20 décembre 2010

La venue des Celtes

Histoire de la Gascogne La venue des Celtes Au premier Âge de Fer (moins 700 ans) les Celtes viennent et s'implantent en Gascogne dans des proportions mal définies. Sur les berges d'Arcachon et de la Leyre le pays dit de "Buch" tire son nom des Boïens11, peuple celte fortement distribué en Europe et qui s'est établi là vers moins 725. Il se caractérise par ses vases (saladiers) et ses urnes ventrues aux couvercles cannelés. De moins 625 à moins 540 il élabore de grandes urnes ovoïdes, des plats avec couvercles... [Lire la suite]
Posté par cristau à 23:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 décembre 2010

La Gascogne. L'Aquitaine de la préhistoire au premier âge de fer

Les premières civilisations de l'Aquitaine remontent aux grandes glaciations de Mindel4 vers -500 000 ans. Les témoignages archéologiques sont fragmentaires. Nous savons toutefois que cet hominidé campait près des fleuves, qu'il veillait sur ses territoires de chasse et savait confectionner des outils rudimentaires en rognons de silex. Bientôt il s'est abrité dans des cavernes et a domestiqué le feu. Sa nourriture est constituée de fruits, graines, larves, insectes mais il vit principalement de chasse. Au Néanderthalien5,... [Lire la suite]
Posté par cristau à 23:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 décembre 2010

Histoire de la Gascogne

De la préhistoire à la fin des temps Romains César fut le premier à prononcer le nom d'Aquitania, il la décrivit comme troisième composante de la Gaule. Strabon1, 70 ans après, témoin des réformes administratives d'Auguste, sur les traces de Poséidonios d'Apamée2 qui traversa le sud de la Gaule avant César, va mettre en évidence la différence entre Aquitains et Gaulois. "Les Aquitains différent de la race Gauloise par leur aspect physique, par leur langue et ressemblent davantage aux Ibères". S'agissant du... [Lire la suite]
Posté par cristau à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 décembre 2010

Las Hadas d'Issauç / Les fées d'Issaux

Las Hadas d'Issauç Un ser, abans boca de nueit, un camparolèr qui s'èra hèit drin tròp tà hens la mar d'esmerauda d'Issauç que's perdó. Com cercava lo camin, entre lo Malh Cagotas e la platafòrma de Coeilòtge, qu'avisè ua sorrona sorelhosa qui l'aperava a man esquerra. Tot au som, ua casèra que's quilhava au bèth miei d'ua esclarèja e un ahoalh de damiseletas, totas mei beròjas qu'un dia clar de mai, que cuentejavan per l'entorn. "- Tu qui vienós dinc a nosautes, ce li digón, hè un vòt e que seràs entenut !"... [Lire la suite]
Posté par cristau à 20:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 décembre 2010

De l'insoutenable vulnérabilité de nos sociétés modernes...

L'irruption saisonnière de l'hiver et de la neige accapare nos journaux télévisés. Par delà le traitement de l'infortune des "naufragés de la route", nos sociétés modernes, fonctionnelles et (trop) confiantes en elles technologiquement, sont abasourdies lorsque la nature exhibe leur extrême vulnérabilité. Et il en va de la neige comme du volcan islandais printanier. Pour ma part, mes yeux s'embuent lorsque je pense à mes morts qui recevaient stoïquement la neige comme un jour de repos au coin de l'âtre... Aurions-nous donc... [Lire la suite]
Posté par cristau à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 novembre 2010

Las lunetas de Cohet/Les jumelles du Diable

Occitan béarnais-Français Las gemèlas de Cohet (la legenda deu Pic d'Ania) Bèth temps a un gigant solàs e inespitalèr que demorava au som deu pic d'Ania. La soa pagèra que sobrava la deus avets de la seuva qui caperava la somatèra deu mont vesin, l'Oelharissa. Suu pic que colhtivava un casau qui lo tor e la nèu non cobrivan jamei e on vienèvan èrbas de las virtuts magicas : deu shuc que tirava lo son poder suberuman. Uas gotas d'aquèra bevenda meravelhosa que sufivan a un òmi entad estremar los aparaires esvarjables deus tesaurs... [Lire la suite]
Posté par cristau à 16:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 octobre 2010

La cime des plus beaux chênes ne repousse jamais...

Hommage à ma Maman Joelle Contrèras, décédée subitement le 27 juillet 2010Maman, ma petite Maman ! De mes doux rêves d'enfant à mes ancrages d'adulte, j'avais tout projeté pour vous deux, Maman, sauf ce jour où j'aurais à t'écrire tout ce que ton départ précipité et brutal me priva de te dire. Mardi midi, en souffrance, le repas familial a refroidi sur la cuisinière, les couverts sont restés désespérément vides et notre table désolée, lorsque l'irréparable a surgi. Toi qui fus tellement pour nous et plus encore, tes enfants, Papa,... [Lire la suite]
Posté par cristau à 19:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 octobre 2010

Le volcan de "Mémé"

(Petit précis d'introduction à la volcaneuneulogie culinaire en famille ou entre amis) Qui parmi nous, enfant, ne goûta point les bonheurs simples d'une grand-mère terrienne campagnarde, confectionnant de bons petits plats grassouillets du terroir ? Et qui n'ouit jamais son aïeule intimer : "fore donc un puits dans ta purée que j'y fourre le jus des saucisses !" Celui-là méconnait les joies de la volcaneuneulogie familiale. Le père fondateur de la volcaneuneulogie culinaire familiale est un béarnais, Christian... [Lire la suite]
Posté par cristau à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 octobre 2010

Le phénomène dit des "broutches" ou la terreur des éteules

Mon témoignage : Dimanche 28 mars 2010, 14h30. Lancé dans un raid à destination d'une de mes morillères de l'Entre-deux-Gaves, je venais de gravir le sévère chemin qui relie le Moulin de Labour au village de Burgaronne et entamai la descente vers la route de Sauveterre de Béarn. Sous un voile de cirrostratus assez denses et qui ternissaient quelque peu l'éclat du soleil, il faisait très doux. Après avoir dépassé le lieu-dit Castagna, je devalai de plus belle vers Bélinden comme une plaisante brise latérale de nord-ouest,... [Lire la suite]
Posté par cristau à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 octobre 2010

La vague de froid de janvier 1985 :

  Jamais vous ne sous-estimerez l'hiver. Massées sur les immensités de Sibérie et de Scandinavie, ses armées considérables peuvent au moindre battement de cil du "Général", défiler sur les Champs-Elysées et blanchir nos allées.   Fin novembre 1984. - Je n'avais jamais vu fleurir mes camélias à cette époque, s'étonnait mon aïeule, Nancie Camougrand. - Oui, c'est à se demander si nous aurons assez de froid en décembre pour la "pelère"* et les canards, s'inquiétait Anna, notre première voisine. - Il n'y a plus de saison,... [Lire la suite]