15 octobre 2011

De la mondialisation, de l'universalité de la condition humaine et du nombrilisme contemporain

La circulation des marchandises et des hommes remonte à la nuit des temps. L'essor prodigieux des moyens de transport et de communication n'ont fait que l'accélérer et l'amplifier. Le concept de mondialisation, réactivé et martelé depuis la fin des années 80 par les élites économiques, financières, politiques et médiatiques drainées par le prisme ultralibéral est au mieux une vaste escroquerie. Projeté tel l'ombre d'un monstre planant au-dessus des travailleurs et des citoyens, il sert à pointer leur insignifiance, en les... [Lire la suite]