cg-743

Adishatz,

Que me'n tornavi dimenge vrèspe peus caminòts deus costalats, d'aver hèit vesita a las paucas maurilhas de l'an. E que'm pensavi dab degrèu aus mossarons qui lhèu non vienoren pas au rende-ve dab la prima peu purmèr còp despuish mei de dètz ans.

Just s'avèvi pujat l'arpalhon de Labor, qu'avisèi au "Jesus" de Riule qui m'arribava de cap suu camin, permor qu'èra l'òra de passejar la caniula. Qu'avièm drin de prosei, de bitsègas e de parpalhòus, d'aqueth primtemps qui sap shens que plàver, deu vent hred qui'ns hiça e deus tribalhs peus camps qui n'avançan pas. Lèu Jesus que'n arribè a'm questionar suus cèths...

- Ne n'i a pas guaire, ce'u responoi, los cèps que pòden aténder, mes n'èi pas enquèra trobat nat mossaron ad aquera epòca de l'an e l'ahar que vad inquietant.

En bèth devisant, que hasom amassa un tròç de camin, permor adara que'u trigava de se'n tornar tà casa a la calor. E just au moment de har los adishatz, sobtament que m'escridèi... Aquiu, dens l'èrba grassa, a quauquas encamadas de Riule, de l'aute part deu camin, un miragle :

- Mossarons ! Que n'i a pertot !

Ad aquestes mots, Jesus que m'arriba, estomagat. Ne'n avè pas jamei vist ad aqueste endret. Jo tanpauc, per aver los uelhs qui s'espian tà dreta e tà esquèrra a cada còp qui'm passeji a la sason. Los ditz que'm prudan a fin e a mesura que'us tiri de las camas d'ortiga, mes l'esmav de la tròba que hè drin desbrombar la pena de la cuelhuda.

Mei anar mei que'm vedi los mossarons com creats farcejaires e qui se'n arriden com torçuts de'ns espiar a har passèris endeballes deus lors estujòus estant. De temps en quan pr'aquò que son tròp endavant-hèits e que'us dam las tornas dab ua bera paderada...

...

Je rentrais dimanche après-midi par les petits chemins de mes coteaux, après avoir rendu visite à mes rares morilles de l'année. Et je songeais à regret aux mousserons qui ne viendraient peut-être pas à la rencontre du printemps pour la première fois depuis plus de dix ans.

À peine avais-je gravi le casse-pattes de Labour, j'aperçus "Jésus" de Rioule venant vers moi, car c'était l'heure de promener les toutous. Nous engageâmes un brin de conversation, de tout et de rien, de ce printemps qui n'en finissait pas de pleuvoir, du vent froid qui nous transperçait et des travaux dans les champs qui n'avançaient pas. Rapidement Jésus aborda la question des champignons...

- Il y en a très peu, répondis-je, pour les cèpes on n'est pas pressés, mais je n'ai pas encore trouvé de mousseron à cette époque et l'affaire devient préoccupante.

Tout en devisant, nous fîmes un bout de chemin ensemble, parce qu'à présent il lui tardait de rentrer chez lui, bien au chaud. Et juste au moment de prendre congé, subitement je m'écriai... Là, dans l'herbe grasse, à quelques mètres de Rioule, de l'autre côté de la route, un miracle :

- Des mousserons ! Il y en a partout !

À ces mots, Jésus me rejoint, fort étonné. Il n'en avait jamais vus à cet endroit. Pas plus que moi, bien que j'aie les yeux qui trainent à droite et à gauche à chaque fois que je randonne à la saison. Mes doigts s'irritent au fur et à mesure que je les extirpe des pieds d'orties, mais l'émotion de la trouvaille fait quelque peu oublier la difficulté de la cueillette.

De plus en plus je me représente les mousserons comme des êtres facétieux et qui se tordent de rire en nous regardant aller et venir en vain de leur cachette. Il arrive cependant qu'ils s'enhardissent trop et que nous prenions notre revanche sous forme d'une belle poêlée...

Adishatz...

 

* Jésus est le surnom de notre voisin et ami, Marcel Lavielle, bien connu des habitants de Salies et de Sauveterre...