Hart de vivautejar au bèth som deus candaus

Lo gòli que vara tornar peus ahitaus.

Lo vent de Mar Grana, d'abòr lo prètzheitèr,

Qu'escoda las huelhas au front de l'esquilhotèr.

 

 

 

Com a degrèu deishant de caçar los mosquilhs,

Las auringlas suus hius, qu'arbatoran los hilhs.

Los esquiròus, hueitius, a bombs e garrapets,

Entà passar l'ivèrn qu'assoman los bufets.

 

 

 

Quan aus arpunts, estiu, vesiadas lo paisan

A petits drins l'abòr qu'agèrga lo parçan

E l'astre suu penent, que's gaha a tot arram.

 

 

 

A la claror deus dias e aus griths criquejants,

Be volerí, estiu, que t'estèsses tot l'an,

Entà vira-ns tostemps los hiçons deu bisam.

 

 

 

Louanges à l'été

 

Las de survivre dans les hauts pâturages

Le rouge gorge est revenu hanter les hameaux.

Le vent de l'Océan, tacheron de l'automne,

Equeute les feuilles au front du noyer.

 

 

 

Comme à regrets cessant de chasser les moucherons,

Les hirondelles sur les fils, rameutent leurs petits.

Les écureuils, furtifs, bondissants et grimpants,

Pour traverser l'hiver garnissent leurs bufets.

 

 

 

Quand moribond, été, tu combles le paysan,

Lentement l'automne rhabille nos paysages

Et l'astre déclinant, se prend à toute branche.

 

 

 

À la clarté des jours et au chant des grillons,

Comme je voudrais, été, que tu durasses tout l'an,

Pour nous garder toujours des assauts de la bise.