Alas espartidas persús lo portalat,

Be'u coneishen de luenh per tot lo bordalat.

Prosejant-se tot dia dab lo tron de l'Ania,

Que desglara los ans shens cap de litania.

 

Ancorat au pregon per arrasics d'aunor

Que s'anina au sorelh los huelhòts de claror

E que serva au corau las nharradas deu vent,

Lo pericle escosent, lo nhac deu hred mordent.

 

Au temps de Marteror e deus purmèrs brumalhs,

Que s'aubura croishit com un espaurugalh

A s'espiar lo linçòu de huelha còr-herit.

 

Omprèra deu present deishada peus grans-pairs,

Nhargant lo subercèu deu caputh deus secalhs

Qu'ès lo casso vesiat qui ns'apara lo nid.

 

Notre chêne

Ailes déployées au-dessus du grand portail - On le reconnaît de loin dans tout le hameau - Devisant chaque jour avec le pic d'Anie - Il égraine les ans sans point de litanie .

Ancré profondément par des racines d'honneur - Il berce au soleil les feuilles tendres des beaux jours - Et il garde enfoui les balafres du vent, - la foudre cuisante, la morsure du froid.

Au temps de la Toussaints et des premiers brouillards, - On l'aperçoit voûté comme un épouvantail - Regardant son linceul de feuilles affligé.

Ombrage du présent légué par les anciens, - Narguant le Très-Haut du bout de tes branches mortes - Toi chêne bien aimé qui veilles sur notre nid.