Moussarons


 

Quan suus taps verdejants las suavas vriuletas,

Destronant prunalèr, cocuròt, espiaube,

Vadenta, cap au só hèn mirar la rauba,

Mossaroets guarruts qu'arruatz en cordetas.

 

Flamborejants au pè d'uas cassoretas,

Vesiadats peus hrèishos au bèth hons deu carriu,

Blanquiós, gibuts, carats, florilègis d'abriu,

Qu'ètz au diluns pascoèr, requistas moletas.

 

Un vielh paisan gelós, güeitant-se l'endretòt,

Lurrat, a la vesiau, que'vs prestava a palhats,

Òr tot an a tistats, que'vs cuelhèva fieròt.

 

Be'm triga, mossarons, suu cant deu senderòt,

Aubirant au primtemps uns caps esparpalhats,

De'vs jumpar a plaser au hons deu sacotòt !

 

Mousserons

Quand sur les tertres verdoyants les suaves violettes, Détronant prunelier, jonquille et aubépine, Naissante, vers l'astre tournent leur robe, Mousseronnets trapus vous formez des cordeaux.

Exhalants au pied de quelque chêne, Choyés par les frênes tout au creux du chemin, Blanchâtres, bossus, discrets, florilèges d'avril, Vous êtes au lundi de Pâques, d'exquises omelettes.

Un vieux paysan jaloux, veillant sur son placier, Rusé, aux environs, vous prêtait à foison, Or chaque année à pleins paniers, vous cueillait-il tout fier.

Comme il me tarde, mousserons, sur le bord de la sente, Distinguant au printemps quelques chapeaux déployés, De vous bercer doucement au fond de ma besace.

 

mousserons2009_11

 

cg_17_04_10_22