L'aso de Pon

 

Entau quinze d'aost, un ser, un tropet de joens de Pon, un parçan de Laruns, hartaneròts, que tornavan baishar tà casa. Au bèth miei deu camin qu'avisèn un aso.

- Oh, ne tornarèi pas a pè, bissè, que'm harèi portar, ce digó un deus joens !

E que pujè sus l'aso qui's deishava har, bravolàs. Un dusau que seguí e un tresau parièr. De hèit tots los joens que's pitavan sus l'aso los uns au-darrèr deus autes a fin e a mesura qui l'esquia e s'estirava, e s'estirava a l'infenit. Nat non s'avisava d'arren. Quan estón tots en sèra, l'aso que partí a galòp estirat per las carrèras de Laruns. Lo purmèr que s'arrapava a las aurelhas, lo dusau au purmèr, atau, shens quilhar mei lo nas, tots que s'arrapavan au mei har. Que passèn carrèra per tot Laruns, lo Burguet, la via deu Pòrt. Dab tota la monardalha de Pon sus l'esquia l'aso qu'èra arraujós, que halava, que halava, que copava los vira-plègs. Los joens que s'arrapavan au mei har. Suu camin d'Aigas Bonas que passèn la hauria de Lauguèra.

L'aso, dab la carga esvarjada, a hum de calhau just quan arribava davant deu pont de Lauguèra, que travè tot sec. Tots lo joens que volèn los uns au-darrèr deus autes tà hens deu gave. Lavetz qu'entenón un hiu de votz deu pont de Lauguèra estant :

- Hi hi hi... Hi hi hi... Que se'v passarà l'idea de'vs trufar de jo.

Tots que coneishón la votz de la vielhòta de Pon, la qui disèvan broisha e qui hèra s'avisavan o se trufavan.

Quan se tirèn deu gave, desembriagats mes atrempits, ne i èra pas mei arrés suu pont de Lauguèra, ni broisha ni aso. Totun, qu'avón de se'n tornar a pè.

 

L'âne de Pon

 

Au soir du quinze août, une bande de jeunes de Pon, un quartier de Laruns, ivres, redescendaient chez eux. Au milieu du chemin ils aperçurent un âne.

- Oh, je ne rentrerai pas à pieds, çà non, je me ferai porter, dit l'un des jeunes !

Et il monta sur l'âne qui se laissait faire, bravache. Un deuxième suivit et un troisième, également. De fait tous les jeunes se juchèrent sur l'âne les uns après les autres au fur et à mesure que son échine s'étirait, s'étirait à l'infini. Aucun ne se méfiait de rien. Quand ils furent tous en selle, l'âne partit au grand galop à travers les rues de Laruns. Le premier jeune se crampona à ses oreilles, le deuxième au premier, ainsi, sans plus la mener large, tous se cramponaient au mieux. Ils défilèrent dans tout Laruns, le Burguet, la rue du Port. Avec tous les garnements de Pon sur son dos, l'âne était déchainé, il filait, il filait, il coupait les virages. Les jeunes se cramponaient comme ils pouvaient. Sur la route des Eaux Bonnes ils dépassèrent la forge de Lauguère.

L'âne, avec sa cargaison effrayée, juste comme il arrivait à feu de cailloux devant le pont de Lauguère, s'arrêta brusquement. Tous les jeunes volèrent au fond du gave les uns après les autres. Alors ils entendirent un filet de voix depuis le parapé du pont de Lauguère :

- Hi hi hi... Hi hi hi... çà vous apprendra à vous moquer de moi.

Tous reconnurent la voix d'une petite vieille de Pon, celle qu'on disait sorcière et dont beaucoup se méfiaient ou se moquaient.

Quand ils se tirèrent du gave, dégrisés mais trempes, il n'y avait plus personne sur le pont de Lauguère, ni sorcière ni âne. Toutefois, ils durent rentrer à pieds.