maridatge-pairot-mairota

Dus ordis que mieiparteishen l'umanitat, lo deus arquitectes e lo deus bastidors. Los purmèrs que son necèras entà saunejar, imaginar, esquissar, traçar e ajustar au miélher los plans de la societat avenidora. Per estar assabentada de las ideologias, de las lutas sociaus e politicas deu temps, Nancie de Camogrand, la mea ajòla, n'avó pas tròp léser de revassejar. Que passè sus tèrra purmèr tà bastir e tà balhar...

Qu'èra vaduda Nancie Caumia a Senta Suzana en 1914, sola hilha au demiei d'un sarròt de gojats. En 1939, au sortit deu maridatge que s'èra arrecaptada dab l'ajòu a HautBernés, peus Camogrand. Quate porics que vadón, Jan, l'ainat eretèr, Francèsa, la mea marrèna, Silviana e Joela, la mea mair.

Per víver drin au darrèr de l'òmi, coneishut per tota la contrada empermor deus sons investiments com militant sindicaliste agricòle, resistent, apuish dens lo hèit politic locau, qu'espartiva las soas ideas, que l'aconselhava e que l'emparava de plan dens los sons dessenhs. Totun lo son combat màger, qu'èra lo de la vita vitanta, lo larèr, los chins e la parguia, qui assumiva soleta quan lo mèste èra de viada, shens desbrombar los grans tribalhs de l'expleitacion.

Pro grana d'asta, negra de pèu, afeitada dab gost e quitament bèth drin escricada per estar prauba de condicion, aquesta paisanòta deu cohiron impeccable, serviciosa entà tots, qu'èra arrespectada e escotada per tot lo vesiat dab qui l'agradava de's prosejar deus ahars e deus aharòts deu monde e deu quartièr.

Au pregon qu'èra ua hemna inquièta de tempèri, prompta a's poirir la sanc entà la soa familhòta. Ua vesita qui n'arribava pas jamei, un espiar tristonet, un silenci qui durava tròp e lo mondòt que'u s'estava de virar, shens qu'arrés podossen jamei acanalar aqueths desbòrds d'atencion. Pr'aquò, l'esperit ne'u hasè pas hrèita e ne mancava pas jamei lo parat d'arríder, contra los tribulòcis collectius e las tragedias familhaus qui aparín dens lo briu de la soa vitòta coratjosa e exemplara, despuish la dusau guèrra mondiau dinc a la pèrta d'un hrair, e, sordeish que tot, deu hilh ainat per las annadas setanta, deu maishant mau.

E mei se tot n'anava pas tostemps de liç, dab l'ajòu que hasèva lo par e qu'èra tostemps dab un plaser deus bèths qui los amics com la familha e vienèn séde's o taulejar a HautBernés. Be cau díser la dauna qu'èra ua cosinèra de purmèra e ne mancavam pas lo parat d'at espravar, dab aquera consciéncia pregona qui avè de la preciositat deus aplegs familhaus e de la necèra de har rampèu. Tot Nadau a HautBernés que calè hornejar. Dab los tempèris de l'ivèrn se la gahava la tintèina que hasèva tornejadas de crèspas qui n'esperavan pas Candelaure e qui tornavan a còps dab las marcescadas en març o en abriu, au temps de las meravelhas e deus crespéishs. Lo dimenge matin, beròjas lescas de pomas que s'agergavan sus un lhèit de pasta prestida a la man e au vrespe ua polida tarta daurada e sabrosa que tronava sus la taula quan arribava la familhòta. Suu lintau de la chemineia, uns biscueits deus requists qui hasè dab grama de lèit que's guardavan hens ua bueita de hèr.

Quan èri malaud, devath los pès que's hicava lo camin de HautBernés au Tàa e que'm portava un beròi floquet de codonhèrs de las flors ròsas e qui avèva hèit "Petit primtemps".

Au darrèr de la mort de l'ajòu en 1991, que vivautejè a Hautbernés en tiéner l'ostau obèrt a tots. Atau los qui baishavan lo caminòt de Hauguernes a l'escurada bèra pausa que podón véder la lutzòta de la soa cosia com un promessa de calor e d'amistat au cap de la viada.

Un vrèspe totun, peu torn de Marteror, que s'èra renuda au men envit dinc au peiròu entad espiar las purmèras arraucas a baishar, espectacle qui presiava hera, com las flors deu casau e totas las berors de la natura. Quan en un sospir e'm digó : "E òc, las ajòlas tanben que son hèitas tà passar". Que'ns eram espiats, esmudits. Ua vela que l'esliçè au davant deus uelhs com devath lo cèu blu esliça lo brumalh. Puish que's reprenó : "ve cuélher quauques escalhs, que'ns vam cauhar !"

Pauques ans mei enlà, en 2006, la hami de víver ne sabó pas mei arren contra lo vielhèr. L'es.hlama flaquejanta deus dias que'u s'estupè a la maison de retirada e la negror mortau que s'abató sus HautBernés en barrant-se la pòrta. Ua tehequèra que la s'emportè en setème de 2008.

Nancie de Camogrand qu'èra ua mairbona, com n'èran behidas las hemnas d'un còp èra, conscientas deu lor ròtle màger dens la cimentacion de la familha, qui ei l'esparon purmèr de tota civilizacion. Ne's compta pas un dia shens que pensi ad era. La soa filosofia, la soa coneishença amenusada e pregona deus caractèrs e de las amnas, hargadas au briu deu temps, que m'acompanhan suu camin gran e mantun còp que m'emparan de las decepcions, de las escamussadas e deus trebucs.

Nancie Camougrand, la "bonne mère"...

Deux ordres se partagent le genre humain, celui des architectes et celui des maçons. Les premiers sont nécessaires à rêver, imaginer, esquisser, tracer et peaufiner les plans de la société future. Bien qu'au fait des idéologies, des luttes sociales et politiques de son temps, Nancie Camougrand, mon aïeule, n'eut guère le temps de rêvasser. Elle passa sur terre en tout premier lieu pour construire et pour donner...

Elle était née Nancie Caumia à Sainte Suzanne en 1914, seule fille parmi d'une grande fratrie. En 1939, après son mariage elle était venue s'établir à Hautbernés avec mon grand-père, au milieu des Camougrand. Quatre enfants vinrent au monde, Jean, l'héritier, Françoise, ma marraine, Sylviane et Joelle, ma mère.

Bien que vivant un peu dans l'ombre de son mari, connu dans tout le pays pour ses engagements en tant que militant syndicaliste agricole, résistant, puis sur le plan politique local, elle partageait ses idées, le conseillait et l'épaulait dans ses desseins. Toutefois son ouvrage primordial, était celui de la vie quotidienne, le foyer, les enfants et le soin aux animaux de la ferme, qu'elle assumait seule quand le maître était en voyage, sans oublier les grands travaux de l'exploitation.

D'assez grande stature, cheveux bruns, habillée avec goût et même assez chic pour une femme de condition modeste, cette petite paysanne au chignon impeccable, serviable pour tous, était respectée et écoutée par tout le voisinage avec qui elle aimait s'entretenir des affaires du monde et du quartier, petites comme grandes.

Pour ses intimes elle était une femme inquiète de tempérament, prompte à se faire du mauvais sang pour sa petite famille. Une visite qui n'arrivait jamais, une mine maussade, un silence qui durait trop et voilà que son monde cessait de tourner, sans que personne ne pût jamais canaliser ces débords d'attention. Cependant, elle ne manquait pas d'esprit et ne laissait jamais passer une occasion de rire, malgré les tourmentes collectives et les tragédies familiales qui se manifestèrent dans le courant de sa petite vie courageuse et exemplaire, depuis la deuxième guerre mondiale jusqu'à la perte d'un frère, et, pire que tout, du fils héritier dans les années 1970, emportés par le cancer.

Même si tout n'allait pas toujours de soi, elle s'entendait bien avec mon grand-père et c'était toujours avec grand plaisir que les amis comme la famille venaient s'asseoir ou s'attabler à HautBernés. Il faut dire que la maîtresse de maison était une excellente cuisinière et on ne laissait pas perdre une occasion de l'éprouver, avec cette conscience profonde qu'elle avait de la préciosité des réunions familiales et de la nécessité de se serrer les coudes. Chaque Noël à HautBernés il fallait enfourner. Face aux intempéries hivernales si la lubie s'emparait d'elle elle confectionnait des plateaux de crêpes qui n'attendaient pas la Chandeleur et qui reparaissaient parfois avec les giboulées en mars ou en avril, au temps des merveilles et des gros beignets. Le dimanche matin, de beaux quartiers de pommes se disposaient sur un lit de pâte pétries à la main et l'après-midi une belle tarte dorée et savoureuse tronait sur la table quand arrivait la parenté. Sur le linteau de la cheminée, de délicieux biscuits fait à base de crème de lait étaient conservés dans une boite en fer.

Quand j'étais malade, elle venait à pieds au Tàa depuis Hautbernés et m'apportait un joli bouquet de cognassiers aux fleurs roses et qu'elle avait baptisé "Petit printemps".

Après la mort de mon grand-père en 1991, elle vivota à Hautbernés en gardant la maison ouverte à tous. Ainsi ceux qui descendaient le petit chemin de Hauguernes dans l'obscurité purent longtemps voir la petite lumière de sa cuisine comme un promesse de chaleur et d'amitié au terme du voyage.

Un aorès-midi cependant, au temps de la Toussaints, elle s'était rendue à mon invitation jusqu'au perron pour regarder les premières grues descendant vers l'Espagne, spectacle qui prisait particulièrement, comme les fleurs de son jardin et toutes les belles choses de la nature. Quand dans un soupir elle me dit : "Et oui, les grands-mères aussi sont faites pour passer". Nous nous étions regardés, silencieux. Un vela glissa devant ses yeux comme sous le ciel bleu glisse la nue. Puis elle se reprit : "va chercher quelques bûches, on va se chauffer !"

Peu d'années après, en 2006, l'envie de vivre ne suffit plus contre le vieillissement. La flamme faiblissante de ses jours s'éteignit à la maison de retraite et les ténèbres s'abattirent sus HautBernés quand se ferma la porte. Une bronchite l'emporta en septembre 2008.

Nancie Camougrand était une "bonne mère", comme l'étaient sans doute beaucoup de femmes d'autrefois, conscientes de leur rôle crucial dans la cimentation de la famille, qui est le premier échelon de toute civilisation. Il ne s'écoule pas un jour sans que je pense à elle. Sa philosophie, sa connaissance minutieuse et approfondie des caractèrse et des âmes, forgées au fil du temps, m'accompagnent sur le grand chemin et bien des fois elles me préviennent des déceptions, des déconvenues et des embûches.