DSC02871

 

(Heurèr qu'ei un arriu sauvatge, afluent deu gave d'Auloron, qui cola en ua vath embarrada e virada, entre Orion e Atòs-Aspís. Camparòus, trueitas (be i a pausa), e patrimòni naturau (flòra notadament), qu'ei l'un deus endrets màgers de la mea existéncia on aimi de longainejar e dont tirèi bèras pausas d'alegria e bohadas d'esmav natre.)

 

A la hauta d'Orion qu'esguita lo Heurèr,
Escorrilhòt prement de cebars bajolat,
E per cherlits d'ausèths a tot doç ajolat,
De la hauta d'Orion que sauta lo néné.

 

Pregonds color de gave e barrat arrabent,
Traucapèiras berruts alurant peluishet,
Au pont de Lembezat be sembla un gojatet,
Quan retorteja au so lo son briu trelusent.

 

Au dret de Labartolha alargant l'estremau,
Que s'escarrabelha au hons de Burgarona,
Puish que's pausa a Minà quan truca lo vrespau.

 

Mes la lherga esblasida au plan de Parabis
Que't muisha lo bartàs de la capihona,
On passaràs anueit lo pont d'Atòs-Aspis.

 

DSC_0083

 

 

(Le Heurèr est un ruisseau sauvage, affluent du gave d'Oloron, coulant dans une vallée encaissée et préservée, entre Orion et Athos-Aspis. Entre les champignons, les truites (jadis) et richesses naturelles (notamment flore), il est un des fils conducteurs de mon existence où j'aime couler de longues heures et dont j'ai retiré de grands moments de joie et des bouffées d'émotion pure...)

 

Dans le giron d'Orion jaillit le Heurèr,
Filet d'eau hésitant de jacinthes floqué,

Et par des chants d'oiseaux doucement bercé,
Depuis le giron d'Orion saute le nouveau-né.

Fonds couleur de gave et talus escarpé,
Saxifrages hirsutes évoquant un duvet,

Au pont de Lembezat on dirait un jeune homme,
Quand méandre au soleil son cours étincelant.

À hauteur de Labartouille élargissant l'horizon,
Il s'épanouit au pied de Burgaronne,

Puis se repose à Mina le soir venu.

Mais la fritillaire fanée sur la plaine de Parabis
T'indique le bois de la grande cascade,

Où tu passeràs de nuit le pont d'Athos-Aspis.