cu-25-09-13-78

On se pince encore pour y croire, tant l'hiver et le printemps avaient profondément ancré le pessimisme dans les esprits, pourtant, cette dernière semaine de septembre atteste le prodige rendu possible mais pas encore acquis par un été très chaud et sec et que nous étions alors quelques uns à évoquer du bout des lèvres.

Alors qu'en de nombreux endroits les précipitations des deux premières décades avaient semblé trop disparates et quantitativement justes pour l'autoriser, depuis dimanche, presque sans coup férir, voila que les cèpes, aereus et aestivalis en tête, se multiplient à grande vitesse un peu partout. Là où nous espérions une pousse faible à modérée, éventuellement en guise d'apéritif avant une autre, beaucoup plus consistante, des rubans de cèpes magnifiques et presque exempts de vermine s'offrent au regard émerveillé des chercheurs en forêt, à la manière des millésimes illustres de septembre 1986, 2003, 2006 ou encore des poussées de 2011.

S'il ne subsiste quasiment aucun doute que l'été soit le principal acteur de cet improbable renversement de situation, une autre question consiste à imaginer jusqu'à quel niveau le curseur de l'exercice 2013 pourrait monter ces prochaines semaines. En quelques jours, la saison, transfigurée, vient d'opérer un redressement considérable. Or cette semaine qui s'achève sous une chaleur remarquable, si elle est ponctuée des fortes pluies d'orage annoncées, compte tenu des bonnes conditions d'ensoleillement et de températures annoncées pour la première décade d'octobre, après un nouveau choc thermique un peu plus significatif que prévu, nous avons de bonnes raisons d'espérer en une nouvelle fructification massive et trainant en longueur dans le courant du mois d'octobre.

Ce soir, 2013 vient d'accomplir un spectaculaire exploit qui la replace dans le premier tiers des bonnes saisons à cèpes. Et si nous avons tout lieu de nous réjouir et de goûter ces instants de cueillette que rien ne semblait autoriser, nous sommes aussi bien fondés à penser que le meilleur est encore à venir...

Adishatz,

Cristau