cncapillatus9

Quina periclada !

Adishatz,

La periclada qu'ei l'un deus mercants deus nostes estius, la hèita meteorologica qui apèra la mei bera ambivaléncia de sentits tanben. Se la cranhem permor deu pericle e de la vriuléncia potenciau deus elements que l'esperam totun vist que pòt adaigar lo casau e las culturas quan lo briu de las perturbacions atlanticas ei sovent aflaquit senon travat de junh a setème. Dens la traucada d'aqueste estiu desesperadament caud e assecarat, lhèu mavut per l'adirèr e l'inquietèr, que gahi lo parat de publicar un article sus aqueth tèma.

Los part-prenents e las loas especialitats

L'aparida d'ua periclada qu'ei la resulta de factors en covariacion : lo só, qui cauha las tèrras, las mars e l'atmosfèr, l'èr qui a la proprietat de s'enaussar a fin e a mesura qui cauha, e la vapor d'aiga qui ei la mestior de tota nubla e l'un deus motors deus fenomèns atmosferics. L'èr que pòt estar forçat de s'enaussar mecanicament per la preséncia d'ua sèrra o d'ua montanhada, qu'ei çò qui explica perqué los auratges e son mei frequents en montanha. La condensacion de la vapor d'aiga qu'ei a la cauç de la formacion de las nublas e deus crums. Au demiei deus quaus de-qui-ne i a que'ns interessan mei permor que tienen un ròtle hens la neishença e lo debanament de la periclèra.

Los purmèrs protagonistas, de bon conéisher per tots los qui practican activitats de natura, notadament los randonejaires, que son los altocumulus o autocrums. Los altocumulus que son crums deus gradèrs mejans de la troposfèra, la loa basa que's situeish entre 2000 e 6000 mètres d'altitud. Qu'ei un crum de bon víver, que's ved rialament isolat au cèu, que fòrma bancas, arruas o estratas. Que's pòt esbassibar a las òras mei caudas deu dia e que torna paréisher au ser o a nueit hens e dinc a las purmèras òras de la matiada. La soa preséncia que tradeish ua inestabilitat deus gradèrs mejans de l'atmosfèr e los mei avisats que comprenen d'aviada qui i ei un risc d'aigat o de periclada per las òras qui arriban. De tots los autocrums, sonque los altocumulus en castilha/toretas (castellanus) qui's coneishen aisidament a la preséncia de tors en suspart de la basa, que pòden abutir a un auratge. Se lo gradèr mejan de l'atmosfèr on se situeishen e vad mei inestable, que pòden abaishar drin la loa basa e honè's en tot desvolopà's hòrt verticaument tà's trasmudar en cumulonimbus, o meilèu altocumulonimbus. Aqueths altocumulonimbus que pòden pagerar dinc a 6000 mètres d'espessor e desclavar periclèras arsecosas e aigassudas. Los altocumulus anherins (altocumulus floccus) qui semblan d'autan mei aus altocumulus en castilha que son sovent la resulta de l'avalida de la loa basa, n'an pas lo poder deus lors genitors mes que son tanben assauciats aus ambients celestiaus qui saben a la periclada.

Totun n'avem pas hreita de pujar tan haut tà observar la neishença e lo desvolopament de la màger part deus crums de periclada permor la conveccion que s'avia sovent a estratas mei baishas de l'atmosfèr, a còps tanlèu 300 mètres en suspart deu sòu sonque e los randonejaires en montanha que son sovent au bèthvéder. Prenem per exemple un dia d'estiu classic a las Pireneas. La nueit e la matiada que son estadas lindas permor de la baisha de las temperaturas. Peu torn de 10 a 11 òras deu matin que veden crumòts a formà's peu torn de las somatèras e deus cerquits, on l'arrecauhament de l'atmosfèr a entinoat la conveccion. La màger part d'aqueths crumòts, de tipe cumulus humilis, que van subervíver un pausòt apuish esbassibà's. Quauques uns autanplan, gahats per ua conveccion mei hòrta, que saberàn apità's en crum de mei gran endom, los cumulus mediocris. S'at vòu la conveccion, non solament lo desvolopament verticau deu crum que's va perseguir mes que's pòt abrivar e préner l'aspècte borroant caracteristic deu cumulus congestus, l'un deus crums mei poderós de l'atmosfèr. Lo crum borroant qu'ei lo hrair petit deu cumulonimbus, o meilèu un aspirant cumulonimbus se lo procediment abuteish a un auratge. Que'u coneishen sovent a la soa alura de caulet, comuna aus bèths cumulonimbus calvus. Com los lors ainats, e a còps los autocrums en castilha, los crums borroants que son mei hauts que largs, çò qui ei lo critèri de diferenciacion màger deus crums convectius au par deus autes tipes de nublas. D'ua extension verticau enter 3 e 7 quilomètres de l'ivèrn a l'estiu que passan a malaise los 7000 mila mètres d'altitud e que pòden produsir aigats balhós dab nèu e granissa en ivèrn mes ni peirada ni pericle permor lo som n'ei pas pro hred tà que las gotas d'aiga portadas peu corrent ascendent de l'ordi de 10 mètres per seconda non solament e torren durablament mes enqüèra que's carguen negativament en s'entertumant. Se lo crum borroant n'arriba pas au grad de cumulonimbus, çò qui apareish sovent quan la basa ei sapada per l'arribada d'un vent ladèr mei hred a las baishas estratas, la part sobirana que pòt subervíver bera pausa en autonomia en balhant ploja de contunh o aigats. Que parlan lavetz d'autocrum cumulocongestogenitus, o cumulogenitus.

Au bec de l'escalon deu desvolopament convectiu lo crum de periclada per excelléncia, l'un deus mei fotogenics atanben, qu'ei lo cumulonimbus. En s'apitant sus ua basa qui passa rialament los 3500 mètres de haut lo cumulonimbus que puja dinc a 8000 a 18 000 mètres, senon 21 000, segon la sason. Non solament lo som que pòt traucar la tropopausa, ua zòna de transicion enter la troposfèra e l'estratosfèra, mei hauta en estiu qu'en ivèrn e qui s'encontra generaument a 17 quilomètres d'altitud a l'equator contra 9 aus pòles, mes que's pòt aventurar luenh tà hens de l'estratosfèra. Que i son dus grads de cumulonimbus, lo crum o cumulonimbus pelat (cumulonimbus calvus) qui ei l'estapa seguenta de l'ascension d'un crum borroant e lo crum o cumulonimbus pelut (cumulonimbus capillatus.) Lo crum pelat que presenta enqüèra un som màgerment net, anherin, en caulet dab quauquas cheminéias endavant-hèitas déjà liçadas peu tòr de l'altitud. Que pòt engenrar aigats delubians, borradas de vent hred descendent de cap au sòu, mes los eslambrècs que demoran au perhons deu crum e la peirada qu'ei riala. Lo crum o cumulonimbus pelut que pren un aspècte mei liç o brinchut e que s'aplaneish en tot alurant un plumaish o un enclumi de cirrus a fin e a mesura qui las gotetas portadas peu corrent ascendent e torran e qu'aqueth arriba a la termièra fisica de la tropopausa. Entaus mei avisats, los soms borroants qui vedem a traucar l'enclumi deu crum de periclada que son lo hèit deus corrents ascendents los mei poderós, mei de 40 mètres per seconda, mes que se n'i a mesurat a mei de 300. Aqueths dòmas borroants qui nhiscan drin las leis de la fisica que son la signatura deus auratges los mei vriulents dab peiradas, ploja delubiana, ventoladas e tornadas se lo cas ei, qui son sovent lo hèit deu crum pelut. L'esperança de vita d'un cumulonimbus qu'ei estada estimada a l'ua òra haut o baish. Com per çò deu crum borroant o deu crum pelat, l'activitat deu crum pelut que flaqueja apuish que deisha quan l'alimentacion deu corrent ascendent ei copada, dab la baisha de la temperatura au ser, o quan ua arribada d'èr fresc e sapa la basa, çò qui apareish sovent dab l'aura de mar a noste. Dens aqueth cas los estatges mejans deu defuntat crum que's vueitan de la darrera ploja mes l'enclumi que pòt subervíver longtemps e seguir lo briu d'altitud sus centenats de quilomètres. De tau mòde que podem tots véder arrèstas d'auratges qui an petat hera luenh de la nosta posicion. Qu'apèran aquera nubla un cirrus espés (cirrus spissatus cumulonimbogenitus.) Aqueth moment quan lo crum de periclada e's pèrd l'activitat electrica mes deslarga enqüèra ploja, balhosa se lo cas ei, que s'avien behida dab çò qui los mens ajòus, qui ahisquèn tan plan la mea passion de la natura au sens larg, e aperavan "auratge shens pericle."

Lo crum de periclada qu'ei tanben ligat aus sistèmas e ciclòns tropicaus. La paret qui cinta l'uelh deus auragans qu'ei hèita dab cumulonimbus. Sus aqueth tèma que'm brembi d'un ser, a la fin deu més d'aost per las annadas 1995 a 2000. Un ancian ciclòn qui avè perit en pujant l'Atlantic que s'avè hèit seguir vapor d'aiga e arrèstes d'èr tropicau en passant lo Gòlfe de Gasconha. Sonqu'aqueras sobras avèn derivat de cap a las còstas bascas e landesas. De tau mòde qu'a nueit caduda, ua nueit clarejanta de lua au plen, qu'aparí un espectacle estonable e deus mei riales a noste : auratges tropicaus. Los crums qu'èran com colonas suberhautas o candelas enlugrejadas, la basa qu'èra estreta, l'enclumi quasi inexistent. Qu'alargavan dus o tres eslambrècs blancs de color, com los d'ivèrn, seguits de pets de pericles secs e l'aigat, d'ua intensitat excepcionau, que's desclavava, com qui's vueita ua selha. Que durava ua a duas minutas apuish que deishava, sobtament, com s'èra desclavat... dinc au crum seguent.

Los cumulonimus que's veden tanben via de'ns auherir un espectacle deus mei riales (sonque en montanha) e suberbèths, los auratges de nèu. Cèrtas que vedem a còps drin de nèu a càder per isotermia devath los crums de marcescada permor l'intensitat de las precipitacions que hè baishar la temperatura peu torn de 0° au nivèu deu sòu. Mes aqueras nevadas que son generaument bracas e ne tienen pas. Per semblar drin a las marcescadas los auratges de nèu qu'apareishen quan l'èr ei enqüèra mei hred en ivèrn, o quan ua massa d'èr arctica e subervòla las aigas mei doças de la mar e que pòden barrejar detzenats de centimètres de nèu en quauquas minutas dab plumalhs de la pagera d'un irange. Per çò de men, qu'avoi l'escadença d'observar aqueth fenomèn dus còps sonque, tostemps au segle vintau, au pos de hred de genèr de 1987 ont arribèm a 45 centimètres de nèu tassada hens lo pargue de l'ostau, e en 1990, lo 10 de decème au ser on un bon vintenat de centimètres éran caduts en ua òra, e ne soi pas segur las naveras generacions qu'averàn aqueth parat permor las situacions propicias a la nèu que hèn arrerpè en generau.

Qu'existeish un metòde segur e de bon conéisher tà endevinar los corrents ascendents mei poderós a las estremèras borroantas deus crums, crums borroants com crums pelats, los qui an lo mei de probabilitats d'arribar a un auratge e donc de v'endangerir se'vs trobatz per dehòra e luenh de tot endòst : que son los capulets, cirrus en fòrma de copòla chic o mic translucidas qui cohan los soms borroants los mei dinamics.

Las quate sasons deu pericle

Quan s'i parla d'auratge, d'aviada que pensam aus qui petan en estiu, de junh a setème. Òr lo pericle que's pòt enténer au lonc de l'annada e tanlèu lo Cap d'An. Los auratges d'ivèrn qui arriban màgerment deu nòrd o de la Mar Grana que's desclavan de novème a decème, au-darrèr de las perturbacions e/o dens lo briu de las marcescadas. Que son pericladas d'èr hred, lo desvolopament deus crums qu'ei donc mendret, l'aigat qu'ei generaument brac e acompanhat de granissa e a còps de nèu honenta. Totun que s'i cau avisar, los eslambrècs deus auratges d'ivèrn que son blancs de color, mei poderós au par deus d'estiu e que pòden cremar apèrs l'electrics a casa.

Enter la fin deu més de març e lo començar de mai segon las annadas, a còps au-darrèr d'ua tempsada de marcescadas, a petits drins lo flumi d'altitud que vira au sud-oest o au sud e dab la pujada deu mercure l'atmosfèr inestable qu'afavora lo desvolopament de crums au vrèspe. E de cap a quate o set òras deu vrèspe a l'inversion de las temperaturas, aqueths castèths mei bèths que los de las marcescadas mes pas autant com los de l'estiu que s'entonnereishen apuish que's resòlven en aigats de tau mòde qu'a l'escurada lo cèu ei linde tornar. Aqueras manifestacions electricas qui balhan màgerment aigats moderats e qui pòden aparir tanlèu géner se la doçor/calor ei doriva que son classificadas "auratges de primtemps."

A fin e a mesura qu'avançam tà hens deu més de mai, dab la calor mei hòrta, l'atmosfèr que's gaha a apitar castèths de mei bèth endom, a la cauç de periclèras mei arsecosas, de ventoladas mei poderosas, d'aigats mei balhós senon delubians e de peiradas se lo cas ei. Aciu que comença lo rèine de la periclada d'estiu qui pòt durar a còps dinc au més d'octobre.

Per l'autonada los auratges que hèn arrèrpè, totun n'existeishen pas periclèras tipicas de l'abòr e lo mei sovent que passam tot dret deus auratges d'estiu aus aigats hreds entonnerits de l'ivèrn a partir de novème.

La periclada d'estiu qu'ei, e de quant, la mei de crànher entà tot cadun mes tanben la mei espectaclosa entaus ahuecats. Monde qui, tanlèu qu'ua possibilitat de celula periclatjosa e s'aubira aus superordinators de la meteorologia, e's veden via de gahar lo volader au sortit deu tribalh e de rotlar a hutas centenats de quilomètres per autostrada tà aver l'escadença de fotografiar ua subercellula, un arcús, lo ridèu d'ua peirada o, gratificacion suberhauta, l'estorbelh d'ua tornada.

Petita tipologia deus auratges (basada suus auratges d'estiu)

De mai a octobre tres grans ordis d'auratge que's partejan lo cèu gascon. Lo purmèr qu'ei la "periclada de calor" qui's desclava au vrèspe e au ser a fin e a mesura qui l'atmosfèr e vad inestabla en cauhant. Que vedem castèths a apità's suu mont o tà hens de la Gasconha (Lanas, Gèrs, Est Biarn, Bigòrra). Aqueras periclèras qui's pòden revelar vriulentas e balhosas shens questionar la calor que s'i pòden tornar mantuns vrèspes de hiu e generalizà's de la fin. Com las pericladas de prima o los aigats en ivèrn que son d'arreligar a çò qui aperan en meteorologia l'evolucion diürna.

Los auratges pre-frontaus qui arriban a noste màgerment de las Pirenas, deu Bascoat e/o de la Mar en un flumi de Sud-oest que son periclèras qui davantejan l'arribada d'un front perturbat o çò de mei. Que son la traduccion concrèta de l'inestabilizacion de l'atmosfèr per l'arribada d'èr mei hred en altitud. Que's pòden revelar vriulents, aigassuts e organizà's en linhas de ventolada longas de centenats de quilomètres a la zòna de contacte enter la calor, qui puja de cap tau nòrd o nòrd-est au davant, e lo hred possat peu vent d'oest o de nòrd-oest au-darrèr. La linha de ventolada que materializa la linha d'estòrças enter l'èr caud e l'èr hred, la victòria deu second, quasi segura, que's merca per ua virada sobta e vriulenta deu vent au nòrd-oest, la Galèrna, trèit salhent deu climat Gascon d'autan mei de crànher que la soa formacion ne deisha pas guaire de temps a las soas victimas entà s'acessar.

Se la màger part deus auratges e's fòrman segon lo cicle diürne e dab la basa deus crums a quauques centenats de mètres deu sòu sonque, los auratges d'atmosfèr libre e/o los auratges hauts/d'altitud que s'apitan e que's desclavan a partir d'estratas atmosfericas mei hautas. Dens aqueth cas l'inestabilitat qu'ei presenta au gradèr deus autòcrums (altocumulus) qui an non solament la proprietat de's poder abaishar drin la basa, mes sustot de's desvelopar hòrt verticaument tà's trasmudar en cumulonimbus. Com ne segueishen pas la regla de formacion diürna deus autes auratges aquèras pericladas que's desclavan sovent a nueit hens o au començar de la matiada. Los auratges d'atmosfèr libre que son (o meilèu qu'èran, malaja !) hera espandits en Gasconha. Que i son afavorats peus "plumaishs iberics" o "saharians" : que son plumaishs d'èr caud lhevats per las depressions termicas ibericas. En passant las Pireneas en un flumi de sud-oest qui'us se harà seguir dinc au nòrd d'Euròpa bèthcòps, que tresploman èr mei hred qui arriba deu Gòlfe de Gasconha. Lo forçatge a la cauç de la periclada qu'ei donc ua adveccion de calor e de vapor d'aiga au gradèr mejan de la troposfèra. Aqueths auratges que pòden suspréner, los previsionistes ne'us devinan pas tostemps dab los modèles, de mei, com la basa ei mei hauta, lo cèu ne negureja pas autan com a l'acostumat dab los autes tipes d'auratge e la màger part deu monde ne s'i avisan pas.

Provenença e circulacion deus auratges

La formacion e lo desplaçament deus auratges que segueish la circulacion generau de l'atmosfèr o los sons desviaments regionaus senon locaus. En Gasconha que i son sistèmas auratjós comuns a tota la region e autes especifics au climat e a la situacion geografica de cada parçan. Atau, de cap a Bordèu e Arcaishon que veden sovent cellulas periclajosas arsecosas qui arriban peu Gòlfe de Gasconha e pujan de cap au Medòc e a l'estuari shens que l'arrèste de Gironda e de la region sia pertocat. La Gasconha orientau, per çò de son, a còps qu'ei tocada per auratges qui s'apitan de l'aute part de Garona, suu Massis Centrau e suus Causses e qui arriban en un flumi d'èst o de nòrd-èst. Enfin, lo long de la montanhada pireneana la periclèra que hora regularament sus las localitats deu pèmont, Maule, Auloron, Pau, Tarbas,... Dens lo men parçan de Salias e de Sauvatèrra la màger part deus auratges que vienen de las Pireneas, deu Bascoat o de las vaths biarnesas. Mei rialament que'ns pòden arribar de Bigòrra en passant per la Vath Vielha. S'aqueths dus ordis de periclada e son autan de crànher las qui baishan de las vaths biarnesas que son màgerment pericladas d'estiu quan las qui arriban deu Bascoat e son sovent pericladas qui davantejan un cambiament de temps, o d'inestabilitat au-darrèr d'un front. Mes que'ns arriban, sustot quan subercauha, auratges de Shalòssa o de Gèrs qui's pòden revelar vriulents. E excepcionaument la virada deu vent au nòrd-oest que pòt har baishar pericladas qui circulavan enter lo Mont e Dacs mes qui s'i escaden rialament a passar las hitas deu departament de las Lanas. Los qui s'i escaden que's pòden revelar cataclismics quan trucan la ciutat de la sau. Dens la nueit deu 5 au 6 de junh de 1998 qu'ei un auratge d'aquera familha qui peirè la vila e los son entorns en tot provoquant un aigat mortau deu Saleis. Los mens pairs que'm parlèn de pèiràs dab la fòrma de bomerangs o de cornudets.

Per tan estonable qui pareishi, que son riales en estiu los auratges qui arriban de l'oest, de la hauta mar. En un quarantenat d'ans d'observacion que se m'arribè de'n observar tres còps sonque, au més de julh de 1987, en junh de 1989 e en aost de 2020. Totun, aqueras pericladas que's revelèn tostemps aigassudas.

Aviada e vriuléncia deus auratges

Qu'ei dat a la tronada de petar quan l'energia presenta dens l'atmosfèr, e donc lo desvolopament deus crums e tòca au som. En generau entre 4 òras deu vrèspe e 9 òras deu ser. Sovent lo factor desclavader qu'ei ua baisha de la temperatura d'uns grats a l'inversion qui crea un desequilibri. La quita inversion que desclava tanben auratges entre 6 e 9 òras deu matin. Senon la periclada que pòt aparir a tala òra deu dia e de la nueit, de las 11 deu ser a las 2 deu matin com de mieidia a las duas deu vrèspe per exemple.

Entaus meteorològues la question de la vriuléncia d'un auratge ne's pausa pas. La periclada qu'ei l'un deus fenomèns mei vriulents de l'atmosfèr vist que lo son efèit màger ei la produccion de descargas electricas qui blaçan e auceishen un sarròt d'individus tot an suu planeta. E lo pericle que pòt trucar a mantuns quilomètres de totas parts deu crum dont ei gessit. Un eslambrèc que produseish ua energia electrica d'uns 280 mila quilowatts/òra, 1 gigajoule haut o baish, e uns cercaires que s'i hèn a gahar aquera energia com energia renoveladera mes, çò qui'us còsta mei qu'ei de trobar las tecnologias entà estocar aquera electrictat. Dab los auratges las erupcions volcanicas, las tempèstas de sable e la reaccion termonucleara que son l'un deus riales fenomèns fisics coneishuts qui balhan eslambrècs. La vriuléncia d'ua periclada que's mesura purmèr a la soa intensitat electrica e aquera qu'ei foncion de l'energia dispòsta dens l'atmosfèr, mes tanben au sòu. Los sòus subercauhats per setmanas de sorelhèra e de sequèra que foncionan com radiators devath la basa deus crums. La vriuléncia de la periclèra que depen tanben de la densitat deus crums (cumulonimbus) au cèu. Lo mensh que i a crums, lo mei l'energia dispòsta entà cadun qu'ei grana. Tan talament qu'a còps ua cellula que's ved via de vampirizar las autas e que vedem lavetz tira-corderas de crums joenòts a convergir de cap ad era tà l'alimentar. E la vriuléncia deus elements (ventolada, ploja delubiana, peirada, etc) que resulta de la soa activitat electrica era medisha determinada per la poténcia de desvolopament verticau deu crum. Qu'existeishen auratges dit "secs", permor lo pericle que claca sec, un momentòt peus entorns shens que càdia la mendra gota de ploja. Aqueths auratges que son hòrt cranhuts peus ancians permor qu'an sovent ua peirada au seguici o que pòden desclavar mauhuecs.

Lo descadenament deus elements qu'apareish au-darrèr deu crum, dens lo corrent d'èr hred qui baisha de cap tau sòu. La soa arribada qu'ei davantejada e mercada peu pas d'ua formacion nublosa hera negra e bèth drin esvarjabla, aperada arcús permor que s'organiza en arc-de-cèrc o en hèr de chivau, a la basa deu crum. Aqueth vènter negre com la cauhapança que provòca a còps nueits en plen dia e sovent que's minja drin lo tarrabast de l'auratge dinc au darrèr moment de tau mòde que los mensh avisats que s'i pòden abusar. Lo pas de l'arcús qu'ei quasi tostemps seguit d'un aigat delubian mes aqueste que's pòt doblar de borradas de vent descendent hera vriulentas qui clinan las culturas (milhòc) e d'ua peirada.

La peirada que vad au perhons deus crums mei poderós. Las gotas d'aiga que son portadas dinc au som deu castèth d'aiga peu corrent ascendent situit a l'abans e que torran. Mes com son tròp leugèras entà passar lo vent ladèr qui s'abriva dab la formacion deu crum que son represas peu corrent ascendent e que tornan tau som de l'enclumi on se cobreishen cada còp mei de glaç dinc a que sian pro pesivas entà traucar lo vent orizontau e càder.

Anar deus auratges dens lo contexte de l'arrecauhament climatic

Contra la vriuléncia e los estralhs potenciaus los auratges que son la condicion sine qua non de l'agricultura e de la vita en Euròpa deu Sud, en estiu. E que'ns cau acodir drin la question de l'anar de la periclada dens lo contexte de l'arrecauhament climatic. Ua cèrta logica que voleré la pujada de las temperaturas que sia correlada a ua pujada de la frequéncia deus auratges. De hèit, n'ei pas çò qui constatam a noste permor la haussa globau deu termomètre que's hè purmèr seguir un cambiament de posicion mejana deus centres d'accion dens l'atmosfèr, de circulacion de las massas d'èr e donc lo cambiament qu'ei amenudat per zònas geograficas. La haussa globau de las temperaturas au briu de las decenias, sustot de las annadas 1990 enlà, qu'a dilatat apuish hèit petar lo cadre cronologic de l'estiu en Gasconha. Uei los nostes estius que davantejan la fin deu més de mai e que horan mei anar mei suu més d'octobre. En teoria la frinèsta d'aparida deus auratges dits d'estiu que s'ei alatada e de hèit auratges d'estiu que son adara observats de mai a octobre. Sonque l'espandida de l'estiu e's dobla d'ua multiplicacion de las situacions, de las recurréncias e de las travas anticiclonicas en suspart d'Euròpa. Dab per consequéncia ua bera assecarada de l'atmosfèr. Òr shens vapor d'aiga tà apitar crums, apuish castèths, lo cèu n'arriba pas mei a formar auratges. Los dias dab periclada que son mei anar mei riales en Gasconha aus més de julh e d'aost. Quan èri mei joen, los estius qu'èran plan mei periclatjós a noste au par de uei en generau. L'inestabilitat que podè tiéner setmanas senon lo més. Au ser, dab l'ajòla qu'espiavam los bèths crums e l'enclumi a esluminar las Pireneas a l'imitacion d'un diadèma pausat sus las somatèras. Quin espectacle ! Adara la causa qu'ei vaduda hera mei riala. En plana que podem passar setmanas shens enténer au pericle au còr de l'estiu e quitament en montanha los desvolopaments diürnes qu'an hèit arrerpè. Que demoran màgerment auratges pre-frontaus qui materializan un cambiament de flumi e de massa d'èr en altitud e aquera situacion de transicion que passa rialament dus o tres dias. Totun, per estar mei anar mei esparsemiats los auratges en plen estiu n'an pas tirat arren au lor poténciau avastador, au contra, dab los estius mei anar mei cauds las rialas pericladas qui s'i escaden enqüèra a petar que pòden mobilizar mei d'energia presenta dens l'atmosfèr e dens la tèrra.

Autanplan ne'n cau pas arribar a la conclusion que i averé mensh d'auratges uei au par de las decenias passadas. Los auratges qu'an hèit arrèrpè en plen estiu permor lo còr d'aquera sason qu'ei mei anar mei sec mes lo pericle que s'enten drin mei sovent çò de mei de l'annada, de heurèr a abriu o en octobre e novème per exemple. D'ara endavant l'anar de la periclada en Gasconha (e enlòc mei) que serà indexada a la modera deu climat. En un climat mei sec que i serén meilèu mensh de periclera mes potenciaument mei arsecosa, en un climat mei aigassut los dias dab pericle que harén meilèu en pujar mes la vriuléncia que seré mei diluida puishque l'energia e seré de partejar enter mei de crums (dab resèrva que l'energia dispòsta era medisha hè meilèu en aumentar dab l'arrecauhament.)

Romantisme, arts, esmaginari popular e cultura empirica.

L'auratge qu'aucupa ua plaça ad espart hens la cultura populara. A tau punt que seré la beluga dont vaderén uns sentits e uas coneishenças amorosas. Qui de nosautes n'a pas jamei entenut a parlar de la periclada d'amor, de l'amor au purmèr uelhat, lo "love at first sight" deus anglés, tà descríver la neishença momentosa e bèth drin irracionau de l'amor enter dus individus o de cap a ua persona, estosse ua atirada fisica ? E quan disen comunament "qu'a lutzat" (sosentenut "sus era/sus eth") que renvia solide au lampat de l'aparelh fotografic mes autanplan a la sobtetat de l'eslambrec.

Dens lo hèit de las arts aquera sobtetat de l'eslambrèc e mei que tot deu pet de pericle que lhevè l'interés d'un sarròt de creators inspirats : qu'ei vadut un procediment comòde tà suggerir l'efeit de suspresa, de sideracion, lo còp de teatre, la truca de la sòrta e la transmudason (super eròis, ...) Aquò dit, rasseguratz-ve, ne'vs hè pas hrèita estar un artiste tà estar trucat, a còps, per ua esguitada d'engeni.

Dens l'esmaginari popular d'un còp èra, l'auratge qu'èra tradicionaument restacat a hòrças mauhasècas e, dens lo referenciau judeo-crestian qui serviva de cadre aus nostes davancèrs, qu'èran los curats qui èran encargats de l'esconjurar a trucas de rogacions, processions o en getant aiga benedita de cap aus crums negres, enterautes. Las credenças las mei extraviadas que corrèn suu compte deus eslambrècs. Que disèn qu'èran la manifestacion d'un combat enter la Senta Verja e los Cohets, que podèn har pèrder lo cap au monde, passar l'arronha aus chins. Que credèn lo pericle qu'èra l'expression de la malícia deus dius o la creacion de Cohet. Autanplan, qu'aparavan tanben ne trucava pas dus còps au medish endret e n'atucava pas jamei a ua persona adromida. E que s'i hasèn a estremà'u dab ciris e aiga benadita.

Las supersticions pertocant a l'auratge n'èran pas lo pròpi deus credents. Lo quite Descartes qu'èra de l'avís hòrt espandit lo pericle que's podè trasmudar en pèira. Au nom d'aqueth créder un sarròt de monde que s'imaginavan qu'èra lo hodre qui creava los apèrs preistorics de pèira e que pregavan Sent Pèir de'us virar deus mauhèits de l'auratge.

- Entenes ? Que desplaçan los mubles acerà-haut, ce'm hasè lo pair au purmèr pet de pericle. En tirant de cap tau centre de França que pensavan meilèu qu'èra Cohet qui's trucava a la hemna e en Lorena, sia Diu qu'èra esmaliciat, sia que hasè a las quilhas o que's netejava las barricas.

Per tan capvariadas qui semblen que i èran interpretacions periodicas e cronologicas segon lo dia de la setmana o lo més de l'annada qui apariva la periclada. S'audivan lo pericle un diluns qu'augurava la mort d'ua esposa, lo dimars ua cuelhuda de las bonas, lo dimerç qu'èra ua desgansolada qui's defuntère, lo dijaus qu'èra un signe de prosperitat, lo divés qu'anonciava pelejas o guerras, lo dissabte qu'èra presagi de malaudia, de mort, de sequèra e de maishantas cuelhudas e lo dimenge de la mort d'un capulat o d'un membre deu clergat.

Las interpretacions basadas sus l'aparida de l'auratge en foncion deu més de l'annada que hèn mei sens permor que s'i aubura un ensai de previsions meteorologicas annaus aplicadas a l'agricultura, au nivèu de las qui podèm léger un còp èra au calendrièr de la Pòsta. Se Martin (atau qu'aperavan lo pericle a noste) petava en genèr qu'èra signe d'un an de maishant temps entà l'agricultura dab hera d'auratges. Au contra, se petava en heurèr qu'augurava ua bona annada entaus paisans, entaus vinhèrs mei que tot. En tirant de cap a l'Èst e au Nòrd d'Euròpa la periclada de març qu'èra sospieitada de davantejar cuelhudas de las maishantas. Invèrsament, la recurréncia de periclèras en abriu e mai que predisè bonas cuelhudas e un ambient afavorant los paisans. Se periclava au començar deu més de junh qu'èra bon entà la palha, per venciva, ua dusau tirada de junh periclatjosa que semiava la desolacion deu vinhèr. Los més de julh cauds qu'aperavan abòrs entonnerits, ce credèn, entant qui los més d'aost empericlats qu'auguravan cuelhudas de las bonas mes dab hera de malaudias. Se ruglava en setème que's calè preparar a nevassadas per Nadau, quan los més d'octobre emperiglats e hasèn meilhèu las vrenhas balhosas. Tà clavar, la periclèra de novème e de decème qu'èra meilèu interpretada com un signe d'ivèrn hera doç.

En Lengadòc lo hodre e lo tron qu'èran restacats au culte de Senta Agata qui alurava bèth drin ua broisha segon mantuns crestians. Lo monde que s'amassavan a la glèisa lo 5 de heurèr (dia de Senta Agata.) Que soavan las campanas a brand pendent tota la velha religiosa. De la fin, l'avesque que hasó deishar aqueth rituau permor que'u semblava shens hondament, e tanben, qu'aqueras amassadas e's desarrecavan sovent en taulejadas e pintèras.

Un aute riti qu'èra observat en Gasconha : los carrelhons deu pericle. Quan un crum de periclada e s'auburava lo carrilhoaire qu'èra encargat de pujar tau campanèr per soar lo carrelhon deu pericle. Lo prètzhèit qu'èra d'estremar lo crum deu vilatge. E los poblants que hasèn com lo carrilhoaire, que sortivan per carrera, que trucavan sus topins e bacinas dab objèctes metalics. De tau mòde que lo tarrabast deu tèrrahòrt que davantejava lo deu cèu. La practica qu'estó enebida a la fin de l'Ancian Regimi peus capulats e per la glèisa permor sonque au segle XVIII au un detzenat de campanaires que s'avèn hèit rostir peu hodre aus campanèrs de Gasconha. Autanplan, en 1956, 143 parròpias deu Gèrs que s'i hasèn enqüèra a carrilhoar quan un auratge e s'apressava.

Ne'n caleré pas concluder pr'aquò la paur e la mauhidança qu'èran los sols sentits deus nostes ajòus cap a la periclada. Ençò de la màger part que i èra de hèit ua bera ambivaléncia : lhevat las supersticions lo monde que cranhèvan las manifestacions vriulentas de l'auratge, lo hodre, las borradas, lo delubi e la peirada mes que sabèn tanben ua periclèra arsecosa qu'èra sovent preliminària de la ploja balhosa tant esperada. Shens desbrombar la gaihasença de la baisha de las temperaturas desclavada per l'aigat quan los psiquismes e son espravats per dias, senon setmanas de calor mei anar mei estofadèra. Sus aqueth plan la modernitat n'a pas cambiat arren a la percepcion de la periclada.

Au ras de totas aqueras supersticions, mustra de la cranhença e de l'enlobatada, los ancians que s'i hasèn tanben a observar e compréner la periclada e los fenomèns associats. Aqueras observacions e teorias màgerment a l'escala microclimatica que's trasmetèvan au perhons de las familhas e peus vilatges. Au subjècte de la peirada los nostes davancèrs qu'aparavan qu'existeishen corredèrs empermor deus quaus tau o tau parçan, tau o tau localitat, a còps un sol quartièr de la medisha localitat que seré mei soventes còps peirat au par deus vesins. Ne realizèi pas jamei nat estudi (estatisticas) sus aqueth punt, e totun, ne compti pas mei las situacions quan los vilatges de Bergarona o d'Orion, a l'Èst deu men territòri, los de l'arribèra deu Gave (Atòs, Oràas, Castanheda, ...) a l'oest, e quitament Salias qui's tròba au Nòrd, estón matrassats per crums qui non hasèn qu'entertocar lo men quartièr. Pépé que'm disè qu'èra la Pena de Mu qui mieipartiva e desaviava lo cumulonimbus. A la mea idea aquèth pitèr qui susploma a Castanheda qu'ei tròp a l'oest de la nosta posicion tà destornar crums qui arriban màgerment de la montanha e deu bascoat. Totun ne tira pas arren a la justessa de l'observacion qui s'explica behida per un efeit localizat deu relhèu sus l'anar deus cumulonimbus.

Segon los ancians, qu'existirén tanben endrets mei periclats au par d'autes. E que pensi aquera teoria n'ei pas shens hondament. Au men terrador de Salias e de Sauvatèrra, la honsada deu Molin de Labor e lo tarrèr de Bergarona qui la susploma, que son reputats de memòria perduda per estar tustats mei frequentament peu hodre. E com hoi mantuns còps testimonh d'aqueths periclats, que confirmi ne hè pas bon landerejar per dehòra quan un crum de periclada e passa la linha deu vilatge au-dessús. De hèit, que pensi qu'ei aqueth relhèu impausant deu quartièr las Palomèras a Bergarona au quartièr Beuste d'Orion qui afavora l'aumentacion deus periclats drin mei enlà en forçant mecanicament lo desvolopament verticau deus crums. La compausicion deu sòu que pòt tanben explicar perqué uns parçans que son mei trucats peu pericle.

Sus la vriuléncia de l'auratge que tieni ua teoria interessenta de l'ajòla, Nanci Camogran. Que m'ahortiva lo purmèr d'ua seria que seré lo mei de crànher. De hèit, lo crum de periclada qui apareish purmèr au ser que gaudeish deu maximúm d'energia dispòsta, la vapor d'aiga, la calor de l'èr e deu sòu qui'u hè de radiator. Las probabilitats que sia vriulent que son donc mei granas. Totun que s'i cau tostemps avisar, a còps la purmèra periclièra ne hè pas qu'entertocar la posicion de l'observator o que's desen-hla a quauquas encamadas. Dens aqueth cas lo mei maishant que serà behida l'un deus purmèrs deu seguici. Mes totun que demora mau aisit de prevéder dab certitud la vriuléncia d'un auratge, notadament la deus auratges d'atmosfèr libre qui pòden aparir a tala òra de la nueit.

L'un deus mei grans mistéris lhevats peus davancèrs suu compte de la periclada, qu'ei lo de la bòla de huèc o hodre globulari. Que seré ua esfèra lugrejanta d'un trentenat de centimètres de diamètre qui apareish màgerment au-darrèr d'un eslambrèc segon los testimonhatges. De color jauna a roja mei que tot, per estar policròma, que's dobla e qu'ei sovent davantejada per ua shiulèra o ua petrilhada a las aurelhas. Que pòt demorar o desplaçà's laderament e que l'agradan hera los hius e las presas electricas, de tau mòde que los esperits mei cartesians disen lo fenomèn que resulta d'ua subertension. Mei joen, tau o tau vesin que m'avè assabentat de las observacions soas sus aqueth hèit au parat deu darrèr auratge, mes tot aquerò qu'èra discutible, manca d'elements verificaders. Un dia totun, que'm passè davant deus uelhs. Qu'èri a pescar peu torn deu Molin de Labor a Bergarona quan ua periclada arsecosa e'm forcè a m'endostar devath d'un hangar. Just quan l'aigat baishava e lo pericle hasè com qui s'ataisa en s'estremant que decidii de tornar tau Heurèr permor lo moment quan l'aiga e's trobla en pujar qu'ei un moment de tria entau pescador. Que viení de passar lo molin quan de suscòp, ua shiulèra m'arribè a las aurelhas entant qui las aucas e los guits e's tiravan au mei har deu bacin au devath de la mola. En un tarrabast de mau descríver lo pericle que cadó sus un gran bidau qui s'auborava amont deu molin. E que vedoi ua bòla de huèc a passar com lo vent devath deu molin en seguent lo baniu apuish pujar de cap tau cèu per un aute gran bidau qui's trobava quauques detzenats de mètres en devath. De l'estrangle qui avoi que'm tornèi endostar un bon pausòt devath deu hangar. En 2013 ua equipa de scientifics cinés que s'i escadó peu purmèr còp a filmar ua bòla de huèc dens la natura mes lo fenomèn que demora enqüèra hòrt misteriós. Lo lutzèr com lo diamètre e la velocitat de desplaçament que son hera desparièrs d'ua bòla l'auta. De qui-ne-i a que s'estupan sobtament en petant, d'autas que s'ataisan a petits drins shens brut. Que semblan hera sensivas aus camps electromanhetics e que pòden arribar a ua temperatura estimada de 1700 grats. Ua teoria basada sus la quimia que tien lo hodre en trucant lo sòu qu'esparvolaré particulas de silícium ahuecadas mes tanben d'oxigèn e de carbona qui harén còrda tà formar bòlas qui's van escantir au contacte de l'èr. Per çò de son la fisica deus plamas qu'apara la bòla de huèc que caberé un plasma a basa d'un gas comun deuquau lo pericle averé tirat un o mantuns electrons a un sarròt d'atomas e de moleculas qui's tròban atau ionizats. Totun, aqueras duas teorias ne s'i escaden pas a explicar perqué uns testimonhs e vedón lo hodre globulari a passar frinèstas, avions e quitament parets...

Còps que i a los nostes davancèrs qu'avèn hera plan observat ua hèita mes l'interpretacion qu'èra drin erronea. Los qui an coneishut lo temps d'abans la vienuda sus Tèrra de Sent Frigidari que se'n bremban behida, un còp èra, qu'èra dat de tornejar a un sarròt de preparacions culinàrias (màgerment sopas e saussas), quitament quan caperadas d'un cuberton. E com la benaleja s'avienè sovent dab l'aparida d'ua periclèra, los ancians que metèvan aquò suu compte deu pericle. Dab las avançadas de las coneishenças adara que sabem que son las temperaturas a 30 grats e l'igrometria hauta qui afavoran la multiplicacion de las bacterias a la cauç deu fenomèn e aqueras condicions meteorologicas ne son pas la pròpi deus ambients empericlats.

Sus un darrèr punt totun que'n èi per las pensadas. "L'auratge que bara/ l'auratge que torna, ce'm disèn sovent, autes còps." De hèit, la màger part deu monde que consideravan l'auratge qu'èra un e quan un navèth cumulonimbus e s'apressava que s'imaginavan qu'èra lo purmèr qui avè virat suu parçan e qui tornava. Que pensi que son hera riales los ancians qui non solament an observat a de bon la barada e lo tornar d'un crum d'auratge mes sustot e's vedón via de compréner lo fenomèn. E totun, la hèita qu'apareish, quan ua sistèma auratjós vertadèr e s'estructura los crums que s'organizan en torciròla au torn deu clotet depressionari com las qui podem véder a las animacions satellit e los qui's tròban o qui demoran au ras o devath deu clotet que pòden véder a passar dus o tres còps un cumulonimbus qui a tornejat suu parçan. Dens lo men parçan de Salias, que vedem (rialament) sistèmas auratjós a arribar per las Pireneas au matin apuish tornar au vrèspe o au ser per Dacs e las Lanas.

Quan ajam pro arridut, quan nse siam pro trufats deus nostes ancians dab las loas paurs paurugas, los lors créders capvariats e ritis vueits, be'ns calerà encarar a la vertat. Lhevat las supersticions, las avançadas de la coneishença suu compte de la periclada n'an pas tirat gran causa de la nosta enlobatada e subertot deu noste prehòc quan s'enten lo pericle. Permor la coneishença n'ateuna pas lo risc e l'auratge que sèrva ua bera part de mistèri au dia de uei. Mei qu'aquò, la sciéncia que lheva navèras enigmas e donc navèras pistas de cèrcas a fin e a mesura qui avança. Perqué los crums e produseishen eslambrècs qui pujan de cap tau subercèu ? Perqué, e de quin mòde pòden eméter arrais gamma, gets d'electrons e quitament d'antimestior ? E se horneishi uas teorias scientificas recentas que tienen la periclèra (e lhèu los volcans) qu'afavoraré las reaccions quimicas e los aliençatges a la cauç de l'aparida de la vita sus Tèrra que compreneratz miélher perqué n'avem pas acabat de'ns pelar la question de l'auratge.

 Au moment de clavar aqueth article d'estiu suu hèit deus auratges en Gasconha que'm sembla important de brembar lo ròtle màger qui avón dens la perennizacion de las civilizacions agrèstas au-delà deus lors arrevirèris coneishuts. La periclada qu'ei lo sol fenomèn meteorologic qui's ved via d'adaigar los casaus e los camps, mes tanben de tiéner drin lo nivèu de las jaças freaticas quan lo flumi pertorbat oceanic ei travat çò qui apareish mei anar mei sovent a noste de junh a setème. La desaparida sancera deus auratges que questionaré lèu la nosta subervita en aquera contrada qu'un mentavut Auguste avè batiada lo "país de las aigas." E saberam sauvar l'abitabilitat de la nosta tèrra entaus arrèrhilhs ? Qu'at voi créder...

Adishatz !

 Quel orage !

L'orage est un des marqueurs de nos étés, l'évènement météorologique qui suscite la plus grande ambivalence de sentiments aussi. Si on le craint à cause de la foudre et de la violence potentielle des éléments on l'espère toutefois parce qu'il peut irriguer les jardins et les cultures alors que le flux des perturbations atlantiques est souvent affaibli sinon arrêté de juin à septembre. Dans la traversée de cet été désespérément chaud et asséché, peut-être poussé par la nostalgie et l'inquiétude, il me semble opportun de publier un article sur ce thème.

Les parties prenantes et leurs spécialités

La survenue d'un orage est le résultat de facteurs en covariation : lo soleil, qui réchauffe les sols, les mers et l'atmosphère, l'air qui a la propriété de s'élever au fur et à mesure qu'il se réchauffe, et la vapeur d'eau qui est la matière première de tout nuage et un des moteurs des phénomènes atmosphériques. L'air peut être contraint de s'élever mécaniquement par la presence d'une colline ou d'une chaîne de montagne, c'est ce qui explique pourquoi les orages sont plus fréquents en montagne. La condensation de la vapeur d'eau est à l'origine de la formation des nuages et des cumulus. Parmi lesquels certains nous intéressent particulièrement parce qu'ils ont un rôle dans la naissance et le déroulement des orages.

Les premiers protagonistes, qu'il est bon de savoir identifier pour tous les adeptes d'activités de nature, notamment les randonneurs, sont les altocumulus. Les altocumulus sont des cumulus des étages moyens de la troposphère, leur base se situe entre 2000 et 6000 mètres d'altitude. C'est un cumulus "sociable", on le voit rarement isolé dans le ciel, il forme des bancs, des rues ou des couches. Il peut se dissiper aux heures les plus chaudes de la journée et reparaître le soir ou dans la nuit et jusqu'aux premières heures de la matinée. Sa présence trahit une instabilité des étages moyens de l'atmosphère et les plus avisés comprennent d'emblée qu'il y a un risque d'averse ou d'orage dans les heures qui suivent. Parmi les altocumulus, seuls les altocumulus castellanus qu'on reconnaît aisément à la présence de tours au-dessus de la base, peuvent aboutir à un orage. Si l'étage moyen de l'atmosphère où ils évoluent devient plus instable, ils peuvent abaisser quelque peu leur base et fusionner tout en se développant fortement en hauteur pour se transformer en cumulonimbus, ou plutôt altocumulonimbus. Ces altocumulonimbus peuvent mesurer jusqu'à 6000 mètres d'épaisseur et déclencher des orages toniques et copieusement arrosés. Les altocumulus floconneux (altocumulus floccus) qui ressemblent d'autant plus aux altocumulus castellanus qu'ils sont souvent le résultat de la sape de leur base, n'ont pas le pouvoir de leurs géniteurs mais sont également associés aux célestes ambiances qui sentent l'orage.

Cependant point n'est besoin de monter si haut pour observer la naissance et le développement de la plupart des nuages d'orage car la convection démarre souvent à des couches plus basses de l'atmosphère, parfois dès 300 mètres au-dessus du sol seulement et les randonneurs en montagne sont souvent aux premières loges. Prenons pour exemple une journée d'été classique dans les Pyrénées. La nuit et la matinées furent limpides en raison de la baisse des températures. Vers 10 à 11 heures du matin on voit de petits cumulus se former près des sommets et des cirques, là où le réchauffement de l'atmosphère a démarré la convection. La plupart de ces petits cumulus, de type cumulus humilis, vont survivre un moment puis se dissiper. Quelques uns toutefois, pris par une convection plus forte, pourront s'ériger en cumulus de plus grande envergure, les cumulus mediocris. Si la convection le permet, non seulement le développement vertical du cumulus va se poursuivre mais elle peut s'accélérer et prendre l'aspect bourgeonnant caractériistique du cumulus congestus, l'un des crums les plus puissants de l'atmosphère. Lo cumulus congestus est le jeune frère du cumulonimbus, ou plutôt un aspirant cumulonimbus si le processus aboutit à un orage. On le reconnaît souvent à son aspect en choux-fleur, commune aux grands cumulonimbus calvus. Comme leurs ainés, et parfois los altocumulus castellanus, les cumulus congestus sont plus hauts que larges, ce qui est le principal critère de différenciation des cumulus convectifs par rapport aux autres types de nuages. D'une extension verticale entre 3 et 7 kilomètres de l'hiver à l'été ils ne dépassent guère les 7000 mille mètres d'altitude et que peuvent générer de fortes averses avec de la neige et du grésil en hiver mais ni grêle ni foudre parce que leur sommet n'est pas assez froid pour que les gouttes d'eau portées par le courant ascendant de l'ordre de 10 mètres par seconde non seulement gèlent durablement mais encore qu'ils se chargent négativement en s'entrechoquant. Si le cumulus congestus n'atteint pas le stade de cumulonimbus, ce qui arrive souvent lorsque la base est sapée par l'arrivée d'un vent horizontal plus froid en basses couches, la partie supérieure peut survivre un bon moment en autonomie en donnant de la pluie continue ou des averses. On parle alors d'altocumulus cumulocongestogenitus, ou cumulogenitus.

Tout en haut de l'échelle du développement convectif le nuage d'orage par excellence, l'un des plus photogéniques aussi, est le cumulonimbus. À partir d'une base qui dépasse rarement les 3500 mètres d'altitude le cumulonimbus s'élève jusqu'à 8000 à 18 000 mètres, si ce ne sont 21 000, selon la saison. Non seulement le sommet peut percer la tropopose, une zone de transicion entre la troposphère et la stratosphère, plus haute en été qu'en hiver et qui se situe généralement à 17 kilomètres d'altitude à l'équateur contre 9 aux pôles, mais il peut pousser loin dans la stratosphère. Il y a deux grades de cumulonimbus, le cumulonimbus "chauve" (cumulonimbus calvus) qui est l'étape suivante de l'ascension d'un cumulus congestus et le cumulonimbus "chevelu" (cumulonimbus capillatus.) Le cumulonimbus calvus présente encore un sommet principalement net, floconneux, en choux-fleur avec quelques cheminées proéminantes déjà lissées par le gel de l'altitude. Il peut engendrer des averses diluviennes, des bourrasques de vent froid descendant vers le sol, mais les éclairs restent au seiin du nuage et la grêle est rare. Le cumulonimbus chevelu prend un aspect plus lisse ou fibreux et que s'aplatit tout en prenant l'alure d'un panache ou d'une enclume de cirrus au fur et à mesure que les gouttelettes portées par le courant ascendant gèlent et que celui-ci arrive à la limite physique de la tropopose. Pour les plus observateurs, les sommets bourgeonnants qu'on voit traverser l'enclume du nuage d'orage sont le fait des courants ascendants les plus puissants, plus de 40 mètres par seconde, mais on en a mesuré à plus de 300. Ces domes bourgeonnants qui défient quelque peu les lois de la physique sont la signature des orages les plus violents avec des chutes de grêle, de la pluie diluviennes, des coups de vent tempétueux et possiblement des tornades, qui sont souvent le fait du cumulonimbus capillatus. L'espérance de vie d'un cumulonimbus a été estimée à une heure environ. Comme dans le cas du cumulus congestus ou du cumulonimbus calvus, l'activité du cumulonimbus capillatus faiblit puis cesse quand l'alimentacion du courant ascendant est coupée, avec la baisse de la température en soirée, ou quand une arrivée d'air frais sape la base, ce qui se produit souvent avec la brise de mer chez nous. Dans ce cas les étages moyens du défunt cumulonimbus se vident de leur dernière pluie mais l'enclume peut survivre longtemps et suivre le courant d'altitude sur des centaines de kilomètres. De telle sorte que nous pouvons tous voire des restes d'orages qui ont éclaté très loin de notre position. On appelle ce nuage un cirrus spissatus (cirrus spissatus cumulonimbogenitus.) Ce moment où le nuage d'orage perd son activité électrique mais se déleste encore de pluie, qui peut être copieuse, correspond sans doute à ce que mes aïeux, qui aiguisèrent si bien ma passion de la nature au sens large, appelaient "orage sas tonnerre."

Le nuage d'orage est également associé aux systèmes et cyclones tropicaux. Le mur qui entoure l'oeil des ouragans est fait de cumulonimbus. À ce propos je me souviens d'un soir, à la fin du mois d'août dans les années 1995 à 2000. Un ancien cyclone qui avait péri en remontant l'Atlantique avait apporté de la vapeur d'eau et des restes d'air tropical en traversant le Golfe de Gascogne. Sauf que ces restes avaient dérivé vers les côtes basques et landaises. De telle sorte qu'à la nuit tombée, ua nuit très claire de pleine lune, se produisit un spectacle étonnant et très rare sous nos cieux : des orages tropicaux. Les cumulonimbus étaient comme des colonnes très haut perchées ou des chandelles illuminées, la base était étroite, l'enclume presque inexistante. Ils lâchaient deux ou trois éclairs de couleur blanche, comme ceux d'hiver, suivis de coups de tonnerre secs et l'averse, d'une intensité exceptionnelle, se déclenchait, comme si on versait un seau. Elle durait une à deux minutes puis cessait, soudainement, comme elle s'était déclenchée... jusqu'au cumulonimbus suivant.

Les cumulonimus peuvent également offrir un spectacle très rare (sauf en montagne) et très beau, les orages de neige. Certes, nous voyons parfois tomber un peu de neige par isothermie sous les cumulus des giboulées parce que l'intensité des précipitations fait baisser la température aux alentours de 0° au niveau du sol. Mais ces chutes de neiges sont généralement courtes et ne tiennent pas. Bien que ressemblant assez aux giboulées les orages de neige apparaissent lorsque l'air est encore plus froid en hiver, ou quand une masse d'air arctique survole les eaux plus douces de la mer et peuvent générer des dizaines de centimètres de neige en quelques minutes avec des flocons de la taille d'une orange. Pour ma part, j'ai eu la chance d'observer ce phénomène deux fois seulement, toujours au vingtième siècle, au cours de la vague de froid de janvier 1987 où on atteignit 45 cm de neige tassée dans le parc de la maison, et en 1990, le 10 décembre au soir où une bonne vingtaine de centimètres était tombée en une heure, et je ne suis pas sûr que les nouvelles générations en auront la possibilité car les situations propices à la neige sont en régression d'une manière générale.

Il existe une technique sûre et très judicieuse pour deviner les courants ascendants les plus puissants aux extrémités bourgeonnantes des cumulus, cumulus congestus comme cumulonimbus calvus, ceux qui ont le plus de probabilités d'aboutir à un orage et donc de vous mettre en danger si vous vous trouvez à l'extérieur et loin de tout abri : ce sont les pileus, cirrus en forme de coupole plus ou moins translucide qui coifent les sommets bourgeonnants les plus dynamiques.

Les quatre saisons de l'orage

Quand on parle d'orage, on pense d'emblée à ceux qui éclatent en été, de juin à septembre. Or l'orage peut être entendu tout au long de l'année et dès le 1er de l'An. Les orages d'hiver qui arrivent principalement du nord ou de l'Océan Atlantique se déclenchent de novembre à mars à l'arrière des perturbations et/ou dans lo flux des giboulées. Ce sont des orages d'air froid, le développement des cumulonimbus est donc moindre, l'averse est généralement brève et accompagnée de grésil et parfois de neige fondante. Pourtant il ne faut pas s'y fier, les éclairs des orages d'hiver sont de couleur blanche, plus puissants que ceux d'été et peuvent griller des appareils électriques à l'intérieur.

Entre la fin du mois de mars et le début du mois de mai selon les années, parfois faisant suite à une période de giboulées, peu à peu le flux d'altitude tourne au sud-ouest ou au sud et avec la hausse du mercure l'atmosphère instable favorise le développement de cumulus en après-midi. Et vers 16 à 19 heures en soirée à l'inversion des températures, ces châteaux d'eau plus élevés que ceux des giboulées mais pas autant que ceux de l'été produisent des coups de tonnerre puis se résorbent en averses de telle sorte qu'au crépuscule le ciel a retrouvé sa limpidité. Ces manifestations électriques qui occasionnent principalement des averses modérées et qui peuvent survenir dès janvier si la douceur/chaleur est précoce sont classifiées "orages de printemps."

Au fur et à mesure que nous avançons dans le mois de mai, avec la chaleur plus forte, l'atmosphère se met à bâtir des châteaux d'eau de plus belle envergure, a l'origine d'orages plus intenses, de coups de vent plus puissants, d'averses plus drues si ce n'est diluviennes, et de chutes de grêle, le cas échéant. Ici commence le règne de l'orage d'été qui peut durer parfois jusqu'au mois d'octobre.

Dans le courant de l'automne les orages régressent, toutefois il n'existe pas d'orage typique de l'automne et le plus souvent on passe directement des orages d'été aux averses froides accompagnées de coups de tonnerre de l'hiver à partir de novembre.

L'orage d'été est, et de loin, le plus redoutable pour tout un chacun mais aussi le plus spectaculaire pour les fondus. Des gens qui, dès qu'une possibilité de cellule orageuse s'ébauche sur les super-ordinateurs de la météorologie, sont capables de prendre le volant en sortant du travail et de rouler à tombeau ouvert des centaines de kilomètres par autoroute pour avoir la chance de photographier une supercellule, un arcus, le rideau d'une chute de grêle ou, gratification suprême, le vortex d'une tornade.

Petite typologie des orages (basée sur les orages d'été)

De mai à octobre trois grandes catégories d'orage se partagent le ciel gascon. Le premier est "l'orage de chaleur" qui se déclenche l'après-midi ou le soir au fur et à mesure que l'atmosphère se déstabilise en se réchauffant. On voit des châteaux d'eau se dresser sur les montagnes ou à l'intérieur de la Gascogne (Landes, Gers, Est Béarn, Bigorre). Ces orages qui peuvent se montrer violents et fortement pluvieux sans remettre en question la chaleur peuvent se produire plusieurs après-midis d'affilée et finir par se généraliser. Comme les orages de printemps ou les averses en hiver ils sont en relation avec ce qu'on appelle en météorologie l'évolution diurne.

Los orages pré-frontaux qui arrivent chez nous des Pyrénées, du Pays Basque et/ou de l'Océan dans un flux de Sud-ouest sont des orages qui précédent l'arrivée d'un front perturbé ou ce qu'il en reste. Ils sont la traduction concrète de la déstabilisation de l'atmosphère per l'arrivée d'air plus en altitude. Ils peuvent s'avérer violents, copieusement pluvieux et s'organiser en lignes de grain longues de centaines de kilomètres à la zone de contact entre la chaleur, qui monte vers le nord ou le nord-est à l'avant, et le froid poussé par le vent d'ouest ou de nord-ouest à l'arrière. La ligne de grain matérialise la ligne de conflit entre l'air chaud et l'air froid, la victoire du second, presque certaine, est marquée par une bascule soudaine et violente du vent au nord-ouest, la Galerne, trait saillant du climat Gascon d'autant plus redoutable que sa formation ne laisse guère de temps à ses victimes pour s'abriter.

Si la plupart des orages se forment selon le cycle diurne et avec la base des cumulus à quelques centaines de mètres du sol seulement, los orages d'atmosphère libre et/ou les orages élevés/d'altitude s'érigent et se déclenchent à partir de couches atmosphériques plus hautes. Dans ce cas l'instabilité est présente à l'étage des altocumulus qui ont non seulement la propriété de pouvoir abaisser un peu leur base, mais surtout de se développer fortement en hauteur pour se transformer en cumulonimbus. Comme ils ne suivent pas la règle de formation diurne des autres orages ces orages d'atmosphère libre se déclenchent souvent en pleine nuit ou en début de matinée. Les orages d'atmosphère libre sont (ou plutôt étaient, malheureusement !) très répandus en Gascogne. Ils y sont favorisés par les "panaches ibériques" ou "sahariens" : ce sont des panaches d'air chaud soulevés par les dépressions thermiques ibériques. En franchissant les Pyrénées dans un flux de sud-ouest qui les transportera jusqu'au nord de l'Europe parfois, ils surplombent de l'air plus froid qui arrive du Golfe de Gascogne. Le forçage à l'origine de l'orage est donc une advection de chaleur et de vapeur d'eau à l'étage moyen de la troposphère. Ces orages peuvent surprendre, les prévisionnistes ne les devinent pas toujours sur les modèles, de plus, comme la base est plus haute, le ciel ne noircit pas autant qu'à son habitude avec les autres types d'orage et la plupart des gens ne les anticipent pas.

Provenance et circulation des orages

La formation et le déplacement des orages suit la circulation générale de l'atmosphère ou déviations régionales si ce n'est locales. En Gascogne il existe des systèmes orageux communs à toute la région et d'autres spécifiques au climat et à la situation géographique de chaque terroir. Ainsi, vers Bordeaux et Arcachon on voit souvent des cellules orageuses actives qui arrivent par le Golfe de Gascogne et remontent vers le Médoc et l'estuaire sans que le reste de la Gironde et de la région soit affecté. La Gascogne orientale, de son côté, est parfois touchée par des orages qui se forment de l'autre côté de la Garonne, sur le Massif Central et sur les Causses et qui arrivent dans un flux d'est ou de nord-est. Enfin, le long de la chaîne des Pyrénées, l'orage déborde régulièrement sur les localités du piémont, Mauléon, Oloron, Pau, Tarbes,... Dans mon pays de Salies et de Sauveterre la plupart des orages viennent des Pyrénées, du Pays Basque ou des vallées béarnaises. Plus rarement ils peuvent nous arriver de Bigorre en passant par la Vath Vielha. Si ces deux catégories d'orages sont aussi redoutables ceux qui descendent des vallées béarnaises sont principalement des orages d'été tandis que ceux qui arrivent du Pays Basque sont souvent des orages qui précédent un changement de temps, ou d'instabilité à l'arrière d'un front. Mais nous arrivent, surtout par temps de fournaise, des orages de Chalosse ou du Gers qui peuvent se révéler violents. Et exceptionnellement la bascule du vent au nord-ouest peut faire descendre des orages qui circulaient entre Mont-de-Marsan et Dax mais qui paviennent difficilement à franchir les limites du département des Landes. Ceux qui réussissent peuvent se montrer cataclysmiques lorsqu'ils frappent la Cité du Sel. Dans la nuit du 5 au 6 juin 1998 c'est un orage de cette famille qui bombarda la ville et ses environs tout en provoquant une crue mortelle du Saleys. Mes parents m'avaient parlé d'énormes grêlons en forme de boomerangs ou de croissants.

Pour si étonnant que cela paraisse, en été rares sont les orages qui arrivent de l'ouest, de la haute mer. En une quarantaine d'années d'observation je n'ai eu l'occasion d'en observer qu'à trois reprises, au mois de juillet 1987, en juin 1989 et en août 2020. Toutefois, ces orages se sont toujours révélés bien pluvieux.

Déclenchement et violence des orages

L'activité orageuse démarre plus facilement quand l'énergie présente dans l'atmosphère, et donc le dévoloppement des cumulus est à son maximum. En général entre 4 h de l'après-midi et 9 h du soir. Souvent le facteur déclenchant est une baisse de la température de quelques degrés au moment de l'inversion qui crée un déséquilibre. La même inversion déclenche également des orages entre 6 et 9 h du matin. Sinon l'orage peut suvenir à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, de 11 du soir à 2 h du matin comme de midi à 2 h de l'après-midi par exemple.

Pour les météorologues la question de la violence d'un orage ne se pose pas. L'orage est un des phénomènes les plus violents de l'atmosphère vu que son principal effet est la production de décharges électriques qui blessent et tuent de nombreux individus chaque année sur la planète. Et la foudre peut frapper à plusieurs kilomètres de part et d'autre du cumulonimbus dont elle émane. Un éclair libère une énergie électrique d'environ 280 mille kilowatts/heure, 1 gigajoule environ, et certains chercheurs essaient de capter cette énergie en tant qu'énergie renouvelable mais, le plus difficile est d'inventer les technologies pour stocker cette électricté. Avec les orages les éruptions volcaniques, les tempêtes de sable et la réaction thermonucléaire sont un des rares phénomènes physiques connus qui génèrent des éclairs. La vriuléncia d'ua periclada que's mesura purmèr a la soa intensitat electrica e aquera qu'ei foncion de l'energia dispòsta dens l'atmosfèr, mes tanben au sòu. Los sòus subercauhats per setmanas de sorelhèra e de sequèra que foncionan com radiators devath la basa deus crums. La violence de l'orage dépend aussi de la densité des cumulonimbus dans le ciel. Moins il y a de cumulonimbus, plus l'énergie disponible pour chacun est grande. À tel point que parfois une cellule est capable de vampiriser les autres et on voit alors des formations géométriques de jeunes cumulus converger vers elle pour l'alimenter. Et la violence des éléments (bourrasque, pluie torrentielle, chute de grêle, etc) résulte de son activité électrique elle même déterminée par la puissance de développement vertical du cumulonimbus. Il existe des orages dits "secs", parce que le tonnerre claque sec, un bon moment dans les environs sans que tombe la moindre goutte de pluie. Ces orages sont très redoutés par les anciens parce qu'ils ont souvent la grêle dans leur sillage ou peuvent déclencher des incendies.

Le déchaînement des éléments se produit à l'arrière du cumulonimbus, dans le courant d'air froid qui descend vers le sol. Son arrivée est précédée et mercada par le passage d'une formation nuageuse très noire et quelque peu effrayante, appelée arcus parce qu'elle s'organise en arc-de-cercle ou en fer à cheval, à la base du cumulonimbus. Ce ventre noir comme la plaque de la cheminée provoque parfois des nuits en plein jour et souvent étouffe un peu le vacarme de l'orage jusqu'au dernier moment de telle sorte que les moins attentifs peuvent se faire prendre. Le passage de l'arcus est presque toujours suivi d'une averse diluvienne mes celle-ci peut se doubler de bourrasques de vent descendant très violentes qui couchent les cultures (maïs) et d'une chute de grêle.

La grêle naît au sein des cumulonimbus les plus puissants. Les gouttes d'eau sont transportées jusqu'au sommet du château d'eau par le courant ascendant situé à l'avant et gèlent. Mais comme elles sont trop légères pour traverser le vent horizontal qui s'accélère avec la formation du cumulonimbus elles sont reprises par le courant ascendant et retournent au sommet de l'enclume où elles se couvrent à chaque fois d'une épaisseur de glace jusqu'à ce qu'elles soient assez lourdes pour traverser le vent horizontal et tomber.

Evolution des orages dans le contexte du réchauffement climatique

Par delà leur violence et leurs dégâts potentiels les orages sont la condition sine qua non de l'agriculture et de la vie en Europe du Sud, en été. Et il nous faut aborder un peu la question de l'évolution des orages dans le contexte du réchauffement climatique. Une certaine logique voudrait que la hausse des températures soit corrélée à une augmentation de la frequence des orages. De fait, ce n'est pas ce que nous constatons chez nous car la hausse globale du thermomètre entraîne avant tout un changement de position moyenne des centres d'action dans l'atmosphère, de circulation des masses d'air et donc le changement est décliné par zones géographiques. La hausse globale des températures au fil des décennies, surtout depuis les années 1990, a dilaté jusqu'au point de rupture le cadre chronologique de l'été en Gascogne. Aujourd'hui nos étés précèdent la fin du mois de mai et débordent de plus en plus sur le mois d'octobre. En théorie la fenêtre d'occurrence des orages dits d'été que s'est agrandie et dans la réalité des orages d'été sont désormais observés de mai à octobre. Sauf que l'expansion de l'été va de pair avec une multiplication des situations, des récurrences et des blocages anticycloniques au-dessus de l'Europe. Avec pour conséquence un fort asséchement de l'atmosphère. Or sans vapeur d'eau pour former des cumulus, puis des châteaux d'eau, le ciel n'arrive pas à former des orages. Les jours avec orage sont de plus en plus rares en Gascogne aux mois de juillet et d'août. Dans ma prime jeunesse, les étés étaient beaucoup plus orageux chez nous qu'aujourd'hui en général. L'instabilité pouvait durer des semaines sinon tout le mois. Le soir, avec ma grand-mère nous regardions les grands cumulonimbus et leur enclume illuminer les Pyrénées à l'imitation d'un diadème posé sur les hauts sommets. Quel spectacle ! À présent la chose est devenue beaucoup plus rare. En plaine on peut passer plusieurs semaines sans entendre le tonnerre au coeur de l'été et même en montagne les développements diurnes sont en recul. Il reste pour l'essentiel des orages pré-frontaux qui matérialisent un changement de flux et de masse d'air en altitude et cette phase de transition dure rarement plus de deux ou trois jours. Toutefois, bien que les orages soient de plus en plus clairsemés en plein été ils n'ont rien perdu de leur potentiel dévastateur, au contraire, avec les étés de plus en plus chauds les rares orages qui parviennent encore à éclater peuvent mobiliser davantage d'énergie présente dans l'atmosphère et dans le sol.

Pour autant il ne faut pas en arriver à la conclusion qu'il y aurait moins d'orages aujourd'hui que lors des décennies précédantes. Les orages ont régressé en plein été parce que le coeur de cette saison est de plus en plus sec mais le tonnerre retentit un peu plus souvent souvent le reste de l'année, de février à avril ou en octobre et novembre par exemple. Dorénavant l'évolution des orages en Gascogne (et au delà) sera indexaée sur l'hygrométrie du climat. Dans un climat plus sec il y aurait plutôt moins d'orages mais potentiellement plus intenses, dans un climat plus humide les jours avec orage tendraient plutôt à augmenter mais leur violence serait davantage diluée puisqu'il faudrait répartir l'énergie entre davantage de cumulonimbus (avec cette réserve que l'énergie disponible elle même tend plutôt à augmenter avec le réchauffement.)

Romantisme, arts, imaginaire populaire et culture empirique.

L'orage occupe une place à part dans la culture populaire. À tel point qu'il serait l'étincelle d'où naîtraient certains sentiments et certaines liaisons amoureuses. Qui parmi nous n'a jamais entendu parler du coup de foudre, de l'amour au premier regard, le "love at first sight" des anglais, pour décrire la naissance instantanée et quelque peu irrationnelle de l'amour entre deux individus ou envers une personne, fût-ce une attirance physique ? Et quand on dit communément "il/elle a flashé" (sous-entendu "sur elle/sur lui") cela renvoie bien sûr au jet de lumière de l'appareil photographie mais également à la soudaineté de l'éclair.

Dans le domaine des arts cette fulgurance de l'éclair et plus encore du coup de tonnerre suscita l'intérêt de nombreux créateurs inspirés : c'est devenu un procédé commode pour suggérer l'effet de surprise, de sidération, le coup de théâtre, le coup du sort et la transformation (super héros, ...) Cela dit, rassurez-vous, point n'est besoin d'être un artiste pour être frappé, parfois, par un éclair de génie.

Dans l'imaginaire populaire d'autrefois, l'orage était traditionnellement relié à des forces maléfiques et, dans lo reférentiel judeo-chrétien qui servais de cadre à nos ancêtres, c'étaient les curés qui étaient charger de le conjurer à force de rogations, processions ou en jetant de l'eau bénie en direction des nuages noirs, entre autres. Les croyances les plus fantaisistes couraient sur le compte des éclairs. On disait qu'ils étaient la manifestation d'un combat entre la Sainte Vierge et les démons, qu'ils pouvaient faire perdre la tête aux gens, flanquer la gale aux enfants. On croyait que le tonnerre était l'expression de la colère des dieux ou la création de Satan. Cependant, on soutenait également qu'il ne frappait pas deux fois au même endroit et ne touchait jamais une personne endormie. Et on s'efforçait de l'éloigner avec des cierges et de l'eau bénie.

Les superstitions touchant à l'orage ne se limitaient pas aux croyants. Descartes lui-même partageait l'avis très répandu que la foudre pouvait se transformer en pierre. Au nom de cette croyance de nombreuses personnes que s'imaginaient que c'était la foudre qui créait les outils préhistoriques en pierre et priaient Saint Pierre de les protéger des méfaits de l'orage.

- Tu entends ? Ils déménagent les meubles là-haut, disait mon père au premier coup de tonnerre. En allant vers le centre de la France on pensait plutôt que c'était Satan battait sa femme et en Lorraine, soit que Dieu était en colère, soit qu'il jouait aux quilles ou qu'il nettoyait ses barriques.

Pour si délirantes qu'elles puissent paraître il existait des interprétations périodiques et chronologiques en fonction du jour de la semaine ou du mois de l'année où survenait l'orage. Si on entendait le tonnerre un lundi cela présageait la mort d'une épouse, le mardi une bonne récolte, le mercredi c'était une femme de mauvaise vie qui allait mourir, le jeudi c'était un signe de prospérité, le vendredi cela annonçait des querelles ou des guerres, le samedi cela présageait la maladie, la mort, la sécheresse et de mauvaises récoltes et le dimanche de la mort d'un haut dignitaire ou d'un membre du clergé.

Les interprétations baséess sur l'occurrence de l'orage en fonction du mois de l'année font davantage sens parce qu'on y perçoit un essai de prévisions météorologiques annuelles appliquées à l'agriculture, du niveau de celles qu'on pouvait lire jadis dans le calendrier de la Poste. Si Martin (c'est ainsi qu'on appelait le tonnerre chez nous) éclatait en janvier c'était le signe d'une année de mauvais temps pour l'agriculture avec beaucoup d'orages. Au contraire, s'il éclatait en février cela augurait d'une bonne année pour les paysans, pour les vignerons à fortiori. En allant vers l'Est et le Nord de l'Europe l'orage de mars était suspecté de précéder de mauvaises récoltes. Inversement, la récurrence d'orages en avril et mai prédisait de bonnes récoltes et un ambiance favorable à l'agriculture. S'il tonnait au début du mois de juin c'était bon pour la paille, en revanche, une deuxième quinzaine de juin orageuse semait la désolation du vigneron. Les mois de juillet chauds appelaient des automnes orageux, croyait-on, tandis que les mois d'août orageux auguraient de bonnes récoltes mais avec beaucoup de maladies. S'il tonnait en septembre il fallait se préparer à beaucoup de neige à Noël, alors que les mois d'octobre orageux favorisaient plutôt des vendanges abondantes. Pour terminer, l'orage de novembre et décembre était plutôt interprété comme un signe d'hiver très doux.

En Languedoc la foudre et le tonnerre étaient reliés au culte de Sainte Agathe qui avait quelque peu allure de sorcière selon nombre de chrétiens. Les gens se rassemblaient dans l'église le 5 février (jour de Sainte Agathe.) On sonnait les cloches à tout rompre pendant toute la vigile. Finalement, l'évêque fit cesser ce rituel parce qu'il lui semblait sans fondement, et aussi, parce que ces réunions dégénéraient souvent en banquets et beuveries.

Un autre rite était observé en Gascogne : les carrillons de l'orage. Quand un nuage d'orage se profilait à l'horizon le carrilhonneur était chargé de monter dans le clocher pour sonner le carrillon de l'orage. L'objectif était d'éloigner le nuage du village. Et les habitants faisaient comme le carrillonneur, ils sortaient dans la rue, frappaient sur des marmites et des bassines avec des objets métalliques. De telle sorte que le vacarme du plancher des vaches devançait celuis du diel. La practique fut interdite à la fin de l'Ancien Régime par les politiques et par l'église parce que pour le seul 18° siècle, une dizaine de sonneurs s'étaient faits griller par la foudre dans les clochers de Gascogne. Malgré tout, en 1956, 143 paroisses du Gers persistaient à carrillonner quand un orage s'approchait.

Il ne faudraut pas pour autant en conclure que la peur et la méfiance étaient les seuls sentiments de nos ancêtres face à l'orage. De fait, la plupart étaient en fait habités par une forte ambivalence : mis à part les superstitions les gens craignaient les manifestations violentes de l'orage, la foudre, les bourrasques, le déluge et la grêle mais étaient également conscients qu'un orage intense était souvent le préalable de la pluie abondante tant attendue. Sans oublier les bienfaits de la baisse des températures déclenchés par les abats d'eau alors que les psychismes sont éprouvés par des jours, si ce ne sont des semaines de chaleur de plus en plus étouffante. Sur ce plan la modernité n'a rien changé à la perception de l'orage.

À côté de ces superstitions, illustration de leur crainte et de leur fascination, les ancians que s'appliquaient aussi à observer et comprendre l'orage et los phénomènes associés. Ces observations et théories pour l'essentiel à l'échelle microclimatique se transmettaient au sein des familles et dans les villages. Au sujet de la grêle nos aînés soutenaient qu'il existent des couloirs en vertu desquels tel ou tel secteur, telle ou telle localité, parfois un seul quartier de la même localité serait plus souvent grêlé que ses voisins. Je n'ai jamais réalisé la moindre étude (statistiques) sur ce point, et cependant, je ne compte plus les situations où les villages de Burgaronne ou d'Orion, à l'Est de mon territoire, ceux de la plaine du Gave (Athos, Oràas, Castagnède, ...) à l'ouest, et même Salies qui se trouve au Nord, furent matraqués par des cumulonimbus qui ne faisaient que frôler mon quartier. Pépé me disait que c'était la Pène de Mu qui scindait et déviait le cumulonimbus. À mon avis cette proéminence qui surplombe Castagnède est trop à l'ouest de notre position pour dérouter des cumulonimbus qui arrivent principalement de la montagne et du Pays Basque. Toutefois cela ne retire rien à la justesse de l'observation qui s'explique sans doute par un effet localisé du relief sur l'évolution des cumulonimbus.

Aux dires des anciens, certains endroits seraient également davantage frappés par la foudre que d'autres. Et je pense que cette théorie n'est pas sans fondement. Dans mon terroir de Salies et de Sauveterre, le bas-fond du Moulin de Labour et la colline de Burgaronne qui le domine, sont réputés depuis des temps immémoriaux pour être plus fréquemment touchés par la foudre. Et pour avoir été plusieurs fois témoin de ces impacts, je confirme qu'il ne fait pas bon traîner au dehors dans ce secteur lorsqu'un nuage d'orage dépasse la ligne du village au-dessus. De fait, je pense que c'est le relief imposant depuis le quartier las Palomèras à Burgaronne jusqu'au quartier Beuste d'Orion qui favorise l'accroissement des impacts de foudre un peu plus loin en forçant mécaniquement le développement vertical des cumulonimbus. La composition du sol peut aussi expliquer pourquoi certains secteurs sont davantage frappés par la foudre.

Sur la violence de l'orage je tiens une théorie intéressante de mon aïeule, Nancie Camougrand. Elle me soutenait que le premier d'une série serait le plus redoutable. En réalité, le nuage d'orage qui survient en premier le soir jouit du maximum d'énergie disponible, la vapeur d'eau, la chaleur de l'air et du sol qui lui tient lieu de radiateur. Les probabilités qu'il soit violent sont donc plus grandes. Toutefois il ne faut pas toujours s'y fier, parfois le premier orage ne hè pas que frôler la position de l'observateur ou se dégonfle à quelques hectomètres. Dans ce cas le plus dangereux sera sans doute l'un des premiers du cortège. Mais au bout du compte il reste assez difficile de prévoir avec certitude la violence d'un orage, notamment celle des orages d'atmosphère libre qui peuvent survenir à toute heure de la nuit.

L'un des plus grands mystères soulevés par nos ancêtre au sujet de l'orage, est celui de la boule de feu ou foudre globulaire. Il s'agirait d'une sphère lumineuse d'une trentaine de centimètres de diamètre qui apparaît principalement après un éclair selon les témoignages. De couleur jaune à rouge en général, bien que polychrome, elle se double et est souvent précédée par une sifflement ou un crépitement aux oreilles. Elle peut faire du sur-place ou se déplaçer horizontalement et a un faible pour les fils et les prises électriques, tant et si bien que les esprits les plus cartésiens disent que le phénomène résulte d'une surtension. Plus jeune, tel ou tel voisin m'avait fait part de ses observations sur ce sujet à l'occasion du dernier orage, mais tout cela était sujet à caution, faute d'éléments vérifiables. Un jour cependant, elle passa devant mes yeux. J'étais en train de pêcher du côté du Moulin de Labour à Burgaronne lorsqu'un orage intense me contraignit forcè à m'abriter sous un hangar. Au moment où l'averse diminuait d'intensité et le tonnerre donnait le sentiment qu'il s'apaisait en s'éloignant je décidai de retourner vers le Heurèr puisque le moment où l'eau se trouble en montant est un moment privilégié pour le pêcheur. Je venais de dépasser le moulin quand tout à coup, un sifflement me vint aux oreilles tandis que les oies et les canards sortaient au plus vite du bassin sous la grande roue. Dans un vacarme indescriptible la foudre tomba sur un grand peuplier qui se dressait en amont du moulin. Et je vis une boule de feu passer en un éclair sous le moulin en suivant le canal d'alimentation puis remonter vers le ciel par un autre grand peuplier qui se trouvait quelques dizaines de mètres en aval. J'eus tellement peur que je retournai m'abriter sous le hangar un bon moment. En 2013 une équipe de scientifiques chinois est parvenue pour la première fois à filmer une boule de feu dans la nature mais le phénomène reste encore très mystérieux. La luminosité comme le diamètre et la vitesse de déplacement sont très variables d'une boule à l'autre. Certaines s'éteignent subitement en éclatant, d'autres s'étiolent à petits feux sans bruit. Elles semblent très sensibles aux champs électromagnétiques et peuvent atteindre une température estimée de 1700 grats. Une théorie basée sur la chimie tient que la foudre en frappant le sol volatiliserait des particules de silicium enflammées mais aussi d'oxygène et de carbone qui se combineraient pour former des boules qui vont s'éteindre au contact de l'air. De son côté la physique des plamas soutient que la boule de feu contiendrait un plasma à base d'un gaz commun duquel la foudre aurait retiré un ou plusieur électrons à de nombreux atomes et mollécules qui se trouvent ainsi ionisés. Malgré tout, ces deux théories échouent à expliquer pourquoi certains témoins ont vu la foudre globulaire traverser des fenêtres, des avions et même des murs...

Il arrivait que nos ancêtres aient bien observé un phénomène mais que leur interprétation en fût quelque peu erronée. Ceux qui ont connu le temps précédant la venue sur Terre de Saint Frigidaire s'en souviennent sans doute, jadis, de nombreuses préparations culinaires tournaient facilement (principalement soupes et sauces), même coiffées d'un couvercle. Et comme la péripétie coïncidait souvent avec la survenue d'un orage, les anciens mettaient cela sur le compte du tonnerre. Avec le progrès des connaissances nous savons désormais que ce sont les températures à 30 degrés et l'hygrométrie élevée qui favorisent la multiplication des bactéries à l'origine du phénomène et ces conditions meteorologiques ne son pas réservées aux ambiances orages.

Sur un dernier point cependant je suis perplexe. "L'orage que tourne/ l'orage revient, me disait-on souvent, autrefois." De fait, la plupart des gens considéraient que l'orage ne faisait qu'un et lorsqu'un nouveau cumulonimbus s'approchait ils s'imaginaient que c'était le premier qui avait décrit une boucle sur le secteur et qui revenait. Je pense que très rares sont les anciens qui non seulement ont réellement observé la boucle et le retour d'un nuage d'orage mais surtout, qui furent en capacité de comprendre le phénomène. Et pourtant, la chose arrive, quand un véritable système orageux se structure les cumulus s'organisent en spirale autour du petit creux dépressionnaire comme celles qu'on peut voir sur les animations satellite et ceux qui se trouvent ou qui habitent près ou sous le creux peuvent voir passer deux ou trois fois un cumulonimbus qui a tournoyé au-dessus de la région. Dens mon pays Salisien, on voit (rarement) des systèmes orageux arriver par les Pyrénées en matinée puis revenir l'après-midi ou le soir par Dax et les Landes.

Quand nous aurons ri un bon coup, quand nous nous serons assez moqués de nos aînés avec leurs peurs panique, leurs croyances délirantes et rites inutiles, il nous faudra affronter la vérité. Hormis les superstitions, les progrès de la connaissance dans le domaine de l'orage n'ont pas retiré grand chose de notre fascination et surtout de notre appréhension quand le tonnerre se fait entendre. Parce que la connaissance n'atténue pas lo risque et l'orage conserve une grande part de mystère aujourd'hui. Plus encore, la science soulève de nouvelles énigmes et donc de nouvelles pistes de recherche au fur et à mesure qu'elle progresse. Pourquoi les cumulonimbus produisent des éclairs qui montent vers l'espace ? Pourquoi, et comment peuvent-ils émettre des rayons gamma, des faisceaux d'électrons et même d'antimatière ? Et si j'ajoute que certaines théories scientifiques récentes soutiennent que l'orage (et peut-être les volcans) favoriserait les réactions chimiques et les combinaisons à l'origine de l'apparition de la vie sur Terre vous comprendrez mieux pourquoi nous n'avons pas finir de nous interroger sur les orages.

Au moment de conclure cet article d'été sur le thème des orages en Gascogne il me semble important de rappeler lo rôle essentiel qu'ils eurent dans la pérennisation des civilisations agrestes au-delà de leurs mouvements d'humeur connus. L'orage est le seul phénomène météorologique qui soit en capacité d'irriguer les jardins et les champs, mais aussi de soutenir un peu le niveau des nappes phréatiques quand le flux perturbé océanique est bloqué ce qui se produit de plus en plus souvent chez nous de juin à septembre. La disparition complète des orages mettrait rapidement en question notre survie dans cette région qu'un certain Auguste avait baptisée le "pays des eaux." Saurons-nous préserver l'habitabilité de notre terre pour nos descendants ? Je l'espère...

Adishatz !

(...)