JJM_SquirrelBaby_01

 

 

Lo ser qu'estirava las ompras per la montanhada. Que baishavi un camin au perhons d'Issauç, lo cap que se'm virava de tots los paisatges traucats, deus cants deus ausèths, deus èsters encontrats e de totas las aulors qui aví flairadas peus candaus.

Just quan n'anavi au long deus Arrigaus, un crit planhiu que'm tirè deu saunei.
- Que serà ua murgueta, ce'm pensèi, e déjà que passavi lo camin...

Mes lo crit que's hasó mei hòrt e aperaire. Que m'estèi e que'm hasoi a lutzerar lo cant deu sendèr. Au cap d'ua estona, qu'aubirèi un animalet qui's balanquejava. Un esquirolet qu'èra cadut deu hau en suspart, e, per auruga, que se i èra hèit a garrapar tau nid. Mes, per prèssa de's tirar deus predators, que s'èra gahat a ua tira de segas autan arrapaire com la cama d'un aligardon. E non sabè pas desgahì's.

A plasers, en me virant deus nhacs de la bestiòta espaurugada, que pausèi la sega a tèrra, e que'm caló mantuas ensajadas entà liberar, l'ua au darrèr de l'auta, las patetas brisadissas. Après que m'estèi un momenet, pensatiu, a espià'u, aborrugat dens l'èrba. Puis que tornèi partir.

Se viu enquèra, ne saberí pas díser, tà díser, que m'estonaré, mes, shens ajuda, segur que's demorère sec au caputh d'ua sega...

 

Bébé écureuil...

Le soir étirait ses ombres à travers la montagne. Je descendais un chemin dans l'antre d'Issaux, l'âme chavirée par tous les paysages traversés, les chants des oiseaux, les êtres rencontrés et toutes les senteurs que j'avais humées en altitude.

À peine avais-je commencé à cheminer le long des Arrigaus, un cri plaintif interrompit ma rêverie.
- Ce doit être quelque souri, pensai-je, et déjà je passais mon chemin...

Mais le cri se fit plus fort et insistant. Je m'arrêtai et me mis à sonder le bord du sentier. Quelques instants plus tard, je distinguai un petit animal qui se balançait. Un bébé écureuil était tombé du hêtre en surplomb, et, d'instinct, il avait essayé de regagner son nid. Mais, dans sa hâte d'échapper aux prédateurs, il s'était pris à une jeune pousse de ronce aussi velue qu'une tige de framboisier. Et il était incapable de s'en défaire.

Délicatement, en me protégeant des morsure du petit animal effrayé, je posai la ronce à terre, et je dus m'y reprendre à plusieurs fois pour libérer, une à une, ses minuscules pattes fragiles. Après je restai un petit moment, songeur, à la regarder, recroquevillé dans l'herbe. Puis je repris mon chemin...

Vit-il encore, je ne saurais dire, à la vérité, cela m'étonnerait, mais, sans mon aide, nul doute qu'il serait en train de sécher au bout d'une ronce...

Adishatz !