortoul, ua amiga de la familha...

 

 

Les cèpes sont profondément ancrés dans la culture locale et familiale. Et leur apparition était guêtée de longue date par tout le hameau. Dès que la nouvelle lui parvenait, Armand Bourgeois, notre instituteur, faisant l'école buissonnière, nous emmenait à travers les bois et les prés du voisinage, et la classe unique cueillait tout ce que la saison offrait de comestible, châtaignes, mûres, champignons...

Un jour, dans le courant d'un automne particulièrement sec, Monsieur l'instituteur avait apporté tout le nécessaire pour l'omelette, le réchaud avec la bonbonne, la poêle et les oeufs. Or, la cueillette n'avait pas été bonne. Et notre déception s'exacerbait de l'inutilité des ustensiles entreposés par le maître dans un coin de la salle.

Le lendemain, comme nous démarrions les activités de l'après-midi, on frappa à la porte-vitrée..

- Entrez, fit l'instituteur !

À ces mots, la porte s'ouvrit et nous vîmes Marie Fortoul, une femme du quartier, tombée très jeune en veuvage, et qui survivait avec une famille de six enfants. Le coeur sur la main, cela va de soi... Elle avait ouï dire que le maître d'école voulait faire goûter l'omelette aux cèpes à sa classe mais que l'affaire était mal engagée parce que nous n'en avions trouvé aucun. Aussitôt elle avait foncé vers son bois, une des meilleures places du pays, sur son vélomoteur, et à présent elle entrait sous les acclamations de l'instituteur, en tendant l'unique cèpe qu'elle avait cueilli, un de ces cèpes noirs boulimiques et qui nous mettait du brillant aux yeux...

À Armand Bourgeois, le dernier instituteur de l'école de Lasbordes, jeune retraité de l'Education Nationale et à la mémoire de Marie Fortoul, une amie de notre famille...