DSC07073bis

Adishatz,

Qu'èra per l'autonada de 2018. Mei d'un an hasè lo men praube pair qu'avè quitat l'ostau tà la maison de retirada. Calina, la nosta gatòta, qui'u vodava ua reconeishença destermenada despuish qui l'avè dada lo beveron, que s'èra morta de chegrin paucas setmanas mei enlà. E dab la partença deu men purmèr vesin, Grat, tocat tornar peu maishant mau, tà la clinica de Baiona, aus darrèrs dias de setème, que'm trobavi mei anar mei sol au honset de Hauguernes.

Totun, qu'ei causa sabuda, a la natura, ne l'agrada pas lo vueit, e per chic que l'ajuden o que la deishen har, tot qu'at pedaça. Un dia, qui m'èri endarrerit peus bòscs permor deus cèps per Marteror, e qui tornèi a casa a nueit-hens dab la lampa frontau, qu'avisèi un par d'uelhs a lusir devath la laurina qui destermia lo bòsc de Hornèu. Los uelhs que mudavan drin dens l'escurada mes l'animau ne hugiva pas e que m'espiava. Que'm pensèi qu'èra un gat e que'm gahèi a aperà'u : "Minon, Minon, Minon, çà'i !" Endeballes.

A quauques dias d'aquiu que notèi un cambiament de compte har dens lo pargue de l'ostau. Las caguilhas mendretas e arramadas deus conilhs qui podèn enqüèra véder de pertot au començar de setème que s'éran misteriosament avalidas. Dab hòrça lutzerar, tant per tant si reperièi ua cagada mei bera e ahielada, signatura d'un aute creat.

Quan tornèi tà casa tà las vacanças de Nadau, la tintèina que'm gahè d'anar horrucar per la cabana deu pair qui avè contra lo casau. Just s'aví passat la cistèrna deu gas un auburi ros que'm passè devant au gran correr e que halè de cap tau horastèr de Lamòta. Aqueste còp non deishava pas nat dobte, un gat que vivautejava autorn de casa. Totun que podoi aperar, l'animau que s'èra esliupat.

Qu'aparí tornar quauques dias mei enlà. Qu'èri a tirar huelhas de devant lo garatge. Sobtament que'u vedoi a sortir a hutas peu trauc gatèr qui lo pair avè retalhat entaus gats nostes. E que's perdó peu horastèr, tròp esvarjat per s'estancar aus mens aperets.

D'on vienè aqueth gat ? S'èra cadut d'ua autò ? S'èra estat abandonat per un propietari hreiterós ? E s'èra esbarrit a la caça ? E hugiva un ostau de malaür ? E perqué s'éra arrecaptat a casa si èra tà víver a l'amagat ? La hèita que'm chepicava mei anar mei a fin e a mesura qui los dias passavan.

Nadau qu'èra passat de quate dias quan l'ivèrn truquè a la pòrta. Dab la virada deu vent a l'èst, los purmèrs brumalhs qu'arribèn de las Lanas e las temperaturas que gahèn la baishada a de bonas. Qu'ei ad aquera epòca qui comencèi de'm neurir los auserons com hèm tot ivèrn. Un ser, com lo hred e's hasè mei mordent, qu'avienoi d'utilizar lo gréish deu hitge gras qui'm sobrava deu Cap d'An tad aprestar un ponhòc dab granas. Un còp arrecaptada en ua copeta aquera preparacion qu'estó plaçada davant casa.

L'endematin qu'avoi un bèth estrangle en trobant la copeta neta, curada dinc au mendre estujasson. "Los auserons que devèn petar de hami, ce'm digoi". E puish..., que pensèi a auta causa...

Las hèstas qu'èran plegadas e las vacanças que s'acabavan quan putzèi au perhons lo coratge d'anar vesitar lo men pair, praubòt, qui ne'm coneish pas mei, a la maison de retirada. Quan avoi hèit, que gahèi tornar lo camin de casa, escurat.

Totun, ne'm vaguè pas de perpensar. L'auburi ros que m'atendè, sedut darrèr deu portau. Tà cambiar, quan l'aperèi, que'm nhaulè en tot descampar. Mes aqueste còp ne s'estujè pas, que demorè suu camin a quauques empams e que'm nhaulava mei anar mei hòrt. Se m'avançavi d'un mètre qu'arreculava d'autant. Que comprenoi qu'èra lo moment. Que m'assedoi suu caminòt e que'm gahèi a aperà'u e a parlà'u, a shualinas. Lo gat que responè, que descrivè aròus autorn de jo shens jamei s'apressar d'un centimètre. Ne perdoi pas coratge, e tostemps que'u parlavi, e tostemps que l'aperavi. Au cap de quauquas minutas que'm vienó de cap, puish que cambiè d'idea, au darrer moment. A petits drins totun, que s'apressava. A un moment dat que'm mussejè los dits, ne mudavi pas tà que's desespaureishi. De la fin que'u podoi bailinar e que's gahè a arronar. Après que'u me hasoi seguir tà casa e ne's hasó pas pregar.

Tà non pas pressar las causas, au ser que l'installèi un vielh vestit deu pair devant l'entrada dab ua gamèla deus nostes vielhs companhs. Per astre que trobèi ua saca de croquetas qui lo pair avè deishada dens ua bugadera e que's gahè a clacar.

L'endematin qu'èra tostemps aquiu, que m'atendè devath deu costèr, que comencè lo temps de har mei coneishença e de's méter au ton. Totun, çò de mei mauaisit qu'èra hèit, au cap de quauques dias que dromiva a casa dab jo e que'm seguiva pertot dens lo pargue en arronant, urós de deishar la soa vita d'errança e de soletat, e jo de m'aver trobat companh tan doç e de bon víver tà esgaudi'm los dias e avivar drin lo honset. Atau, just quan lo men vesin e s'èra defuntat, un gatòt esbarrit qu'arribè a casa. Que l'aperèi Capdan.

Adishatz !

 

C'était dans le courant de l'automne 2018. Cela faisait plus d'un an que mon pauvre père avait quitté son domicile pour la maison de retraite. Caline, notre petite chatte, qui lui vouait une reconnaissance sans borne depuis qu'il l'avait nourrie au biberon, s'était laissée mourir de chagrin quelques semaines plus tard. Et avec le départ de mon premier voisin, Grat, en récidive du cancer, à la clinique de Bayonne, dans les derniers jours de septembre, je me trouvais de plus en plus seul dans l'impasse de Hauguernes.

Cependant, c'est bien connu, la nature n'aime pas le vide, et pour peu qu'on l'aide ou qu'on la laisse faire, elle arrange bien les choses. Un jour, que je m'étais attardé dans les bois à cause des cèpes vers la Toussaint, et que je rentrais à la maison à la lampe frontale la nuit tombée, je distinguai une paire d'yeux qui brillait sous les lauriers-cerise qui délimitent le bois de Hourneau. Les yeux bougeaient légèrement dans l'obscurité mais l'animal ne fuyait pas et me regardait. Je pensai qu'il s'agissait d'un chat et je me mis à l'appeler : "Minou, Minou, Minou, viens !" En vain.

Quelques jours plus tard j'observai un changement notoire dans le parc de la maison. Les menues crottes en troupes denses des lapins qu'on pouvait encore voir partout début septembre avaient étrangement disparu. C'est à peine si, à force de scruter, je repérai une crotte de plus grande taille et effilée, signature d'une autre créature.

Quand je revins à la maison pour les vacances de Noël, la lubie me prit d'aller fouiner du côté de la cabane de mon père qui se trouve à l'entrée du jardin. À peine avais-je dépassé la citerne du gaz qu'une silhouette rousse passa devant moi à grande vitesse et détala vers le taillis de Lamotte. Cette fois il n'y avait plus de doute, un chat avait pris ses quartiers autour de la maison. Toutefois j'eus beau l'appeler il s'était éclipsé.

Il reparut quelques jours plus tard. J'étais en train d'enlever des feuilles devant le garage. Tout à coup je le vis surgir en trombe de la chatière que Papa avait aménagée pour nos chats. Et il se perdit dans le roncier, trop apeuré pour s'arrêter à mes appels.

D'où venait ce chat ? Etait-il tombé d'une voiture ? Avait-il été abandonné par un propriétaire dans le besoin ? S'était-il égaré à la chasse ? Fuyait-il une mauvaise maison ? Et pourquoi s'était-il établi chez moi si c'était pour vivre dans la clandestinité ? L'affaire attisait ma réflexion au fur et à mesure que les jours passaient.

Noël était passé de quatre jours quand l'hiver frappa à nos portes. Avec la rotation du vent à l'Est, les premiers brouillards persitants arrivèrent des Landes et les températures commencèrent à baisser pour de bon. c'est à cette époque que je commençai à nourrir les oiseaux du ciel comme nous faisons chaque hiver. Un soir, comme le froid devenait plus vif, je décidai d'utiliser la graisse du foie gras qui me restait du Premier de l'An pour confectionner une boule avec des graines. Une fois installée dans une coupelle cette préparation fut placée devant la maison.

Le lendemain matin quelle ne fut pas ma surprise en trouvant la coupelle nette, récurée jusqu'au moindre repli. "Les oiseaux devaient mourir de faim, me dis-je". Et puis..., je pensai à autre chose...

Les fêtes étaient finies et les vacances se terminaient quand je puisai au fond de moi le courage d'aller voir mon infortuné père qui ne me reconnait plus, à la maison de retraite. Quand ce fut fait, je repris le chemin de la maison, rembruni.

Toutefois, je n'eus pas le temps de gamberger... La silhouette rousse m'attendait, assis derrière le portail. Pour changer, quand je l'appelai, il me répondit en miaulant tout en fuyant. Mais cette fois il ne se cacha pas, il resta près de la route à quelques mètres et me répondait en miaulant de plus en plus fort. Si j'avançais d'un mètre il reculait d'autant. Je compris que c'était le moment. Je m'assis sur la petite route et j'entrepris de l'appeler et de lui parler, tout doucement. Le chat répondait, il décrivait des cercles autour de moi sans jamais s'approcher d'un centimètre. Je ne me décourageai pas, et toujours de lui parler, de l'appeler. Au bout de quelques minutes il vint vers moi, puis il se ravisa, au dernier moment. Peu à peu cependant, il s'approchait. À un moment donné il flaira mes doigts, je ne bougeais pas pour qu'il se rassûre. Enfin je pus le caresser et il se mit à ronronner. Après je l'invitai à me suivre vers la maison et il ne se fit pas prier.

Pour ne pas précipiter les choses, le soir je lui installai un vieux vêtement de mon père devant l'entrée avec une gamelle de nos anciens compagnons. Par chance je trouvai un sac de croquette que mon père avait laissée dans une lessiveuse et il se mit à les dévorer.

Le lendemain matin il était toujours là, il m'attendait sous le porche, alors vint le temps de faire plus ample connaissance et de nous mettre au diapason. Toutefois, le plus dur était fait, au bout de quelques jours il dormait dans la maison avec moi et me suivait partout dans le parc en ronronnant, heureux de laisser derrière lui sa petite vie d'errance et de solitude, et moi d'avoir trouvé un compagnon si doux et facile à vivre pour embellir mes jours et ramener un peu de vie dans l'impasse. Et c'est ainsi qu'au moment-même où mon voisin venait de rendre l'âme, un jeune chat égaré arriva à la maison... Je l'appelai Capdan.

 

DSC07869