scala3

Lo guardacòs (bilingue Gascon - français)

Qu'èra per las annadas 1995 o 1996. A Pau, dab la banda de gaujós cabdets, las seradas d'estudiants que tocavan au som. Un dia la Laureta, ua de las nostas amigas qui's preparava la licéncia de matematicas aplicadas a las sciéncias sociaus, beròja moreta deus uelhs jaiets, que'ns arribè a la cafet deu RU on solevam aplegà'ns au sortit de disnar, dab ua novela de compte har :

- Mics, lo men ancian corresponent d'anglés, Yellis, qu'arriba en França d'aquestes torns, que serà dab nosautes la setmana qui vien. Qu'espèri que'u haram bon l'arcuelh.

E quauques dias mei enlà, que vedom a arribar suu campús un bèth gojat, prim d'asta e negre de pèu. Lo vestit qu'èra plan escricat, mes tostemps dab camisas blancas just desgautaladas, com notèri lèu. De totas las gojatas qui crotzava en camin tròpeduas que s'arreviravan entà'u guinhar. Permor, b'at cau coneísher, Yellis qu'èra d'ua gran beror, hòrt desparièr de la màger part deus gojats deu país, e l'atirada de l'exotisme que's conjugava dab la soa beutat natra.

A mieidia a la Cafet', la Laureta que'u nse presentè. E qu'estó lo parat de'u coneísher drin mei. Cortés e arrident, n'èra pas tròp emparlat de tempèri, e lo hèit qui mestrejava mau lo francés n'ajudava pas. Just abans de tornar gahar lo camin deus amfís, ua serada qu'estó avienuda en vila tà'u har tastar drin las hèstas nostas.

Au ser quan arribèi au Garage los mens companhs qu'èran gropats autorn d'ua taula. Assedut sus ua banqueta de cuèr contra la paret e de cara a la sala, lo noste convidat qu'arrajava e qu'aperava espiars de totas parts. Acautadas peus veirolets, uas gojatas deu parçan, qui's mestrejavan tan plan en societat a l'acostumat, quan e'us prudèssa au perhons, e shensque las maria-hòlas, que començavan de s'esloishar davant d'aqueth tarrible mascle. Comentaris que shisclavan de las taulas vesias e que's volèn har audir deu hons de l'estanquet estant. A còps, honhadas peu curiosèr qui las hasè pèrder tota retiença, delegacions de jaubèlas qui la màger part deu temps e coneishevam sonque de vista, que vienèn de cap a las nostas amigas e que las assautavan de questions a mieja votz. Entant qui d'autas, gahadas per ua cistiti fulminanta behida, e hasèn passèris de cap taus comuns qui l'espassadet d'entrada èra just toquet la nosta taula.

Èra permor ne comprenè pas tot çò qui's disèva, Yellis que'm semblava desconeísher tot aqueth combat qui èra l'epicentre. Question d'acostuma lhèu, que s'estava dab nosauts e qu'enganava l'espion au mei har dab aqueth arrid e aqueras faiçons qui avè tostemps.

E totun, estosse insabudament, non deishava pas nat dobte aqueth hòravienut que'ns transportava lo mondòt dens ua dimension desconeishuda e insospectada de l'umanitat. Dab l'amic Arnaut qui m'acarava, uelhs enluats, que'ns espiavam mei anar mei sovent d'un aire entenut a fin e a mesura qui la serada avançava, a çò qui's sembla secutats per las quitas pensadas e arroduts peus quites arríders pecs.

A l'ua òra e mieja, segon la costuma, que tornèn alucar las lutz entant qui s'entenó la votz portaire deu Mark, l'un deus servidors, dab lo son accent anglés e lo son arrit maliciós: "Mesdames et Messieurs, le bar ferme, s'il vous plaît ! Ladies and gentlemen, the bar closes, please !" Qu'èra lo moment de vueità's lo vèire e de pagar los devuts, se lo cas èra. Permor, abans duas òras la practica qu'avè a estar dehòra. Aquiu suu trepadèr, en tot blagassejar, los tropets que's concertavan entà saber se la gahavan tà quauqua buèita o se cadun tornava en çò de son.

Qu'eram un dimerç ser, la màger part deus cors n'èra pas acabada. Tanben los mens companhs que s'estimèn miélher deishà'c aquiu e reservà's entau dijaus qui èra la serada qui hèra esperavan cada setmana. Dab Yellis que la gahèi tà la Scala, ua discoteca plan coneishuda en suspart deu Hedàs e qui ne s'aperava pas enqüèra lo Durango. Au lonc deu camin las recomandacions de la Laureta que'm varavan au cap : "Sustot avisa't que no's hacia pas agredir."

Aqueste còp que'm trobèi donc en capdavant, e totas las hèitas deu Garage n'èran pas arren au par de tot çò qui aparí lavetz. Lo temps d'anar cuélher senglas consomacions, dab Yellis que ns'emparèm contra ua entermieja de husta au ras de la pista de dança. Aquiu que dèm lo get a la passeria. Uas gojatas qui'm coneishèn chic o mic que's vienèn assabentar. Quin s'aperava ? D'on èra ? S'avè ua amigueta ? Sordeish ! Ua nòvia ? Un sarròt d'autas totun que l'anavan tot dret de cap. De qui-ne-i avè que s'aviavan de la pista de dança enlà, que s'auboravan davant d'eth, tot au ras, uelhs claverats, espiar lugarnejant, e qu'entinoavan ua coregrafia arderosa, on s'i hasèn a'u har seguir sus la pista dab los lors dits arpicoats a la mòda de las andalosas. A las purmèras, Yellis que responè dab aumenança, e shens jamei despartí's d'aqueths gestos atencionats qui avè. E com l'agradava la dança, que seguiva las dusaus sus la pista on se gahava a tornejar entant qu'un aròu se formava autorn d'eth. Pr'aquò, la dança acabada que s'acotava tornar a l'entermieja.

Au guardacòs, lo personatge que l'èra mei anar mei descatavant. Aqueth gojat tan bèth, faiçonós e bon dançaire entà qui's delivan las gojatas mei polidas de Pau en vede'u e qui jamei no'n tirava profieit. Per estar jo-medish hòrt arrespectuós e requist dab las hemnas que credí d'aver trobat un meste.

En aqueras que m'estremèi un pausòt entà vueità'm la veishiga.

Quan tornèi Yellis n'i èra pas mei. Se, passat l'estonament, la desaparida deu noste VIP ne'm dè pas tròp chepic purmèr, a fin e a mesura qui s'apressava la barrada que'm demandavi çò qui l'avè aparit. E que començavi de'm pensar que m'anavi har bèth drin enguiroflar per l'amiga.

Lo darrèr slow que s'ataisè e la lutz que hasó en pravant. Dab la partença deus darrèrs hestaires lèu ne deishè pas mei nat dobte lo men companh qu'avè gahat la volada. Tanlèu passada la pòrta, que'm tumèi de front a la frescor de la nueit paulina qui contrastava dab l'ambient estofader deu dehens. Que'm tirè de las pensadas entremescladas e que'm tornè just çò qui calè de luciditat tà qu'avisèssi suus escalèrs qui baishan tau Hedàs, asseduts ras e ras, dus auburis mascluts qui devisavan en se tienent la man. L'un d'eths qu'èra Yellis e aquera vision que m'aparí com ua responsa a totas las questions e ipotésis qui'm varavan au tistèth despuish lo començament de la serada.

De totas las jaubèlas qui passavan pr'aquiu hera que sospiravan o que hauçavan las espatlas, mustra deu despieit qui las arrodèva. A còps quauque comentari que shisclava deus escabòts : "N'ei pas diu possible ! ... Aquò ne's hè pas ! ...Digatz-me que saunegi ! ...Aquò n'ei pas permetut ! ...Que soi desgostada !" E jo, davant lo manètge, que lutavi a tot hòrt entà non pas esclaquerar d'arríder...

Dab ua tau devira, la mea mission que s'acabava e quan m'avoi amassat pro los esperits que la gahèi de cap tau noste tortorèu e que'u digoi dab tot çò qui'm demorava d'anglés deu licèu :

- Yellis, is everything alrigth with you ? I am coming back home... See you tomorrow.

Apuish que me'n tornèi tà casa. Mes au lonc deu camin qui'm miava a la crampa de la ciutat Gaston Phoebus l'arríder ne'm quitava pas, a la pensada de las benalejas deu ser mes tanben en aubirant l'efeit qui produsire lo raconte qui'n hasori aus amics l'endedia a la cafet deu RU.

Ne tornèm pas jamei véder a Yellis. La parentèsi de la soa demorança en Pau que's barrè com s'èra ubèrta. Totun, mantun còp que se m'aparí de pensar ad eth, quauques ans mei enlà, devant las escènas d'isteria aviadas peus Boys Band, aqueras tropas de manequins seleccionats tà viéner jumpà's sus un empont e har com qui canta, au son de melodias aperaires preregistradas dab paraulas pegonas cantadas per d'autes qui las votz e èran tribalhadas dab l'ordinator. Aquò dit aquera hèita que questionè au pregon la mea percebença de la gent femenina e mei que mei de la realitat deu sentit amorós ençò de mantua.

 

Le garde du corps

Ce devait être en 1995 ou 1996. À Pau, avec une bande de joyeux drilles, mes soirées étudiantes étaient à leur apogée. Un jour Laurette, une de nos copines qui préparait sa licence de mathématiques appliquées aux sciences sociales, jolie brunette aux yeux de jais, arriva à la Cafét du RU où nous avions pour habitude de nous regrouper après le déjeuner, avec une nouvelle importante :

- Les amis, mon ancien correspondant d'anglais, Yellis, arrive en France ces jours-ci, il sera parmi nous la semaine prochaine. J'espère que nous lui réserverons un bon accueil.

Et quelques jours plus tard, nous vîmes arriver sur le campus un beau jeune homme, d'allure mince et aux cheveux bruns. Il était très élégant, mais portait toujours des chemises blanches très légèrement déboutonnées, comme je le remarquerais bientôt. Parmi toutes les jeunes filles qu'il croisait en chemin nombreuses étaient celles qui se retournaient pour le reluquer. Parce que, il faut le reconnaître, Yellis était d'une grande beauté, très différent de la plupart des garçons du pays, et l'attrait de l'exotisme se conjuguait à sa grâce naturelle.

À midi à la Cafét', Laurette nous le présenta. L'occasion fut donnée de le connaître un peu mieux. Courtois et souriant, il n'était pas très disert de tempérament, et le fait qu'il maîtrisait mal le français n'aidait pas. Juste avant de reprendre le chemin des amphís, nous convînmes d'une soirée en ville pour lui donner un aperçu de nos fêtes.

Ce soir-là quand j'arrivai au Garage mes compagnons étaient groupés autour d'une table. Assis sur une banquette en cuir contre le mur et face à la salle, notre invité rayonnait et attirait les regards de toutes parts. Désinhibées par les verres d'alcool, certaines jeunes filles du pays, qui se maîtrisaient si bien en société à l'accoûtumée, quand bien même cela les démangeât intérieurement, et pas seulement les frivoles, commençaient à se lâcher devant ce terrible mâle. Des commentaires fusaient des tables voisines et voulaient se faire entendre depuis le fond du pub. Parfois, poussées par la curiosité qui leur faisait perdre toute retenue, des délégations de demoiselles que la plupart du temps nous ne connaissions que de vue, venaient vers nos copines et les pressaient de questions à mi-voix. Tandis que d'autres, prises par une cystite foudroyante sans doute, faisaient des allées et venues vers les toilettes dont le couloir d'accès jouxtait notre table.

Était-ce parce qu'il ne comprenait pas tout ce qui se disait, Yellis me semblait totalement étranger à ce remue-ménage dont il était l'épicentre. Question d'habitude peut-être, il restait avec nous et s'efforçait de donner le change avec son sourire immuable et ses façons.

Et pourtant, fût-ce inconsciemment, il ne faisait aucun doute que cet étranger transportait notre petit monde dans une dimension inconnue et insoupçonnée de l'humanité. Avec l'ami Arnault qui était assis face à moi, les yeux hallucinés, nous nous regardions de plus en plus souvent d'un air convenu au fur et à mesure que la soirée avançait, visiblement en proie aux mêmes réflexions et travaillés par les mêmes fou-rires.

À une heure et demi, selon la coûtume, on ralluma les lumières tandis qu'on entendait le voix porteuse de Mark, l'un des barmen, avec son accent anglais et son rictus malicieux : "Mesdames et Messieurs, le bar ferme, s'il vous plaît ! Ladies and gentlemen, the bar closes, please !" Le moment était venu de vider son verre et de régler ses dettes, s'il y avait lieu. Parce que, avant deux heures du matin la clientèle devait être dehors. Là sur le trottoir, tout en devisant, les petits groupes se concertaient pour savoir s'ils poursuivaient la soirée dans quelque boîte ou si chacun rentrait chez soi.

C'était un mercredi soir, le gros des cours n'était pas terminé. Aussi mes compagnons préférèrent s'arrêter là et se réserver pour le jeudi qui était la soirée attendue par beaucoup chaque semaine. Avec Yellis je pris la direction de la Scala, une discothèque très connue au-dessus du Hédas et qui ne s'appelait pas encore le Durango. Tout au long du trajet les recommandations de Laurette tournaient dans ma tête : "Surtout fais attention qu'il ne se fasse pas agresser."

Désormais je me retrouvai donc en première ligne, et toutes les péripéties du Garage n'étaient rien à côté de tout ce qui se passa alors. Le temps d'aller chercher nos consommations, avec Yellis nous nous adossâmes à une séparation en bois près de la piste de danse. Là nous donnâmes libre-cours au défilé. Quelques jeunes filles qui me connaissaient plus ou moins venaient au renseignement. Comment s'appelait-il ? D'òu venait-il ? Avait-il une copine ? pire ! Une fiancée ? Beaucoup d'autres toutefois s'adressaient directement à lui. Certaines se lançaient depuis la piste de danse, elles se tenaient droites devant lui, au plus près, yeux rivés, regard intense, et entamaient une chorégraphie torride, par laquelle elles tentaient de l'entraîner sur la piste avec leurs doigts crochus à la manière des danseuses andalouses. Aux premières, Yellis répondait polimment, et sans jamais se départir de ses gestes prévenants. Et comme il aimait danser, il suivait les secondes sur la piste où il se mettait à tournoyer pendant qu'un cercle se formait autour de lui. Cependant, la danse terminée il revenait s'adosser à la cloison.

Pour le garde du corps, ce personnage était de plus un plus déconcertant. Ce jeune homme si beau, délicat et bon danseur pour qui les plus jolies filles de Pau se consumaient au premier regard et qui jamais n'en tirait profit. Bien qu'étant moi-même très respectueux et bienséant envers les femmes je croyais avoir trouvé mon maître.

Sur ces entrefaites je m'éloignais un instant pour soulager ma vessie.

Quand je revins Yellis n'était plus là. Si, passé l'étonnement, la disparition de notre VIP ne m'inquiéta pas beaucoup dans un premier temps, au fur et à mesure qu'on approchait de la fermeture je me demandais ce qui lui était arrivé. Et je commençais à penser que j'allais me faire gentiment enguirlander par Laurette.

Le dernier slow se perdant la lumière se fit plus intense. Avec le départ des derniers fêtards bientôt il ne fit plus aucun doute que mon acolyte avait pris le large. Sitôt passée la porte, je pris de plein fouet la fraîcheur de la nuit paloise qui contrastait avec l'ambiance étouffante de l'intérieur. Cela m'arracha à mes pensées embrouillées et me redonna juste ce qu'il fallait de lucidité pour que je remarquasse sur les escaliers qui descendent au Hédas, assis côte à côte, deux silhouettes masculines qui discutaient en se tenant la main. L'un d'eux était Yellis et j'accueillis cette vision comme une réponse à toutes les questions et hypothèses qui tournaient dans ma tête depuis le début de la soirée.

Parmi toutes les demoiselles qui passaient par là beaucoup soupiraient ou haussaient les épaules, expression du dépit qui les rongeait. Parfois quelque commentaire fusait des petits groupes : "C'est pas dieu possible ! ... Çà ne se fait pas ! ...Dites-moi que je rêve ! ...C'est pas permis ! ...Chui dég' !" Et moi, devant le manège, je lutais de toutes mes forces pour ne pas éclater de rire...

Avec un tel dénouement, ma mission était terminée et quand j'eus suffisamment repris mes esprits j'allai vers notre tourtereau et je lui dis avec tout ce qui me restait d'anglais du lycée :

- Yellis, is everything alrigth with you ? I am coming back home... See you tomorrow.

Puis je rentrai chez moi. Mais tout au long du chemin qui conduisait à ma chambre de la cité Gaston Phoebus je n'arrêtais pas de rire, en repensant aux évènements de la soirée mais aussi en imaginant l'effet que produirait le récit que j'en ferais à mes copains le lendemain à la Cafèt du RU.

Nous ne revîmes jamais Yellis. La parenthèse de son séjour à Pau se referma comme elle s'était ouverte. Toutefois, à plusieurs reprises il m'arriva de penser à lui, quelques années plus tard, devant les scènes d'hystérie déclenchées par les Boys Band, ces troupes de mannequins sélectionnés pour venir se trémousser sur scène et faire semblant de chanter, au son de mélodies racoleuses pré-enregistrées avec des paroles mièvres chantées par d'autres dont les voix étaient retravaillées par ordinateur. Cela dit cette expérience remit quelque peu en question ma perception de la gent féminine et plus particulièrement de la réalité du sentiment amoureux chez un certain nombre.