bona-annada-2018

Adishatz,

Plegadas que son las hèstas, las hèstas tant aimadas e tròp lèu estruçadas, entertempsadas de patz e d'amor. Doman, que'ns calerà tornar partir suu caminau, en un monde qui vira mei anar mei viste e mei anar mei lèd, un monde malaud e desumanizat au pregon on arron lo planeta, un sarròt de rics e de poderós de tot pèu e hèn la revolucion aus despens de la màger part deus autes qui las tiran totas entà ganhà's la viòca e educà's la familha de com cau. L'òmi qu'ei en guèrra contra eth-medish e ne sèi pas se vederèi un dia la fin d'aquestes temps hastiaus. Mes a vosauts legidors, mei que mei los mei joens, que soheiti d'aver lo còr pelut e la luciditat cap a totas las mauparadas e aus tums deu camin. Jamei non perdiatz l'ahida ! Per tan loncs que semblen e tan ahuecats que sian non i a tempèris qui s'esperlongan. No'vs demoretz sols, hètz còrda dab los vesins, los amics, la familha. Contra tots los maus deu noste temps la natura qu'ei un endòst senon ua hont inestadibla d'aconòrt e de coratge.

Contra totas las aparéncias, lo sentit legitime d'impoténcia e lo descoraument qui inibeishen los individus, ne'vs desbrombetz pas jamei tanpauc, un sarròt d'òmis que pòden cambiar l'anar deu monde se son destermiats e pro organizats.

A tots que'vs desiri çò de miélher tà 2018 !

...

Les fêtes sont derrière nous, les fêtes tant aimées trop vite remisées, intervalles de paix et d'amour. Demain, il nous faudra repartir sur le grand chemin, dans un monde qui tourne de plus en plus vite et de plus en plus mal, un monde malade et profondément déshumanisé où à l'échelle planétaire, un carteron de très riches et de tout puissants de toutes sortes font la révolution sur le dos du restant de la population qui éprouvent les pires difficultés à gagner leur pain et éduquer leurs enfants convenablement. L'homme est en guerre contre lui-même et je ne sais pas si je verrai la fin de ces temps dégueulasses. Mais à vous lecteurs, particulièrement les plus jeunes, je souhaite de garder courage et lucidité dans toutes les épreuves et blessures du chemin. Ne désespérez jamais ! Pour si interminables qu'elles semblent et si acharnées qu'elles soient, il n'y a pas d'intempéries qui durent éternellement. Ne restez pas isolés, resserrez les liens avec vos voisins, vos amis, la famille. Contre tous les maux de notre temps la nature est un refuge, sinon une source inépuisable de réconfort de l'âme et de courage.

Contre toutes les apparences, le sentiment légitime d'impuissance et le découragement qui inhibent les individus, n'oubliez jamais non plus qu'un petit groupe d'hommes peut changer la course du monde s'il est déterminé et suffisamment organisé.

À tous je vous souhaite le meilleur pour 2018 !