Nous sommes un pays de plus de 4 millions de chomeurs. Où tant de destins vascillent et de vies se brisent à la bise sous les ponts. Un pays où la seule augmentation notable sont les files d'attente chaque hiver devant les Restos du Coeur, quand tant d'autres survivent en collocation dans un taudis de 3 mètres carré loué 900 euros au mois à Paris. Devant cela, tout ce que le bon peuple trouve de plus urgent à faire c'est descendre dans la rue revendiquer bruyamment sa sexualité en toute impudeur et indécence sous les fenêtres et à l'invitation des puissants et des bien nés, goguenards... Pour le socialiste, fils et petits fils de socialistes originel que je suis, la réussite éclatante de ce stratagème signe en creux la défaite et la soumission durable de l'esprit français...

C'est bien plutôt pour Florange, pour PSA, pour l'emploi, les conditions de travail, le logement, pour que nos jeunes puissent continuer à vivre et travailler au pays, dignement, si tel est leur désir, qu'il faudrait que nous montions nombreux à Paris ou, plus simplement,  descendions dans les rues de nos villes, comme un seul homme, proclamer, vociférer notre indignation et notre exaspération sous les fenêtres du Medef, de la Bourse, de l'Elysée, de Matignon et de tous les sièges de pouvoir...