16 juillet 2020

Morilles distantes...

Adishatz, C'est un premier semestre à nul autre pareil qui vient de s'achever et comme on aimerait qu'il n'ait pas de descendance. Pour nous, mycophiles et simples quêteurs d'omelette, presque toujours adeptes de sorties aussi discrètes que solitaires ou en comités plus que restreints, de préférence aux antipodes de toute habitation et promiscuité ordinaire, la mesure de confinement total compréhensible partout ailleurs, apparaissait d'autant plus absurde et discutable que pour beaucoup elle rendait totalement impossible notre... [Lire la suite]