DSC_0039

Diluns 18 d'aost. A punta d'auba qu'aví aviat ua randonejada capvath las hias aurèstas e reddas qui pujan tau Pic Solanh peu bòsc Soriguèras, deus gaves d'Issauç estant. A las onze deu matin, au darrèr d'aver butat un pausòt en un malh, que'm trobèi au pè deu bòsc dab lo linçòu de nublas candolivas aus mens pés. Tot que's virava de plan en aqueth dia d'exploracion peus candaus d'Areta. Peu torn de l'ua òra e mieja deu vrèspe, qu'avèvi copat la crosta au som deu Soriguèras dab tota la montanhada d'Aspa e de Varetons en vista. Au devath, familhòtas e tropets que cuelhèvan avajons per la lana deu Solanh en bèth devisant gaujosament. Que'm tornèi hicar lo camin de prospeccion devath los pès.
Sobtament, peu torn de las 6 deu vrèspe, com gessivi deus avedars entà ganhar lo som, un atucolat de ròcs au miei deu planèr, lo crum de pericle qui landerejava drin per Navarra que sautè lo tron de l'Ania e que's presentè de front, negre com la cauhapança, en suspart de las somatèras de Camplonc e de la Pèira Sent Martin. Au mei har que'm calèva trobar l'òsca qui endica la pista de la capana e deu cujalòt de Labais. Mes en paucas secondas, es.hlamas de nublas quilhadas peu vent que pujèn deus candaus d'Areta e que'm trobèi gahat en un brum tenebrós au bèth miei de l'eslanada, shens jamei poder arribà'i. En me hidant aus traç deu bestiar que'm digoi que podori totun arrecrubar la pista. Endostat devath un bòsc de haus e d'avets, de la fin qu'avisèi ua balisa jauna suu cant deu sendèr qui seguivi a tastas. Mes lo pericle b'èra aquiu, la nueit que s'espartiva las alas negras sus Labais, que m'apriguèi devath un bèth arròc, tà hens d'ua tuha d'avets. Lèu la brossida de l'aigat que s'audí a pujar capvath los penents. Mei de brut que de mau, mes dab lo vent, las gotas que'm traucavan de hred, entant qui lo pericle arraujós e cridava per tota la montanhada. Ad aqueth moment, ua cracada que m'arribè, e qu'estoi bèth drin esmudit de'm véder ua cabiròla a gessir deu peridèr entà viéner endostà's devath la tuha d'avets dab lo repopet. Atau, duas minutas de hiu, que ns'estèm cap e cap, a quate pams, shens mautar, la bèstia inquièta, que'm descarava capvath lo ridèu d'arrams.
Just quan los mens vesitors e s'èran esliupats, ua ludor que s'aubirè en suspart de la vath d'Aspa e de Camplonc. La periclada que halava de cap tà Auloron. Que podoi repréner la viada. Ailàs, lo sendèr qui aví seguit que baishava dinc a ua pista qui'm coneishí plan, e autanlèu qu'avisèi las estòrtas deu pòrt de la Pèira Sent Martin. Qu'avoi de pujar mei d'uns tres quilomètres entà gahar la baishada d'Issauç.
Tot que s'acaba plan, mes, b'ei excusèc e sauvatge lo temps aqueste estiu !

solanh-29

Lundi 18 août. À l'aube j'avais initié une randonnée à travers les pentes sauvages et raides qui montent au Pic Soulaing par le bois Souriguères, en partant des torrents d'Issaux. À 11h, après avoir buté un instant sur une barre rocheuse, je me trouvai au pied du bois, avec un linceul de nuages immaculés sous mes pieds. Tout se déroulait pour le mieux en ce jour d'exploration des hauteurs d'Arette. Vers 13h30 j'avais cassé la croûte sur la crête du Souriguères avec toute la chaîne de montagne d'Aspe et de Barétous en point de vue. Plus bas, des familles et des petits groupes cueillaient des myrtilles à travers la lande du Soulaing tout en devisant joyeusement. Je repris mon chemin de prospection.
Subitement, vers 18h, comme j'émergeais des sapinières pour gagner le sommet, un conglomérat de rochers au milieu du plateau, la nuage d'orage, qui prenait ses aises au-dessus de la Navarre, enjamba le Pic d'Anie et se présenta frontalement, noir comme la plaque de la cheminée, au-dessus des Orgues de Camplong et de la Pierre Saint-Martin. il me fallait au plus vite trouver la borne qui indique la cabane et le chalet de Labays. Mais en quelques secondes, des flammes de nuages lancées par le vent montèrent des versants d'Arette et je me trouvai pris dans un brouillard ténébreux au beau milieu de la lande, dans l'impossibilité d'y parvenir. En me fiant aux sentes du bétail, je me dis que je pourrais malgré tout récupérer la piste. Abrité dans un bois de hêtres et de sapins, je finis par distinguer une balise jaune sur le bord du sentier que je suivais à l'aveugle. Mais l'orage était déjà là, sa nuit déployait ses ailes noires sur Labays, je m'abritais sous un gros rocher, à l'intérieur d'un bouquet de sapins. Bientôt le bruit de l'averse se fit entendre qui gravissait les pentes. Plus de bruit que de mal, mais avec le vent, les gouttes me transperçaient de froid, pendant que le tonnerre hors de lui vociférait dans toute la montagne.
C'est là qu'un bruit de craquement me parvint, et je restai bouche bée en voyant dame chevreuil sortir du précipice pour se mettre à couvert sous le bouquet de sapins avec son petit. Ainsi, deux bonnes minutes, nous restâmes en tête à tête, à quatre mètres, sans broncher, l'animal inquiet me dévisageait à travers le rideau de branches.
À peine mes visiteurs s'étaient-ils éclipsés, une lueur s'esquissa au-dessus de la vallée d'Aspe et de Camplong. L'orage faisait route vers Oloron. Je pus reprendre mon chemin. Hélas, le sentier que j'avais suivi descendait vers une piste que je connaissais fort bien, et d'emblée j'aperçus les lacets du col de la Pierre Saint Martin. J'en fus quitte de trois bons kilomètres d'ascension avant de dévaler Issaux.
Tout est bien qui finit bien, mais faut-il que le temps soit fourbe et imprévisible cet été !
Adishatz !