02 novembre 2013

Des "dérapages"...

Ce que nous appelons béatement "dérapage" est cet intervalle où l'individu, simple mortel ou politique, abandonnant le masque du discours convenu et des civilités, laisse transpirer la laideur répugnante de ses pensées profondes. Pour le simple mortel, la sincérité relève le plus souvent des conversations privées ou de comptoir, à l'emporte-pièce. Le politique lui, sait pertinemment que laisser filtrer ses passions, de préférence les plus haïssables, lui attire immédiatement la sympathie des masses silencieuses qui dans le cadre privé... [Lire la suite]