bona-anada

 

Adishatz,

Los ans que passan, 2020 que s'en.hica. E au moment d'amassà'm los mots e las ideas entà v'adreçar los vòts deu blòg per l'an nau que tiri pena. Com tròpeduns, ce'm pensi, l'anar deu país e deu monde que'm sap hera mau e despuish lo més de març passat lo men tistèth qu'ei secutat per sentits abendats e questionaments shens responsa. Taus esperits racionaus que harà tostemps mau compréner se quin un monde supausadament educat e ahidèc en la soa sciéncia e mestresa tecnologica e's pòt en tant chic de temps ahonar dens la distopia.

E totun, a fin e a mesura qui l'esvarjada s'apoderava deus vesins, deus amics, deus parents, las nostas libertats fondamentaus que hasón arrerpé, maumiadas per ua agradilhada de mesuras qui semblavan tot còp d'autan mei absurdas qui la realitat coneishuda deu virús ne las justificava pas briga e, sordeish que tot, nada au dia de uei n'a amuishat la soa eficiéncia.

Entà nosautes, mics, delerós de natura, camparolèrs, randonejaires, quistaires de berors e d'immensitat, sovent solècs o a tropets, se n'estó pas drin hòrta la travada.

Un an harà bethlèu, çò qui empassam qu'ei la negacion de tot çò qui balhè arsèc a las lutas deus nostes ainats : ua vita libra, digna e espelida. Libres deus passèris, d'anar tau cinema, tà l'estadi, de har au fot, au rugbi, de béver un còp au taulèr d'un estanquet o de minjar au restaurant dab qui ns'agrade e shens aver a rénder compte o demandar permission ad arrés.

Ailàs, las hèstas que son passadas e lo més de genèr que tira camin shens que nada claror s'aubire a l'estremau. Au contra, pertot on lutzeram la sombror que hè en pravant.

Tanben, ne'm senti pas neta la camisa a l'idea de'vs díser l'estrea. Com se arren non èra. Cèrtas, la santat, l'escaduda, lo bonur e la patz que son de compte dens las nostas vitòtas, mes d'aquestes torns tot aquò be'm sembla per un còp subordinat aus tribulòcis deu país e deu monde. E las nostas existéncias non saberàn pas mei au gai de víver a de bon tan qui visquiam distanciats, encabestrats, travats, senon embarrats.

Taus més qui vienen, estosse un vòt a realizar a tot hòrt, que vediam l'enclarida a pujar dens lo ceu de l'umanitat. E en demorant aqueth dia, que'ns desiri de guardar l'ahida, l'aubi e de har còrda tostemps capvath las maupassadas de l'an qui comença.

 

bonne-annee

 

Les années passent, 2020 s'incruste. Et au moment de rassembler mes mots et mes idées pour vous adresser les voeux du blog pour l'an nouveau je suis bien en peine. Comme beaucoup, je pense, l'état du pays et du monde me chagrine fortement et depuis le mois de mars dernier mon cerveau est en proie à des sentiments exacerbés et des questionnements sans réponse. Pour les esprits rationnels il sera toujours difficile de comprendre comment un monde supposément éduqué et confiant dans sa science et sa maîtrise technologique peut en si peu de temps sombrer dans la dystopie.

Et pourtant, au fur et à mesure que la panique s'emparait de nos voisins, de nos amis, de nos parents, nos libertés fondamentales ont reculé, mises à mal par une escalade de mesures qui semblaient à chaque fois d'autant plus absurdes que la réalité connue du virus ne les justifiait absolument pas et, pire que tout, aucune à ce jour n'a démontré son efficacité.

Quant à nous, mes amis, épris de nature, chercheurs de champignons, randonneurs, quêteurs de beauté et d'immensité, souvent solitaires ou en comités restreints, le coup d'arrêt ne fut-il pas un peu brutal ?

Depuis près d'un an ce que nous endurons est la négation de tout ce qui motiva les luttes de nos aînés : une vie libre, digne et épanouissante. Libres d'aller et venir, d'aller au cinéma, au stade, de jouer au foot, au rugby, de boire un verre au comptoir d'un café ou de manger au restaurant avec qui bon nous semble et sans avoir à rendre compte ou demander la permission à personne.

Hélas, les fêtes sont terminées, le mois de janvier avance sans qu'on devine la moindre lueur à l'horizon. Au contraire, où que nous scrutions les ténèbres s'épaississent.

Aussi, je ressens comme une gêne à la conscience à l'idée de vous adresser mes voeux. Comme si de rien n'était. Certes, la santé, la réussite, le bonheur et la paix sont très importantes dans nos petites vies mais par les temps qui courent tout cela me semble bien subordonné aux tribulations du pays et du monde. Et nos existences ne respireront plus vraiment la joie de vivre tant que nous vivrons distanciés, muselés, entravés voire confinés.

Pour les mois à venir, s'il était un voeu à réaliser à tout prix, ce serait que nous voyons l'éclaircie monter dans le ciel de l'humanité. En attendant ce jour je nous souhaite de garder l'espérance, le discernement et de rester toujours soudés à travers les épreuves de l'année qui commence.

Adishatz !