hau-105

 

Suu cant de la seuva que's perden los camins,
Sendèrs de clars matins aninats peus gòlis,
Vielhs carriaus desanats au hons deu bordalat,
Suu cant de la seuva tot que'n va tau segrat.

Lo vent plogiu au vira-pleg de Marteror,
Que maumia las huelhas a l'esguit de tardor,
E auburis carats qu'arcan davant los clòts
De marterons flocats en agusant los pòts.

Deu Cap d'An a Nadau, sonqu'a combatejar,
Esparvolats, los vius que vòlen desbrombar
Lo dalh despietadós qui'us barra lo camin.

Mes quan l'arrauca au cèu esliça suu parçan
Dab lo son crit ponhent qui hè horvar lo can,
A tròpeduns totun que's bremba lo destin.

Toussaint

À l'entrée de la forêt se perdent les chemins,
Sentiers des matins clairs bercés par les rouge-gorges,
Vieux chemins délaissés à l'écart du hameau,
À l'entrée de la forêt tout part au cimetière.

Le vent pluvieux au grand tournant de la Toussaint,
Malmène les feuilles au soir de l'automne,
Et des silhouettes silencieuses s'inclinent devant les tombes
Fleuries de chrysanthèmes en se pinçant les lèvres.

Du jour de l'an à Noël, tout à leurs vacations,
Les vivants, évaporés, cherchent à oublier
La lame impitoyable qui leur barre la route.

Mais quand la grue aux cieux glisse sur la contrée
Avec son cri déchirant qui fait hurler le chien,
A beaucoup cependant le destin se rappelle.