05 septembre 2016

Un aniversari hestejat de com cau / Un anniversaire dûment célébré

Au perhons de la societat tradicionau biarnesa d'un còp èra, los trèits de caractèr qu'èran mei salhents au par de uei e de quant, çò d'avienut qu'èra avienut e mancar a la paraula balhada, un escarni. Totun la fiertat de cadun, quan passava las hitas, que's trobava a còps ahrescada. Cada cinc de setème que solevam aplegà'ns a Haut-Bernés purmèr d'anar celebrar l'aniversari deu Pèir de Camogran, qui èra a l'encòp lo cap de casa e l'ajòu, de cap tau Bascoat o de la montanha. Rite familhau qui s'avienè lavetz... [Lire la suite]

30 juillet 2016

"E lo con, quan ei qui'u pelatz ?" / "Et le c(och)on, quand est-ce que vous le tuez ?"

Qu'èra per l'autonada de 1988, le men ajòu Pèir Camogran, qui avè bon lo cap en hant-se vielh, que's demorè drin a l'espitau d'Ortés, on l'avèn pausat un estimulator cardiac. Au capcèr, Mairòta que'u hasè drin de companhia, a la mòda vielha. De hèit, lo noste òmi ne's seré pas podut avejar hèra. Ua vielhòta que coabitava la crampa, brava hemna per estar hòrt combatièra. E tostemps qu'arreboriva contre lo son marit : "E lo con..." "Aqueth con, aqueth con totun !" Pairòt e Mairòta que se n'arridèn a l'amagat d'aqueth tic de parlar. ... [Lire la suite]
Posté par cristau à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 février 2016

L'ajòu, (Pèir de Camogran) / Mon grand-père (Pierre Camougrand)

L'ajòu (Pèir de Camogran) Que'u trobavi devath deu hangar au carrinquet de la sega. Lo cèu qu'èra gris, escur, emplogit, de totas parts las tòlas que s'esgotavan en aqueth vrèspe de novème. En bèth escalhar lenha tà har buscalhs peu larèr, Pèir de Camogran, l'ajòu, que'm devisava, en hant lusir l'arnaut, de las berors, de las enigmas e deus enjòcs deu monde. Que sabè suu tèit deu hangar la musica de l'aigat o de la plogina e que m'ensenhava ric per ric los crums e las nublas dab lo nom latin. Au cant que'm disè lo nom deus ausèths... [Lire la suite]
28 mai 2015

La parada/ La parade

La parada Qu'eram per la fin deu més de julh o au principi deu més d'aost de 1940. Un matin, qu'èri dab la hemna aucupat a desterrar las patatas. Peu torn de las nau, qu'entenom a ua brossida qui s'esperlongava, motors que bronivan de contunh de cap au caminau. De segur, aquò nos estonava mes n'aurem pas pensat de bera pausa çò qui èra de hèit. En aqueras la mair qui èra demorada a casa que'm vienó cercar : "çà-i donc véder los Alemands a passar !" Purmèr qu'avoi l'idea de non pas destorbà'm. Puish que'm pensèi qu'avèvi d'anar... [Lire la suite]
Posté par cristau à 12:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 juillet 2013

Transhumances...

Le soleil en pluie d'or écrasait de ses rayons cet après-midi nonchalant de début juillet. Près du lavoir j'admirais le fût impeccable des grands chênes américains plantés par mon aïeul après-guerre. À travers le feuillage je percevais le flot des juilletistes transhumant. Alors je songeai à d'autres transhumances, au stress de Maman les soirs de grand départ, souvenirs de vies qui ne sont plus...
Posté par cristau à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
24 décembre 2011

Le temps des Noëls blancs

(Français/Occitan) Je me souviens des Noëls blancs de neige et de candeur, des premiers Noëls de mon enfance, quand au petit matin de l'existence, mon ciel était constellé de géants débonnaires. Dans la grande cuisine chez Mairòta, de hautes flammes pétillantes léchaient la crémaillère des grandes occasions. Mes aïeux avaient dressé la grande table, sorti la plus belle nappe, les plus beaux couverts. Dehors le vent poussait lancinant ses giboulées de grésil et de neige. Serrés autour de la table, petits et grands, cousins,... [Lire la suite]
Posté par cristau à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 avril 2011

Les passeurs de la Liberté (souvenirs de passeur de la Résistance de mon grand-père)

[...] "Quand on débarquait du train, en gare de Salies, venant de Paris ou parfois de plus loin, on était tout heureux de pouvoir se mettre en rapport avec quelqu'un qui vous prenait en charge pour vous faire passer de l'autre côté, vers le lieu espéré comme un lieu sûr.   Hélas, combien seront trompés dans leur attente et seront poursuivis et arrêtés ! Surtout quand les troupes allemandes auront occupé la totalité du pays. Le camp de Gurs, par exemple, qui avait été créé pour accueillir les Espagnols, refoulés à la fin de la... [Lire la suite]
Posté par cristau à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,