Bouchon de cèpe de bordeaux café au lait...

Quan la tardor hastiau s'a minjat l'Estivet,
Pintrat de rós lo bòsc, engorgat au varat
E lo purmèr vent-tòr margat de blanc lo prat,
Que s'avia la ronda de Sénher Marteroet.

L'ainat endavant-hèit haut pitat suu cantèr
Qu'argueita aus passeris escarbalhat au só,
Puish en la mair de huelha enqüera a la suaudor
Qu'apèra los cetons virats deu malandrèr.

N'an pas paur au vent-ploi ni au hred escosent
A tot que hè empach lo lor capèth lusent
Qui vòu víver tostemps quan tot ei a l'esguit.

Gaihasents Marteroets qui'm hètz eslangorent
De l'an aus arranguilhs qu'ètz lo darrèr present,
Flamborejant peu torn d'un bèth talhuc de guit.

 

Les "Marterouets"

Quand novembre exécrable a dévoré l'été,
Repeint de roux le bois, engorgé le fossé,
Et la première bise émargé de blanc le pré,
S'élance la ronde de Sire Marterouet.

L'ainé un peu hardi haut perché sur le tertre
Epie les mouvements déployé au soleil,
Puis dans le ventre de feuilles toujours à la chaleur
Appelle ses frères préservés du malheur.

Ils ne craignent ni le mauvais temps ni le froid mordant
Contre tout les protège leur chapeau luisant
Qui veut vivre toujours quand tout dépérit.

Plaisants Marterouets qui me faites languir
De l'année mourante vous êtes le dernier présent,
Exhalant autour d'un bon morceau de canard.