Occitan-Français... 

Un dia, suu cant de la Teulèra de l'ahitau de Lasbòrdas de Salias ont uei s'està la Marlèra de Prat, partvirat per un bran de holia e de cobedessa, lo hasan que raubè un uèu de sèrp e que'u se coè.

Uas setmanas mei enlà, lo casalèr de Mailhòs, estavanit, qu'avisè los mèstes las flors qui avè just plantadas peu torn de l'òla deu cortiu que s'éran esvalisadas shens qu'arrés las copèsse o las desterrèsse.

Un ser, peu torn de Sent Joan, lo molièr de Labor que se'n tornava de la vila de Salias. Com apressava de la Teulèra, que vedó un gran bidau a s'abambar. Lo molièr que s'estè ua pausa, emberbequit. Lo cèu qu'èra esmerat qui nat pet de pericle n'avè traucat. Lo noste òmi que tornè tau molin a la corruda e l'endedia l'auvari que s'espandí per la vesiau. Lo monde que hiquèn aquò suu compte deu vinotòt de Salias.

Adara que'n eram arribats au temps de la paloma e de l'esperroquèra. Un matin, lo cap-maisoèr de Riule que s'atraçava lo tistèth arràs de cèths capvath l'escanacloca. Com s'aprestava a passar la ponderica, ua volada de palomas que cadón regda mortas peu torn de la chorrèra. Mescredent, lo noste paisan, qui èra tanben caçador, que's hasó drin en davant d'aqueth espectacle entà ensajar de compréner çò qui avè aparit. Mes, tà díser la vertat, la vista d'aqueras palomas desapitadas com pericladas a la volada, shens qu'arrés las tirèsse o las gahèsse en un hialat, que l'esvarjè e que halè. Que concludín a quauque grossiment o a ua mistificacion qui lo noste caçador èra costumèr.

Au més mort, que caló netejar l'endret de la Teulèra, qui las escorriulas, los buscalhs e las huelhas ganhavan. Un vrèspe, dus vesins que's hasón seguir palas e picas. L'endematin que'us trobèn morts ras e ras suu cantèr d'un lagoth au bèth honds deu clòt.

La novèla de la mort deus dus vesins que susmavó tot l'ahitau, e dinc aus vilatges de l'arrondalèra, tots que se i hasón endeballes ad explicar aqueras desaparidas esvarjablas. L'endedia, au descobrir un boèr mort suu cant d'ua chorrèra deu Laurent qui alimentava ua dotz de la Teulèra, lo haishuguèr que s'apoderè deus bordalats e que s'abendè quan tirèn lo casalèr de l'òla deu cortiu de Mailhòs.

- Quauquarren qu'arrodeja peus punts d'aiga.

- Un broish que's serà arrecaptat a noste !

- Un poson que s'espandeish de l'aiga o de l'èrba de las arribas.

Explics deus mei estraviats que corrón.

- Lhèu que'ns poderèm dar lo torn entad argüeitar ?

Badonc, tot dia, un poblant qu'avó de rondalejar peus punts d'aiga alimentats per la Teulèra. En vaganaut. Los dias que s'escolavan e shens que los morts que s'alistavan. Los qui gausavan enquèra s'apressar deu clòt qui las chorrèras començavan d'enaigar que's comptavan.

Un dia, a punta d'auba, la cabdèta de Mailhòs, gojata beròja e haginada, que's pitè en un gran bidau a uas encamadas. Bèra pausa que demorè, estujada peu huelhum. 

Peu torn de mieidia, traç e votzadas que s'entenón peu camin d'Orion. Aplasurats per l'endret un tropet de Jaqués que's pausè. Suu pic, Madamisèla de Mailhòs qu'avisè quauquarren a gessir de l'aiga. Haut com un gat, qu'amuishava un cap de hasan pitat suu còs d'ua sèrp. La halha que'u s'èra ariçada de bròcs e la còda que'u semblè autan talhanta com lo coteràs deu tuador. Un momentòt, lo creat qu'espiè aus jaqués e que s'enaiguè. Lavetz, esbatohida, Madamisèla de Mailhòs que's hasó en davant de l'escèna dab l'idea de compréner çò qui èra aparit. Los jaqués que jasèvan, anequelits. Que podó espiar a l'entorn de se, lutzar lo bèth honds de la Teulèra enaigada. Lo faune que s'èra esliupat.

La gojata que tornè au mei lèu en çò de son entà condar çò qui avèva vist. Aus sons dísers un gran espavent que passè sus la vesiau. Uns  poblants que s'estimèn mei de quitar l'ahitau, vodant la casa a la roeina.

Entà'us qui s'estèn la vita que's hasó hreiterosa. Que s'atrevivan rialament hòra de casa e si s'escadè, nat non s'apressava mei deu clòt de la Teulèra, ara enaigat de shèis canas, e tots que's menshidavan deus arribòts.

Madamisèla de Mailhòs, totun, n'avè pas paur a la bruma. Per un bèth vrèspe, porvesida d'un miralhet que's voló arrajar au só de heurèr suu cantèr de l'òla. Deu bèth honds de l'aiga estant, dus uelhs que'u s'èran claverats dessús. Virada peu miralhet, la gojata non notè pas arren qui's liçava lo pèu. Per devath l'aiga l'espiar que's hasè mei anar mei hissant a fin e a mesura qui s'apressava e qui's tumava au miralhet. Còp sec, en un arremoliat, quauquarren sordó de l'aiga, tirant a Madamisèla de Mailhòs un crit de dolor e d'espanta. La man que'u sagnava e que'u gahè la desvira. Per las estremèras que's brembè la vielhòta de Postòlin qui l'avè ensenhadas las èrbas e las drògas qui guareishen, qu'agarrí ua tusta de traucacamin e que la se fretè au mei har sus la plaga. En un pip-pap qu'estó sanada e arrehortida. Au gran córrer que tornè tau castèth e que se i entutè.

Au darrèr d'aqueth mauparat, los umans ne passèn pas mei lo quite nas per la pòrta. Desanadas, las bèstias qui barrutlavan en cèrcas de neuriment, que's hasón lèu las ciblas deu creat misteriós quan s'acercavan de la Teulèra o deus punts d'aiga entad abeuranhà'se-i.

Au cap de quauques més, a punta d'auba, lo hasan de Prat, qui passava hami despuish qui los mèstes ne l'auherivan pas mei la soa engranhada de milhòc o de claquet, no'n podent mei, que partí a l'escadut entà cercà's la biòca. Apercebent la marlèra que s'apressè dens l'idea de i perrucar vermis. Quan l'avisè, lo creat qui se i estava que'u se claveré l'espiar dessús. Com virat de tot maudat, nhargaire, lo hasan que l'espiè en bahejant lo cap com hè la poralha. Atau que s'estèn un momentòt, lo creat a hissar lo voladís de l'espiar. Endeballes. Quan abeuranhat, lo hasan que tirè lo bèc de l'aiga, qu'aledè, qu'en.hlè lo plumalh, inocentàs, e que dè lo son quiquiriquí. A l'ausida, la creatura mauvolenta que's perí, vodada au poirumi au bèth honds de la marlèra.

Lo hasan que's gahè lo camin deu perchedèr, fieràs com Artaban. Las morts que deishèn. A petits drins, l'ahida que tornè e los crids deus chins qu'apedacèn lo silenci e la gèira qui pendolava aus ostaus desanats. A maugrat los testimonhatges, e tot purmèr los racontes amenusats de Madamisèla de Mailhòs, nat ne sabó pas jamei çò qui avè vertaderament aparit peu torn de la Teulèra e tots que s'estimèn mei deishar l'endret enaigat devath shèis canas d'aiga. Atau com a Lasbòrdas de Salias, d'ua teulèra hasón ua marlèra.

 

La légende de la mare de Prat

 

Un jour, en bordure de la Teulèra* du quartier Lasbordes de Salies qui est de nos jours la mare de Prat, chaviré par un brin de folie et de convoitise, le coq vola un oeuf de serpent et le couva.

Quelques semaines plus tard, le jardinier de Mailhòs, abasourdi, informa les maîtres que les fleurs qu'il venait de planter autour du bassin du jardin s'étaient volatilisées sans que personne les coupât ou les déterrât.

Un soir, vers la Saint Jean, le meunier de Labour rentrait de la ville de Salies. Comme il approchait de la Teulèra, il vit s'embraser un grand peuplier. Le meunier se figea un instant, interloqué. Le ciel était sans nuage qu'aucun coup de tonnerre n'avait déchiré. Notre homme rentra au moulin à la hâte et le lendemain sa mésaventure s'ébruita dans le voisinage. Les gens mirent cela sur le compte du bon petit vin de Salies.

À présent nous étions rendus au temps de la palombe et du dépouillement du maïs. Un matin, le maître de maison de Riule trainait un panier plein de cèpes à travers le fragon. Comme il s'apprêtait à passer le ponton, un vol de palombes tombèrent raide mortes autour de la cascade. Incrédule, notre fermier, qui était aussi chasseur, s'approcha quelque peu de ce spectacle pour tenter de comprendre ce qui était arrivé. Mais, à dire vrai, la vue de ces palombes abattues comme foudroyées en vol, sans que personne les tirât ou les capturât au filet, l'effraya et il détala. On en conclut à quelque exagération ou à une mystification dont notre chasseur était coutumier.

Au mois de novembre, il fallut nettoyer le site de la Teulèra, que les ruissellements, les débris ligneux et les feuilles gagnaient. Un après-midi, deux voisins apportèrent pelles et pioches. Le lendemain matin on les trouva morts côte à côte au bord d'une poche d'eau tout au fond du trou.

La nouvelle de la mort des deux voisins causa un vif émoi dans tout le quartier, et jusque dans les villages voisins, tous s'essayèrent en vain à expliquer ces effroyables disparitions. Le lendemain, comme on découvrit un bouvier mort sur les berges d'une cascade du Laurent qu'alimentait une source de la Teulèra, l'angoisse s'empara des quartiers de fermes et s'exacerba lorsque du bassin du jardin de Mailhòs on retira le jardinier.

- Quelque chose hante nos points d'eau.

- Un sorcier vient d'arriver au pays !

- Des substances toxiques émanent de l'eau ou de l'herbe des berges.

Les explications les plus extravagantes se répandirent.

- Peut-être pourrions-nous nous relayer pour monter la garde ?

Ainsi donc, chaque jour, un habitant dut s'acquitter de rondes autour des points d'eau alimentés par la Teulèra. En pure perte. Les jours s'écoulaient et seule la liste des morts s'allongeait. Rares étaient ceux qui osaient encore approcher du trou que les sources commençaient à inonder.

Un jour, à l'aube, la cadette de Mailhòs, jeune fille jolie et fûtée, se percha dans un grand peuplier à quelques mètres. Elle attendit longuement, dissimulée par le feuillage.

Vers midi, des bruits de pas et des éclats de voix se firent entendre sur le chemin d'Orion. Charmés par l'endroit, un petit groupe de pélerins se posa là. Aussitôt, Mademoiselle de Mailhòs vit quelque chose sortir de l'eau. Haut comme un chat, çà présentait une tête de coq monté sur un corps de serpent. Sa crête était hérissée d'épines et sa queue lui sembla aussi tranchante que le long coteau du tueur de cochons. Un instant, la créature regarda les pélerins et s'immergea. Stupéfaite, Mademoiselle de Mailhòs s'approcha alors de la scène dans l'idée de comprendre ce qui s'était passé. Les pélerins gisaient, inanimés. Elle eut beau regarder autour d'elle, scruter le fond de la Teulèra inondée. Le faune s'était éclipsé.

La jeune fille rentra au plus vite chez elle pour raconter ce qu'elle avait vu. À ses mots, un grand vent de panique souffla sur le voisinage. Certains habitants préférèrent quitter le quartier, vouant la casa* à la ruine.

Pour ceux qui restèrent la vie devint bien misérable. On s'aventurait rarement hors de chez soi et si cela arrivait, nul ne s'approchait plus du trou de la Teulèra, désormais sous six mètres d'eau, et tous se méfiaient des cours d'eau.

Mademoiselle de Mailhòs, toutefois, n'avait pas froid aux yeux. Par un bel après-midi, pourvue d'un petit miroir, elle voulut s'offrir au soleil de février au bord du bassin. Du fond de l'eau, deux yeux étaient vissés sur elle. Protégée par le miroir, la jeune fille ne remarqua rien qui se lissait les cheveux. Sous l'eau le regard devenait plus perçant et redoutable à mesure qu'il se rapprochait et se heurtait au miroir. Tout à coup, dans un bouillonnement, quelque chose sortit de l'eau, arrachant à Mademoiselle de Mailhòs un cri de douleur et d'épouvante. Sa main saignait et elle fut prise de vertiges. In extremis, se souvenant de la petite mamie de Poustoly qui lui avait inculqué les herbes et les drogues qui guérissent, elle empoigna une touffe de chiendent et la frotta frénétiquement sur la plaie. En un clin d'oeil elle fut guérie et regaillardie. Prenant ses jambes à son cou elle rentra au château et s'y barricada.

Après cette mésaventure, les humains ne mirent même plus le nez dehors. Livrées à elles-mêmes, les bêtes qui erraient en quête de nourriture, devinrent bientôt les cibles de la créature mystérieuse lorsqu'elles venaient à la Teulèra ou aux points d'eau pour s'y abreuver.

Au bout de quelques mois, avant l'aube, le coq de Prat, qui mourait de faim depuis que ses maîtres ne lui offraient plus sa ration de maïs ou de concassé, n'y tenant plus, partit au hasard chercher sa pitance. Apercevant la mare il s'approcha dans l'espoir d'y picorer des vers. Quand elle l'aperçut, la chose qui y séjournait fixa intensément son regard sur lui. Comme immunisé contre tout maléfice, goguenard, le coq la regarda en dodelinant du chef comme fait la volaille. Ils restèrent ainsi un instant, la créature foudroyant le volatile du regard. En vain. Quand il se fut abreuvé, le coq sortit le bec de l'eau, reprit son souffle, gonfla son plumage, en toute innocence, et poussa son cocorico. À l'entendre, la créature malfaisante périt, vouée à la décomposition au fond de la mare.

Le coq reprit le chemin du perchoir, fier comme Artaban. Les morts cessèrent. Peu à peu, la confiance revint et les cris des enfants déchirèrent le silence et le lierre qui pendait aux maisons abandonnées. Malgré les témoignages, à commencer par les récits minutieux de Mademoiselle de Mailhòs, nul ne sut jamais ce qui s'était réellement passé près de la Teulèra et tous jugèrent préférable de laisser l'endroit noyé sous six mètres d'eau. C'est ainsi qu'au quartier Lasbordes de Salies, d'une tuilerie on fit une mare.

 

* La Teulèra : la tuilerie en occitan.

* La casa : la maison.