Occitan béarnais-Français

Las gemèlas de Cohet (la legenda deu Pic d'Ania)

ania_legenda

Bèth temps a un gigant solàs e inespitalèr que demorava au som deu pic d'Ania. La soa pagèra que sobrava la deus avets de la seuva qui caperava la somatèra deu mont vesin, l'Oelharissa. Suu pic que colhtivava un casau qui lo tor e la nèu non cobrivan jamei e on vienèvan èrbas de las virtuts magicas : deu shuc que tirava lo son poder suberuman. Uas gotas d'aquèra bevenda meravelhosa que sufivan a un òmi entad estremar los aparaires esvarjables deus tesaurs arcabuts per lo mont o los castèths encantats. Pr'aquò se quauqu'un s'ensajava a s'apoderar d'ua planta de l'òrt, l'esperit de la montanha qu'abranliva suu còp los tempèris mei avastadors sus l'arribèra.

A la fin deu sègle XVIIIau, lo chivalièr Joan Carles de Borda que s'arrecaptè au beth hons de la vath d'Aspa a Lascun, parat de tots los apèrs scientifics de la tempsada entà i complir mesuras fisicas e observacions meteorologicas au bec de l'Ania. Que's hasè seguir un companh Italian drin farcejaire. Aqueste que demandè a un aulhèr encontrat en camin dab las aulhas quant de bèstias avè. Menshidèc, l'Aspés que'uresponó : "qu'avetz uelhs, comptatz-las vse vos-medish, que seratz autan avançat com jo." Lavetz l'Italian que'u hiquè las gemèlas de la part envèrsa devant los uelhs e lo pastor que's vedó lo capdau apetitit a un tropet de bestiòtas. Que halè com s'avosse vist a Cohet e qu'arbatorè tot Lascun. Quan Borda e arribè au vilatge, lo tòca-senh que trindava e ua atroperada que'u vienè de cap, armat de destraus, barròts e horcats.

Borda que sabó just aparar la letra de recomandacion qui Laclèda de Bedós, un amic deus sons, conscient qu'un miscap podore aparir, e li avè dat entau curat de Lascun. Mes Borda n'anè pas tau pic d'Ania, tement qu'un patac de bitèrna s'abatosse suu país entant que s'i estère e que l'en rendossen responsable.

 

Explics :

Entaus vielhs biarnés e bascs, lo pic d'Ania (mont de l'anhèth en basc) qu'èra dab lo pic d'Orhy l'arrepaire deus broishs e de tots los cohets de l'in.hèrn. Aquiu que s'amassavan entad empontar pericladas e espandí-us suus vilatges de l'arribèra. "Ath som d'Ania, de broishas i demons furia".

Joan Carles de Borda (1733-1799), qu'èra un matematician, un fisician, politològ e mei un naulèr francès.

Pèir de Laclèda (1729-1778) qu'èra un negociant françés gessit de Bedós. Que fondè la vila de Sent Lois suu Mississipi.

 

Les jumelles du Diable (La légende du Pic d'Anie)

 

Jadis un géant solitaire et inhospitalier résidait au sommet du Pic d'Anie. Sa taille était supérieure à celle des sapins de la forêt sommitale de la montagne voisine, l'Oueillarisse. Tout en haut du pic il cultivait un jardin que le gel et la neige n'ensevelissaient jamais et où venaient des herbes aux vertus mirifiques : de leur suc il extrayait son pouvoir surhumain. Quelques gouttes de cette potion suffisaient à un homme pour écarter de sa route les redoutables gardiens des trésors recelés par les montagnes ou les châteaux enchantés. Cependant si quelqu'un tentait de s'emparer d'une plante du jardin, le génie ébranlait subito les intempéries les plus dévastatrices sur la plaine.

À la fin du XVIIIème siècle, le chevalier Jean Charles de Borda séjourna au fin fond de la vallée d'Aspe à Lescun, paré de tous les instruments scientifiques du moment pou y réaliser des mesures physique et des observations météorologiques au sommet de l'Anie. Il était flanqué d'un compagnon Italien facétieux. Celui-ci demanda à un pâtre rencontré en chemin avec son troupeau, combien il avait de bêtes. Méfiant, l'aspois lui répondit : "vous avez des yeux, comptez-les donc vous-même, vous en saurez autant que moi." Alors l'Italien lui appliqua ses jumelles à l'envers devant les yeux et le berger vit son cheptel réduit à une groupuscule de bestioles. Il déguerpit comme s'il avait vu le Diable et batit le rappel de tout Lescun. Quand Borda parvint au village, le tocsin tintait et un attroupement venait à sa rencontre, armé de haches, bâtons et grandes fourches.

Borda eut juste le temps de tendre la lettre de recommandation que Laclède de Bedous, un de ses amis, pressentant qu'une anicroche surgirait, lui avait donnée pour le curé de Lescun. Mais Borda ne se rendit point au pic d'Anie, craignant qu'un orage ne s'abatît sur le pays du temps où il s'y trouverait et qu'on l'en tînt pour responsable.

 

Explications :

Pour les anciens basques et béarnais, le pic d'Anie (montagne de l'agneau en basque) était avec le pic d'Orhy le repaire des sorciers et de tous les diables de l'enfer. Ils s'y rassemblaient pour échafauder des orages et les répandre sur les villages de la plaine. "Au sommet de l'Anie, furie de sorcières et de démons".

Jean Charles de Borda (1733-1799), était un mathématicien, un physicien, politologue ainsi que marin français.

Pierre Laclède (1729-1778) était un négociant français originaire de Bedous. Il fonda la ville de Saint Louis sur le Mississippi.