nèu lasbòrdas3

Adishatz,

2018 se meurt à petits feux dans le calme rassérénant de cette fin décembre sous cloche anticyclonique, et les joies, l'émotion de ces heures festives entre amis ou en famille relèguent pour un temps au moins le traumatisme de l'inondation de juin. Pourtant, le principal facteur de ce cataclysme est toujours en place, prêt à frapper encore à Salies comme ailleurs. Ce réchauffement ou changement climatique que l'on lie souvent aux colères du ciel les plus spectaculaires et donc médiatisées, mais que d'autres dont je suis mesurent tout aussi bien à cette élévation graduelle des courbes de températures au fil des décennies, et qui font qu'aujourd'hui à l'heure où je rédige, mon coteau de Lasbordes n'a toujours pas connu la gelée depuis le début de l'automne. Combien d'années nous reste-t-il à voir l'hiver blanchir nos paysages au train où vont les choses ? Mes chers lecteurs, pour contraindre nos politiques à mettre enfin en oeuvre une politique écologique juste socialement et profonde structurellement et sauver ce qui peut l'être, je vous invite à signer la pétition ici.

Du 1er au 27 janvier :

Dans la continuité du mois de décembre 2017 le mois de janvier s'est avéré extrêmement perturbé et arrosé, le cumul sur la période atteignant 275 mm à Hauguernes. Les jours sans pluie sont très rares et pris en étau. La seule variation notoire vient des températures. D'abord particulièrement douces du 1er au 5 avec des maximales culminant à 15° le 3 et même 17° le 4 et des minimales comprises entre 9 et 13 degrés du 3 au 5. Puis un peu plus fraiches du 6 au 17 janvier avec des maximales entre 6 et 12° et des minimales souvent proches des gelées, entre 0 et 2° en général. La douceur reprend le dessus du 18 au 24, offrant des maximales entre 10 et 15° (le 24 janvier) et des températures minimales entre 7 et 10°. Les journées des 25, 26 et 27 janvier amorçent un nouveau tournant avec des températures à nouveau plus fraîches, ne dépassant plus 10° en journée et s'abaissant à 2° en fin de nuit.

Du 28 au 31 janvier :

Le temps est enfin sec mais pas forcément ensoleillé et les températures poursuivent leur lente érosion. Deux gelées à -1 et -2° sont observées les 28 et 29 tandis que les maximales naviguent entre 7 et 10°.

Du 1er au 14 février :

L'accalmie n'aura guère duré, le ciel reprend son martelage de pluies, d'averses, de grésil, et parfois même de neige (les 7 et 8 février) car le refroidissement se poursuit. Le froid est même assez vif du 5 au 8 où les maximales s'abaissent entre 2 et 5° tandis qu'il gèle jusqu'à -4° le 9. Mais cette journée marque le début d'une période un peu moins froide avec des maximales entre 7 et 10° et malgré deux gelées à -2° les 13 et 14 février.

Les 15 et 16 février :

Le flux tourne brutalement au sud-ouest et très temporairement les températures maximales s'envolent, on relève 19° ces deux jours qui sont également agrémentés de faibles passages pluvieux.

Du 17 au 21 février :

Sous des pluies battantes les températures ont promptement retrouvé leur niveau antérieur avec des maximales entre 8 et 11° et des minimales entre 2 et 7°.

Du 22 au 28 février :

Le mois de février 2018, assurément le plus froid de l'hiver, connaît un dénouement en apothéose. Après avoir coupé l'alimentation douce de l'Atlantique, les vents sibériens descendent enfin sans encombre jusqu'aux Pyrénées, garantissant un temps sec et souvent ensoleillé mais par des températures glaciales. Deux gelées à - 4° sont observées les 23 et 24 février. Puis, après un bref intermède à 9, 10° les 24 et 25, une seconde invasion d'air froid fait véritablement plonger le mercure. Auréolée d'une gelée à -8° et sans dégel la journée du 27 est la plus froide de l'hiver. La nuit suivante est à peine moins froide (-6°) mais le ciel se couvre par le sud et de fortes chutes de neige tenant au sol ensevelissent Salies et ses coteaux dans la matinée du 28. Mon camarade Pascal Moncapjuzan me signalera alors 12 cm dans son jardin. Cette neige tiendra d'autant plus facilement que le dégel a tardé en chemin, 1° au meilleur de la journée.

nèu lasbòrdas5

Du 1er au 16 mars :

Après une journée de transition (10° le 1er mars), la douceur printanière n'a eu aucune peine à balayer l'hiver moribond et sa neige. Les températures maximales oscillent désormais entre 12 et 19°, les minimales font le grand écart, entre 3 et 11°. Mais on ne peut guère en profiter car les conditions météorologiques sont à nouveaux extrêmement agitées, pluvieuses et souvent venteuses, dans le prolongement d'un hiver bien arrosé...

Du 17 au 22 mars :

Lequel n'avait pas dit son dernier mot. Dès la matinée du 17 mars le vent tourne au nord-ouest et, sous les giboulées de grésil les températures plafonnent à nouveau à 10°. Les journées des 19 et 20 mars, assorties d'averses neigeuses, s'avèrent très froides pour cette époque tardive de l'année, on ne dépasse pas 6° le 19 et même 4° le 20 où débute une petite série de 4 nuits de gel culminant à -3° le 22. Cette journée est du reste sèche et ensoleillée, tout comme celle du 21, ce qui permet aux maximales de remonter à 8 puis 10°.

Du 23 au 27 mars :

Les intempéries reprennent de plus belle, mais les températures restent bien fraîches pour une fin-mars, les maximales fluctuant entre 8 et 11° et les minimales entre 4 et 6°.

mv-02-04-18-02

Du 28 mars au 6 avril :

Sans qu'on puisse parler de grand beau temps, le temps est un peu moins pluvieux, et progressivement beaucoup plus doux. Après une nuit un peu frisquette à 2° le 1er avril les maximales atteignent 20° le 3 puis 22° le 6.

Du 7 au 12 avril :

Nouvelle occurence de fortes pluies parfois orageuses et rafraîchissement, les minimales étant moins affectées que les maximales qui plafonnent entre 11 et 15°.

Du 13 au 16 avril :

Le temps est un peu moins pluvieux mais pas totalement sec et les températures remontent lentement, 4 à 8° pour les minimales et 14 à 19° pour les maximales.

Du 17 au 24 avril :

La chaleur qui sévissait déjà dans l'est de la France et en Europe centrale déboule sans coup férir. On observe 25° dès le 17 avril, 29° le 18 et les 25° seront aisément dépassés jusqu'au 24 inclus, les minimales s'installant durablement au-dessus de 10°. Cette période globalement sèche et ensoleillée est assortie de brefs passages pluvieux dont un à 15mm le 20.

Du 25 avril au 3 mai :

Les fortes variations de températures et l'instabilité caractérisant les mois du printemps, les derniers jours du mois d'avril et les premiers du mois de mai sont en proie à de fortes pluies et à des températures nettement plus fraîches, les maximales se repliant entre 11 et 16° tandis qu'un petit 2° est relevé le 2 mai.

Du 4 au 11 mai :

Bien qu'en dents de scie les températures repartent à la hausse, atteignant 25° le 6 et même 27° les 7 et 11 mai, le temps est le plus souvent sec et ensoleillé malgré de faibles passages pluvieux du 8 au 11 mai.

al-13

Du 12 au 15 mai :

Une dépression très active accompagné d'un refroidissement brutal sévit au cours du week-end des 12 et 13 mai, 54 mm de pluie sont relevés ces deux jours et la neige s'abaisse vers 1000 mètres dans les Pyrénées, signature de températures très basses pour la saison, 4 à 11° seulement le dimanche 13 mai. Les pluies faiblissent nettement les deux jours suivants mais les températures ne remontent que très lentement, 12° le lundi 14 et 13° le mardi 15 au meilleur de la journée.

Du 16 au 24 mai :

L'année météorologique négocie un nouveau virage sec, au sens propre comme figuré, les conditions sont durablement ensoleillées et sèches. Les températures minimales remontent sans tarder autour de 10° tandis que les maximales, plus laborieuses s'établissent entre 24 et 26° du 21 au 24 juin. À cette échéance le retour de faibles pluies préfigure une nouvelle dégradation marquée.

Du 25 mai au 14 juin :

À quelques jours de l'été météorologique tant attendu chaque année, le Béarn entre dans une période de temps exécrable, pluies diluviennes, souvent orageuses et presqu'incessantes. Ces intempéries s'accompagnent de températures assez élevées compte tenu de la couverture nuageuse, les minimales oscillant entre 12 et 16°, et les maximales, un peu plus contrastées, entre 18 et 27°, avec une faiblesse en fin de période où on peine à atteindre 20°. Et pour cause, c'est alors que le très mauvais temps touche à son paroxysme et vire au cataclysme. Dans la journée du 11 juin 2018, une perturbation extrêmement pluvieuse vient se bloquer contre les Pyrénées. Là où d'ordinaire, en pareille configuration ce sont nos voisins basques qui écopent, des lames d'eau considérables déferlent sur l'ensemble du bassin versant de notre petite rivière Saleys. Sur l'ensemble de l'épisode qui ne prend réellement fin que dans la journée du 13 juin, les radars de pluie ont enregistré des cumuls entre 200 et 270 mm, localement plus, depuis l'aval de Salies jusqu'à la source vers Vielleségure, en passant par Sauveterre, Burgaronne, Orion, l'Hôpital d'Orion etc... La crue qui s'ensuit est aussi apocalyptique qu'imparable dans la mesure où, contre toutes les polémiques, rien ne nous prédisposait à l'avènement de pluies à caractère tropical sous nos latitudes. Il faudra, je le crains, dans un avenir plus ou moins proche, tenter de nous en prémunir sans garantie de succès.

ploja-12-06-18

Du 15 au 29 juin :

Les journées des 15, 16, 17, 18 et 19 juin sont encore affectées de très faibles passages pluvieux, puis le temps prend rapidement une tournure nettement plus estivale, soleil, temps sec et chaleur parfois forte, les maximales dépassant 25° quotidiennement à partir du 19 juin et atteignant 32° le 20 et même 33° le 26. Hélas, le beau temps n'est pas la règle générale en ce premier semestre 2018 et le temps tourne à l'orage au soir du 29 juin.

Du 30 juin au 5 juillet :

Dans une ambiance estivale entretenue par le niveau élevé des températures (28 à 32°), le Béarn essuie un nouveau passage orageux copieusement arrosé. Le dimanche 1er juillet en fin d'après-midi une "nuit en plein jour" précède un très violent orage assorti d'une averse de grêlons de 1 à 2 centimètres de diamètre.

Du 6 au 12 juillet :

Le temps est très estival, ensoleillé et chaud, mais sans excès, on dépasse aisément les 30°, 33° même le 3 juillet. Pour le troisième été consécutif la majeure partie du Béarn va rester en marge des impressionnantes et très inquiétantes vagues de chaleur caniculaire qui ont mis en surchauffe l'intérieur de la Gascogne, l'Est de la France mais également l'Europe continentale et du nord.

baes-07-07-18-03

Du 13 au 20 juillet :

Notre salut vient des brises marines qui se lèvent en fin de journée et des vagues orageuses qui remontent inlassablement de péninsule ibérique en marge des dépressions atlantiques. Ainsi la période qui couvre le 14 juillet s'est avérée particulièrement arrosée (plus de 60 mm) sans que cela affecte le niveau des températures. On continue d'atteindre ou approcher les 30° sans peine et les températures nocturnes descendent rarement sous les 15°.

Du 21 au 28 juillet :

Les passages pluvieux et orageux se font plus rares, celui du 24 au matin est tout de même marqué avec une ambiance antédiluvienne et un petit supplément de grêle. Ces arrosages réguliers entretiennent l'humidité de nos sols après le cataclysme de juin et, combinés à la chaleur (on se situe toujours entre 24 et 32°) confèrent une ambiance tropicale à notre été.

Du 29 juillet au 6 août :

Pour l'essentiel l'ensemble du département 64, passé promptement sous protection de la brise de nord-ouest, ne sera pas concerné par l'impressionnante canicule qui a envahi la quasi-totalité de la France durant cette période. Mon thermomètre se tiendra la plupart du temps sagement entre 29 et 32° et je ne relèverai qu'une valeur à 35° le 3 août et une à 34° le 6.

Du 7 au 17 août :

Les orages qui éclatent après la poussée de fièvre ne sont pas très arrosés mais ouvrent la voie à une de ces périodes instables dont l'année à la secret. La journée du 9 août est bien fraîche avec 20° de maximales et les matinées des 10 et 11 août un peu moins douces avec 12°. Mais la chaleur a du répondant et on atteint 33° le 12 août.

Du 18 au 28 août :

Le temps est à nouveau sec, ensoleillé et chaud (33° le 23) sans qu'on puisse parler de canicule. Un faible passage pluvieux le 28 ouvre la porte à un petit rafraîchissement, la fin de nuit du 26 août notamment qui s'abaisse à 10°. Puis le mercure remonte en flèche jusqu'à 34° le28 avant que n'éclate l'orage.

Du 29 août au 4 septembre :

Les dernières averses orageuses s'évacuent en matinée puis le temps redevient sec et ensoleillé mais un peu moins chaud, surtout les températures maximales qui oscillent entre 25 et 29°, parce que les minimales restent d'un très bon niveau pour l'époque, 11 à 17°.

Les 5 et 6 septembre :

Une forte dégradation orageuse se produit dans la journée du 5 septembre mais elle sera la dernière avant une arrière-saison enfin sèche, on relève 25 mm sur les deux jours et des températures maximales entre 24 et 26°.

ac-14-09-18-04

Du 7 au 23 septembre :

Dans l'ensemble c'est un temps ensoleillé et chaud qui prévaut, on a juste une ébauche de coup de frais du 13 au 15 septembre avec des maximales à 24 / 25° et une minimale à 11° le 15. Il fait nettement plus chaud en fin de période du 16 au 23, avec des maximales généralement supérieures à 30°, atteignant même 35°le 17 septembre. Un faible passage pluvieux advient le 23 en soirée.

Du 24 septembre au 5 octobre :

Un bref mais assez sensible rafraîchissement lui emboîte le pas, les maximales n'excèdent pas 20 à 22° les 24 et 25 septembre, journée à l'aube de laquelle le mercure descend même à 5°.

Mais la chaleur réplique sans tarder et dès le 26 on relève 29, et même 32° le 27. Hormis une ou deux nuits frisquettes à 5 et 6° les 2 et 3 octobre le temps restera chaud sur l'ensemble de la période, atteignant une dernière fois 29° le 5 octobre.

Du 6 au 15 octobre :

Le temps se dégrade temporairement alors que nous avançons dans l'automne, essentiellement deux passages pluvieux copieux au cours du week-end des 6 et 7 octobre (32 m) et du dimanche 14 au lundi 15 octobre (30mm) et quelques averses intercalées. Les températures accusent le coup dans un premier temps, on ne dépasse plus 13 à 16° les 7 et 8 octobre mais se reprennent très vite pour atteindre 27° le 13 et 28 le 12.

Du 16 au 25 octobre :

Temps très sec et très ensoleillé, calme anticyclonique. Les températures très douces dans un premier temps (19 à 22° du 16 au 22) sont en lente érosion puis baissent en fin de période, 6 à 7° pour les minimales du 23 au 25 et maximale ne dépassant plus 15° le 25.

be-20-10-18-07

Du 26 au 29 octobre :

Une dépression en provenance du Bénélux change radicalement le temps en plongeant vers la Méditerranée. Un couloir de nord très froid se met en place sans ménagement, il génère des pluies assez faibles mais glaciales et les températures maximales ne dépassent pas 8° le 28 et 7° le 29 octobre, ce qui est particulièrement faible pour l'époque. Le thermomètre s'abaisse à 1° le 30 octobre au matin mais remonte à 13 l'après-midi.

Du 31 octobre au 13 novembre :

La première quinzaine de novembre 2018 est caractérisée par la mise en train d'un flux zonal modéré quoique générant 44 mm de pluie du 5 au 9 et des températures en hausse graduelle. Si on relève encore 2° les 3 et 4 novembre au matin , on atteint et dépasse fréquemment 15° à partir de ce même jour et on grimpe même à 20, puis 19° les 10 et 11 novembre.

Du 14 au 22 novembre :

Le temps est généralement sec et ensoleillé, très doux du 14 au 17 avec des maximales entre 17 et 18° et des minimales supérieures ou égales à 5°. Cependant, un faible passage pluvieux le 18 délimite un bref mais assez intense refroidissement. Le mardi 20 novembre, quoique sans gelée encore, s'avère bien hivernal avec une maximale à 5°. Mais ce coup de froid est sans lendemain, les 21 et 22 novembre on affiche 12 puis 14°.

Du 23 novembre au 17 décembre :

C'est un flux zonal sans excès qui s'installe dans la durée, les journées de répit sont rares, les passages pluvieux fréquents et parfois copieux. D'une manière générale le second semestre 2018 à Salies aura été moins arrosé que le premier, mais aussi moins venteux et totalement franc de gelées. Malgré une certaine amplitude thermique les températures restent remarquablement douces du 23 novembre au 7 décembre avec des maximales le plus souvent entre 13 et 16°, 18° même le 29 novembre. Par la suite elles sont un peu moins douces, oscillant généralement entre 10 et 12°.

DSC07027

Du 18 au 31 décembre :

C'est un temps magnifique qui se met en place pour les fêtes de fin d'année et les températures des jours précédant Noël sont remarquablement élevées pour la période, entre 14 et 16°. Avec l'arrivée des brouillards et nuages bas, un temps plus frais se met en place à partir du 24 décembre. Les maximales se replient entre 8 et 12° et les minimales s'abaissent généralement à 2 ou 3°. Puis, dans les tout derniers jours de l'an le froid déboule enfin grâce aux effets de basse-couche, on ne dépasse pas 5° le 30 et la première gelée du semestre est enfin enregistrée dans la soirée avec -1°, il était temps. Dans la grisaille, la journée du 31 est encore plus froide, le thermomètre restant bloqué à 3° en début d'après-midi.

Adishatz