IMG_20171004_144515

La patacassera / La bagarreuse

Qu'èra au començar de las annadas 2010. Au quartièr Maiòlis de Pau, lo temps de las beras afluénças de la fin deu segle vintau qu'èra passat e la màger part deus estanquets qu'avèn barrat a fin e a mesura qui los lòcs hestius e's diluivan en s'espandint per tota la vila. De mei, b'at cau díser, las mentalitats n'avèn pas esperat lo cambiament de segle entà començar de cambiar. Las generacions seguintas qu'avèn un apròchi mei casanièr de las seradas : los joens que's crompavan lo dequé bèver e lo dequé clacar e que's gropavan en çò de l'un o de l'aute, çò qui afavorava d'aulhors la presa de drògas e ua alcoolizacion mei hòrta. Se quauques uns e passavan enqüèra peus estanquets tà béver un o dus copishòts abans la barrada, hera que la gahavan de dret tà las buèitas de cap a duas òras deu matin.

Lo Garage totun que hasè cap, mercés au capatge e a las facultats d'adaptacion de Fergús, lo meste, deus manejadors, Dan, apuish Aldò, e de tots los emplegats qui avèn tan plan sabut fidelizar la pratica anciana com la navera en diversificant l'auhèrta. Que s'i parlava mei francés au par de la començada e la pujada en poténcia de la restauracion qu'ajudava hèra.

Que quarantejavi e au briu deus ans, lo vam purmèr de las seradas estudiantas qu'avè deishat la plaça au plaser de baishar uns sers béver quauquas pintas au taulèr en tot devisant dab los amics e los servidors entà cambià'm las ideas e està'm en contacte dab la vita vertadera de qui la sonsaina e l'abstraccion deu mestièr e'm volèn copar a petits drins. E puish, que i èra aqueth plaser de's pausar en un endretòt entà espiar drin lo monde quin vivèn.

Aqueth dijaus ser las onze qu'èran just passadas quan arribèi a la mirana. L'estanquet n'èra pas plen, sonque uas taulas qu'èran aucupadas per tropas d'estudiants qui batalavan dab gai. E a 3 o 4 camadas deu taulèr que començava lo mondolh de la pratica e de tots los qui se'n volèn apressar tà comandar o pagar lo devut.

Au darrèr qu'arribè un escabòt de joens qui s'assedón a la taula qui's trobava contra la pòrta d'entrada. Au demiei que i èra ua gojata qui aperava hòrt los espiars permor de la soa beutat subergrana. Tota vestida de jean blu clarejant, prima, prendiva, saura de pèu e fina de cara, dab las pometas colorina e un par d'uelhs blus pregons qui tiravan suu negre. De tau mòde que, estosse sonque tau plaser d'espiar, non s'i podè har de mensh que de l'arremarcar.

Tad ac tot díser b'èran plan avisats los qui se'n tienèn au plaser de l'espiar. Mensh de cinc minutas que s'èran escorrudas despuish l'arribada, la nosta jaubèla qu'èra déjà a devisar dab un gojat de la taula miejancera qui devè aver quate o cinc centimètres de mei qu'era. Dens lo vam deu prosei los dus que s'éran quilhats, quan, ne saberí pas devinar çò qui avè aparit enter eths o çò qui eth avè podut díser, la gojata que'u te lança un cròc deu dret fracassaire en plen morre. Lo gojat que s'esparrabanè sus la cadiera, batut estorbit.

Vedent aquò, l'un deus companhs deu des.hèit que's lhevè tà protestar. Mes just s'avó lo temps d'obrir la boca un dusau borrat que shisclè en un virat d'uelh e que l'arribè au troish, de tau mòde qui s'esboní sus la banqueta, estavanit au torn. E tau tresau compair qu'estó lo medish prètz.

Tot qu'apariva shens armolhs ni crideras qui son los senhaus d'alarma d'ua batsarra imminenta a l'acostumat e la màger part deu monde, pratica com servidors, ne s'èran pas avisats d'arren. La gojata que trucava tot sec, shens espada tirar, tostemps dab aqueth arríder d'anjo tan talament descatavant. E que's vedè que sabè hòrt plan las tecnicas de combat, notadament las de la bòxa francesa o de la tailandesa.

Au cap d'ua pausa que's quitè drin lo tropet e que s'encaminè capvath la sala, com qui'n va taus comuns. Totun, n'avè pas hèit quate pas, un praube gojat qui's hasè lo camin en contrasens que'u hasó behida drin puishèu. Rai d'aquò, en un virat de man déjà que vedè candelas, espatarrat sus la taula deus vençuts qui n'atendèva pas qu'eth tà har lo plen.

Lo mèste-cosinèr deu Garage qui s'avè just acabat lo servici que sortiva deu son locau. Que s'estanquè un pausòt, pensatiu, quan vedó a shisclar lo quatau cròc de la serada. Analisada la situacion qu'anè de cap tà la gojata per demandà'u çò qui'n èra e sustot de deishar.

Mes era, en avisant aqueth catlat espatlut com un jogador de rugbi e qui s'avè lo cap e l'avantbraç de mei qu'era, que's pensè behida que tienè aquiu la quintaesséncia de las soas victimas deu ser e que vienó au son encontre shens s'aplatir.

Mensh d'ua minuta avè lo noste mèste-cosinèr que s'i hasè a har tornar la gojata a la rason, un cincau còp de punh qu'esperrequè la treslutz de l'estanquet. Aqueste còp pr'aquò ne toquè pas a la buta. Permor, segon ua tecnica de defensa qui semblava mestrejar, lo noste òmi qu'estè lo punh sarrat de la hemnòta dab la soa man esquerra e d'aviada que'u lancè un cohat proporcionat de la pauma dreta dab los ditàs espartits. Just çò qui calè behida tà que la furia cadosse sus la cadiera de darrer, estarramosida.

- Trucar ua hemna, totun ! Aquò ne's hè pas ! Jamei ! ce protestè un amic men, qui s'avè seguit tota l'escena deu taulèr estant au ras de jo e qui s'avè los uelhs de Chimène entà tot çò qui pòrta cotilhon, per principi.

Ne sèi pas mei çò qui responoi. Tanben com eth qu'èri prestit d'aquera educacion romantica segon laquau un òmi n'a pas a lhevar la man, jamei, sus ua hemna, quinas que sian la rason e la situacion. Aquera educacion qui volè véder en las gojatinas futuras mairoleras, infirmieras o regentas e en los gojatons futurs gendarmas o sordats segon l'ambient qu'èra a la patz o a la guèrra. Per aver en òdi la vriuléncia quina que sia qu'èri tanben conscient los temps qu'èran a cambiar e las valors sanitosas eretadas deus nostes davancèrs que's revelavan mei anar mei inadaptadas a ua societat detradicionalizada au perhons peu liberalisme. Segur, un còp èra, un òmi qui trucava ua hemna, quan e's sabè dens la vesiat, estosse plan ipocritament, qu'èra atucat d'infamia, mes d'un aute costat, hemnas patacasseras e qui lançavan cròcs a gojats desconeishuts, ne pensi pas d'aqueth temps que se n'i trobava hera. Aqueth ser au Garage, ne hasè pas mieja òra qu'èra a l'estanquet e la nosta furia qu'avè déjà desquilhat quate joens. Shens l'intervencion, dens l'encastre professionau, deu mèste-cosinèr, qui sap on la situacion ne seré arribada. E de tot biais, plaçat com èra, çò qui lo men companh ne podè pas véder, qu'ei que tant per tant s'avèn passat la pòrta de l'estanquet la nosta hemna fatau que s'i tornava a cercar bregas a tots los portalets qui encontrava per carrera.

 

La bagarreuse

C'était au commencement des années 2010. Au quartier Mayolis de Pau, le temps des grosses affluences de la fin du vingtième siècle était passé et la plupart des bars avaient fermé au fur et à mesure que les lieux festifs se diluaient en se propageant à travers la ville entière. De plus, il faut bien le dire, les mentalités n'avaient pas attendu le changement de siècle pour commencer à changer. Les générations suivantes avaient une approche plus casanière des soirées : les jeunes s'achetaient de quoi boire et de quoi picorer et se regroupaient chez l'un ou chez l'autre, ce qui favorisait d'ailleurs la prise de drogues et une plus grande alcoolisation. Si quelques uns passaient encore dans les bars pour boire un ou deux verres avant la fermeture, beaucoup partaient directement en boîte vers deux heures du matin.

Le Garage cependant faisait front, grâce à l'intelligence et aux facultés d'adaptation de Fergus, le fondateur, des managers, Dan, puis Aldo, et de tous les employés qui avaient si bien su fidéliser la clientèle des habitués comme la nouvelle en diversifiant l'offre. On y parlait davantage français qu'aux origines et la montée en puissance de la restauration aidait beaucoup.

J'entrais dans ma quarantaine, et au fil des années la ferveur première des soirées étudiantes avait fait place au plaisir de descendre certains soirs boire quelques pintes au comptoir tout en devisant avec les copains et les serveurs pour me changer les idées et garder le contact avec la vie réelle dont la routine et l'abstraction du métier cherchaient à me couper peu à peu. Et puis, il y avait ce plaisir de se poser à un endroit privilégié pour observer la vie des gens.

Ce jeudi soir il devait être à peine onze heures quand j'arrivai à mon poste d'observation. Le pub n'était pas plein, seules quelques tables étaient occupée par des groupes d'étudiants qui bavardaient joyeusement. Et à 3 ou 4 mètres du comptoir commençait l'amas informe des habitués et de tous ceux qui voulaient l'atteindre pour commander ou régler la note.

Après moi arriva un petit groupe de jeunes qui s'assirent à la table qui se trouvait près de la porte d'entrée. Parmi eux il y avait une jeune fille qui attirait fortement les regards en raison de sa très grande beauté. Entièrement vêtue de jean bleu clair, mince, élancée, cheveux blonds et visage fin, avec des joues vermillon et une paire d'yeux bleux profonds qui tiraient sur le noir. De telle sorte que, fût-ce pour le seul plaisir des yeux, il était impossible de ne pas la remarquer.

À vrai dire très bien inspirés étaient ceux qui s'en tenaient au plaisir du regard. Moins de cinq minutes s'étaient écoulées depuis son arrivée et notre belle plante avait déjà lié conversation avec un jeune homme de la table mitoyenne qui devait mesurer quatre ou cinq centimètres de plus qu'elle. Dans le feu de la discussion les deux s'étaient levés, quand, je ne saurais deviner ce qui avait pu se passer entre eux ou ce que lui avait pu dire, la jeune fille lui décoche un uppercut du droit fracassant en pleine face. Le garçon s'écroula comme une masse sur sa chaise, battu par K.O.

Voyant cela, l'un des compagnons du défait se leva pour protester. Mais à peine eut-il le temps d'ouvrir la bouche qu'une deuxième droite jaillit en un clin d'oeil et lui arriva au visage, si bien qu'il s'effondra sur la banquette, dans le cirage à son tour. Et pour le troisième compère ce fut le même tarif.

Tout cela se passait sans remous ni éclats de voix qui sont les signaux d'alarme d'une bagarre imminente à l'accoûtumée et la plupart des gens, clientèle comme serveurs, ne s'étaient aperçus de rien. La jeune fille frappait sèchement, sans coup férir, toujours avec un sourire d'ange tellement déconcertant. Et on voyait qu'elle maîtrisait fort bien les techniques de combat, notamment celles de la boxe française ou de la thailandaise.

Au bout d'un moment elle quitta un peu sa bande et se mit à marcher à travers la salle, en direction des toilettes. Toutefois, elle n'avait pas fait 4 mètres, qu'un infortuné jeune homme qui faisait route en sens inverse lui causa sans doute un peu de dérangement. Qu'à cela ne tienne, le temps d'un éclair déja il voyait 36 chandèles, affalé sur la table des vaincus qui n'attendait que lui pour afficher complet.

Le chef-cuisinier du Garage qui venait de terminer le service sortait de son local. Il s'immobilisa un instant, songeur, lorsqu'il vit fuser le quatrième crochet du droit de la soirée. Après avoir analysé la situation il alla vers la demoiselle pour lui demander ce qu'il en était et surtout d'arrêter.

Mais elle, en apercevant ce gaillard large d'épaule comme un rugbyman et qui la dépassait de la tête et des avant-bras, pensa sans doute qu'elle tenait là la quintessence de ses victimes de la soirée et vint à sa rencontre sans se démonter.

Il n'y avait pas une minute que notre chef-cuisinier s'efforçait de ramener la jeune fille à la raison, qu'un cinquième coup de poing déchira la pénombre du pub. Cette fois cependant il n'atteignit pas sa cible. Parce que, selon une technique de défense qu'il semblait posséder, notre homme bloqua le poing serré de la jeune femme avec sa main gauche et dans la foulée lui décocha une gifle proportionnée de la paume droite avec ses énormes doigts écartés. Juste ce qu'il fallait sans doute pour que la furie tombât en arrière sur sa chaise, sonnée.

- Frapper une femme, bon sang ! Çà ne se fait pas ! Jamais ! protesta un de mes amis qui avait suivi toute la scène depuis le comptoir près de moi et qui avait les yeux de Chimène pour toute créature de sexe féminin, par principe.

Je ne sais trop ce que je répondis. Tout comme lui j'étais pétri de cette éducation romantique selon laquelle un homme ne doit jamais lever la main sur une femme, quelles que soient la raison et la situation. Cette éducation qui voulait voir dans les petites filles de futures sage-femmes, infirmières ou institutrices et dans les petits garçons de futurs gendarmes ou soldats selon que les temps étaient à la paix ou à la guerre. Bien que j'exècre toute forme de violence j'étais aussi conscient que les temps étaient en train de changer et que les saines valeurs héritées de nos ancêtres se révélaient de plus en plus inadaptées dans une société profondément détraditionnalisée par le libéralisme. Certes, autrefois, un homme qui frappait une femme, quand cela se savait dans le voisnage, même dans la plus pure hypocrisie, était frappé d'infamie, mais d'un autre côté, des femmes bagarreuses et qui décochaient des crochets du droit à des jeunes gens inconnus, je ne pense pas qu'il s'en trouvait beaucoup dans l'ancien temps. Ce soir-là au Garage, il n'y avait pas une demi-heure qu'elle était dans le bar et notre pauvre innocente avait déja envoyé quatre garçons au tapis. Sans l'intervention, dans le cadre professionnel, du chef-cuisinier, qui sait comment les choses auraient tourné. Et de toutes façons, plaçé comme il était, ce que mon acolyte ne pouvait voir, c'est qu'à peine avaient-ils passé la porte du pub que notre femme fatale recommençait à chercher querelle à toutes les braguettes qu'elle croisait dans la rue.