Cumulonimbus et cumulus congestus en développement rapide.

Adishatz a tots,

Per aquestes dias de gaumàs e de sequèra, l'estiu deu blòg que s'òrb sus un tema d'actualitat e qui'm pensavi de bèra pausa enlà, las vielhas supersticions paisanas au torn de la periclada.

La rason d'aqueste article n'ei pas d'arríder-se'n com torçuts deus qui'ns davantejèn sus tèrra e qui sovent n'avèn pas las coneishenças scientificas basicas ni la meteò a la télé o sus Internet tot dia. Pr'aquò lo temps de l'endedia e de l'an qu'èra tad eths ua question de susvita economica o de mort. Dens aqueth contèxte los paisans de tota condicion que s'i hasèvan a prevéder (devinar) lo temps e que gueitavan la periclada dab ua ambivaléncia de sentits on se mesclavan cranhença e espèr. Paur deu pericle, de la granissa, deu deslavàs e de la ventòla qui at pòden tot avastar, espèr de la ploja balhosa qui avitarà lo casau, los prats e los semiats atequits per la calorassa. D'aquera enlobatada e paur pauruga que vadèvan las supersticions. Au lòc de las estremviar com parlapiòlas d'obscurantisme que m'a semblat interessent de las-ve descríver purmèr de las acarar a çò qui la sciéncia e l'observacion e'ns an aprés de la periclada...

Ua periclada tau catorze de julh, unhauta entau quinze d'aost ?
Dab esmav que'm brembi los mens ajòus quan devisavam d'aquesta vielha credença. Just s'entinoavam lo més de julh, la mea ajòla que m'aürava un patac de bitèrna entà la hèsta nacionau. De hèit, la tempsada deu catorze de julh que s'avien sovent dab los purmèrs vams de periclada de l'estiu e dinc au dia de uei los medias que mantienen lo mite en s'esperlongant suus huècs d'artifici guastats arron lo país. Que podem avançar uns explics objectius ad aquera credença vitèca per estar infondada : Purmèr, l'òmi qu'a selectiva la memòria e que's sovien mei de çò qui merca e s'avien dab la sason. La nèu per Nadau com la periclada entau catorze de julh que son tà hera lo sageth d'ua sason escaduda. Tanben enter lo 10 e lo 20 de julh la probabilitat qu'ua periclada balhosa e s'abatia suu parçan qu'ei de compte har e ençò de mantuns la nocion de cronologia que's pòt estirar e contractar com l'elastic. Lo hèit de la climatologia e las estatiscas que'ns amuishan la purmèra tirada de julh que demora sovent inestabla suu plan atmosferic, en perlongament de la fin deu més de junh. Aquestas observacions que valen entà la famosa periclada deu 15 d'aost. Totun los nostes davancèrs qui èran shens que romantics qu'avèvan hèra plan analizat las pericladas qui aparivan a comptar deu 15 o 20 d'aost com la virada deus estius au darrèr de laquau la lutz e la calor, dab lo sorelh mei baish e las nueits mei longas, ne horen pas mei "las medishas"...

La lua que seré un factor desclaverant de la periclada...
La mea gran-mair, Nancie Camogran, qui n'èra pas supersticiosa empermor de la soa educacion protestanta, qu'èra totun a l'escot deus vesins dab qui espartiva los chepics de la vita vitanta. Las vielhas familhas catolicas deu parçan que tienèvan la lua, e mei que mei la lua plea per un factor desclavader de las pericladas de compte har... Deu temps de la reina Jana, vertat qu'ei la lua qu'èra utilizada e invocada entà hèra de situacions de la vita vitanta. Quantes casalèrs e semiadors e s'apean suus cicles sons entà plantar e cuélher a temps ! E deus serveires deus estanquets, deu personau deus espitaus, deus comissariats, quant n'i a qui veden ad arribar la lua plea dab engueish suu calendrièr. Per çò de la meteorologia que pensi que'n va de la lua com de la nèu per Nadau o de l'aigat deu catorze de julh. De la coïncidéncia d'ua periclada dab çò qui los mens ajòus e aperavan un "cambiament de lua" que vadó la supersticion. Estatisticament ne podoi pas jamei establir un ligam quin que sia, e las pericladas balhosas qu'apareishen autan plan dab la lua vielha com dab la plea, tà díser.

La periclada mei de crànher que caderé tostemps a la fin deu vrèspe o au ser...
Los nostes davancèrs qu'avèvan pro plan descrivut la causa. Dab las coneishenças qui avem uei, que la podem miélher explicar. La fin deu vrèspe e lo ser que son lo moment quan l'energia (la calor) apielada per la tèrra e l'atmosfèr e tòcan au som. Tot aquerò que's tien en equilibri precari dab los castèths qui s'apitan de pertot dens lo cèu e lo factor desclavader qu'ei sovent la sensvirada de la corba de las temperaturas, quan au darrèr d'arribar aus 33 o 35 grats, lo termomètre e baisha aus 30. Au sud de Gasconha, la fin deu vrèspe e lo ser que son sovent lo moment quan la periclada de calor qui's fòrma sus la montanhada deus Pirenèus e feneish per desbordar. Mes atencion, b'at sabem, la vriuléncia de la periclada que pòt aparir a tot moment deu dia e de la nueit. Per çò deu país salièr que podoi destriar tres autes moments critics quan un episòdi periclatjós de compte har e's pòt desclavar : la nueit, enter miejanueit e las duas deu matin, la fin de la matiada e lo començar deu vrèspe, peu torn de mieidia e de las duas deu vrèspe. Aqueths auratges meridians que son de crànher permor d'estar sovent "secs" e acompanhats d'ua peirabatuda se lo cas ei. E sustot a punta d'auba la sensvirada de la corba de las temperaturas que pòt desestabilizar l'atmosfèr e los castèths apitats arron la nueit e desclavar un vam de periclada dab ploja balhosa.

La purmèra periclada que seré tostemps la mei de crànher...
Atau ce'm parlava la gran mair quan vedèva lo cèu a negurejar de cap a Sauvatèrra e au Bascoat. Apeada sus observacions qui pujan lhèu tà las originas de l'umanitat e trasmesa d'un biais empiric au perhons de la familha e deus grops umans la teoria aquesta qu'ei fondada e que's pòt explicar aisidament. L'arribada de la purmèra periclada, màgerment a la fin deu vrèspe e au ser, que s'avien generaument dab lo maximùm d'energia apielada per l'atmosfèr e lo sòu, qui afavora un miélher desvolopament deus "castèths" e un diferenciau electric paroxistic. La purmèra periclada qu'ei donc sovent la de mei dangerosa mes pas tostemps. Permor en practica, la natura qu'ei mei complicada e de quant qu'en teoria. L'auratge mei vriulent que serà a còps lo dusau, lo tresau, o aparir com a descús en un dusau vam, mantuas òras après lo purmèr. Que cau notar enfin la vriuléncia de la periclada n'ei pas tostemps proporcionau a la quantitat de ploja caduda. Sovent la purmèra periclèra qu'obreish la pòrta a las autas au-darrèra d'ua tempora de sequèra e de calor. La bona ploja qu'arriba lavetz meilèu dens lo seguissi.

Se voletz saber quantes dias e dure lo temps periclatjós que vau miélher apréner la taula de 3 a l'escòla...
Lo men gran-pair, Pèir Camogran, que m'avèva explicat aquera credença vielha en bèth segar lenha entau larèr devath lo vielh hangar. Manca d'apèrs scientifics e de modèles matematics, los nostes vielhs paisans biarnés e gascons, que s'i ensajavan totun a devinar lo temps deus dias e de las setmanas seguintas. Los dotze purmèrs dias de l'an, aperats "mercants", que balhavan ua tendéncia entà l'an. A cada dia que corresponè un més dens l'ordi cronologic. De segur, aqueth metòde que s'i escadè autan plan com las famosas previsions deu calendrièr de la pòsta. Pr'aquò qu'avèva los sons tenents. Atau qu'èran numerós los qui credèvan que sufiva de multiplicar per tres entà saber quantes dias e durère ua cordèra de temps periclatjós. De segur aquesta ipotèsi ne's justifica pas briga e mei que pòt semblar pèga. En descarc deus nostes davancèrs qu'avèvan hòrt plan observat ua tendéncia periclatjosa que s'escaira generaument mantuns dias a noste. Au dia de uei los estius que son lhèu vaduts mei escusècs, sauta-la-brosta, dab sensviradas de compte har per çò deu vent, deus tipes de temps e de las temperaturas d'un més l'aute e quitament d'un dia o d'ua setmana l'auta. Deu temps qui parlam, ce'm sembla, los miscaps climatics qu'existivan mes los sequéncias meteorologicas que duravan mei e lo nivèu de las temperaturas non balancejava pas tan...

Avisatz-ve ! La periclada que rondaleja...
"L'orage tourne..." Qu'ei atau qui'm parlavan los ajòus e los vielhs deu parçan. Tà díser, la mea coneishença deu parlar biarnés ne'm permet pas de lhevar lo dobte suu sens vertadèr d'aquera expression. E cau enterpretar "tourner" com l'arrevirada de tornar (= revenir, recommencer, reprendre) o de virar, rondalejar (= tourner à la manière d'une roue, planer à la manière d'un rapace autour d'une proie) ? La logica que pleiteja entau dusau sens permor lo purmèr ne deisha pas tan de dobte. De segur, la periclada que pòt tornar (... començar), mes n'ei pas lo medish crum... Aquesta credença que s'apea behida sus observacions hèra vielhas : l'arribada e la manifestacion de l'auratge que's merca per fenomèns de bon percéber per un cadun : lo vent que s'ahorteish, que s'ataisa e que pòt sensvirar en uas secondas, las nublas baishas qui's tròban devath lo vénter deu castèth e qui sovent anoncian la periclada en s'organizant en paret aperada "mur de vent" que son dehèt sensiblas a la rotacion deus vents orizontaus, autas nublas baishas que's fòrman peu torn de la zòna e que's gahan a har torcirolas en bèth s'esperrequar dens lo cèu, çò qui ei lo sagèth d'ua hòrta inestabilitat. De hèit, aquesta credença que s'apea sus ua enlusida. Dens la màger part de las situacions, un crum de periclada ne torna pas passar dus còps au medish endret, unhaute crum que s'apita, que segueish lo briu, que pren la soa plaça e lo mondòt que vòlen créder "la periclada que tornan". Totun que i a ua situacion quan un crum de periclada o lo sistema qui l'enviroa e pòt tornar passar a vòste. Mes que cau un sens remirable de l'observacion e nocions de meteorologia entà compéner aquerò. A còps las subercellulas periclatjosas las mei poderosas que cavan depressions termicas e los crums que s'atormeran autorn deu centre com hèn los fronts dab las depressions. Si per escàs lo centre depressionari d'ua d'aquestas subercellulas e passa per vòste, ne podem pas estremviar que vediatz lavetz a tornar los tropets de crums qui engenrèn la purmèra periclada quauquas òras avè. Los auratges excepcionaus qui adaiguèn Salias a la fin deu més de junh de 2014 qu'èran d'aqueste ordi. Mes atencion, la durada de vita d'un castèth que passa rialament ua òra...

Se la Pena de Mur e virava lo bordalat de Lasbòrdas de Salias de la peirabatuda...

teoria-grela-pepe


Aquesta credença que vad d'ua realitat microclimatica trasmesa arron los segles au perhons de las bòrdas e qui podoi avalorir. Los costalats de Lasbòrdas que son mensh peirabatuts, e de quant, au par de l'arribèra deu gave d'Auloron au sococ, deu hons de Salias e deus viltages estremats de Bailòc, Pujèu e Lahontan a capvath, deus tarrèrs d'Orion e deus Antis au lhevant, e de las tèrras aurèstas de Burgarona a capsús. Lo men gran pair, qui aimava de's prosejar d'aqueras questions dab los vesins, e qui n'èra pas eishèrc per estar protestant, que m'avè explicat ric per ric la teoria mei espandida dens lo vesiat sus aquera enigma. A uns shèis quilomètres de Haut-Bernés peu camin deu corbaish, en suspart deu gave d'Auloron, ua hortalessa naturau que velha sus l'arribèra, lo Bascoat just toquet, e las Lanas. La Pena de Mur. Ua estatua de la Vèrge que i ei au bèc, com sagèth de proteccion. Los vielhs que credèvan la Pena de mur qu'espartiva los castèths cargats de grèla qui arribavan de Baïona e que'us desaviava de cap tà Salias a capvath, Burgarona e Sauvatèrra a capsús. L'origina catolica d'aquera supersticion qu'ei tirada tà la lutz per la preséncia de l'estatua de la Vèrge au som de la Pena. De hèit que son pro riales en estiu los auratges qui'ns arriban de la Mar Grana. Los nostes davancèrs que's borravan behida empermor lo vent de la mar, en lhevant-se, que possava nublas baishas qui formavan ua paret negurejanta au davant deus casteths, creant l'enlusida d'un desplaçament deu sococ au lhevant. Mes la màger part deus castèths qui trucan a noste qu'arriban de Sent Joan Pè deu Pòrt o d'Auloron en un flumi de sud-oest o de sud. Badonc se non peirabat pas tan a noste n'ei pas behida lo hèit ni de la Pena de Mur ni de la soa Vèrge...

Se las ahromigas hasèvan processions abans la periclada...
La mea gran-mair que'm tienèva aqueth fenomèn per signe de periclada imminenta. Que's pòt véder en estiu colòmnas d'ahromigas organizà's a la còda-li-sèga entau traucar los camins, com las rogacions deus parropians. De hèit, que pensi aqueth desplaçament gropau n'ei pas desclavat per lo pressentit de l'auratge, mes ua adaptacion de l'espècia a la calor.

Las pèiras qu'aigolejarén abans la periclada...
Quan lo sorelh ard e hè pujar la temperatura de cap au som, que podetz véder las pèiras e los arrebòts a aigolejar a l'ompra deus pléishs e deus camins. Los vielhs deu parçan que i vedèvan l'annoncia de l'arribada de la periclada. Com per çò de las processions de las ahromigas, las meas observacions que comandan de relativizar aqueras credenças. Las pèiras que sudan a la calor deus dias, mei que tot quan la tèrra e's demora bèth drin aigassuda de las darrèras plojas e suu plan de las estatisticas ne podem pas ligar aqueth fenomène fisic dab l'auratge.

Vieilles croyances du terroir sur le compte de l'orage,

En ces jours de canicule et de sécheresse, l'été de mon blog s'ouvre sur un thème d'actualité et auquel je songeais depuis longtemps, les vieilles superstitions paysanes au sujet de l'orage.

La raison de cet article n'est pas de nous moquer de ceux qui nous ont précédés sur Terre et qui souvent n'avaient pas les connaissances scientifiques élémentaires ni la meteò à la télé ou sur Internet tous les jours. Or le temps du lendemain et de l'année qu'était pour eux une question de survie économique ou de mort. Dans ce contexte les paysans de toute condition essayaient de prévoir (deviner) le temps et que guuttaient l'orage avec une ambivalence de sentiments où se mélaient crainte et espérance. Peur de la foudre, de la grêle, des pluies torrentielles et de la bourrasque qui peuvent tout dévaster, espoir d'une pluie abondante qui revitalisera le jardin, les prés et les cultures accablés par la canicule. De cette fascination et hantise naissaient les superstitions. Loin de les écarter en tant qu'élucubrations d'obscurantisme il m'a semblé intéressant de vous les exposer avant de les confronter à ce que la science et l'observation nous ont appris de l'orage...

Un orage au quatorze juillet, un autre au quinze août ? Avec émotion je me souviens de mes aïeux lorsque nous discutions de cette vieille croyance. À peine le mois de juillet était-il commencé, ma grand-mère m'annonçait un bel orage pour la fête nationale. De fait, la période du quatorze juillet coïncide souvent avec les premières vagues orageuses de l'eété et aujourd'hui encore les médias entretiennent le mythe en s'éternisant sur les feux d'artifice gâchés aux quatre coins du pays. Nous pouvons avancer quelques  explications objectives à cette croyance vivace bien qu'infondée : D'abord, l'homme a la mémoire sélective et se souvient davantage de ce qui marque en se conformant à la saison. La neige à Noël comme l'orage au quatorze juillet sont pour beaucoup la signature d'une saison réussie. De même entre le 10 et le 20 juillet la probabilité qu'un bon orage s'abatte sur la contrée est assez forte et chez beaucoup la notion de chronolgie peut s'étirer et se contracter comme l'élastique. Le domaine de la climatologie et les statistiques nous montrent que la première quinzaine de juillet demeure souvent instable sur le plan atmosphérique, dans le  prolongement de la fin du mois de juin. Ces observations valent pour le fameux orage du 15 août. Toutefois nos ancêtres qui étaient tout sauf des romantiques avaient fort bien analysé que les orages qui survenaient à partir du 15 ou 20 août comme le grand tournant des étés après lequel la lumière et la chaleur, avec le soleil plus bas et les nueits plus longues, ne seraient plus "les mêmes"...

La lune erait un facteur déclenchant de l'orage...
Ma grand-mère, Nancie Camougrand, qui n'était pas supersticieuse de par son éducation protestante, était toutafois à l'écoute des voisins avec qui elle partageait les préoccupations de la vie quotidienne. Les vieilles familles catholiques du quartier tenaient la lune, et surtout la pleine lune pour un facteur déclenchant des orages importants... Dans des temps très reculés, il est vrai que la Lune était utilisée et invoquée dans beaucoup de situations de la vie. Combien de jardiniers et de semeurs se basent sur ses cycles pour planter et récolter à temps ! Et parmi les serveurs des bars, le personnel des hôpitaux, des commissariats, combien en est-il qui voit venir la pleine lune avec angoisse sur le calendrier. Pour ce qui est de la météorologie je pense qu'il en va de la Lune comme de la neige à Noël Nadau ou de l'orage du quatorze juillet. De la coïncidence d'un orage avec ce que mes aïeux appelaient un "changement de Lune" est née la superstition. Statistiquement je n'ai jamais pu établir un lien quelconque, et les orages importants surviennent aussi bien plan à la nouvelle lune qu'à la pleine, pour tout dire...

L'orage le plus redoutable surviendrait toujours en fin d'après-midi ou le soir...
Nos ancêtres avaient assez bien décrit la chose. Avec les connaissances dont nous disposons aujourd'hui, nous pouvons mieux l'expliquer. La fin de l'après-midi et le soir sont le moment où l'énergie (la chaleur) accumulée par la terre et l'atmosphère est à son maximum. Tout cela tient en équilibre précaire avec les cumulonimbus qui se développent partout dans le ciel et le facteur déclenchant est souvent l'inversion de la courbe des températures, lorsqu'après avoir atteint 33 ou 35 degrés, le thermomètre descend à 30. Au sud de la Gascogne, la fin de l'après-midi et le soir sont souvent ce moment où les orages de chaleur qui se forment sur le massif montagneux des Pyrénées finit par déborder. Mais attention, nous le savons bien, la violence d'un orage peut se manifester à tout moment de la journée et de la nuit. Pour ce qui est de la région de Salies j'ai pu déterminer trois autres moments critiques au cours desquels un épisode orageux important peut se déclencher : la nuit, entre minuit et deux heures du matin, la fin de la matinée et le début de l'après-midi, aux environs de midi et de deux heures de l'après-midi. Ces orages méridiens son dangereux car ils sont souvent "secs" et accompagnés de grêle à l'occasion. Et surtout au lever du jour l'inversion de la courbe des températures peut déstabiliser l'atmosphère, les cumulonimbus qui se sont développés dans le courant de la nuit et déclencher une vague orageuse avec de bonnes pluies.

Le premier orage serait toujours le plus à craindre...
C'est ce que m'avait dit ma grand-mère lorsqu'elle voyait le ciel noircir vers Sauveterre et le Pays Basque. Basée sur des observations qui remontent peut-être aux origines de l'humanité et transmise de façon empirique au sein de la famille et des groupes humains cette théorie est fondée et peut facilement s'expliquer. L'arrivée du premier orage, principalement en fin d'après-midi et le soir, correspond généralement au maximum d'énergie emmagazinée par l'atmosphère et le sol, qui favorise un meilleur développement des cumulonimbus et un différentiel électrique paroxistique. Le premier orage est donc souvent le plus dangereux mais pas toujours. Car en pratique, la nature est beaucoup plus complexe qu'en théorie. L'orage le plus violent sera parfois le second, le troisème, ou surgira sournoisement dans une deuxième vague, plusieurs heures après la première. Enfin il faut noter que la violence de l'orage n'est pas toujours proportionnelle à la quantité de pluie tombée. Souvent le premier orage ouvre la porte aux autres après une période de sécheresse et de chaleur. La bonne pluie intervient alors plutôt dans le cortège.

Si vous voulez savoir combien de jours durera la tendance orageuse mieux vaut apprendre la table de 3 à l'école...
Mon grand-père, Pierre Camougrand, m'avait expliqué cette vieille croyance tout en sciant du bois pour le foyer sous son vieux hangar. faute d'outils scientifiques et de modèles mathématiques, nos vieux paysans béarnais et gascons, essayaient malgré tout de deviner le temps des jours et des semaines suivantes. Les douze premiers jours de l'année, appelés "mercants" (= ceux qui marquent), donnaient une tendance pour l'année toute entière. À chaque jour que correspondait un mois dans l'ordre chronologique. De segur, aqueth metòde que s'i escadè autan plan com las famosas previsions deu calendrièr de la pòsta. Pr'aquò qu'avèva los sons tenents. Atau qu'èran numerós los qui credèvan que sufiva de multiplicar per tres entà saber quantes dias e durère ua cordèra de temps periclatjós. Bien sur cette hypothèse ne se justifie absolument pas et peut même sembler absurde. À la décharge de nos ancêtres ils avaient fort bien observé qu'une tendance orageuse s'établit généralement plusieurs jours chez nous. Au présent les étés que son peut-être devenus plus ombrageux, imprévisibles, avec des changements radicaux au niveau de vent, des types de temps et des températures d'un mois à l'aute et même d'un jour ou d'une semaine à l'autre. Du temps dont nous parlons, me semble-t-il, les accidents climatiques existaient bien mais les séquences météorologiques duraient davantage et le niveau des températures ne fluctuait pas autant...

Attention ! L'orage tourne...
"L'orage tourne..." C'est ainsi que me parlaient mes aïeux et les anciens du terroir. À dire vrai, ma connaissance du parler béarnais ne me permet pas de lever le doute sur la signification exacte de cette expression. Faut-il interpréter "tourner" comme la traduction de revenir, recommencer, reprendre ou de tourner, planer (= tourner à la manière d'une roue, planer à la manière d'un rapace autour d'une proie) ? La logique que plaide pour le deuxième sens car le premier ne fait pas de place au doute. Bien évidemment l'orage peut recommencer, reprendre, sauf que ce n'est pas le même nuage... Cette croyance se base sans doute sur des observations très anciennes : l'arrivée et la manifestation de l'orage se signale par des phénomènes aisément perceptibles par tout un chacun : le vent se renforce, s'amuit et peut changer de direction en quelques secondes, les nuages bas qui se trouvent sous la base du cumulonimbus et qui annoncent souvent l'orage en s'organisant en mur appelé "mur de vent" sont très sensibles à la rotation des vents horizontaux, d'autres nuages bas se forment autour de la zone et se mettent à décrire des spirales dans le ciel en bèth tout en se déchiquetant, ce qui est le fait d'une forte instabilité. En réalité, cette supertition naît d'une illusion. Dans la plupart des situations, un nuage d'orage ne passe pas deux fois au même endroit, un autre cumulonimbus se développe, suit le flux général, prend sa place et le commun des mortels veut croire que "l'orage tourne". Toutefois il existe une situation dans laquelle un nuage d'orage ou le système auquel il appartient peut repasser chez vous. Mais il faut un sens remarquable de l'observation et des notions de météorologie pour comprendre cela. Parfois les supercellules orageuses les plus puissantes creusent des dépressions thermiques et les nuages s'enroulent autour du centre à la manière des fronts autour des dépressions. Si par hasard le centre dépressionnaire d'une de ces supercellules passe par chez vous, on ne peut pas exclure que vous voyez alors revenir les paquets de cumulonimbus qui générèrent le premier orage quelques heures auparavant. Les orages exceptionnels qui inondèrent Salies fin juin 2014 étaient de cet ordre. Mais attention, la durée de vie d'un cumulonimbus dépasse rarement une heure...

Si la Pène de Mu protégeait le quartier Lasbordes de Salies de la grêle...
Cette superstition prend appui sur une réalité microclimatique transmise au fil des siècles dans les fermes et que j'ai pu valider. Les coteaux de Lasbordes son beaucoup moins grêlés, que la plaine du gave d'Oloron à l'ouest, que le fond de Salies et des villages éloignés de Bellocq, Puyoo et Lahontan au nord, que les hauteurs d'Orion et des Antis à l'est, et que les terres sauvages de Burgaronne au sud. Mon grand-père, qui aimat à deviser de ces questions avec les voisins, et qui n'était pas obtus bien qu'il fût protestant, m'avait expliqué point par point la théorie la plus répandue dans le voisinage sur cette énigme. À environ six kilomètres de Haut-Bernés à vol d'oiseau, en surplomb du gave d'Oloron, une forteresse naturelle veille sur la vallée, le Pays Basque tout proche, et les Landes. La Pène de Mu. Une statue de la Vierge se trouve tout en haut, comme gage de protection. Les anciens croyaient que la Pène de Mu scindait les cumulonimbue chargés de grêle qui arrivaient de Bayonne et les déroutait vers Salies au nord, Burgaronne et Sauveterre au sud. L'origine catholique de cette superstition est mise en évidence par la présence de la statue de la Vierge au sommet de la Pène. De fait assez rares sont les orages qui nous arrivent plein ouest en été. Nos anciens se trompaient sans doute car le vent d'ouest, en se levant, poussait des nuages bas qui formaient un mur noir à l'avant des cumulonimbus, créant l'illusion d'un déplacementt d'ouest en est. Or la plupart des cumulonimbus qui sévissent chez nous arrivent de Saint Jean Pied de Port ou d'Oloron dans un flux de sud-ouest ou de sud. Aussi s'il grêle moins qu'ailleurs sur nos coteaux ce n'est sans doute pas le fait ni de la Pène de Mu ni de sa Vierge...

Et si les fourmis organisaient des processions avant l'orage...
Ma grand-mère me tenait ce phénomène pour signe d'orage imminent. Avec les beaux jours on peut voir s'organiser des colonnes de fourmis à la queu-leu-leu pour traverser les chemins, à la manière des rogations de pariossiens. De fait, je pense que ce transport en commun n'est pas déclenché par lo pressentiment de l'orage, mais une adaptation de l'espèce à la chaleur.

Les pierres suinteraient avant l'orage...
Quand le soleil darde et fait grimper la température vers les sommets, on peut voir les pierres et les galets suinter à l'ombre des haies et des chemins. Les anciens du quartier y voyaient l'annonce de l'arrivée de l'orage. Comme en ce qui concerne les processions des fourmis, mes observations commandent de relativiser ces croyances. Les pierres suintent à la chaleur des jours surtout lorsque la terre a conservé un peu d'humidité des pluies récentes, et sur le plan des statistiques nous ne pouvons pas corréler ce phénomène physique à l'orage.